Clan Destine Records : Interview et Mixtape

Il y eut un temps, symbolisé par le compact-disque, où l’industrie musicale était sûre de son fait. Un temps d’ailleurs où des mastodontes comme Universal, Sony Music, EMI ou Warner n’hésitaient pas à s’octroyer les entournures d’une culture alternative aussi bien en aspirant financièrement chaque label indépendant consentant (Mute, Island Records, Virgin Records…) qu’en asphyxiant, par la création de filiales autonomes bénéficiant de leur réseau de distribution (tel Small pour Sony et Geffen pour Universal), ceux disposés à lutter à armes inégales. Pur produit de l’indie américain, Nirvana, passant de Sub Pop à Geffen, squattait alors les charts avec la bénédiction des majors quand Sonic Youth faisait figure d’épouvantail d’un underground consacré annuellement sous les hospices du Lollapalooza, festival indépendant et itinérant, créé en 1991 par Perry Farrell (Jane’s Addiction) et vite tombé dans la transhumance mercantile.

Par une telle emprise, insufflant un conformisme teinté d’ambitions commerciales, les majors transformèrent en l’espace de deux décennies les relations entre maisons de disques et musiciens, ceux-ci n’étant plus jaugés qu’à l’aune de leur potentialité sonnante et trébuchante, tout en diluant l’essence même de leur identité vis-à-vis d’auditeurs ne se comportant plus à leur égard qu’en qualité de consommateurs. Si le mélomane pouvait se fier aux choix esthétiques d’un label qu’il connaissait sans pour autant connaître le groupe dont il compulsait au hasard le vinyle, quelle peut être la confiance de ce dernier pour une maison de disques dont la direction artistique se trouve supplantée par la commerciale ? Infime. Soit la marge de manœuvre par laquelle une myriade de labels indépendants investirent à nouveau, dès la fin des années quatre-vingt-dix, les aspérités créatives d’une industrie musicale bientôt moribonde. Car si la concurrence de ces labels à l’identité forte n’a jamais vraiment été un enjeu pour les majors, l’émergence d’internet en constitue un d’une toute autre ampleur.

Piratage, téléchargement illégal, l’argument est connu. Mais ce que l’on souligne moins est cette poussée toute récente d’une kyrielle de micro-labels, associant les nouvelles technologies de l’instantanéité au DIY le plus intégral et diffusant leurs sorties physiques – vinyles, cassettes ou CD-R – sans passer par la case « distribution ». Pas sûr que cela fasse trembler les fondations de l’industrie musicale, mais peu à peu ladite démarche de « label » reprend un sens autrement moins fermé et réservé aux initiés qu’auparavant. Différents des net-labels, ne proposant qu’un agrégat de téléchargements gratuit ou payant, ces labels n’en sont pas moins proches, partageant un esprit et une esthétique développées sans aucun autre motif qu’artistique. D’ailleurs, comment ne pas dresser un ponts entre eux alors qu’Amdiscs (lire), La Station Radar (lire), ou encore Free Loving Anarachist ont, chacun leur tour, collaboré avec la plus éminente des structures digitales, Beko Dsl (lire) ?

La dernière collaboration du label brestois résonne de ce fait tel un round d’observation annoncé. Clan Destine Records et sa cohorte de l’ombre – Petra Schelm, oFF, Gr†LL Gr†LL, Among The Bones, Gray Things, Ela Orleans, Drugs For Drunks, GHXST, Sealings, King Dude, GuMMy†Be∆R!, Fostercare, Mater Suspiria Vision, I††, Nattymari, Malibu Wands… – investissaient le 6 février dernier les limbes digitales pour une double compilation (lire) à la mesure de ses ambitions. Basé à Londres et proposant un catalogue non négligeable de sorties oscillant entre minimal-wave, witch haus, indie rock et ghost folk, Clan Destine Records confectionne au fil de ses sorties une identité sonore et visuelle seyant parfaitement à son nom et matérialisant un entremêlement d’influences à situer du côté de l’énergie et l’imagerie d’un punk anglais politisé et DIY, de la transgression que prônait la musique industrielle conçue par Genesis P. Orridge et Peter Christopherson, ou encore du chopped & screwed, né de remix au ralenti de morceaux du Dirty South par le Screwed Up Click d’Houston et en particulier de Dj Screw. Un prisme multiple donc pour une bande-son se déployant hors des sentiers battus, à la lisière d’un ciel partagé entre beauté crépusculaire et fantasmagorie noctambule. Carl – qui viendra croiser les platines avec Fleur et Jérôme de La Station Radar le 7 mars prochain à l’International lors d’un concert réunissant Ela Orleans, Terror Bird et Holy Strays (les détails => ICI) – nous entrebâille les portes d’un univers à l’extravagance magnétique en plus de se fendre d’une mixtape exclusive – à écouter et télécharger ci-dessous – dédiée à la mémoire de Peyton Houchins de Gray Things.

