Mixtape : OS OVNI

OS OVNIDe la synth-pop en Floride, Logan Owlbeemoth et Omebi Velouria d'OS Ovni - qu'on avait déciouvert via Clan Destine Records - n'en sont pas à un détail prêt, eux qui tournent actuellement en Europe pour défendre leur stratosphérique album Let's Leave Reality paru en février via Something Cold. De passage à Paris au Buzz lundi 30 juin (concours), le duo cosmique nous gratifie d'une mixtape pitchant avec classe cette soirée avec EDH et Punks are Fags.

Mixtape

01. Nina Hagen - Flying Saucers
02. Elli et Jacno - Hand in Hand
03. Unhappybirthday - Kraken
04. Delay in the Universal Loop - Spasmodica
05. Wagonman - Walls
06. Hypo & EDH - Sunburn
07. Valerie Dore - Get Closer
08. Yakushimaru Etsuko - Bom Beep
09. Nine Circles - Deeply Touched
10. Flavio Scutti - Low Light
11. Dennis Brown - Things In Life
12. Urusei Yatsura - Big Space Party
13. Takako Minekawa & Dustin Wong - Party on a Floating Cake


Interview & mixtape : Villette Sonique invite In Paradisum

Prurient 3Si le coup d'envoi du festival Villette Sonique - présentée sommairement par ici - a eu lieu hier soir avec Nils Frahm et Chassol à la Cité de la Musique, et que ce soir les choses se passent à l'Espace B avec la curieuse et inédite collaboration entre Sun Araw et Laraaji, demain, mercredi 4 juin, l'une des soirées les plus excitantes de la semaine se tiendra au Trabendo avec au programme, et ce dès 19h30, Low Jack en live, Sister Iodine, Dominick Fernow aka Prurient et Oscar Powell, instigateur du label londonien Diagonal Records (Event FB). Si ce dernier remplace au pied levé Margaret Chardiet, en galère de passeport à l'heure de faire voyager en Europe son exquis projet  et son album Abandon paru l'année passée sur Sacred Bones, il n'en reste pas moins un invité de choix, depuis longtemps dans le viseur d'Etienne Blanchot, programmateur du festival parisien, qui, pour la première fois s'associe avec un label, en l'occurrence In Paradisum de Guillaume Heuguet et Paul Régimbeau, pour accoucher d'une affiche en format concert - "radicale et sexy" - qui fait sens. Entre fracas noise et bourdonnements ambiant, échanges entre musiciens d'horizons divers et mélange des publics, pour Etienne Blanchot et Guillaume Heuguet, rencontrés fin avril dans un bar près de Belleville, l'idée est avant tout de faire jouer des groupes physiques, des performers jusqu'au-boutistes s'accommodant des larsens comme des tonalités qui durent. Etienne, le regard amusé et la parole volubile, prévient "Je ne dis pas qu'on va faire complet, mais on a choisit le Trabendo plutôt que le Wip pour la puissance du son". Guillaume, le coupe "Il y'a de la sueur et des malaises vagaux". De quoi faire saliver. Évoquant chacune des entités par le prisme de cette soirée, on a passé en revue ensemble les artistes alignés sans se départir des "points de convergence sous-jacents" chers à mes deux interlocuteurs ayant conduit à la formation d'un tel plateau. En prime, une mixtape réalisée à quatre mains annonçant on ne peut mieux la couleur et un concours en fin d’article afin de glaner quelques places.

Un festival hors-cadre, un label plein champ

"Au début de Villette Sonique, la volonté c'était de sortir de l'actualité tout azimut et de se situer plutôt dans la filiation, dans le patrimoine. Sortir du groupe de saison jetable, de cette obsession de la nouveauté, en se positionnant sur des musiciens plutôt hors timing, ce qui donne lieu parfois à des reformations. Le rock vieilli, c'est logique que les groupes reviennent. Ça se passait dans le jazz avant." Le sourire en coin qui barre le visage d'Etienne insinue tout à la fois la fierté respectable du travail accompli des années durant, et l'excitation saine et non dissimulée d'une nouvelle édition, toujours différente de la précédente, dont le jalon le plus expérimental prendra forme mercredi soir au Trabendo. "Le festival est réputé pour cette dimension hétérogène, avec ses affiches flamboyantes" centrées sur "des figures cultes" tel Dominick Fernow, mais aussi et surtout pour sa dimension aventureuse malgré un principe de réalité omniscient : "Faire des clubs, c'est une question d'envie. J'écoutais quasiment pas de musiques électroniques il y a neuf ans, on en écoutait, mais ce n'était pas la priorité. Là c'est évident, même si c'est aussi une question de circonstances. Ce sont les hasards des constructions de plateaux, qui font qu'il y en a plus ou moins : tu te bagarres pour avoir des têtes d'affiches, c'est quand même ça la réalité." Et faire un club expérimental avec un timing de concert ? "L'idée, pour quelqu'un de ma génération, c'est de désenclaver les publics, entre club et concert, avec un public pluriel. Quand tu vois le public de Fernow et Vatican Shadow - le projet techno de celui-ci - , y'a, en plus de tous ces jeunes, tout ce public noise qui a plus entre trente-cinq et quarante-cinq ans que vingt-cinq. C'est cette dynamique la qui compte, le mélange des publics est une chose assez rare pour être appréciable." Pour Guillaume, le son de cloche résonne différemment, mais la volonté est taillée dans la même excitation quant à l'improbabilité du résultat : "Quand je monte une soirée, je ne fais pas de sociologie de public, je ne me dis pas si là ça va pas marcher ou pas et avec qui". Il poursuit, "de notre côté, on est assez frustré par notre réseau club. Ce qu'on écoute avec Paul (Mondkopf) chez nous c'est les Swans, des groupes qui ont toujours été dans l'optique de la Villette Sonique. Du coup, on hésite pas dès qu'on peut faire des soirées avec des gens d'un spectre un peu plus large, que ce soit au Garage Mu, ou avec la Villette Sonique, montrant qu'il n'y a pas de frein et que tout peut communiquer. Je me sens plus à l'aise avec ces-derniers, qu'avec un responsable d'un club à qui je dois expliquer que ça va faire du bruit mais que ça va aller. Et puis, ce plateau là, on peut le faire parce qu'on le fait ensemble."

