Mixtape : Roger West

Roger West - Wasted HouseLe jour où officiellement plus personne, ou presque, n'est Charlie, et où toutes individualités versatiles reprennent le pas sur ce troublant et fragile rêve collectif, Amédée De Murcia, fiché des services d'In Paradisum pour ses travaux solitaires avec Somaticae (lire) et ceux plus communautaires au sein d'Insiden (lire), se fait désormais scéniquement dénommer Roger West (lui + lui = 90), patronyme sous lequel le producteur Lyonnais s'écarte des sonorités noise-industrielles qu'il tripatouille habituellement pour prendre un malin plaisir à déconstruire des tubes dance innommables, chinés sur des compilations appartenant à sa petite amie, et donner ainsi corps à l'EP Wasted House paru aujourd'hui sur la structure parisienne qu'on ne présente plus (lire). Si le contexte et la matière sont donc de facto plus légers, le résultat en quatre titres de cette transmutation ironico-hantologique s'avère aussi fascinant que rafraîchissant, à mi-chemin des fractales de Numbers, Actress ou des disques de Lee Gamble sur PAN, en invitant l'auditeur à s'abandonner sur une piste de dance n'ayant jamais véritablement existé. En plus du disque à écouter en intégralité, et en sus d'une mise en images du morceau phare End House réalisée par Hugo Saugier, une mixtape délayant les influences de ce projet est à glaner ci-après.

Mixtape

01. Lee Gamble - 3,4 Synthetics
02. Opn - Zebra
03. Jérôme Noetinger & eRikm - Skies of Blue
04. Galaxy 2 Galaxy - Timeline (slow)
05. Actress - Crushed
06. Lando Kal - Help Myself (slow)
07. Roger West - Flush House
08. Herva - Jointless
09. Basic House - Perishing
10. Aki Onda - Flickering Ligths
11. Roger West - End House
12. V/Vm - Blue Things (baby's got)

Audio

Vidéo

https://www.youtube.com/watch?v=I2z2xNrzAy0

Tracklisting

Roger West - Wasted House (In Paradisum, 19 janvier 2015)

01. Moldy House
02. Washing House
03. Soaked House
04. End House


Hartzine Yearly Mixtape 14'

best1

Notre bilan 2014, à (re)découvrir par ici.

[button colour="black" type="slightlyroundedarrow" size="large" link="http://www.mediafire.com/download/p21a2eioxpju2xl/hartzine-yearly-Mixtape.zip" target="_self]DOWNLOAD[/button]

Tracklist

01. Night Riders - L'Espace Et Le Temps
02. Container - Glaze
03. Motorama - Dispersed Energy
04. Plurabelle - Lindo
05. Sterling Roswell - The Girl from Orbit in Dub
06. Massimiliano Pagliara - With One Another
07. Wild Beasts - Wanderlust
08. Umberto - La Llorona
09. The Acid - Creeper
10. Ritual Howls - Turkish Leather
11. Koudlam - Negative Creep
12. Femminielli Noir - Me Gusta El Dolor
13. Ricardo Tobar - Hundreds
14. Wild Beasts - Wanderlust
15. TRAAMS - Flowers
16. Hannah Diamond - Attachment
17. Prince Innocence - Cold
18. Real Estate - Talking Backwards
19. Johnny Aries - This Grave Is My Bed Tonight
20. NO ZU - Raw Vis Vision
21. J. Cole - Fire Squad
22. John Carpenter - Obsidian
23. Wu-Tang Clan - Ruckus In B Minor
24. SchoolBoy Q - Man Of The Year
25. Foxes in Fiction - Shadow's Song
26. Vanessa Amara - King Machine
27. Karen Gwyer - Girl With Pitbull
28. Lukid - Nine
29. Violet Poison - Force final
30. Cut Hands - The Claw
31. Morrissey - Mountjoy
32. Former Descent - All-In And Losing The Game
33. Stimming - The Southern Sun (Original Mix)
34. Shamir - Sometimes A Man
35. Shellac - Dude Incredible
36. Vince Staples - Blue Suede
37. Watter - This World
38. Beck - Blue Moon
39. Gesloten Cirkel - Submit X
40. Etienne Jaumet - Metallik Cages
41. Kassem Mosse - Untitled B1
42. Frank & Tony - After Days
43. Lorenzo Senni - Elegant and never tiring
44. Aquaserge - Tout arrive
45. Ariel Pink - Black Ballerina
46. Red Axes - Too Late To Samba
47. Ara Koufax - Brenda
48. SLEAFORD MODS - tweet tweet tweet
49. YG - Sorry Momma (Feat Ty Dolla $ign)
50. Azealia Banks - Desperado
51. Yong Yong - Maca Lu-Lu
52. Helena Hauff - Message From Filippo
53. Vessel - Red Sex
54. Andy Stott - Faith In Strangers
55. Arca - Thievery
56. Valentin Stip - Correlation
57. Future - Honest
58. Rich Gang feat. Rich Homie Quan & Young Thug & Birdman - Flava
59. NehruvianDOOM - OM
60. Freddie Gibbs & Madlib - Deeper
61. Takako Minekawa & Dustin Wong - Party on a Floating Cake
62. Morrissey - World Peace is None of Your Business
63. Jessica93 - Asylum
64. Don't DJ - Swifts
66. TOPS - Way To Be Loved
67. Mac DeMarco - Passing Out The Pieces
68. Future Islands - Spirit
69. Papercuts - Still Knocking At The Door
70. Avi Buffalo - Overwhelmed with Pride
71. The War on Drugs - Under The Pressure
72. Amen Dunes - Lilac In Hand
73. Gem Club - Polly
74. Bing & Ruth - The Towns We Love is Our Town
75. Childhood - Right Beneath Me
76. Adam X - Catenary
77. Violet Poison - Palace of Mirrors
78. Ben Frost - Nolan
79. John Carpenter - Vortex
80. Consumer Electronics - Affirmation
81. Plaid - Hawkmoth
82. Odawas - Black Iron Awakening
83. HTRK - Blue Sunshine
84. In Aeternam Vale - 62,54hz
85. ΑΝΑΣΤΕΝΑΡΙΑ _ Vatican Shadow Version
86. Vanessa Amara - Untitled
87. Lotic - Crazy 4 Val Venis
88. Fugazi - Merchandise
89. Black Rain - Protoplasm
90. Tomaga - Malintesi
91. Profligate - Maniac Will Win
92. The Proper Ornaments - Summer's Gone
93. Pure X - Starlight
94. Beau Wanzer - Balloons
95. Koudlam - Tonight
96. Obalski - hotensia
97. A.r.t. Wilson - Janine's Theme
98. Mamiffer - Caelestis
99. Battle Trance – Palace Of Wind I
100. Wife- Heart Is A Far Light
101. Todd Terje - Delorean Dynamite
102. Grouper - Holding
103. Juan Wauters - Escucho Mucho
104. Nas feat A.Z. - Life's A Bitch
105. Lewis - I Thought The World of You
106. Mogwai - come on die young - cody
107. Lambchop - Nixon - The Old Gold Shoe
108. Psyche - Eye Of The Hurricane
109. Joe Delia & Artie Kaplan - Ms. 45 Dance Party
110. Black Zone Myth Chant - My Glory Will Be to Sing Eternal Law
111. Craig Leon - Nommo
112. Hailu Mergia - Hari Meru Meru
113. Kennedy - The Wedding Present
114. Slint - Good Morning, Captain
115. Unwound - Pardon My French
116. Freedom (Hourya) - Abadane
117. Rodion G.A. - Elastic
118. CHA CHA GUITRI - Monsieur Madame
119. Severed Heads - Dead Eyes Opened
120. Patrick Cowley & Jorge Socarras - She Had Her Nerve


Exclusive mix : Maxime Iko

Maxime Iko - Dario's Cage EPJ’aime l’étrange, les profondeurs, la part sombre des gens et des lieux, les ambiances inquiétantes. Les films d’horreur, les contes et les mythes m’inspirent beaucoup : je suis fan de Carpenter, Lewis Caroll ou Dario Argento. Ca doit être les restes de ma période gothique, que j’assume totalement car elle m’a permis de découvrir l’électro et l’indus. Et puis danser dans un château fort sur Kraftwerk, c’est énorme ! Quand je mixe, j’aime provoquer les réactions des gens, donc pour moi il est impératif que le groove soit érotique. Pour moi, le sexe et la musique sont étroitement liés. D’ailleurs l’érotisme m’inspire beaucoup. En 2011, Maxime Iko nous révélait ce pourquoi Maxime Iko faisait du Maxime Iko (lire), et force est de constater qu'avec le temps les intentions sont restées identiques, s'admonestant même avec un surplus d'assurance. Sortant ce 12 décembre un troisième EP, Dario's Cage, via le label de Rework, Love Yeah, celui qui enfièvre toujours le Rex Club avec ses soirées Cockorico nous a concocté un mix, à écouter et télécharger ci-après, à l'image de ses productions, entre intensité et sensualité, hypnotisme techno et résonances gothiques.

