Lui est Brestois, se démène avec agilité dans des formations parisiennes mariant boiserie folk et nuages d’électricité telles qu’Arch Woodmann (lire) ou Every Man Has Your Voice. Elle est originaire de Lawrence au Kansas, et se dénude sentimentalement accompagnée de sa frustre guitare dans le giron du label Camaraderie Limited. Jérémie Rüest et Andrea Perdue se rencontrent à Paris dans un concert en appartement organisé par les Balades Sonores. Une étincelle qui donne lieu à un exode commun, d’abord à Lawrence, puis entre San Francisco et Los Angeles. C’est sur cette route nimbée d’un soleil radieux et constellée d’amitiés diverses, entre Hospital Ships, The Appleseed Cast, The Get Up Kids et Your Friend, que les deux musiciens croisent leur savoir-faire et donne naissance à Cerf Volant qui rappelle d’emblée, à la fois la candeur primitive de Memoryhouse et l’onirique orfèvrerie de Beach House. Esquissant leur rêverie pop entre Oakland au Owl Sight Studio et Berkeley, le duo conciliant d’un souffle sensualité et structure aérienne sort un premier EP éponyme, à découvrir ci-après en intégralité et à paraître le 15 février prochain via un autre Brestois Beko – tiens tiens. Inutile de dire que cette première bande magnétique est un prémisse d’autant plus savoureux que l’on subodore déjà ce Cerf Volant flottant dans un ciel dégagé d’unanimité.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

12373302_10206583081228205_451127259889758727_n
Cerf Volant – s/t (Beko, 15 févier 2016)

01. Foal
02. Dark end of the Sea
03. Way Back
04. Fire