Entretien avec Carl de Clan Destine Records

mePeux-tu te présenter en quelques mots ? Qui es-tu Carl et qu’as tu fait avant Clan Destine Records ?
Can you introduce yourself in a few words? Who are you Carl and what did you do before Clan Destine Records?

C’est un secret.
What we do is secret….

Quelles sont tes premières influences musicales ? Le punk DIY ? Le post-punk anglais et américain ?
What were your first musical influences ? Punk DIY ? English and US post-punk ?

J’ai toujours eu des goûts musicaux très larges et éclectiques. J’ai grandi en écoutant du punk et du hardcore, du post-punk et du hip hop. Mais en ce qui concerne mon travail avec le label, je dirais que mes principales influences, en particulier du point de vue de l’esthétique, sont les groupes et les labels totalement indépendants et Do It Yourself, tels que Crass. Mais ma plus grande influence est sans doute Industrial Records et Throbbing Gristle et la musique hallucinante de Psychic TV, Coil, Chris and Cosey

My personal music tastes have always been broad and wide ranging. I grew up listening to Punk/Hardcore, Post Punk and Hip Hop. But yes on what I do with the label I’d say the biggest influences, especially in an aesthetic way, are bands and labels that were totally DIY, like Crass for example. But maybe the biggest influence would be Industrial Records and Throbbing Gristle, and all the amazing music that came from that Psychic TV, Coil, Chris and Cosey, etc.

Raconte moi comment Clan Destine Records est né. Qui est derrière ? Comment vous vous êtes rencontrés et quelle a été l’idée à l’origine ?
Tell me how Clandestine Records was born? Who is behind? How did you meet and what was the idea of origin?

Plusieurs personnes sont impliquées dans le label à des degrés divers même si je suis le principal intéressé. C’est moi qui traite directement avec tous les artistes. À l’origine, le label devait servir à auto-produire certains projets dont je faisais partie… mais ça n’a pas abouti. Nous avons quand même conservé l’idée du label pour produire la musique de nos amis et tout est parti de là.

There are a few people involved with the label to varying degrees. But it’s mainly me, I deal with all the artists directly. The label started originally to self release some projects I was involved in but that fell apart…..we carried on with the label idea though and released music our friends were doing and its grown from there.

Pourquoi ce nom « Clan Destine Records » ? Une marque de résistance ? Contre qui ?
Why this name, « Clan Destine Records »? A mark of resistance? Against who?

Nous n’avons et n’aurons jamais rien en commun avec l’« industrie de la musique » sous quelque forme que ce soit, à moins que ce ne soit à nos conditions et aux conditions de nos artistes, et j’ajouterais que c’est une question de musique, non de label. C’est de là que vient le nom du label. Ça a avoir avec l’intégrité par rapport à la musique.

We have and will have nothing to do with the ‘music industry’ in any shape or form, unless its on our own terms and our artists terms, plus its all about the music not the label. So I guess that’s where the label name came from. It’s about integrity to the music.

Pourquoi choisir les formats cassette et vinyle ?
Why are you choosing the K7 and vinyl formats?