Mixtape

01. NYMA & Carreno is LB - Mercurio / Items & Things
02. Bent Boys - Walk the night / Jc Records
03. Demian - Lucha Libre / Correspondant
04. Soulphiction - Ann Arbor / Musik Krause
05. LL Cool J - Droppin'em (Magda & NYMA Space Odyssey) / DTR
06. David Mayer - Fortune / Paso
07. Jimmy Edgar - Frequency / Music Man Records
08. NYMA & Carreno is LB - Sphere / items & things
09. Dubspeeka - Bully - idéal Audio
10. Maxime Iko - Hôtel J Girl / Loveyeah
11. The Persuader - Transform Human / Stockholm LTD
12. Gaiser - Say What ? / M_nus
13. Patrick Topping - Forget / Hot Creations
14. Fairmont - Boa (Chloé Remix) / MFR
15. Chelsea Wolfe - The Warden (Maceo Plex Remix) / Unreleased

Audio


Mixtape : Happy Meals

Happy MealsLe duo made in Glasgow Happy Meals a sorti le 10 novembre dernier son premier LP, sobrement intitulé Apero, et constitué d'une demie douzaine de chansons oscillant avec légèreté entre les Pealing Lights, version Lucifer, et les Chromatics de Night Drive, chanté par Suzanne Rodden avec un français approximatif comme on l'aime et un accent scottish bien de chez eux. Avec Lewis Cook, déjà à l'oeuvre au sein de The Cosmic Dead et Mother Ganga, ils remportent haut la main ce pari si vite pris, peu souvent tenu, de gravir la montagne de groupes dont ils s'inspirent pour créer une pop électronique, barrée et sinueuse, dans laquelle on aime à se fourvoyer sans aucun autre questionnement que le plaisir de l'écoute. Et du dodelinement de cervicales. Histoire de mettre en lumière le propos qui précède, on leur a demandé une mixtape qu'ils nous servent sur un plateau, flanqué du nom de Digestif et s'étirant de Madona à Saada Bonaire en passant par la synth-pop eighties française avec Deux et Martin Dupont. Apero + Happy Meals + Digestif, c'est l'heure de la pose casse-croûte. Bon appétit.

Mixtape

01. Transmuteo - Motivational Holography Suite
02. Jerry Paper - Fuzzy Logic
03. Madonna - Holiday
04. Tonsstartsbandht - 5ft7
05. Vono - Tanzstunde
06. Deux - Everybody Dance
07. Michael Ozone - Perfect Systems
08. Saada Bonaire - You Could Be More As You Are
09. Altered Images - I Could Be Happy
10. Martin Dupont - Your Passion
11. Operating Theatre - Eighties Rampwalk

Tracklisting

Happy Meals - Apéro (Night School, 10 novembre 2014)

1. Crystal Salutation
2. Electronic Disco
3. Altered Images
4. The Age Of Love
5. Visions Of Utopia
6. Le Voyage

Audio

Vidéo

https://www.youtube.com/watch?v=fnwnqXmgnyo


PERMALNK MXXXTP

MXXXTP_coverLe label parisien PERMALNK 3.0 a fait paraître le 22 septembre dernier sa première compilation Opaq Glitter sur une clé USB réunissant en mode aléatoire des artistes nés de la faille digitale tels que Alley Catss, Bataille Solaire, Torentus, Samuelspaniel et Le Matin - les deux derniers cités étant à l'affiche de la première bamboule estampillée 100% expé-vaporwave-kawai-acidulés du label qui se tiendra vendredi 14 novembre au Monseigneur avec le duo marseillais Ideal Corpus en tête de gondole (Event FB). Aussi facile à déchiffrer qu'un code htlm, la musique dégoisée par PERMALNK se situe à la frontière tenue entre avant-garde musicale dématérialisée et art numérique, ayant connu k-2000 en même temps que le grand bug de l'an 2000, et tient tout autant de l'hédonisme que de l’éphémère, tel que le prodigue encore aujourd'hui Amdiscs. Dans le viseur, un EP d'AyGeeTee et Kinlaw prévu le 8 décembre avec des remixes de Jono Mi Lo, Karmelloz, Fauna et Samuelspaniel, dont un extrait se niche en toute fin d'une mixtape qu'on a soutiré pour l'occasion à Maxime Aƥrịḻe, l'un des deux sparring partner de cet inter-zone.

PERMALNK MXXXTP

Tracklisting

01. Walton - City of God
02. 12Teen - KickDrum
03. Hosmoz - Drox
04. Subcode - Smokey Smile
05. Dj Dsl Connect - Dat Pharm
06. Tiltmode - Infinity Song
07. Gronos1 - Been Seeing That Light
08. DJ Paypal x 333 Boyz - Connect
09. Actress - Murder Plaza
10. Lorenzo Senni - Forever Headline
11. Poorsche - Gonna Anna Da Bad
12. Endloskosmos - Summer Night
13. DJ_rubenstuddard69 - Not Seapunk
14. AyGeeTee x Kinlaw - Kos Bir (Fauna Remix)

Party!

MONSEIGNEUR-Site-internet

On vous fait gagner cinq places. Envoyez vos nom et prénom à l’adresse hartzine.concours@gmail.com ou remplissez le formulaire ci-dessous. Les gagnants seront tirés au sort demain midi.

[contact-form-7 id="21274" title="Concours post"]

Audio


Trdlx Mixtape - Transient Festival

Trdlx Mixtape
Partie prenante de la programmation de l'excellent Transient Festival, qui aura lieu du 14 au 16 novembre à Mains d'Oeuvres (concours), le duo parisien Trdlx se pose là, en fer de lance du jeune label parisien VoxxoV Records - proche des confrères de SWQW - , prêt à dégoiser sa voie médiane entre électronique lynchienne et respiration organique, entre ambiant volubile et IDM addictive. Récents auteurs de l'album Dystopia, révélé en juillet de cet année, Boris Haladjian et Thibault Czukonyi offrent une mixtape, à écouter et télécharger ci-après, en forme de délectable avant goût de ce que le Festival nous réserve.

Mixtape exclusive

Trdlx x Hartzine - Transient Festival by Hartzine on Mixcloud

Tracklisting

01. Die Fantastichen Vier - Krieger (Aphex Twin Baldhu Mix)
02. Ike Yard - NCR
03. Tuxedomoon - Sarabande en bas de l'escalier
04. Valerio Tricoli - Hic Labor IIIe Domus et Inextricabilis Error
05. Ulver - Lost In Moments
06. Loess - Brumal
07. Richard Devine - Randale
08. Alva Noto + Ryuichi Sakamoto with Ensemble Modern - Grains
09. Shadow Huntaz - Roar
10. 69db - Stones in the background
11. Squarepusher/AFX - Freeman Hardy & Willis Acid
12. Fennesz - Only the Poor Have to Travel
13. ANBB - Katze
14. Biosphere - Antennaria

Audio


Automelodi - FriedrichshainMelodi Mixkassette

AutoXavierx3

Photos © Simon Grenier Poirier

Après un passage remarqué à l'Espace B le 3 octobre dernier afin de présenter son ultime Surlendemains Acides (lire) paru l'année passée sur Electric Voice Records, le Canadien Automelodi nous envoie d'Allemagne une FriedrichshainMelodi Mixkassette à découvrir et télécharger ci-après en exclusivité. Pas mieux pour finir la semaine. Une façon pour Xavier Paradis de vous dire merci de votre soutien et de votre présence.

