Chroniques

  • Watter – This World

    La musique dépouillée de chant est un refuge, une turne instrumentale laissant libre court, pour qui daigne y pénétrer, à l’imagination la plus débridée. L’expérience de l’ailleurs sans sortir de chez soi, sans même quitter sa chambre, voire son plumard. Finalement, le post-rock, s’il a une réalité dans la boîte de Pandore de l’étiquetage utilitaire, s’est avant tout attelé à [...]
    1
    0
  • Metek – Riski

    Si les aléas de la vie ont empêché Metek de sortir son premier album solo avant 2014, Riski n’aurait sûrement jamais pu voir le jour sans les vingt ans de recul autour desquels le rappeur a construit son identité musicale. Sans véritable schéma, la carrière de Metek fait se succéder des cycles up and down, d’éternels recommencements ponctués d’accomplissements personnels avant de repartir de zéro, [...]
    0
    0
  • Driftmachine – Nocturnes (PREMIERE)

    Si les parallèles entre œuvres musicales et septième art foisonnent, l’un de servant de l’autre comme bande originale, l’autre dépeignant l’instant d’écoute comme une invitation à la projection cinématique, peu sont ceux dressant un pont entre les premières citées et l’histoire littéraire. Inconsciemment, et sans mettre le doigt instantanément dessus, Nocturnes de Driftmachine – réunion d’Andreas Gerth de Tied & [...]
    0
    0
  • The War On Drugs – Lost in the Dream

    Mai 2014 – Voilà déjà deux mois que ce nouvel album des américains de The War on Drugs est sur notre platine an attente d’une éventuelle chronique. La programmation fraichement tombée de La Route du Rock (énorme jeudi soir en perspective !), notre rendez vous (f)estival préféré, et la relance de notre collègue photographe Hélène ayant rencard avec le groupe pour [...]
    0
    0
  • Full Ugly – Spent The Afternoon

    Symptomatique de cette époque aseptisée dans laquelle nous nous enfonçons un peu plus chaque jour, le coup de folie et la maladresse bienvenue ne se trouvent plus de figure de proue dans le paysage musical lo-fi actuel (si tant est que l’on puisse encore parler de véritable esprit lo-fi en 2014). Il n’y a qu’à observer l’évolution artistique d’Adam Green [...]
    0
    0
  • Pierre & Bastien – LP

    Pierre & Bastien sont trois. Pierre & Bastien s’appellent Paul, Frédéric, Baptiste. Et ils n’ont pas grand chose en commun avec le compositeur Pierre Bastien, surtout pas sa discrétion. Passé leur nom de scène, les masques tombent rapidement. On ne pouvait pas les rater le mois dernier rue Jean-Pierre Timbaud dans le 11ème arrondissement de Paris. Pierre & Bastien ont fait un concert gratuit et ont [...]
    0
    0
  • Mac DeMarco – Salad Days

    À bien des égards, Mac DeMarco incarne ce que l’indie peut produire de plus détestable. Un corps frêle attifé d’une vieille casquette élimée aux couleurs pâlichonnes. Une blue jean sans forme sur le lequel s’affaisse un t-shirt quelconque. Un visage androgyne, sabré d’un large sourire, sur lequel flotte un regard de dément. Une paire d’yeux bleus profond et les dents [...]
    3
    0
  • Torn Hawk – Through Force of Will

    Si comme le dit Aki, tous les chemins mènent à L.I.E.S., alors nombreux sont ceux qui ont déjà croisé sur leur route le nom de Torn Hawk. Inconnu du grand public il y a encore deux ans, le compositeur et vidéaste Luke Wyatt est devenu l’une de figures représentatives de la frange « non-dance music » du label, après s’être illustré en 2012 [...]
    0
    0
  • Liars – Mess

    Petit événement dans ma mailbox, le nouveau Liars, Mess – à paraître le 24 mars prochain toujours sur Mute Records – m’attend tel un jouvenceau avide de se faire déflorer. Autant dire les choses crûment, je branche mon casque et prépare l’écoute de la même façon que lors de la réception du dernier Sasha Grey – un paquet de mouchoirs, [...]
    7
    0
  • HTRK – Psychic 9-5 Club

    Difficile de rester objectif quand il s’agit de parler de HTRK. Le groupe a su conquérir le cœur de la rédaction, que ce soit grâce à Marry Me Tonight, condensé d’énergie punk catalysé dans un alliage de sonorités noisy et électro, ou Work (Work Work) entrelacs d’atmosphères putrides suintant le sexe et le sang. Ce dernier, marqué par la disparition [...]
    0
    0
  • The Autumn Defense – Fifth

    Une chronique d’un album de soft rock sur hartzine ? Eh bien oui, vous n’hallucinez pas, nous osons… Parce qu’il nous faut bien comme à tout un chacun une bande-son à nos matins d’hiver, nos dimanches d’automne, nos lendemains de soirées souvent bruyants, nos rêves de road trip californien… Bien sûr, dans le soft rock, il y a beaucoup à [...]
    0
    0
  • Low Jack – Garifuna Variations

    Tous les chemins mènent à L.I.E.S ! Le label de Ron Morelli (interview ici) a décidément le vent en poupe et s’intéresse de près à nos Frenchies, car après Voiski c’est au tour de Low Jack de débarquer sur la maison de disques new-yorkaise oscillant entre ghetto-house et minimal-tech sauce indus. L’artiste, qui a fait ses premières armes via Get [...]
    0
    0
  • Gem Club – In Roses

    “Did I listen to pop music because I was miserable? Or was I miserable because I listened to pop music” s’interroge Rob Gordon, héros malgré lui de High Fidelity, délicieux premier roman de Nick Hornby subtilement porté à l’écran par Stephen Frears. Autant être clair d’emblée, ça n’est certainement pas l’écoute d’In Roses, second album de Gem Club, sorti chez [...]
    0
    0
  • Elysian Fields – For House Cats And Sea Fans

    It’s Complicated. Tel est le statut qui pourrait résumer notre relation à la musique d’Elysian Fields. Une liaison tumultueuse, due à cette fâcheuse tendance du duo à souffler le chaud et le froid, Jennifer Charles se chargeant du rôle de l’allumeuse en chef, (ab)usant de son chant d’une sensualité rarement égalée. Objecteur de conscience n’ayant jamais souhaité prendre définitivement parti pour [...]
    0
    0
  • The Notwist – Close To The Glass

    Close to the Glass marque enfin le retour aux affaires de nos précieux amis teutons de The Notwist. Et on peut révéler ici qu’avant même la moindre écoute, on applaudissait déjà des deux mains, après six longues années d’impatience depuisThe Devil, You + Me. Le quatuor prend certes son temps, mais toujours à bon escient : six ans, c’est ce qui leur avait déjà fallu pour [...]
    0
    0