Celui qui est également l'un des deux rédacteurs en chef de la revue Audimat, enfonce le clou, histoire de mettre en relief la nouvelle direction empruntée par le label : "In Paradisum a clairement calmé l'aspect club. J'étais tellement content de la date au Garage Mu avec Container que depuis on a arrêté de faire des clubs, mis à part la release party pour l'album de Mondkopf, Hadès. Mais ce n'est pas ce qu'on veut, on est très sollicité mais cela ne nous intéresse pas, on essaie pas de développer une activité de prescripteur. Sinon, tu deviens producteur. Je préfère me focaliser sur le label." Une structure (lire) qui poursuit son bonhomme de chemin dans le mélange des genres, à la croisée des chemins entre techno, ambient, noise et indus, avec dans le rétro les sorties quasi-concomitantes en début d'année du Ep Jura de Qoso et du LP précité de Mondkopf, et avec dans le viseur, la parution toute récente de l'album Above Us du duo Lyonnais Insiden, en plus de ceux, prévus respectivement pour juin et septembre, de Somaticae et Extreme Precautions. Le concert de Somaticae à la Villette Sonique en 2013 justement, constitue le moment clé de la rencontre entre In Paradisum et l'équipe de la Villette Sonique : "Amédée jouait en première partie de Vatican Shadow et ça correspondait avec la sortie de son disque, Catharsis (lire). On s'est un peu approprié la soirée, histoire de fêter la sortie de celui-ci. C'était hyper bien car on y a vu un public club pour qui c'était un truc spécial d'aller voir un concert dans le cadre de Villette Sonique. Même si c'est expérimental, c'est un live club quand même, avec une énergie techno." La date du 4 creuse donc dans un même sillon. Etienne précise : "la convergence s'est faite sur des artistes qu'on voulait faire jouer chacun depuis longtemps, notamment les américains. Et avec le nouveau live de Low Jack et l'engouement qu'a celui-ci pour Sister Iodine, on a pas hésité à tous les réunir. L'important c'est de se dire que, maintenant que le plateau a prit forme, c'est toujours aussi excitant car ce n'est pas du cent pour cent acheté sur catalogue : tu sais qu'il va se passer quelque chose d'étonnant." La cohérence du plateau ? "C'est une soirée de performeur, c'est ça le lien. Ce qui est marrant sur cette soirée, et même si la volonté est de donner une place respectable à Prurient au sein du line-up, c'est qu'on se sert des américains comme faire valoir des français. Pour une fois, cela inverse la donne." Guillaume synthétise : "Pharmakon et Prurient c'est un même univers noise, c'est proche. Et Low Jack écoute Sister Iodine"