Mixtape

Automelodi - FriedrichshainMelodi Mixkassette

01. Essaie Pas - Retox
02. Violence - La Spirale abîmée
03. Further Reductions - Death To The Beat
04. Kofe - Lomanye Plyaski (Кофе - Ломаные Пляски)
05. S.M. Nurse - Mort Automatique
06. Xarah Dion - Du Désert au jardin
07. Liz et László - Je ne suis là pour personne - remix (extrait)
08. Automelodi - Encore sous la pluie
09. HNN - Tes Mots
10. Sarah Mandiano - Ombre Chinoise (version longue) (extrait)
11. Square - Timide mais humide
12. Ming - Hato No Chushin - Remix
13. Metal Boys - Disco Future (extrait)
14. Cha Cha Guitri - Monsieur Madame
15. Further Reductions - Flesh And Fantasy (2009 demo)

Tournée

21.10. FRANKFURT - Elfer
23.10. AMSTERDAM - Paradiso @ Dark Allies
25.10. SAINT PETERSBURG (with Cold Cave)
26.10. MOSCOW (with Cold Cave)

D'autres dates ?


Tsantza - Classiques anti-victimes mixtape

Pour la petite histoire, la photo qu'on te file pour la mixtape c'est un jeune qui a volé le laptop de Jean-Baptiste, qui a pris une photo de lui, l'a mise sur l'ordi, et s'est fait sauter par la police... du coup on a récupéré l'ordi, nos prod et... sa toph de fils de.... Tsantza est le projet analo-techno de deux échappés de Night Riders, projet dénommé ainsi en hommage aux réducteurs de têtes indiens Jivaros. Explications : l'idée était de proposer une approche hardware avec très peu de machines, développer une méthode, enregistrer live et improviser sur certains thèmes préalablement composés. Le but était aussi de travailler dans une idée très rythmique mais beaucoup plus lente et lourde que les tempos utilisés dans le genre depuis longtemps, l'esprit deep du truc, bien cérébrale, et pas très bling. Après la seconde face de leur cassette à paraître en novembre sur Svn Sns Rcrds AA1 dévoilée il y a quelques jours par The Drone (lire), les deux Tsantza nous donnent à écouter la première A1, qui, en plus d'avoir un nom facile à retenir, colle parfaitement à leurs dires. En prime, ils nous ont confectionné un mix vinyle one shot enregistré à Château d'Eau sagement intitulée Classiques anti-victimes. C'est une mixtape que l'on pourrait qualifier de classics, et anti-élite, très orientée garage et dub 2000, house de rasta, ambiance mystiques, minimal et voodoo. Je dirais que même si c'est très éloigné de notre son, c'est le genre de musique qui nous a le plus influencés : les mélanges improbables, l'approche futur, et le truc des mouvements underground hyper fédérateurs, tout comme les ambiances, le mix "à l'arrache" hyper orienté dub, avec rewind schlagos et tout le folklo jamaïquain. Aussi on a préféré ne pas mettre la playlist pour que l'auditeur ait son propre point de vue. Dans cet ordre d'idée, il y a un maxi hyper limité hors-album de Sbtrk caché dans le mix - qui l'eut cru, hahaha. Oui, qui l'eut cru. Tsantza sera en concert ce vendredi 17 octobre avec Geena au 114 (Event FB).

Audio (PREMIERE)

Mixtape


Who are you Berceuse Heroïque?

S'il fallait reconstituer dans un temps futur ce qu'a bien pu être la genèse du label Berceuse Heroïque, tout en dépeignant l'esprit qui y présidait, les historiens de la chose musicale seraient somme toute bien emmerdés : un patronyme tiré d'un morceau du compositeur français Claude Debussy, des bribes éparses d'interview de ci, de là, un blog, un profil Facebook à la logorrhée nihiliste et cryptique, soit au final rien de tangible pour faire tenir un début d'approximation quant au chemin consciemment emprunté par KEMAΛ. Une saillie quand même, indicative, dans les pages d'un Tsugi consacrées à l'underground techno en mai 2004 : "Les membres de la classe ouvrière ne sont pas censés s'amuser à faire de l'art, on est donc voué à l'échec. Ce label ne grossira pas, on fera des disques jusqu'à ce qu'on n'ait plus de fric." Si KEMAΛ n'est pas du style à s'épancher sur sa vie, ses envies, ses projets, d'autant plus avec le quidam de journaliste, il ne reste donc plus que le concret - les disques, l'esthétique - pour donner le la d'une structure n'ayant pas l'once d'un plan promo pour chacune de ses sorties : chaque maxi couché sur bandes est en suivant streamé sur soundcloud, pas de version snippet à la con, ceux voulant s'enquérir des disques sont alors priés de jouer la montre sur les sites de vente par correspondance - tel Honest Jon - pour faire sien l'un des trois cents exemplaires de chacun d'entre eux. KEMAΛ ne sort pas de cassettes, que des vinyles, jamais repressés. Le logo, les flyers, tout comme les pochettes témoignent d'une agressivité militante, d'une défiance anarcho-libertaire à l'adresse d'un ordre établi et verrouillé politiquement. L'aigle se suffit à lui-même pour symboliser la tendance, dure sur l'homme : pas de prisonniers, pas de connivences. Les photos ronéotées servant d'artwork, tirées des plus sales pages de l'Histoire, sont juxtaposées à des citations lourdes de sens, extraites pour la plupart d'auteurs d'hier et de journaux d'aujourd'hui.

tumblr_n5tl6q1gfq1tyigv8o1_1280

L'orientation musicale est multiple, presque inconciliable dans ses ramifications propres. Proche dans la démarche de labels tels que The Trilogy Tapes de Will Bankhead, Opal Tapes de Stephen Bishop, PAN de Lee Gamble, de l'américain L.I.E.S de Ron Morelli (lire) ou du français In Paradisum (lire), avec notamment Qoso et Low Jack, les sonorités professées s'égrainent des faisceaux les plus bruitistes de la musique électronique contemporaine - tel l'Ekman de Reform ou le Vereker de Murder License -, à des plages d'ambient plus que perchées - Hole du Russe Gesloten Cirkel, Dynasty du Suédois Koehler -, en passant par des édits disco signés Duster Valentine, Jamal Moss ou Japan Blues avec The Brasserie Heroïque (lire). Et ce, sans omettre le sous-label créé dans une optique de réédition documentaire, agrémenté de relectures contemporaines, ayant sorti coup sur coup un double LP consacré à la musique folklorique grecque intitulé Anastenaria flanqué de deux remixes de Pete Swanson et Vatican Shadow, et une réédition du 12" Smell of Metal de Charles Hayward, batteur anglais du milieu du vingtième siècle et fondateur de This Heat, bardé de relectures de JD Twitch et Maxmillion Dunbar. S'il fallait une analogie quelconque à établir avec les quelques décennies écoulées, le curseur serait difficile à situer, quelque part entre les bombardiers techno hollandais du début des années quatre-vingt-dix à la Bunker Records et les chantres du DIY à la Crass de Penny Rimbaud, d'une Angleterre chevauchant le punk pour se vautrer dans le stupre et l'acier d'une musique industrielle telle que congédiée par Genesis P-Orridge et consorts. Sans états d'âme, on passe de la techno martiale de L'estasi Dell'oro avec notamment l'edit Kingdom For A Kiss remixé par Unit Moebius, à la house bien pétée du dernier venu Hodge avec .

tumblr_n43bz6gYIH1tyigv8o1_1280

Ekman, autre personnage énigmatique ayant tout de même accepté de se confier à nous en avril dernier (lire), lâche sans détour : "On se concentre surtout sur la musique, et ça fonctionne [...]. Il a, comme beaucoup de gens bien, ses propres psychoses au lieu d’être dans l’hystérie collective comme les gens « normaux »". Pas de crampe du cerveau inutile donc, juste un état d’esprit, comme l'indique d’ailleurs KEMAΛ à qui veut bien l'entendre : "Listen to the edits. They are RAW as our others releases. BH = RAW. No genre.." C'est ainsi que quand les deux derniers cités préparent chacun un mix afin de pitcher la label night du label vendredi 26 septembre à Petit Bain, avec Koehler en sus, les résultats, à écouter et télécharger ci-après, sont radicalement différents. Le rendez-vous est donné (Event FB), pas de pitié pour les manquants.