Nous avons sorti pas mal de cassettes car c’est un format peu coûteux mais aussi parce que nous l’aimons. Pour ce qui est des vinyles, c’est plus une raison physique : dans son ensemble, le vinyle est un objet d’art qui véhicule les rêves, les cauchemars, l’art d’une personne, ou une partie d’elle-même. Acheter une cassette ou un disque demande un certain effort : il faut se lever pour la ou le retourner, il faut en prendre soin. Ils sont tactiles, réels. Bref, ces supports conviennent parfaitement à la bonne musique, tu ne trouves pas ?

We put out a lot of K7’s because we can get a lot of good music out, and to people in an affordable way with that format. But also we just like cassettes. Also with vinyl its a physical thing, taken as a whole its an object of art. Carrying someones dreams, nightmares, art, a part of themselves. You have to make an effort when you buy a tape or record. You have to get up and turn them over, look after them. They are tactile, real. Befitting good music don’t you think?

malibu-wands-lathe-cut-seven-inch

Clan Destine Records sort aussi bien des artistes indie rock que witch haus… Comment choisis-tu les artistes avec lesquels tu travailles ?
Clan Destine Records takes out as well indie rock as witch haus’s records… How do you choose the artists you work with ?

Pour faire simple, nous ne sortons que ce qui nous plaît. Nous partons du principe que si nous aimons, quelqu’un d’autre aimera aussi. Nous avons produit beaucoup d’artistes différents aux styles musicaux différents. Mais de la bonne musique, c’est de la bonne musique et je pense qu’il est sain d’être ouvert et de ne pas se confiner à un seul genre. Ceci dit, s’il y a un point commun à toute la musique que nous produisons, c’est qu’elle a été réalisée par les artistes. C’est une évidence pour nous. L’entente avec nos artistes est également importante. Nous acceptons rarement les démos.

To boil it down to the basics, what we put out has to sound great to us, and we think if we like it, someone else will too. We have released a lot of different artists with different musical styles. But good music is good music, and I think its healthy to have an open mind and a disregard for genre pigeonholes. That said there is a common ground with everything we put out and that’s that all the music we release is made by the artists because it had to be. It’s also important we get on with the artists we put out. We rarely accept demos.

Quelle est la ligne artistique du label ? Il y a une esthétique, un concept que tu essayes de prolonger à chaque sortie ?
What is the artistic guideline of the label ? Is there an aesthetics, a concept which you try to keep at every release ?

Nous avons eu la chance de travailler avec des artistes / designers extrêmement talentueux pour nos pochettes : Calla Donofrio, Mario Zoots, William Cody Watson, Carlos Ruiz (qui a conçu notre logo et qui nous a fait quelques couvertures), Bianca Bazzocchi, Joshua Burwell, pour ne citer qu’eux. J’ai fait moi-même pas mal d’artworks et parfois ce sont les groupes eux-mêmes qui les font. Mollie Wells et Conrad Vollmer (Petra Schelm / Warm Hands) ont fait un merveilleux boulot avec leur nouvelle cassette par exemple. Je pense pouvoir dire que l’esthétique commune à nos albums est plutôt sombre et DIY.

We’ve been lucky to work a lot of really talented artists/designers for our covers, Calla Donofrio, Mario Zoots, William Cody Watson, Carlos Ruiz (Who designed our logo, as well as doing some covers for us), Bianca Bazzocchi, Joshua Burwell, amongst others. I have done a lot of the covers too, and sometimes the bands do their own art. Mollie Wells and Conrad Vollmer (Petra Schelm//Warm Hands) made a wonderful zine and art for their new tape for instance. Though I guess we do have a ‘dark’ and DIY aesthetic that comes through in our releases.

Quelles sont les relations entre les groupes et le label ? Il s’agit juste de sortir leurs disques ou les relations sont plus fortes et soutenues ?
What are the relations between the groups and the label? It is only for releases or are the relations stronger and more sustainable?

Comme je l’ai déjà dit, il est important que nous nous entendions avec les artistes / groupes que nous produisons. La majorité de ce que nous avons produit étaient des projets d’amis ou d’amis de nos amis. Donc, nous travaillons généralement en étroite collaboration. C’est presque comme une famille ou un clan. Probablement plus comme la famille Manson ou Addams qu’une famille traditionnelle, mais tu vois ce que je veux dire…

Like I mentioned earlier its important to us to get on with the artists / bands we release. Most of what we have released has been friends projects or people we have met through our friends so it usually works out as a close relationship. Almost like a family or Clan. Probably more like the Manson or Addams family than a normal functional family but there you go…

screwpuffinDis m’en plus sur la witch haus… C’est ton attrait pour Dj Screw qui fait que tu aimes ce genre musical ?
Tell me more about witch haus… Is it your attraction for Dj Screw who makes you love this musical genre?