Low Jack, Sister Iodine & Prurient
IN PARADISUM

Etienne allume la mèche, s'adressant à Guillaume : "je suis fan de Low Jack (lire), alors quand Guillaume m'a vendu le nouveau nouveau live de Low Jack, j'étais forcément partant". L'intéressé précise : "disons que c'est pas la première fois que Phil annonce un nouveau live. Il déteste faire ça en fait, alors il en fait toutes les semaines. Après avoir jouer live à Rennes et Paris dernièrement, il n'était pas content : il sait où il veut aller, et là ce n'était pas encore ça. Alors je lui ai dit, ok, tu prends quatre mois et tu fais ton live. Il a tout mis à plat, partant sur une ambiance techno Chicago très dure, avec des nappes noise. C'est un live club très minimaliste, avec des sons qui attaquent très fort, violemment. C'est excitant car c'est assez nouveau dans le genre. Cela fait penser aux premiers morceaux de Green Velvet enregistrés live et où ça grince de partout, t'entends même le compresseur dans l'enregistrement. Au debut, Phil voulait faire un larsen d'introduction qui durait trois minutes, à la Sister Iodine. On lui a dit de laisser Sister Iodine faire ces larsens et lui de continuer a faire ce qu'il fait. En ce moment, il écoute beaucoup d'indus et de noise, mais il faut qu'il garde son kick, sinon ce n'est pas marrant. Sur son live, il y a un morceau qu'on sortira sans doute après, où l'idée est vraiment de te faire passer un boeing sur la gueule." Au jeu des sept familles, la carte Low Jack peut se rapprocher sans ciller de celle Sister Iodine ? "Oui, pour Etienne, Sister, c'est un groupe a guitare mais qui produit une masse sonore." Pour Guillaume, y'a "cet espèce de funk froid, cet aspect tribal qui est partagé, tout comme ce rapport à la voix vu plus comme un instrument." Si la perméabilité des univers est avérée dans un sens, Low Jack s'éprenant donc de Sister Iodine, l'inverse est-elle vrai ? Pas de doute pour Etienne : "Ils ont écouté beaucoup de techno. Ils ont eu des side-project d'harsh noise. Pendant leur break qui a duré cinq ou six ans, ils avaient même un projet électronique, Discom, avec lequel ils allaient jouer au Japon avec. L'électronique fait clairement parti de leur territoire, y'a une vrai convergence dans l'esprit. D'ailleurs, dans le rock, à l'heure actuelle, des groupes qui font avancer les choses, qui repoussent les limites, y'en a plus beaucoup. Sister Iodine en fait partie, au niveau des textures, il y a quelque chose de très intéressant." "On s'est retrouvé à un concert de Sister avec Guillaume, et là on a vu d'emblée l'adéquation. Les mecs de Sister Iodine auraient pas eu forcément l'idée de participer à une telle soirée, donc c'est bien que ce soit In Paradisum qui leur ait proposé : cela manifeste une porosité de ces milieux, et rien que ça, c'est nouveau pour moi."

Prurient, c'est une autre histoire. Etienne raconte, "c'est un concours de circonstances en fait. J'ai couru quand même dernière lui pendant des années, depuis que le festival existe même. Et l'année dernière, la date de Vatican Shadow s'est faite assez simplement. Il a été archi-content du concert, du coup je me suis dit, allez, enchaînons. Et puis, au sein du festival, on revendique ce type de personnage et de caractère : il permet de défendre quelque chose de plus global, en frappant fort." Seule ombre au tableau donc, l'annulation de la tournée de Pharmakon, d'autant que c'est la deuxième fois que Margaret Chardiet ajourne une date parisienne avec In Paradisum. "Elle devait faire une date isolée, en première partie de Mondkopf. Mais on était super à la bourre dans la préparation d'Hadès - au départ, on ne devait pas le sortir nous - du coup, on a du annuler." Un trou plus que comblé par l'ajout de Powell au line up qui, à défaut de chambouler une time table originelle - dénotant un indicible projet des deux promoteurs - , aura l'occasion de faire résonner son ultime et excellent EP, Club Music.

Mixtape Villette Sonique x In Paradsum

IP VS mixtape

Concours

On vous fait gagner deux fois deux places. Pour tenter le coup, rien de plus simple : envoyez vos nom et prénom à l’adresse hartzine.concours@gmail.com ou remplissez le formulaire ci-dessous. Les gagnants seront tirés au sort demain à midi.

[contact-form-7 id="21274" title="Concours post"]

Audio


Mixtape : Mawimbi

Collectif MawimbiOn vous les a présenté la semaine passée (lire), le temps pour eux de mettre tout le monde d'accord au Djoon. Voici leur mixtape à écouter et télécharger ci-après.

Exclusive Mixtape

01. Cottam - Untitled B2
02. Konono nº1 - Paradiso (Qechuaboi Remix)
03. Theo Parrish - Dan Ryan
04. Gemini - Le Fusion
05. Aybee & Afrikan Sciences - Ordinance
06. L.B Dub Corp - Nearly Africa
07. Sobz - Reino De O Tambor (D-Malice Afro Expression)
08. Crazy Cousinz - Inflation
09. Unknown Artist - Festa
10. Yonurican - Boriken Soul
11. Lechuga Zafiro - Sapo de Manga
12. Issa Bagayogo - Filaw (Chief Boima Remix)
13. Owiny Sigoma Band - Sunken Wrecks (Pilooski Remix)
14. Bookworms - African Rhythms


Three Year Anniversary Hands in the Dark Mixtape

DSC_2195Trois ans de franche et sincère amitié, cela se fête : pas un disque - ou presque - depuis que le label bisontin Hands in the Dark a été créé en 2011 à l'occasion de l'EP éponyme de Death and Vanilla (lire) n'est passé au travers des mailles scrutatrices de nos colonnes digitales. Et ce ne fut jamais un flingue sur la tempe ou en échange de quelques contreparties foireuses que nous avons joyeusement digressé à leur encontre - entre interview des Lumerians (lire) et celle des Anglais de The Oscillation (lire) - consacrant même à la jeune structure un Who Are You? (lire) flanqué d'une mixtape retraçant leurs influences. Histoire de faire patienter le quidam quant aux parutions successives des prochains LP de Saåad et de Death and Vanilla, prévus respectivement pour avril et mi-2014, les deux compères, Morgan et Onito, ont accepté l'invitation à confectionner une mixtape avec comme matière exclusive leurs vingt sorties. Et ainsi de comprendre, en une heure tapante, un intérêt de trois ans à la lisière d'un psychédélisme décliné sous toutes ses formes musicales.