Mixtape

Audio


Mixtape : Fitzcarraldo - Venus In Blue

Venus in BlueFitzcarraldo c'est Antoine Remise déjà auteur d'une belle mixtape en mars de l'année passée sous un autre alias, Chocomousse (écouter). Remettant le couvert à la lisière d'un été agonisant, celui ayant repris comme patronyme le titre d'un film avec Klaus Kinski d'Herzog, et par ailleurs fine lame du label parisien Huble, ne se départit aucunement d'un érotisme suave et humide lui collant à la moustache. Venus In Blue est à écouter et télécharger ci-après.

Mixtape

01. extrait de Le Mystere Koumiko (Chris Marker)
02. Young Marco - Edit Service 10
03. Max Berlin - Elle et Moi (Joakim remix)
04. Marbert Rocel - Lax Sax (Philipp Stoya remix)
05. Kalabrese - Make Love Disco
06. Bob Moses - All I Want
07. Francis Bebey - Bissao (Pilooski edit)
08. Yesco & Ricardo - La Burundunga
09. The Twins - Trulywood
10. Phil Kieran - Rocket Ship
11. Holger Hiller - Das Feuer (Pilooski edit)
12. The Beatles - Because (Kusuma edit)
13. Cheval Fou - La Fin de la Vie, le Début de la Survivance
14. CPİ - Proceso
15. The Twins - Water Coaster
16. Todd Terje - Johnny and Mary


HZ MONTHLY MIXTAPE - SUMMER 14

Chaque mois, la mixtape de la rédaction, à écouter et télécharger.

Download

[button colour="accent" type="standard" size="medium" link="http://www.mediafire.com/download/ypc9ofq71daqrol/HZ_MONTHLY_MIXTAPE_-_SUMMER_2014.zip" target="_blank"]Download[/button]

Tracklist

01 - White Fence - Sandra (When The Earth Dies)
02 - Prince Innocence - Cold
03 - Dignan Porch - Forever unobscured
04 - Undo - Aimia
05 - Brave Radar - Message Centre
06 - Blonde Redhead - Dripping
07 - Sailor &  I - Turn Around (∂me Remix)
08 - Joy Wellboy - Before The Sunrise (Dixon Remix)
09 - TNT Subhead - Ecstasy & Release
10 - Tops - Outside
11 - Lana Del Rey - Brooklyn Baby
12 - Yumi Zouma - It Feels Good To Be Around You (feat. Air France) Uptempo Edit
13 - Kate Bush - Waking The Witch
14 - Alexander Robotnick - Celle vache de ma mère
15 - Psy 231 - Rockin' Rollin' Rhythms
16 - OTO - Evil Dance
17 - Alles - Cokolwiek
18 - The Klinik - Go Back
19 - Harry Nilsson - Me And My Arrow
20 - Bones - Windows95
21 - G-Side  - Dead Fresh (feat. Kristmas & Grilly)
22 - Future - T-Shirt
23 - AZ - Red Magic
24 - Pharmakon - Bang Bang
25 - Sinoia Caves - Forever Dilating Eye
26 - Alessandro Parisi - Gold Covenant Energy
27 - Tim Waine - No Hats
28 - Alpine Decline - Pity The Pacified (Pharaohs Remix)
29 - Helena Hauff - Spirals Of Smoke Drifting From Soot Stained Chimneys
30 - Powell - So We Went Electric
31 - Francois X - Elusive Morality - from YouTube
32 - Soft Metals - Tell Me (Silent Servant Edit)
33 - Gesloten Cirkel - Feat. Liette
34 - Cute Heels - Watch the Neon
35 - Kassem Mosse - Untitled
36 - BREMEN - The Forgotten One
37 - Burial & Four Tet - Moth
38 - Mndsgn - a brand new couch
39 - Delta Funktionen - Challenger
40 - Dust - Acid Freak
41 - Another Dimension
42 - Shackleton & Vengeance Tenfold - the Rope Tightens (full length)
43 - Illustration Sonore - Our Bodies
44 - Nadia Struiwigh - Siglum (Duyster remix)
45 - Terror Bird - Eyes Without A Face (Billy Idol cover)
46 - Blancmange -  game above my head (extended version)
47 - Q4U - Draugasaga
48 - Grauzone - Kälte Kriecht
49 - 77tm - In Color
50 - Cut Hands - Immersion
51 - Appleblim - Mystical Warrior
52 - Basile -  Il tubo dell anno
53 - Muslimgauze - Mullah said
54 - Transmisia -Ali khan paschia sulcin man's pray
55 - Sevendeaths - Petrograde
56 - Revelation - Synth-It
57 - Les Maledictus Sound - Kriminal Theme
58 - Trophy - Slow Flight
59 - Cha Cha Guitri- La lumière est blanche...
60 - Tempelhof & Gigi Masin - Silver Wave


Mixtape : Deviant Lads

IMG_8201

Photo © Olivier Strauss

Le duo de DJ producteurs parisiens Deviant Lads offre une mixtape, en écoute et téléchargement ci-après, histoire d'annoncer sa prochaine grosse semaine qui sera placée plus sous le signe des sonorités électroniques réfrigérées que d'un soleil décidément en berne. On en a profité pour poser cinq questions à ces alchimistes du podcast, récents auteurs de quelques édits dont Aria, dans la droite lignée de groupes transgenres tel que Red Axes.

Audio

Deviant Lads l'interview

Comment vous-êtes vous rencontrés ? Comment est né Deviant Lads ?

E : On s'est rencontré sur les bancs de la faculté de médecine de Montpellier il y a maintenant six ans. Avec le temps, on s’est rapproché, on a commencé à parler de musique, à faire la fête ensemble. Je jouais de la guitare dans un groupe avec des potes, un peu de funk, un peu de disco, de vieux rock, et Romain mixait déjà. J’ai arrêté mes études de médecine à la fin de la quatrième année pour venir à Paris et c’est l’éloignement qui a créé le projet, je crois.

R : Pour ma part j'ai continué le cursus médical, je suis aujourd'hui interne en psychiatrie. Lorsqu'on était séparé, on échangeait beaucoup à propos de musique, et quand je suis arrivé à Paris en novembre dernier, il était évident pour tous les deux que nous allions en faire ensemble !

Comment décririez-vous Deviant Lads et qui sont vos plus grandes influences pour ce projet ?

E : Ce qu’on aime dans la musique électronique, c’est la possibilité de créer une atmosphère sur une longue durée. Emmener les gens avec nous. On a sûrement une vision assez lyrique ou romantique de la fête.

R : Un artiste transgenre comme Andrew Weatherall nous passionne. Capable d'influencer pendant des dizaines d'années le rock anglais indépendant, puis de jouer une techno lente acide et subtile jusqu'à aujourd'hui... Quel éclectisme et quelle longévité ! Pour parler de mouvances actuelles, je pense à la chaleur d'Innervisions ou de Hippie Dance, à la froideur subtile de Life and Death, le tout catalysé par l'énergie déviante de labels comme Correspondant ou Kill the DJ.

E: Ces gens-là, mais il y en a beaucoup d’autres, ont participé à l’essor d’un style musical à part entière, dans lequel on se sent à l’aise. Ca nous parle. C’est inventif, c’est dansant et c’est riche en sonorités, ça passe par plein de styles différents.

Votre art de la mixtape, c'est avant tout le résultat de votre activité de diggers insatiables ? Où traînez-vous pour trouver votre bonheur ?

R : On observe la scène électronique depuis des années, et on se constitue au fur et à mesure une collection de disques/vinyles/mp3 (le débat sur le format ne m'intéresse pas), en prenant du temps, et de ce fait en s'éloignant de l'idée du "tout, tout de suite" parfois en vigueur aujourd'hui.

E : Je cherche surtout la musique sur internet, j’ai une longue liste d’alertes sur des sites comme beatport, juno… Après évidemment, on se balade sur soundcloud et le reste des réseaux sociaux.

J'imagine que vos trois morceaux sur votre soundcloud ne sont qu'un début. Quels sont vos projets en terme de production ?

E : On est en pleine avancée de ce côté-là. On achète du matos, on rencontre des gens, ingé son, producteur... Les morceaux sur notre soundcloud sont des sortes de previews de nos productions à venir. L’idée serait de sortir un EP avant la fin de l’année. Trois ou quatre morceaux, ou deux morceaux, deux remixes… On ne sait pas encore. Mais c’est l’idée.

Enfin, pourriez-vous nous présenter votre mixtape ?

E : Comme c’est le début de l’été, on s’est dit qu’on allait faire un truc très froid, très sombre !

