Il y a une vie après Sonic Youth, si discrète soit-elle. Le couple le plus célèbre du giron indépendant ayant décidé de jeter le bébé avec l’eau du bain, du moins pour le moment, et chacun vaquant à ses occupations – Thurston Moore, avec le récent Demolished Thoughts, retrouvant la foi en son nom propre et la gracilité pop tandis que sa désormais ex-femme, Kim Gordon, renoue avec les vertus de l’expérimentation tout en se lançant dans la mode par le biais de Surface to Air – les pointillés sont de rigueur lorsqu’il s’agit de dessiner un futur au groupe new-yorkais. Tout comme Lee Ranaldo – qui passe désormais le plus clair de son temps dans le sud-est français – Steve Shelley l’a bien compris et s’offre depuis plus d’un an une nouvelle jeunesse shoegaze au sein de Disappears en compagnie de Brian Case (chant, guitare), Jonathan Van Herik (guitare) et Damon Carruesco (basse). Si les deux précédents et dispensables LP des natifs de Chicago – Lux (2008) et Guider (2011) – s’étaient faits sans lui, il en retourne autrement du récent Pre Language paru à nouveau via Kranky. Et si l’on décèle sans peine la patte du maître, matte et fluide à la fois, inutile de préciser que le résultat est d’ores et déjà à la hauteur des attentes et d’une flatteuse réputation faite peu ou prou de « name dropping ». Premiers éléments de réponse ci-après avec Replicate, morceau mis en image par Jonathan van Herik et David Thomas et extrait de Pre Language. 

Bien entouré de White Hills & Booze, Disappears se produira le 27 mars prochain à Glazart dans le cadre d’une septième soirée Bonnes Manières pour le moins attendue.

Vidéo