Three Year Anniversary Hands in the Dark Mixtape

01. LUMERIANS - Track 1 "Transmissions From Telos: Vol. IV" (LP - Jul. 2012)
02. ROBEDOOR - Blasted Orb "Primal Sphere" (LP - May 2013)
03. DEATH AND VANILLA - Cul-De-Sac "Death and Vanilla" (LP/CD - Mar. 2012)
04. CANKUN - Science Can Help You "Culture of Pink" (LP - Mar. 2013)
05. THE OSCILLATION - Kissing the Sun "Travel Expop Series 2: Great Britain" (LP - Aug. 2013)
06. MIND OVER MIRRORS - Memorander "Check Your Swing" (LP - Nov. 2012)
07. SACRED HARP - Make Me For A Way "Apparitions At The Kenmore Plantation" (CD - June 2011)
08. LEE NOBLE - Woman In The Dunes "Split with Ensemble Economique: Motion Forever" (LP - June 2012)
09. JOHNNY HAWAII - The Lonely Smurfer "Split with Cough Cool" (Cassette - Jan. 2012)
10. MAYERLING - La Mort N'en Saura Rien "Cut Up" (CD - May 2013)
11. SAÅAD - Cross Orguan "Orbs & Channels" (Cassette - Jan. 2013)
12. METACOMET - Warm Winds "Depression Ceremony + Strange Riders" (2xCD - May 2011)


Edgar Maendel - Interstices (Winter Mix)

Edgar Maendel - Interstices Celui qui nous avait présenté le jeune collectif parisien Huble Records (lire) - en sommeil pour cause d'exil à Vancouver en 2013 - revient auréolé d'un nouveau patronyme, Edgar Maendel, en plus de futurs albums des artistes du label dont on ne manquera pas de vous parler. Histoire de patienter sagement, telle une missive technoïde venue d'Outre Atlantique, le valeureux bonhomme nous a concocté Interstices, un mix hivernal à écouter à blinde et surtout bien accompagné.

Audio

Tracklisting

1. John Selway - Shake The Snow (Extended Mix)
2. Erdal Mauff - Wanna Bath (John Tejada Remix)
3. Jey Fever - Material
4. Dauwd - And (Nick Hoppner Remix)
5. Elliott Thomas - Sirius
6. Todd Terje - Snooze 4 Love
7. Ferrein - Meeting Sea (Robag's Wolser Schelek NB)
8. South London Ordnance - Obsidian (feat. Femme En Fourrure)
9. Lee Mills - Fall
10. Daniel Dexter - Birds
11. Ricardo Villalobos - Arild
12. Schatrax - Mispent Years
13. Musiccargo - Adieu und Adios


Who are you In Paradisum ?

In Paradisum Mixtape(Dis)continuité discographique du label Fool HouseIn Paradisum, conjointement chapeauté par Paul Régimbeau - plus connu sous le patronyme de Mondkopf - et Guillaume Heuguet, se pose, avec AntinoteDement3d (lire) et Get the Curse, en fer de lance hexagonal d'un nouveau souffle techno à la fois plus intellectualisé et moins festif, plus dur mais non moins référencé. En somme, l'antidote à la lèpre Ed Banger. Esthétiques musicale et graphique cohérentes - tendant de pair vers des ténèbres insondables -, rythme de sorties de plus en plus soutenu, In Paradisum n'est déjà plus un jeune label, quand bien même son back catalogue dénombre autant d'artistes qu'une main compte de doigts : Mondkopf donc, mais aussi Low Jack - présenté il y a peu ici même (lire) - ,  Somaticae - évoqué à l'occasion de son LP Catharsis (lire) - , Qoso et Insiden. Un peu plus même si l'on s'enquiert de Ricardo Tobar migrant depuis lors sous les cieux de Desire Records afin de faire paraître son ultime album Treillis. L'idée ici est de développer un son propre à chaque producteur, de le faire maturer sur la durée, pas de faire nombre avec une kyrielle de maxis émanant de toute part. Oscillant entre house, techno-noise, ambient et musiques industrielle et drone, les cousins français d'Hospital ProductionsBlackest Ever Black ou Long Island Electrical Systems se confient ici par la voix de Guillaume Heuguet à une poignée de jours d'une soirée In Paradisum XIII (Event FB) réunissant samedi prochain au Garage MU Somaticae, Low Jack et Ren Schofield aka Container - et dont on vous fait gagner quelques places en fin d'article. En prime une mixtape, taillée dans l'acier et le béton, à écouter et télécharger ci-après.

