Donny Benét – The Don

Si vous n’avez jamais entendu parler de Donny Benét, c’est tout à fait normal. D’après quelques échos captés ici et là, le travail de l’intéressé parviendrait souvent aux oreilles de l’auditoire par pur hasard, au cours d’une virée sur l’algorithme YouTubien, du côté de ce qu’une poignée (de géant) d’internautes nomme « The Good Part of YouTube » : ce pays virtuel recensant moult artistes alternatifs peu communicatifs mais à l’activité prolifique.

Donny Benét ferait donc partie intégrante de cette immense bande de zèbres qui repoussent les frontières de l’audace dans leur coin illuminé.

En ce mois d’avril bipolaire, il se décide à sortir du bois en brandissant sa dernière potion magique de druide marginal : The Don. L’artiste réapparaît quatre années après l’exubérant Weekend at Donny’s, album collaboratif sur lequel il invitait six artistes des deux genres à agrémenter l’esthétique musicale qu’il incarne depuis ses débuts, celle d’un crooner italien kitsch susceptible d’être sollicité pour composer la B.O. d’un long-métrage érotique du milieu des années 1970. Le portrait n’est pas emphatique, Donny cultive le clinquant, mais le clinquant adroit.

Avec The Don donc, le thème se perpétue. Synthétiseurs volubiles et vaporeux, saxophone, moments de voix parlée, lignes de slap rageuses et chant languissant, tout s’assemble pour former ce vortex disco rétro. On pourrait facilement s’y perdre mais on ne s’y perd pas, le second degré et le groove fusionnent comme si ça allait de soi. Derrière cette façade fastueuse se cache un artiste tatillon qui maîtrise ses instruments avec une aisance limpide. Un beau gâteau à étages.

Tracklist

Donny Benét – The Don (Remote Control Records, 06 avril 2018)

01. Working Out
02. Love Online
03. You’re Too Good
04. Santorini
05. Reach The Top
06. Konichiwa
07. Night In Rome
08. Just Leave Him