R : Je suis assez content de cette tape. L'ambiance est très sombre en effet, mais le tout est assez cohérent je crois. En tout cas, on s'est fait plaisir en l'enregistrant, et je pense que cela se sent. Bonne écoute !

Dates

15.07 @ Batofar - Beware Collective
17.07 @ Nuba - Galactica
19.07 @ Karambole - Deviant Night

Mixtape

01. Scratch Massive - violin side
02. John Talabot - Without You
03. Jennifer Cardini, David Shaw - In The Ballroom
04. Thomash - Candomble (Dreems Remix)
05. St. Savor - Savor's Dream
06. Remote - Alcyone (Matt Walsh Remix)
07. Frankey, Sandrino - Save
08. DJ Tennis - Floating Boy (Self Portrait)
09. My Favorite Robot - Window To Vertigo
10. Mijo - Para Pura
11. David August - Epikur
12. Agents Of Time - Polina


Mixtape : OS OVNI

OS OVNIDe la synth-pop en Floride, Logan Owlbeemoth et Omebi Velouria d'OS Ovni - qu'on avait déciouvert via Clan Destine Records - n'en sont pas à un détail prêt, eux qui tournent actuellement en Europe pour défendre leur stratosphérique album Let's Leave Reality paru en février via Something Cold. De passage à Paris au Buzz lundi 30 juin (concours), le duo cosmique nous gratifie d'une mixtape pitchant avec classe cette soirée avec EDH et Punks are Fags.

Mixtape

01. Nina Hagen - Flying Saucers
02. Elli et Jacno - Hand in Hand
03. Unhappybirthday - Kraken
04. Delay in the Universal Loop - Spasmodica
05. Wagonman - Walls
06. Hypo & EDH - Sunburn
07. Valerie Dore - Get Closer
08. Yakushimaru Etsuko - Bom Beep
09. Nine Circles - Deeply Touched
10. Flavio Scutti - Low Light
11. Dennis Brown - Things In Life
12. Urusei Yatsura - Big Space Party
13. Takako Minekawa & Dustin Wong - Party on a Floating Cake


Interview & mixtape : Villette Sonique invite In Paradisum

Prurient 3Si le coup d'envoi du festival Villette Sonique - présentée sommairement par ici - a eu lieu hier soir avec Nils Frahm et Chassol à la Cité de la Musique, et que ce soir les choses se passent à l'Espace B avec la curieuse et inédite collaboration entre Sun Araw et Laraaji, demain, mercredi 4 juin, l'une des soirées les plus excitantes de la semaine se tiendra au Trabendo avec au programme, et ce dès 19h30, Low Jack en live, Sister Iodine, Dominick Fernow aka Prurient et Oscar Powell, instigateur du label londonien Diagonal Records (Event FB). Si ce dernier remplace au pied levé Margaret Chardiet, en galère de passeport à l'heure de faire voyager en Europe son exquis projet  et son album Abandon paru l'année passée sur Sacred Bones, il n'en reste pas moins un invité de choix, depuis longtemps dans le viseur d'Etienne Blanchot, programmateur du festival parisien, qui, pour la première fois s'associe avec un label, en l'occurrence In Paradisum de Guillaume Heuguet et Paul Régimbeau, pour accoucher d'une affiche en format concert - "radicale et sexy" - qui fait sens. Entre fracas noise et bourdonnements ambiant, échanges entre musiciens d'horizons divers et mélange des publics, pour Etienne Blanchot et Guillaume Heuguet, rencontrés fin avril dans un bar près de Belleville, l'idée est avant tout de faire jouer des groupes physiques, des performers jusqu'au-boutistes s'accommodant des larsens comme des tonalités qui durent. Etienne, le regard amusé et la parole volubile, prévient "Je ne dis pas qu'on va faire complet, mais on a choisit le Trabendo plutôt que le Wip pour la puissance du son". Guillaume, le coupe "Il y'a de la sueur et des malaises vagaux". De quoi faire saliver. Évoquant chacune des entités par le prisme de cette soirée, on a passé en revue ensemble les artistes alignés sans se départir des "points de convergence sous-jacents" chers à mes deux interlocuteurs ayant conduit à la formation d'un tel plateau. En prime, une mixtape réalisée à quatre mains annonçant on ne peut mieux la couleur et un concours en fin d’article afin de glaner quelques places.

Un festival hors-cadre, un label plein champ

"Au début de Villette Sonique, la volonté c'était de sortir de l'actualité tout azimut et de se situer plutôt dans la filiation, dans le patrimoine. Sortir du groupe de saison jetable, de cette obsession de la nouveauté, en se positionnant sur des musiciens plutôt hors timing, ce qui donne lieu parfois à des reformations. Le rock vieilli, c'est logique que les groupes reviennent. Ça se passait dans le jazz avant." Le sourire en coin qui barre le visage d'Etienne insinue tout à la fois la fierté respectable du travail accompli des années durant, et l'excitation saine et non dissimulée d'une nouvelle édition, toujours différente de la précédente, dont le jalon le plus expérimental prendra forme mercredi soir au Trabendo. "Le festival est réputé pour cette dimension hétérogène, avec ses affiches flamboyantes" centrées sur "des figures cultes" tel Dominick Fernow, mais aussi et surtout pour sa dimension aventureuse malgré un principe de réalité omniscient : "Faire des clubs, c'est une question d'envie. J'écoutais quasiment pas de musiques électroniques il y a neuf ans, on en écoutait, mais ce n'était pas la priorité. Là c'est évident, même si c'est aussi une question de circonstances. Ce sont les hasards des constructions de plateaux, qui font qu'il y en a plus ou moins : tu te bagarres pour avoir des têtes d'affiches, c'est quand même ça la réalité." Et faire un club expérimental avec un timing de concert ? "L'idée, pour quelqu'un de ma génération, c'est de désenclaver les publics, entre club et concert, avec un public pluriel. Quand tu vois le public de Fernow et Vatican Shadow - le projet techno de celui-ci - , y'a, en plus de tous ces jeunes, tout ce public noise qui a plus entre trente-cinq et quarante-cinq ans que vingt-cinq. C'est cette dynamique la qui compte, le mélange des publics est une chose assez rare pour être appréciable." Pour Guillaume, le son de cloche résonne différemment, mais la volonté est taillée dans la même excitation quant à l'improbabilité du résultat : "Quand je monte une soirée, je ne fais pas de sociologie de public, je ne me dis pas si là ça va pas marcher ou pas et avec qui". Il poursuit, "de notre côté, on est assez frustré par notre réseau club. Ce qu'on écoute avec Paul (Mondkopf) chez nous c'est les Swans, des groupes qui ont toujours été dans l'optique de la Villette Sonique. Du coup, on hésite pas dès qu'on peut faire des soirées avec des gens d'un spectre un peu plus large, que ce soit au Garage Mu, ou avec la Villette Sonique, montrant qu'il n'y a pas de frein et que tout peut communiquer. Je me sens plus à l'aise avec ces-derniers, qu'avec un responsable d'un club à qui je dois expliquer que ça va faire du bruit mais que ça va aller. Et puis, ce plateau là, on peut le faire parce qu'on le fait ensemble."