Mixtape

01. Charlemagne Palestine - Beauty Chord + Voice (Alga Marghen)
02. Ben Frost - Sleeping Beauty (benfrost.bandcamp.com)
03. Witxes - The Weavers (Denovali)
04. Swans - Weakling (Neutral)
05. Pharmakon - Pitted (Sacred Bones)
06. Katie Gately - Last Day (Public Information)
07. Hopen - Paloma Black Ordax (Everest Records)
08. Ike Yard - Dancing + Slaving (Acute Records)
09. Elg - Notringo Indigo (SDZ Records)
10. Violetshaped - CX310 (JK Flesh reshape) (Violet Poison)
11. MKFN - When they set their eyes to cast me (Mesheland)
12. These Hidden Hands - Severed (Hidden Hundred)
13. Vapauteen - You'll get used to it (L.I.E.S)
14. Eurythmics - Jennifer (RCA)

Entretien avec Guillaume Heuguet

face InsidenD’où vous est venue l’idée et la volonté de créer In Paradisum ? Quelles sont les dates ou événements importants dans votre démarche de création du label ?

On avait Ease Your Pain sous la main… Et puis on a eu envie de revendiquer les trucs que par défaut on écoutait un peu qu’entre nous. Au final, ça nous a permis d’entrer en relation avec pas mal de gens qu’on aurait bien aimé connaitre plus tôt.

Très prosaïquement, le label a-t-il bénéficié de la notoriété préalable de Mondkopf pour exister ? 

Ce sont les ventes de nos projets précédents qui nous ont permis de financer les premières sorties. Mais honnêtement, chaque disque reste un défi.

Au-delà du nom - que l'on peut concevoir comme une antithèse gothique de l'esthétique musicale du label - comment définiriez-vous cette dernière ? 

On aime bien les choses un peu sauvages… Je ne sais pas, j’espère que d’autres la définiront pour nous.

Mondkopf, Low Jack... le label semble a priori résolument orienté techno. Un a priori vite contrecarré par la présence de Saåad ou Insiden. In Paradisum est-il conçu comme espace de confrontation et d'expérimentation comme en témoigne la bien nommée Last Love réunissant Mondkopf et Saåad sur la compilation The Black Ideal ?

Oui sans doute, on est prêt à voir où la musique nous mène.

Dans le même ordre d'idée, Somaticae, Ricardo Tobar et Qoso viennent d'univers sensiblement différents. Qu'est-ce qui les fédère à vos yeux et comment choisissez-vous les artistes avec qui vous souhaitez travailler ?

Ce sont un peu tous des enfants sauvages, avec un style un peu trop personnel pour correspondre d’emblée à une scène établie… Par exemple, même si Ricardo a un passé avec Border Community, au moment de son maxi il n’avait plus de “maison” évidente, sa musique avait évolué. Parfois In Paradisum c’est un peu l’orphelinat.

Quel lien faites-vous entre l'esthétique musicale du label et l'aspect graphique, résolument influencé par l'indus et le métal ? 

Le lettrage est dessiné à la main avant d’être envoyé à l’impression pour chaque disque de la série sans pochette, je crois que ça représente bien l'ambiguïté de nos disques qui gardent une dimension assez “incarnée”. Notre graphiste Jules Estèves vient du fanzinat et de l’illustration. Pour nous, plus qu’une esthétique métal, c’est de la confusion organisée, un espace pour se projeter.

Quelles sont les voies de développement du label ? Après la collaboration avec BLWBCK, allez-vous collaborer avec d’autres labels ? Allez-vous exploiter d’autres formats ?

On est agnostiques sur le format, on choisit en fonction de la musique. Mais le format LP ou disque, pour graver 35-40 minutes de musique, correspond bien aux projets en cours. Les voies de développement du label pour l’instant, c’est surtout l’évolution de la musique de Philippe, Charlie, Amédée et Paul, même si on reçoit aussi des propositions de plus en plus pertinentes.

Somaticae

 À ce titre, vous cherchez à organiser des concerts et non plus uniquement des soirées. Est-ce la marque d'un changement de direction du label ?

On a un peu plus d’opportunités pour faire des concerts aujourd’hui, même si on va peut être en faire dix ou zéro dans les prochains mois, là aussi c’est à l’instinct. On a toujours voulu faire des concerts - on avait fait Ben Frost et Roly Porter en format assis à la Gaîté Lyrique. Dans notre tête, le label ça a toujours été les deux situations d’écoute aussi. On a effectivement plusieurs projets qui sont assez loin des formats DJ, mais on n’a aucune intention de “se libérer du dancefloor”.

En parlant de soirées, In Paradisum en a organisé de multiples à Paris, alignant artistes du label aux côtés d'autres tels Andy Stott, Perc ou Oneohtrix Point Never. Est-ce une façon de prolonger l'idée du label ou d'inscrire celui-ci dans un contexte plus large, international ? 