Je dois dire que je ne suis pas un grand fan du terme « witch haus »… En fait, je n’aime pas que l’on catégorise les choses, bien que je puisse le comprendre d’une certaine manière. Mais je suppose que ça va durer. Ça convenait à des groupes comme Pictureplane et Shams qui ont été les premiers à y recourir en faisant de la house music plus lente qu’ils accompagnaient d’images occultes. Le style couvre peut-être maintenant trop de sons disparates, mais peu importe. Dj Screw a toujours été l’un de mes artistes préférés. L’héritage que The S.U.C. et lui-même ont laissé derrière eux est plutôt incroyable. C’est triste que tant de membres des Clik ne soient plus là… R.I.P. Screw et tous les soldats des Screwed Up Clik qui nous ont quittés. Mais pour faire court, oui, cela m’a beaucoup influencé, ainsi que de nombreux producteurs de witch haus.

I have to say I’m not a big fan of the term witch haus haha. But then I’m not a fan of most pigeonholing, though I can understand it in a way. But I guess its here to stay. It suited bands like Pictureplane and Shams who first used it. Who made slowed down house music with okkult imagery. Now it covers maybe too many disperate sounds, but who cares. Dj Screw has always been one of my favorite artists. And the legacy he and The S.U.C. left behind is pretty amazing. It’s sad so many of the Clik has passed though. R.I.P. Screw and all the Screwed Up Clik soldiers that have gone. But short answer, yes a big influence on me and a lot of witch haus producers, its the source.

Qu’est-ce qu’un bon morceau de witch haus ?
What is essential to make good witch haus songs?

Selon moi, et je ne peux pas parler au nom de tous, il faut simplement faire de la bonne musique. Il ne s’agit pas uniquement d’adapter la chanson d’un autre avec audace ou quoi que ce soit. Si tu veux faire de la witch haus, il faut que tu gardes à l’esprit Screw et tous ceux qui en ont fait avant toi, probablement mieux que toi. Ça doit venir de toi, pour toi.

To me, and I can’t speak for everyone. It’s just make good music. Not just pitch down someone else’s song in audacity or something. For those that do that remember Screw and a slew of others have done that already and probably better than you. Do something from yourself, for yourself.

I††, Ice Cream, Modern Witch… des fils de Salem… ou différents et mieux ?
I††, Ice Cream, Modern Witch… all sons of Salem… or different and better ?

Ice Cream sont plus punk psychédéliques selon moi. Mais I††, Modern Witch, Drugs For Drunks, Fostercare, Nattymari, Gummy Bear, MSV et les autres artistes que nous avons sortis, ou que nous allons sortir, ont été étiquetés witch haus. C’est plutôt naturel de les comparer à , vu leur succès. Mais, pour moi, ils sont tous totalement différents. Je ne produirais pas un groupe qui ressemble à Salem, à moins qu’il ne s’agisse de Salem… ! Je suis un grand fan de Salem et Young Cream. Une réponse courte…pour changer.

Ice Cream are more psychadelic punk to me. But with I††, Modern Witch, Drugs For Drunks, Fostercare, Nattymari, Gummy Bear, MSV and the other artists we have put out, or will soon, that have been labelled witch haus, I guess its natural to compare them with Salem, with their success. But they are all totally different sounding to me. I wouldn’t put out a band that sounded like Salem, unless it was Salem themselves haha. I’m a big fan of Salem and Young Cream. So short answer…different.

Dead Gaze, Ela Orleans… Tu partages beaucoup d’artistes avec les labels français Beko et La Station Radar… Quelle est ta relation avec eux ?
Dead Gaze, Ela Orleans… you share many artists with French labels Beko and La Station Radar… In what way are you related to them?