Celui qui est également l'un des deux rédacteurs en chef de la revue Audimat, enfonce le clou, histoire de mettre en relief la nouvelle direction empruntée par le label : "In Paradisum a clairement calmé l'aspect club. J'étais tellement content de la date au Garage Mu avec Container que depuis on a arrêté de faire des clubs, mis à part la release party pour l'album de Mondkopf, Hadès. Mais ce n'est pas ce qu'on veut, on est très sollicité mais cela ne nous intéresse pas, on essaie pas de développer une activité de prescripteur. Sinon, tu deviens producteur. Je préfère me focaliser sur le label." Une structure (lire) qui poursuit son bonhomme de chemin dans le mélange des genres, à la croisée des chemins entre techno, ambient, noise et indus, avec dans le rétro les sorties quasi-concomitantes en début d'année du Ep Jura de Qoso et du LP précité de Mondkopf, et avec dans le viseur, la parution toute récente de l'album Above Us du duo Lyonnais Insiden, en plus de ceux, prévus respectivement pour juin et septembre, de Somaticae et Extreme Precautions. Le concert de Somaticae à la Villette Sonique en 2013 justement, constitue le moment clé de la rencontre entre In Paradisum et l'équipe de la Villette Sonique : "Amédée jouait en première partie de Vatican Shadow et ça correspondait avec la sortie de son disque, Catharsis (lire). On s'est un peu approprié la soirée, histoire de fêter la sortie de celui-ci. C'était hyper bien car on y a vu un public club pour qui c'était un truc spécial d'aller voir un concert dans le cadre de Villette Sonique. Même si c'est expérimental, c'est un live club quand même, avec une énergie techno." La date du 4 creuse donc dans un même sillon. Etienne précise : "la convergence s'est faite sur des artistes qu'on voulait faire jouer chacun depuis longtemps, notamment les américains. Et avec le nouveau live de Low Jack et l'engouement qu'a celui-ci pour Sister Iodine, on a pas hésité à tous les réunir. L'important c'est de se dire que, maintenant que le plateau a prit forme, c'est toujours aussi excitant car ce n'est pas du cent pour cent acheté sur catalogue : tu sais qu'il va se passer quelque chose d'étonnant." La cohérence du plateau ? "C'est une soirée de performeur, c'est ça le lien. Ce qui est marrant sur cette soirée, et même si la volonté est de donner une place respectable à Prurient au sein du line-up, c'est qu'on se sert des américains comme faire valoir des français. Pour une fois, cela inverse la donne." Guillaume synthétise : "Pharmakon et Prurient c'est un même univers noise, c'est proche. Et Low Jack écoute Sister Iodine"

Low Jack, Sister Iodine & Prurient
IN PARADISUM

Etienne allume la mèche, s'adressant à Guillaume : "je suis fan de Low Jack (lire), alors quand Guillaume m'a vendu le nouveau nouveau live de Low Jack, j'étais forcément partant". L'intéressé précise : "disons que c'est pas la première fois que Phil annonce un nouveau live. Il déteste faire ça en fait, alors il en fait toutes les semaines. Après avoir jouer live à Rennes et Paris dernièrement, il n'était pas content : il sait où il veut aller, et là ce n'était pas encore ça. Alors je lui ai dit, ok, tu prends quatre mois et tu fais ton live. Il a tout mis à plat, partant sur une ambiance techno Chicago très dure, avec des nappes noise. C'est un live club très minimaliste, avec des sons qui attaquent très fort, violemment. C'est excitant car c'est assez nouveau dans le genre. Cela fait penser aux premiers morceaux de Green Velvet enregistrés live et où ça grince de partout, t'entends même le compresseur dans l'enregistrement. Au debut, Phil voulait faire un larsen d'introduction qui durait trois minutes, à la Sister Iodine. On lui a dit de laisser Sister Iodine faire ces larsens et lui de continuer a faire ce qu'il fait. En ce moment, il écoute beaucoup d'indus et de noise, mais il faut qu'il garde son kick, sinon ce n'est pas marrant. Sur son live, il y a un morceau qu'on sortira sans doute après, où l'idée est vraiment de te faire passer un boeing sur la gueule." Au jeu des sept familles, la carte Low Jack peut se rapprocher sans ciller de celle Sister Iodine ? "Oui, pour Etienne, Sister, c'est un groupe a guitare mais qui produit une masse sonore." Pour Guillaume, y'a "cet espèce de funk froid, cet aspect tribal qui est partagé, tout comme ce rapport à la voix vu plus comme un instrument." Si la perméabilité des univers est avérée dans un sens, Low Jack s'éprenant donc de Sister Iodine, l'inverse est-elle vrai ? Pas de doute pour Etienne : "Ils ont écouté beaucoup de techno. Ils ont eu des side-project d'harsh noise. Pendant leur break qui a duré cinq ou six ans, ils avaient même un projet électronique, Discom, avec lequel ils allaient jouer au Japon avec. L'électronique fait clairement parti de leur territoire, y'a une vrai convergence dans l'esprit. D'ailleurs, dans le rock, à l'heure actuelle, des groupes qui font avancer les choses, qui repoussent les limites, y'en a plus beaucoup. Sister Iodine en fait partie, au niveau des textures, il y a quelque chose de très intéressant." "On s'est retrouvé à un concert de Sister avec Guillaume, et là on a vu d'emblée l'adéquation. Les mecs de Sister Iodine auraient pas eu forcément l'idée de participer à une telle soirée, donc c'est bien que ce soit In Paradisum qui leur ait proposé : cela manifeste une porosité de ces milieux, et rien que ça, c'est nouveau pour moi."

Prurient, c'est une autre histoire. Etienne raconte, "c'est un concours de circonstances en fait. J'ai couru quand même dernière lui pendant des années, depuis que le festival existe même. Et l'année dernière, la date de Vatican Shadow s'est faite assez simplement. Il a été archi-content du concert, du coup je me suis dit, allez, enchaînons. Et puis, au sein du festival, on revendique ce type de personnage et de caractère : il permet de défendre quelque chose de plus global, en frappant fort." Seule ombre au tableau donc, l'annulation de la tournée de Pharmakon, d'autant que c'est la deuxième fois que Margaret Chardiet ajourne une date parisienne avec In Paradisum. "Elle devait faire une date isolée, en première partie de Mondkopf. Mais on était super à la bourre dans la préparation d'Hadès - au départ, on ne devait pas le sortir nous - du coup, on a du annuler." Un trou plus que comblé par l'ajout de Powell au line up qui, à défaut de chambouler une time table originelle - dénotant un indicible projet des deux promoteurs - , aura l'occasion de faire résonner son ultime et excellent EP, Club Music.

Mixtape Villette Sonique x In Paradsum

IP VS mixtape

Concours

On vous fait gagner deux fois deux places. Pour tenter le coup, rien de plus simple : envoyez vos nom et prénom à l’adresse hartzine.concours@gmail.com ou remplissez le formulaire ci-dessous. Les gagnants seront tirés au sort demain à midi.

[contact-form-7 id="21274" title="Concours post"]

Audio


Edito & Mixtape : Hexagonie - ANTI-frenchpop

antiDire qu'il se passe quelque chose à Paris et balancer à la figure de son interlocuteur la réouverture du Showcase, c'est un peu comme dire qu'en France une nouvelle scène n'en peut plus d'émerger, prête au raz-de-marée discographique, en citant pêle-mêle et sans les mentionner ici tous ces groupes sortis de l'ornière souterraine qu'à la force de maisons de disques sur les jantes et de producteurs d'événements avides de salles combles. Alors oui, il y a un regain de business dans la musique pop française, avec un nouveau modèle qui émerge : le repérage, la mise à l'épreuve, puis le coup de massue médiatique. Bon. Avec internet, une curiosité bien placée amène toujours au-delà de cette piètre mascarade et c'est donc presque naturellement que les magazines papiers sont encore les meilleurs soldats de ce regain de cocorico - comme si le made in France était musicalement et commercialement un avantage. Cela peut paraître con à dire, mais l'existence d'une scène dans une ville ou une région, ou d'un mouvement musical fait sur des accointances spontanées, n'a rien à voir avec les frontières et encore moins avec la langue. Des groupes français se retrouvent sur des labels américains, allemands, britanniques. L'inverse n'est pas moins vrai. L'émulation créative ne se regarde jamais a posteriori, sauf dans les musées. Alors quoi ? Il ne se passe rien ? Non, justement, mais faire des compilations bleu blanc rouge ne rime à rien s'il s'agit de plaquer un étendard préfabriqué à la face des auditeurs, imaginé par des quadra nostalgiques des années Daho et composé de gringalets pillant éhontément ce répertoire que leur jeunesse leur interdit de sanctuariser. Dans un mouvement inverse, l'idée de cette anti-compilation est née d'une demande faite à la rédaction par le site Goûte Mes Disques, sachant que ses germes étaient pré-existants. La trame : rassembler groupes hexagonaux et labels indépendants de par le globe, amis et profondément exigeants sans se confondre en babillages, sinon en remerciements pour leur spontanéité à répondre par l'affirmative à ce projet. Faire des choix fut presque aussi compliqué que de s'arrêter à vingt. Alors on en a mis vingt-et-un : sur Goûte Mes Disques dans un sens, ci-après dans l'autre, sur Goûte Mes Disques en téléchargement titre par titre, ci-après d'un seul tenant.