À la base, on voulait surtout voir ces artistes jouer. C’est vrai que le soutien de gens en dehors de ceux qu’on fréquente à Paris est important. En commençant, on ne pensait pas qu’on aurait un vrai échange avec des gens comme Perc ou Ron Morelli. Mais c’est surtout grâce aux disques, les soirées ont peu d’écho en dehors de la France - enfin, à part sur les tourneurs spécialisés, dont c’est le boulot de savoir qu’on existe…

Qui sont les amis d'In Paradisum ? Pensez vous que le label s'inscrit dans une scène particulière ?

Ici, Quentin d’Antinote est un mec qu’on aime beaucoup, je le connais depuis ado en fait.

La rencontre avec Julien de Dement3d et son ouverture d’esprit nous a fait nous sentir moins seuls quand on a commencé le label… Il y a Jules qui fait Unknown Precept avec une passion rare, on va faire un peu de radio ensemble… Les gens de Get the Curse sont vraiment des mecs bien, j’aime beaucoup leur émission Odd Frequencies. BLWBCK avec qui on a donc sorti une cassette. D’ailleurs Greg de Saaad jouera avec Mondkopf sur scène…

On s’entend bien avec Michael d’Ancient Methods (lire), Perc, Pete Swanson, Ron Morelli, Paul d’Emptyset, Untold… Sur l’aspect strictement musical, ce que mixe Forbidden Planet, le label Berceuse Héroïque, et évidement plein d’autres qu’on admire de loin, notamment dans le métal et l’indus comme Handmade Birds, Hospital Productions, Blackest Ever Black…

Tout cela fait peut-être une scène mais pas centrée sur un genre particulier, ce qui nous va bien.

Quel est le futur proche du label, notamment en termes de sorties ?

On vient d’avoir les versions finales de l’album d’Insiden, groupe qui inclut Somaticae. C’est de l’ambient sombre mais c’est loin d’être réservé aux amateurs du genre. Il y un projet assez spécial de Mondkopf qui est prêt, un nouveau maxi de Qoso qu’il est en train de finir, et les autres sont sur la suite aussi.

Chroniques

Somaticae - Pointless (article paru le 1er juillet 2013)

Si l'on a déjà présenté la verve techno-noise du Grenoblois Somaticae à l'occasion de son premier LP Catharsis (lire) - paru via In Paradisum - , inutile de dire qu'on attendait avec une certaine impatience, pétrie d'un masochisme compulsif, sa traduction à l'écran - tant l’introspection maladive du jeune homme, hybridant électronique, ambiant et métal d'un même élan vers l'abîme, recèle d'une imagerie à la noirceur inhérente. Fractales obscures et anthracites d'images à peine identifiables, mais épousant libidineusement l'ambiance claustrophobe de Pointless, la réalisation d'Hugo Saugier ne déçoit pas, bien au contraire, accompagnant cette ode aux enfers au degré d'abstraction requis : celui où l’œil, pétrifié de souffrance et de folie, ne distingue plus autre chose que les formes se mouvant dans les ténèbres devenues monde. Flippant.

http://www.youtube.com/watch?v=_t_CQ7Scwgc

Low Jack - Flashes (article paru le 23 septembre 2013)

Peut-être que je sortirai un truc de gaber hollandais ou de ghetto house à 135bpm plus tard dans l’année, va savoir. C'est en ces mots que le producteur parisien Philippe Hallais, oeuvrant sous le patronyme de Low Jack, évoquait son futur proche discographique lors d'une interview (lire) faisant suite à sa récente collaboration avec Qoso sur In Paradisum (Like It Soft). Evidemment, on se persuadait de la boutade bien senti tant on devinait que ses textures grimées entre lenteur et fracas étourdissant, allaient continuer à s'obscurcir et s'inscrire par les deux bouts en pleine maturation techno-noise, conjuguant sur Flashes - son EP paru le 30 septembre -, sonorités industrielles et rythmiques métal. Ledit maxi est défloré par la mise en images signée Loup Sarion, Théo Mérigeau et Clément Thuriot du morceau introductif du même titre, à découvrir ci-après, superposant non sans réussite parfums d'apocalypse et instinct animal.

http://www.youtube.com/watch?v=U3y4u6ThMKs

Concours

IPXIII

On vous fait gagner deux places pour la soirée du samedi 30 novembre avec Somaticae, Low Jack et Container. Pour tenter le coup, rien de plus simple : envoyez vos nom et prénom à l’adresse hartzine.concours@gmail.com ou remplissez le formulaire ci-dessous. Les gagnants seront tirés au sort le 29 novembre et prévenus par mail le lendemain matin.

[contact-form-7 id="21274" title="Concours post"]

Audio


Saintes Mixtape

SAINTES MIXTAPE x HARTZINECertes le trio Saintes (lire), à la base constitué de la seule Anne-Sophie Le Creurer, a tout juste une année dans le buffet, mais force est de constater que les Parisiens ont de la ressource, étrennant leur premier album Horizontal/Vertical, paru le 11 septembre dernier via Crash Symbols, ce vendredi 11 octobre au Point Éphémère en bonne compagnie des Australiens de TV Colours et des Messins de The Feeling of Love (concours). L'occasion idoine pour nous pondre une mixtape bigarrée et commentée. Pas mal pour une première.

