Ela Orleans – NEO PI-R


ela-cover-frontNEO PI-R
, cassette éditée à cent exemplaires par Clan Destine Records et disponible par ici, chipe donc à Mars is Heaven, LP à paraître en septembre prochain sur les labels La Station Radar et Atelier Ciseaux, la succession de Lost, mirifique second album d’Ela Orleans. La même qui, après nous avoir gratifié d’une mixtape et d’une interview, est venue à Paris donner un concert – en sus d’une session privée – dans le cadre d’une soirée unique, le 7 mars dernier – souvenez-vous. Mais, écoute après écoute, force est de constater que l’habilement nommé NEO PI-R (1) est loin de l’avoir volé, quand bien même Planète Mars, seul morceau dévoilé à ce jour de Mars is Heaven, laisse augurer du meilleur. Abandonnant les volutes énigmatiques d’un violon sinueux et torturé à Lost, NEO PI-R se pare de textures lo-fi où samples, effets de voix et synthétiseurs créent une unité narrative stupéfiante, presque confondante tant on est porté à croire que chacun des seize morceaux composant le maillage onirique de cet album est à son exacte place. Comme si la confection expérimentale d’une seule de ces pièces auditives avait appelé la suivante, selon une chimie et une cohérence seyant parfaitement au support cassette. Partageant avec Lost une même cartographie noctambule d’un psychisme ambivalent, où s’entremêlent, par le biais de vocalises tonalement dissemblables, songes éveillés et cauchemars éventés, le continuum NEO PI-R dévoile une intimité, inquiète et mouvante, à la fragilité magnétique. Un dénuement susceptible – à la faveur de plages instrumentales (Night Ride – part 1 & 2, Three Stages of Sleep) ou hantées (Voices – part 3, Voices – part 1), étreignant d’un écrin volubile une poignée d’instantanés admirablement chantés (Apparatus, My Friend Angel, Walking Man) – de ne se déployer que dans les interstices d’une nuit conférant à chaque bruit ou grincement, la musicalité ondoyante et pénétrante des grandes œuvres.

Entretien avec Ela Orleans

ela-cover-front2

Quelle est le fil conducteur de NEO PI-R ? Qu’est-ce qui t’a hanté, habité pendant toute sa conception ? Après Lost, cet album est-il une sorte de thérapie mentale comme le suggère son titre, NEO PI-R ?
What is the main thread of NEO PI-R? What haunted you during its creation? What was your state of mind? After Lost, is it a therapy mental as suggests it its title, NEO PI-R?

NEO PI-R est juste une nouvelle preuve de ma dévotion pour la musique qui me hante depuis mes 8 ans. J’ai toujours traité la musique comme une thérapie. Le titre peut aussi bien suggérer l’histoire d’une lutte personnelle ou d’un bien-être individuel. Cela dépend de ce que toi tu veux en faire. Je ne pense pas que tu veuilles savoir dans quel état d’esprit j’étais lors de la production de ce travail et je préfère aussi l’oublier. Le plus important aujourd’hui étant… que je suis toujours là et que je fais ce que je veux.

NEO PI-R is just another proof of my dedication to music, which has been haunting me since I was eight years old. I always treated music as a personal therapy. The tittles can either suggest the story of personal struggle or personal well being. It’s up to you tho what you want to make out of it. You certainly don’t want to hear about my state of mind at the time i was producing this material and I rather forget it also. The important thing is: I am still around and I am doing what I want to do.

L’écoute de NEO PI-R s’avère bien différente de tes deux autres albums. On sent une unité narrative plus intense. As-tu travaillé cet aspect-là, avec la volonté de réaliser une bande originale propice à la mise en image ?
The listening of NEO PI-R is very different than your two other albums. We feel a more intense narrative unity. Did you work this aspect there, with the will to realize a soundtrack convenient to videos?