Tracklisting

01. La Secte du Futur - Fall Prism (XVIII Records)

Si la France - et l’axe Paris/Bordeaux en particulier - est un étonnant réservoir de formations garage entremêlant crânement stridences punk et sonorités synth, ce n’est pas peu dire qu’il faut séparer le bon grain de l’ivraie. Et La Secte du Futur se pose là, forte d’un second album foutrement bon sorti le 24 janvier 2014 via Eigtheen Records et intitulé Greetings From Youth. Coalition de membres issus des Catholic Spray, de J.C. Satàn, de Black Bug ou encore Skategang, ledit album, mixé par Maxime Smadja et dressant un pont entre noise, punk et surf music, se dévoile à l'aune de Fall Prism, véritable claque pleine de cambouis.

02. Anna - Badman (Howlin Banana Records)

Side-project d'un membre de Volage, formation garage-noise de Tours, Anna est l'occasion pour ce dernier de dégoiser de très belles compositions psych-folk à l'évidence rare et gravées sur bandes magnétiques en février 2014 via le toujours très actif label parisien Howlin Banana Records.

03. Maria False - Death (Montebourg Burnt dub) (Le Turc Mécanique)

Encore un groupe Rennais, le quatuor Maria False donne à la fois dans le shoegaze et le psyché depuis 2012, avec notamment le Lp Artefact au compteur. Le remix de Death, morceau extrait du maxi Spots and Lines in a Frame sorti en juin 2013 via Le Turc Mécanique, est signé Montebourg - projet kraut sentant bon la désindustrialisation.

04. Saintes - Where Were the Boys? (Crash Symbols)

Il aura suffit d’un peu plus d’une année à Anne-Sophie Le Creurer pour maturer son projet Saintes et le transposer parallèlement de son imagination à la bande magnétique et de sa chambre d’étudiante à la scène. Savant fourre-tout DIY entremêlant guitares, samples et boîte à rythmes sur l’autel d’une pop lo-fi émotive et brinquebalante, Saintes – devenu trio avec l’addition de Floriane Kaeser au clavier et Charlie Xiorcal à la batterie –, a livré le 11 septembre 2013 son premier album Horizontal/Vertical via Crash Symbols, partiellement dévoilé à l’occasion d’une compilation du collectif Nøthing – nébuleuse dont fait partie le groupe en compagnie de Maria False, Venera 4, DEAD, Future, Dead Horse One et The Name of the Band. L’abrasive Where Were the Boys?, où la voix d’Anne-Sophie joue au chat et à la souris avec celle de Kim Gordon, dans une vidéo à découvrir ci-après.

05. Future - In Your Eyes (Anywave)

Quand on s'enquiert du passé, notamment dans un pays qui s'est violemment épris de Trisomie 21, Front 242 ou Kas Product, autant le faire avec doigté, le regard vers l'ailleurs, l'Angleterre et pourquoi pas le shoegaze. Et autant se baptiser Future. À la fois âcre et fascinante, mélange d'historicité et de prémonitions, la musique de ce duo rennais trouve avec l'EP Stay Behind sorti en avril 2014 sur Anywave - label du stakhanoviste Aurélien Delamour, instigateur d'Avgvst - le parfait écrin entre assertions gothiques, justesse mélodique et visée électronique - deux remix d'Harshlove et GS01-h Container étirant l'affaire.

06. Dead - Loser (KdB Records)

Les rennais de Dead ont bâti leur univers autour de boîtes à rythmes acides et dansantes, en plus d'une voix froide et distante. Associés à des guitares oscillant entre déluge de larsens et répétitions de riffs, Dead fait la jointure entre les textures de Jesus and Mary Chains et la puissance d'A Place To Bury Strangers. Leur EP Verses paru en avril dernier via KdB Records en vinyle confirme ce que l'on savait déjà, à savoir que l'on peut compter sur eux.

07. Israel Regardie - Holocaust

Pour dénommer un morceau Holocaust en jouant sous le patronyme d'Israel Regardie, il faut avoir soit de l'insouciance à revendre, soit un talent brut de décoffrage. Les Lyonnais, auteurs d'un EP autoproduit Tu n'es personne en septembre 2013, tracent une ligne médiane entre coldwave et shoegaze, forts de cet habile équilibre.

08. Le Réveil des Tropiques - Sigiriya (Music Fear Satan)

Loin d’incarner la musicalité bariolée que connote son blase, le Réveil des Tropiques s’avère être un sulfureux cocktail puisque des membres de Farewell Poetry, One Second Riot, Casse Gueule, Testa Rossa, Ulan Bator, Looking for John et Trésors le composent. Si le quintette parisien, auteur d’un double LP éponyme via Music Fear Satan en novembre 2012, s’attelle à un genre plus qu’éculé – et où finalement les quelques maîtres règnent en seigneur (cf le nom du label) – il n’y trouve pas moins sa place, distendant, de par ses horizons aux sinusoïdes infinies, une galaxie post-rock claquemurée. Un nouveau double LP vient de paraître en avril 2014, Hallucinations Scéniques, enregistré lors de son éprouvante tournée française.

09. Oiseaux Tempête - Nuage Noir (Sub Rosa)

Attention, génies. Si certains se paluchent encore à raison sur les astres du label canadien Constellation - quoi que dès fois l'on s'endort défroqué - l'hexagone compte parmi ses ouailles l'une des plus atmosphériques et poétiques saillies post-rock jamais entendues de ce côté-ci de l'Atlantique et de ce côté-là de la Manche. Oiseaux Tempête, formation emmenée par Frédéric D. Oberland et Stéphane Pigneul - par ailleurs membres de FareWell Poetry et du Réveil des Tropiques - ouvre avec son album éponyme paru en novembre 2013 sur Sub Rosa une brèche béante dans le cloisonnement quotidien, laissant avec subtilité l'esprit s'évader loin des affres d'un monde qui se meurt : le vol mélancolique de l'aigle, repu de sa puissance d'antan. L'album de remixes, nommé Re-Works et sorti le 28 avril dernier via Sub Rosa et Balades Sonores, est un modèle du genre, étoilé de relectures de Saaad, Dag Rosenqvist (aka Jasper TX) ou encore de Justin Small, membre de... Do May Say Think.

10. Chicaloyoh - Turn Into Windy Sand (Shelter Press)

Alice Dourlen, aussi discrète que magnétique, possède un rare charisme scénique, les odes brumeuses et méandreuses de la Normande s’intimant jusqu’au plus profond de l’assistance, laissant chacun tituber d’un trop-plein d’émotions. En parfaite résonance, le LP Folie Sacrée – paru le 30 septembre 2013 sur l’inestimable maison d’édition bruxelloise Shelter Press – s’égraine tel un bréviaire imageant une nébuleuse balade emprunte de mysticisme, à mi-chemin entre les halos vaporeux de Grouper et l’obscurantisme acrimonieux de Chelsea Wolfe. On flotte benoîtement dans des paysages sonores nimbés de guitares et de claviers, merveilleusement hanté par le fantôme d’une Nico désincarnée.

11. Appalache - Acquire Peace (Blwbck)

Celui dont on avait observé les prémisses de la mue stylistique en 2012 avec son LP Sourire - co-réalisé par Bookmaker Records et Blwbck - a sorti le 28 novembre 2013 Achievement March, à la fois plus abouti et définitivement libéré du post-rock d’alors, aussi aride que cathartique. Julien Magot, sous le patronyme d’Appalache évoquant l’immensité étasunienne, se libère littéralement de toute contrainte afin d’apposer son chant sincère et pénétrant dans un entrelacs de guitares lo-fi, résonnant tel le double trituré d’une sensibilité poignante. Acquire Peace en révèle l'essence.

12. Johnny Hawaii - The Parrots Are Not What They Seem (They Are Just Pigeons On Acid) (Hands in the Dark, La Station Radar & Atelier Ciseaux)

Certains s’entichent d’un coquillage pour ouïr le lent ressac d’une mer rêvée, subodorée. D’autres, les yeux fermés, dérivent au rythme des odes scintillantes et flottantes du Marseillais Olivier Scalia, usant du patronyme de Johnny Hawaii pour embarquer qui le veut bien sur d’immenses plages sonores – où les embruns miment un psychédélisme ouaté et où la houle se fait guitare réverbérée. Après un étincelant split cassette en compagnie de Cough Cool sur les labels Hands in the Dark et La Station Radar, le dream expop surfer inocule avec son ultime Southern Lights, paru le 30 septembre 2013 sur les précités labels, une invitation à la contemplation nostalgique, le regard scrutant la langueur de sonorités s’immisçant à équidistance des Américains de Ducktails et Real Estate et des standards surf-pop chers aux Beach Boys. Mâtiné d’un humour certain se révélant à la lecture du tracklisting, Southern Lights distille un charme nonchalamment fécond.