Audio

Saintes Mixtape x Hartzine

Pour cette première mixtape de Saintes : Charlie a mis des trucs post-punk comme Dog Eat Dog, Lucrate Milk ou Beak> voir plus bourrin comme Ekkaia ; Floriane qui aime bien le garage a choisi de mettre ses chouchous de Black Manila, des trucs fun 80's à la Patrick Coutin ou Blondie et de son héros Lou Reed ; et Anne-Sophie de la pop romantico-baroque 60's (Claire Dixon, Marie Laforêt, Honeybus) , du Wu-Tang et du Magma ; il y aura aussi des bruits qui font peur mais également un peu de télé et de cinéma, sinon on a commencé par The Feeling of Love car ce titre a pas mal traîné sur nos baladeurs cet été et qu'on est heureux de jouer avec eux le 11 octobre au Point F avec aussi les Australiens de TV Colours.

01. Sylvia Plath - Candles
02. The Feeling of Love - Julee Cruise
03. Ekkaia - El Limite
04. Lucrate Milk - Kick Your Ass
05. Patrick Coutin - J'aime Regarder les Filles
06. Blondie - The Tide Is High
07. Magma - De Futura
08. The Velvet Underground - Some Kinda Love
09. Black Manila - June 95'
10. Beak> - Iron Action
11. Wu-Tang Clan - c.r.e.a.m (a capella)
12. Claire Dixon - Fleurs Vent
13. Dog Heat Dog - Third and Fourteenth
14. Honeybus - For Where Have You Been
15. Marie Laforêt - Si Je T'aime

Vidéo

http://www.youtube.com/watch?v=_hxGwxQ6XRU


Idiot Idols Mixtape

Idiot IdolsDuo deep house emmené par Igino Ottocento et Saverio Vetica, Idiot Idols reste encore relativement confidentiel malgré une constante pour les productions oniriques et racées depuis 2009. Ceux que l'on rêve d'accueillir dans peu de temps sur Paris - et qui impulsèrent avec le fabuleux morceau Butterfly une douce caresse vespérale souvent repiquée par James Holden dans ses mixes - nous font grâce d'une mixtape enregistrée live. À écouter et télécharger.

Audio

Idiot Idols Mixtape x Hartzine

1. Idiot Idols - Baudelaire
2. Solee - Platinum (Idiot Idols Deconstruction mix live edit)
3. Idiot Idols - Eppeppole
4. Idiot Idols - Plataleas Ajaja (Live edit)
5. Idiot Idols - Scalo 9.12 (Live Edit)
6. Idiot Idols - Potoroo (Isotopic mix Live edit)
7. Idiot Idols - Lemur (Live edit)
8. Unreleased 1
9. Unreleased 2

Vidéo

http://www.youtube.com/watch?v=Iahsh2oFo-8


ROBEDOOR - STILL GOIN DOWN MIXTAPE

RBDR-2013mixRobedoor est la réunion de deux homonymes, Britt et Alex Brown, sur l'autel d'une musique expérimentale à la fois pénétrante et puissante, oscillant entre occultisme drone et ambiant post-apocalyptique. Hyper prolifique - on compte au bas mot une vingtaine de références depuis 2005 -, le duo californien inocule ses mantras bruitistes au gré des rencontres et des circonstances avec un lien, en filigrane, plus que tenace avec le label angelin Not Not Fun, Britt en étant l’insatiable instigateur (lire). Récent auteur de Primal Sphere via la structure bisontine Hands in the Dark, il était plus que tentant de leur soudoyer une mixtape mettant en relief la mémorable guerre des étoiles menée sur ledit LP déjà épuisé. Car si l'on ne peut refréner des images de collisions interplanétaires et de déchaînement cosmique que provoque l'écoute noctambule de Stagnant Venom - préalablement évoqué (lire) -, le psychédélisme noir et rampant de Primal Sphere s'intime tel un trou noir, béant, sans cesse extensible, dans lequel notre psyché se trouve aspirée, déjouant les lois de la gravité et du temps.

Robedoor - accompagné pour l'occasion de Cankun et Holy Strays - sera en concert le 25 octobre prochain à Paris dans les murs du Garage MU.

Immanquable.

Mixtape

ROBEDOOR - STILL GOIN DOWN MIXTAPE

01. ROXANNE JEAN-POLISE + THE GOSLINGS - soft eyes open (edit)
02. MARSHSTEPPER - live in los angeles video
03. THROBBING GRISTLE - dreammachine
04. DOUBLE LEOPARDS - viking blood
05. ECTOPLASM GIRLS - mama put me in a pie
06. ORPHAN FAIRYTALE - never-ending waves (excerpt)
07. LX SWEAT - syrup ritual
08. SCREW - sailin south
09. PUPPY - smothered hope (stretched concrete mix)
10. STICKMEN w/RG - 1000 lives 2 die
11. RAINBOW BLANKET - a face ruined by form (part II)

Tracklisting

ROBEDOOR - PRIMAL SPHERE (Hands in the Dark, 15 mai 2013)

01. Stagnant Venom
02. Blasted Orb
03. Flannel Shroud
04. Concrete Brother


Mixtape : Desire Records

8332_257450065197_249426295197_8706763_1707281_nDesire Records est sans doute l'un des labels parisiens les plus actifs et les plus excitants du moment. Inutile de faire l'inventaire de toutes les sorties chroniquées ou pas quand on peut se repaître d'une interview, certes datée, de son concepteur Jérôme Mestre (lire) qui a accepté de mettre en perspective le présent récent de la structure avec son futur proche le temps d'une mixtape à écouter et télécharger ci-après.