J’ai fait les vidéos après. Clan Destine Records a décidé de sortir le disque. Je ne suis pas certain pour l’intensité narrative car la plupart des titres sur l’enregistrement ont un langage inventé ou sont répétitives. Des cercles contemplatifs de pensées basiques.

I made the videos after Clan Destine Records decided to put out the tape. I am not sure about intense narrative. Most of the songs on the tape have either made up language or are repetitive, contemplating circles of plain thoughts.

ela-cover-back

En quoi se projet diffère-t-il de tes deux autres à venir sur La Station Radar (Mars is Heaven), Night People (Play Fascination) et Clan Destine Records (Fingers) ? Le fait de le sortir via Clan Destine Records t’offre-t-il plus de liberté stylistique, expérimentale ?
In what this project is different from your three others to appear on La Station Radar (Mars is Heaven) and Night People (Play Fascination) and Clan Destine (Fingers)? The fact of realised it via Clan Destine Records does it offer you more stylistic and experimental freedom?

Ce projet est ma première sortie avec Clan Destine Records qui sera suivit d’un LP, Fingers, plus tard cette année. Quand je travaille sur le contenu d’un album, je fais attention à l’intégrité. Je n’essaie pas de reproduire ce que j’ai fait avant, mais faire quelque chose de différent n’est pas non plus mon objectif. Si ça vient, c’est de manière naturelle. Si ça ne vient pas, je ne vais pas forcer le truc. Travailler sur un disque est un jeu purement centré sur ma propre esthétique. Dans la vraie vie, je me sens acceptée par mes amis que je sois habillé en pyjama ou en Armani. Et comme je traite mes fans comme des amis potentiels (mais pas des amants potentiels) je peux juste espérer que cette analogie s’applique à ma musique. Je ne m’intéresse pas vraiment aux tendances dans la musique de mes amis ou de la mienne, je suis trop occupée à travailler sur mon truc.

The tape is my first release on Clan Destine Records and will be followed by the 12″ LP Fingers later this year. When I build the material for an album, I care about integrity. I am not trying to replicate what I did before, but doing something different is not my agenda either. If it comes, it must come naturally, if it doesn’t, I am not going to force it. Working on a record is purely self centered play with my own aesthetic. In real life I  feel accepted by my friends whether I am wearing pajamas or Armani. Since I treat my fans like potential friends (not like potential lovers) I can only hope this analogy will apply to my music. Also I don’t care much about currents in musical careers of my friends or my own, I am seriously busy working on stuff.

Walkingman est particulièrement belle, émotionnelle. Comment as-tu conçu cette chanson ?
Walkingman is particularly beautiful, emotional. How did you conceive of that song?

Cette chanson est une tentative de simplification d’arrangements lyriques (ça sonne compliqué, hein ?!). J’étais sous l’influence de The Walk, la collection de nouvelles de Robert Waiser. Pour moi cette chanson parle du repos, du calme, qui est mon état préféré actuellement.

The song is an attempt of simplification of lyrical arrangement (that sounds complicated ha ha!!!). I was under the great influence of The Walk – the collection of Robert Walser’s short stories. To me the song is about being quiet, which is my favorite and current state.

Traduction : Virginie Polanski

Audio

Vidéos

Tracklisting

side A

1. Apparatus
2. Window Smoker
3. Night Ride (part two)
4. Voices (part three)
5. Axon Terminal
6. Living World
7. 5-HTTLPR
8. My Friend Angel

side B

1. Falling
2. Walking Man
3. Three Stages of Sleep
4. Night Ride (part one)
5. Voices (part one)
6. Safeguard Action
7. Synapse Dive
8. Polygraph

Notes

(1) Le Neuroticism-Extroversion-Openness Personality Inventory Test, usuellement dénommé NEO PI-R, est une méthode d’analyse utilisée en psychiatrie pour brosser des profils psychologiques vis-à-vis des cinq principaux traits de la personnalité que sont le névrosisme, soit le contraire de la stabilité émotionnelle, l’extraversion, l’ouverture, l’agréabilité et la conscience.