Les gars de Beko et de La Station Radar sont extras. Nous partageons des artistes avec d’autres labels aussi, comme DISARO, Sex Is Disgusting, etc. Nous nous entendons avec un tas de gens d’autres labels indépendants dont nous partageons les goûts et avec lesquels nous échangeons des disques. Le monde est tout petit en fait…

The people at Beko and at La Station Radar, are awesome. We share artists with other labels too, like DISARO, Sex Is Disgusting, etc. We have the same tastes, trade records, and are friendly with a lot of people at other DIY labels. Also sometimes its just a scarily small world haha.

Dis-m’en plus sur Ela Orleans.
Tell me more about Ela Orleans…

La première fois que j’ai entendu Ela, c’était sur le LP Lost de La Station Radar. C’est un de mes albums préférés. Quand elle a accepté, un peu plus tard cette année-là, de faire un album avec nous, j’étais super excité. C’est aussi l’une des personnes les plus incroyables que j’ai jamais rencontrées, mon alter ego…

I first heard Ela’s music on the LP Lost from La Station Radar. It’s one of my favorite records. So I was stoked when she agreed to do a record with us later this year. She’s also one of most awesome people. I’ve ever met, my second self….

king-dude-black-triangle-7_-cover1

Quel est le futur proche de Clan Destine Records ?
What’s the near future of Clan Destine Records?

K7’s par oFF, Petra Schelm / Warm Hands, Mushy / Drugs For Drugs, Nattymari / Gummy Be∆R!, Dose, GHXST et un LP par Mater Susperia Vision pour janvier ou février… Et plein d’autres à venir. Plus de vinyles l’an prochain et, j’espère, de téléchargements aussi.

K7’s by oFF, Petra Schelm//Warm Hands, Mushy//Drugs For Drugs, Nattymari/ Gummy Be∆R!, Dose, GHXST,  and an LP by Mater Susperia Vision for Jan/Feb…lots more to come. More vinyls next year and hopefully downloads too.

Et tes espoirs les plus fous ?
And your craziest hopes ?

J’ai toujours voulu prendre Cuba et, de là, prendre les États-Unis et briser le statu quo. J’y travaille ! Sérieusement, en ce qui concerne le label, juste sortir de la bonne musique et peut-être amener les gens à penser par eux-mêmes…

I’ve always wanted to take over Cuba and then use it as base to take over the US and smash the status quo. I’m working on it. Seriously though, with regards to the label, just to put out good music, and maybe get people to think for themselves…

Quel est ton sentiment sur l’industrie de la musique et internet ? Les choses sont-elles différentes ? La musique a-t-elle un prix ?
How do you feel about the music industry and the internet ? Are things different ? Has the music no price ?

Je pense que les jours de l’industrie de la musique populaire sont comptés et ce n’est pas pour me déplaire. Pourquoi ? Parce que les grands labels ne reposent sur rien d’autre que sur les marges bénéficiaires et n’ont aucun scrupule à entuber leurs artistes et leurs clients. This is merde.

Ce que nous faisons, ainsi que les labels que nous aimons, n’a à mon sens rien à voir avec l’industrie de la musique grand public. Les labels comme Bathetic, Savoury Days, Night People, Sex Is Disgusting, La Station Radar, M’Ladys, Sacred Bones, FLA, Skrot Up, Kill ShamanFamily Time, Desire, Disaro – je pourrais continuer des heures – et nous-mêmes, sont une alternative à l’ « industrie de la musique » populaire, basée sur la musique, l’art et l’intégrité. Cela semble prendre de l’ampleur, ce qui est évidemment génial !

Internet, comme la plupart des choses, a autant de côtés positifs que négatifs. Les avantages, à mon sens, sont la facilité de communication et de promotion et la possibilité de découvrir un tas de bonne musique. Et surtout, c’est gratuit et facile à utiliser. Donc, pourquoi ne pas le faire ? Les désavantages, avec la musique, ce sont les téléchargements gratuits qui peuvent dévaluer la musique et l’art de plusieurs façons. Mais les cordes de guitare et les sampleurs ne sont pas gratuits. Donc, soutenez vos artistes préférés, bande de cyber hippies ! En plus, le monde derrière votre porte est bien plus intéressant que ce qui, par essence, n’existe pas ailleurs que sur un écran: allez à des concerts, faites sauter le gouvernement, faites-vous renvoyer, formez un groupe, la seule chose qui soit sûre dans la vie, c’est qu’elle a une fin, ne la gaspillez pas devant un écran !