13. Opale - Hold You Tight (Stelar Kinematics, Heia Sun)

Les labels Stellar Kinematics et Heia Sun ont co-édité en mai 2013 le premier LP d’Opale, L’Incandescent. Établi à Paris et formé de Rocío Ortiz et Sophia Hamadi – œuvrant préalablement au sein de Playground –, le duo féminin franco-espagnol sculpte par ses compositions un trouble halo mélodique, où se confondent lascivement brume ambiant et luminescence psyché, tapissant leurs pérégrinations lunaires d’un voile mélancolique que révèle progressivement Hold You Tigh extrait dudit LP à l'esthétique visuelle soignée. Un nouvel album est en préparation.

14. Micro Cheval - Space Shit (Svn Sns Records)

La Parisienne Laurène Exposito susurre d’étonnantes comptines synth-pop à l’oreille de son Micro Cheval. Étonnantes, parce qu’à la fois bancales et charnelles, fragiles et lumineuses, passéistes et futuristes. C’est d’ailleurs en ces termes - charriant la stabilité et la gravité - que la principale intéressée décrit son projet, citant parmi ses influences majeures Solid Space – duo anglais auteur en 1982 d’un unique et épuisé LP Space Museum. La gracile Space Shit, extrait d’un EP cassette paru sur le label francilien Svn Sns Records le 30 septembre 2013, figure à merveille cette emprise mélancolique des ondes rétro-stellaires par l’imagerie eigthies de la conquête spatiale.

15. Splash Wave - Spin Jammers (Beko Disques)

Si le milieu de la musique manque souvent d'humour, les histoires de branleurs magnifiques et érudits frappent toujours avec autant d'évidence. Meilleur duo geek depuis Wayne Campbell et Garth Algar, les rennais de Splash Wave éclaboussent de leur gouaille synth-pop vocodée quiconque encore convaincu que Parker Lewis ne perd jamais. Mais le vernis ne trompe personne, les slackers sont de gros bosseurs et leur EP Guilty of Being Rad paru en janvier 2014 sur Beko Disques - prolongement physique de l'aventure digitale et brestoise du même nom - est une claque longtemps désirée, assurément méritée. Hymne de leur set live, le morceau Spin Jammers est remarquablement autoproduit.

16. Night Riders - Sombre Danse (C'est ça)

Le quatuor Night Riders, orfèvre en sonorités pop analogiques, sortait en octobre 2013 via son propre label C’est ça l'EP Sombre Danse. Ceux qui, il n’y a pas si longtemps, chantaient en anglais et déclaraient nonchalamment être « une interprétation à la fois des esprits black et punk » sous l’emprise de pulsions éthyles de fin de soirées, s’émancipent d’une nébuleuse synthétique à forte consonance locale, par une musique à la fois plus sombre et concise, où rien ne dépasse et ne vient troubler l’ordonnancement de compositions imageant d’intimes combinaisons noctambules. Précisément la frontière délimitant le rêve du mystère. Tandis qu'un nouvel EP, L’Espace et le Temps, est d’ores et déjà annoncé pour le 22 mai prochain, un quatrième – Soleil Noir – est paru sur Svn Sns Records.

17. Saåad - New-Helicon (Hands in the Dark)

Après Orbs & Channels en 2013, le duo toulousain Saåad, composé de Romain Barbot et Greg Buffier, a remis une nouvelle fois le couvert sur la table déjà bien garnie du label Hands in the Dark avec un LP, Deep/Float, ayant vu le jour le 17 avril 2014. À la fois introspectives et puissamment lumineuses, les longues respirations instrumentales du duo – que l’on retrouve à l’instigation du label Blwbck – résonnent telles l’échoïsation chamanique d’une scène techno de plus en plus aspirée par le bruit. Ce n’est ainsi pas un hasard si Blwbck a co-réalisé en 2013 le split de Saåad et Insinden avec les Parisiens d’In Paradisum et si Greg Buffier participe à l’exécution scénique du nouvel album de Mondkopf, Hadès.

18. Kaumwald - Léthé (Opal Tapes)

Les Lyonnais Ernest Bergez et Clément Vercelletto forment Kaumwald, projet électronique et expérimental ayant eu le privilége de voir son premier EP, Hantasive, droppé en janvier dernier par la structure de Basic House, Opal Tapes. Oscillant entre drone invertébré et proto-techno sombre et bouillonnante, le duo ne laisse pas insensible tant les amateurs de stridences que de beats.

19. Leave Things - Atonement (Fin de Siècle)

La récidive a du bon. Du moins, c’est ce que l’on se dit spontanément à l’écoute de cette nouvelle livraison signée Tidiane Brusson agissant, du haut de son jeune âge, sous le patronyme de Leave Things. Après l’onirique diptyque Otherness/Unquiet révélé en juin dernier via l’exigeant label Fin de Siècle, le Parisien envoie joliment paître toutes les attentes à son égard à la lisière d’un décor surnaturel, dépassant à la vitesse grand V l’endroit même où l’on croyait le situer. Aperçu à quelques miles de The Field, le Suédois de Kompakt, le producteur à l’infamante précocité dégoise désormais avec le 7″ Atonement/Empfang paru le 1er avril digitalement, une techno sombre et raffinée, martiale et obnubilante, dont l’essence est à humer du côté des Anglais de Sandwell District. L’air du temps diront certains, mais avec un tel soin à peaufiner ses beats et ses textures, où l’effusion rythmique s’éprend de la pesanteur des émotions, difficile de ne pas y voir l’esquisse d’une grande œuvre, à la fois introspective et dansante, destinée à être gravée dans le sillon d’un long format attendu, toujours sur Fin de Siècle, en fin d’année.

20. Cotton Claw - Climax (Cascade records)

Oui, les faiseurs de beats ont encore de l'avenir. Lilea Narrative, Zo aka La Chauve-Souris, YoggyOne et Zerolex le prouvent, dépassant leur carrière respective avec Cotton Claw et distillant à huit mains un panachage de rythmiques et de synthétiseurs analogiques du plus bel effet. Avant tout destiné à rompre genoux et bassins en club, les odes électro hip-hop du quartet bisontin ont trouvé via Cascade Records et l'EP Dusted un accueil au-delà de toute espérance. C2C et Birdy Nam Nam pointent à Pôle Emploi, on ne va pas s'en plaindre.

21. High Wolf - 707 (Not Not Fun)

High Wolf, dont la psychédélie tribale, tropicale et acide s’entiche de beats, de nappes et de guitares obsédantes, hypnotise les oreilles tout autant que les rétines, doublant ses concerts d’une imparable dimension visuelle. Ode chamanique, 707 est extrait du sublime et onirique LP Kairos: Chronos paru l'année passée sur Not Not Fun.

Mixtape

01. High Wolf - 707 (Not Not Fun)
02. Cotton Claw - Climax (Cascade Records)
03. Leave Things - Atonement (Fin de Siècle)
04. Kaumwald - Lethe (Opal Tapes)
05. Saåad - New-Helicon (Hands in the Dark)
06. Night Riders - Sombre Danse (C'est ça)
07. Splash Wave - Spin Jammers (Beko Disques)
08. Micro Cheval - Space Shit (Svn Sns Records)
09. Opale - Hold You Tight (Stelar Kinematics, Heia Sun)
10. Johnny Hawaii - The Parrots Are Not What They Seems (They Are Just Pigeons On Acid) (Hands in the Dark, La Station Radar & Atelier Ciseaux)
11. Appalache - Acquire Peace (Blwbck)
12. Chicaloyoh - Turn Into Windy Sand (Shelter Press)
13. Oiseaux Tempête - Nuage Noir (Sub Rosa)
14. Le Réveil des Tropiques - Sigiriya (Music Fear Satan)
15. Israel Regardie - Holocaust
16. Dead - Loser (KdB Records)
17. Future - In Your Eyes (Anywave)
18. Saintes - Where Were the Boys? (Crash Symbols)
19. Maria False - Death (Montebourg Burnt dub) (Le Turc Mecanique)
20. Anna - Badman (Howlin Banana Records)
21. La Secte du Futur - Fall Prism (XVIII Records)