I think the mainstream music industry is going the way of the dodo and that’s not a bad thing in my eyes. Why? Because major labels are based on nothing but profit margins, and have no qualms about screwing over their artists or their customers. This is merde.

I think what we and the labels we like do, is totally separate to the mainstream music industry. Labels like Bathetic, Savoury Days, Night people, Sex Is Disgusting, La Station Radar, M’Ladys, Sacred Bones, FLA, Skrot Up, Kill Shaman, Family Time, Desire, Disaro, (I could go on and on) and ourselves are an alternate to the mainstream ‘music industry’, based on the music, art and integrity to it. This seems to be flourishing now. This is of course awesome.

With the internet, as with most things it has both positives and negatives. Positive things in my mind are, easy communication, promotion, and you can check out loads of good music. And in the main its free and easy to do. So use it. Negatives, with music, in some ways free downloads are expected now, and i think this can devalue music, fine in a lot of ways. But guitar strings and samplers are not free, support your favorite artists, cyber hippies. Plus the world out your door is way more interesting than anything that in essence doesn’t exist beyond a screen and some wires, go to a show, blow up a government building, get laid, start a band, the only thing you can count on in life is its going to end, don’t spend all of it looking a screen.

off-disenchanted-fairytale-tape-cover

Sans mentionner les groupes du label… Quelle came te rend addict ?
Without mentioning your label’s groups…  What are the things you are addicted to?

Je suppose que tu veux dire musicalement ? Tu ne parles pas de sexe et de drogue ? Les groupes que j’aime vraiment pour le moment et qui ne sont pas signés par nous sont Die Antwoord, Hounds Of Hate, Graffiti Island, Hype Williams, //TENSE//, Thee Oh Sees, Os Ovni, LA Vampires, Sauna Youth, Salem, Unison, Ty Segall, Factums, Portable Morla, Black Orphan, Gospels, Procedure Club… Je pourrais continuer indéfiniment… J’écoute beaucoup de musique. Beaucoup de vieux minimal synth, du dub et du garage punk aussi.

I take it you mean musically? Not Sex and drugs? Bands I am really liking now, not on the label are, Die Antwoord, Hounds Of Hate,Graffiti Island, Hype Williams, //TENSE//, Thee Oh Sees, Os Ovni, LA Vampires, Sauna Youth, Salem, Unison, Ty Segall, Factums, Portable Morla, Black Orphan, Gospels, Procedure Club….I could go on and on….I listen to a lot of music. Lots of old minimal synth, Dub andgarage punk too.

Pour finir, demande-moi quelque chose…
To finish, ask me anything…

Puis-je te toucher, mon ami ?

Can I touch you friend?

Mixtape

Clan Destine Records Hartzine Mix (download)

La mixtape a été confectionnée avec amour à partir de morceaux choisis de manière aléatoire parmi nos sorties passées et à venir. Elle est dédiée à Peyton Houchins de Gray Things qui nous a quittés le 28 décembre dernier. C’était un super gars et c’était toujours un vrai plaisir de discuter avec lui… tu vas nous manquer !

The mixtape is woven with love from tracks taken at random from our releases so far, or upcoming ones. It is dedicated to Peyton Houchins of Gray Things who sadly passed away on 28th of December this year. He was a great guy and it was always a pleasure to talk to him, you will be missed bro!

01. Mushy – I Kill My Faith edit
02. Gray Things – Lazy Dream
03. Dead Gaze – Tag The Stray
04. Skylines – Clean Covers
05. Fostercare – Body search
06. Neonates – Private World
07. Modern Witch – Your Life A Movie
08. Ice Cream – Little Children
09. Petra Schelm – Darker (Warm Hands cover)
10. I†† – øø_psalms
11. Nattymari – Pokey Steve Chop
12. Drugs For Drunks – ø√€® †h€®€