Mixtape

01 - Panico - Valle de la muerte (from Resonancia LP)
02 - Live Skull - Jerking the light (from Bringing Home The Bait LP reissue)
03 - Les Maîtres - Une douleur passagère (from Demos LP)
04 - Blitz - Undeground (from Second Empire Justice LP reissue)
05 - Deathday - Charles Joseph Whitman (from Deathday LP)
06 - Live Skull - Mr Evil (from Live Skull EP reissue)
07 - Katharsis - Repentance Wall (from Suspension Of Belief LP reissue)
08 - Blessure Grave - Bestow (from The Flashing LP)
09 - Puce Moment - (drive) (from Puce Moment LP)
10 - Noi Kabat - I corrode (from V/A And You Will Find Them In The Basement LP)
11 - Crossover - Luv sick vampires - Haunted by Unison (from Remixes LP)
12 - Trésors - Pleine lune - Blackmail remix (from Pleine Lune remixes 12")
13 - Sommet - Hilary step - Capt Hard Rock Gunter remix (from Remixes 12")
14 - Ike Yard - Half a god - Recombinant remix (from Remix EP #2)


Mixtape : Reveille

visuel mixtape hartzineSi l'on a déjà fait écho au prochain LP de ReveilleBroken Machine, qui sortira en juin prochain sur Clapping Music, notamment via l’entraînant morceau Long Distance Runner (lire), on ne s'est pas fait prier pour demander à Lisa Duroux et François Virot de confectionner une mixtape en forme de bande-son idéale pour aligner les quenelles. Au programme et dans l'ordre d’apparition, Gammy Bird, tout nouveau projet de Dean Spencer d'House of John PlayerHalo Halo, groupe londonien avec qui Reveille part en tournée fin juin et dont le guitariste joue de la batterie dans Trash Kit, la méconnue Billie Holiday, Liz Phair avec une chanson extraite du documentaire Dirty Girls (voir), The Curtains ou Chris Cohen - au choix -, Alligator, dans lequel on retrouve Lisa Duroux et Elizabeth Hargrett avec François Virot à la production, Ned, inoxydable vétéran de la scène lyonnaise, Hopopop, stéphanois de Pak, encore Liz Phair - parce que voilà -, Orval Carlos Sibelius, voisin du label Clapping et dont le LP Super Forma est imminent, et, en guise de véhémente conclusion, Frustros, sorte de all start band de punks lyonnais fan de Sonic Youth dixit François Virot. À écouter et télécharger.

Mixtape

01. Gammy Bird - Ferris Wheel (demo)
02. Halo Halo - Manananggal
03. Billie Holiday - I Must Have That Man
04. Liz Phair - Flower
05. The Curtains - Go Lucky
06. Alligator - Long Distance Runner (rough mix)
07. Ned - Bob Denard
08. Hopopop - Psychautisme
09. Liz Phair - Batmobile
10. Orval Carlos Sibelius - Spinning Round
11. Frustros - Paralysé


Max Farlane

En mars dernier, le berlinois Max Farlane sortait Red Jeans, via le label Beachcoma, une euphorisante vignette house (lire). Il n'en fallait pas plus pour l'inviter à Paris dans le cadre d'une future soirée Huble Records w/Hartzine (fin avril ou début mai) - dont la prochaine aura lieu au Rouge le 06 avril prochain avec Ricardo Tobar en guest (concours) - et lui demander de réaliser un mix à écouter et télécharger ci-après. Soit une pure merveille de techno onirique.

Mixtape

01. Weval - Rooftop Paradise (Original Mix)
02. Undo & Ryan Davis – Lura (Original Mix)
03. Crono (IT) - Palazzo D'Inverno (Fairmont Remix)
04. Nadia Struiwigh - Siglum (Duyster Remix)
05. Britney Spears - Breathe On Me (James Holden Vocal Mix)
06. Rob Hes - Triumph (Original Mix)
07. Fran Von Vie feat. Cumiks - Cold As Ice (Max Farlane Remix)
08. Microtrauma - Contrast (Original Mix)
09. Extrawelt - Yummy Unbroken (Original Mix)
10. Isolee - Allowance (DJ Version)


ChocoMousse

Affilié à Huble Records, récemment mis à l'honneur (lire), ChocoMousse est de ces Djs conciliant onirisme et érotisme, intimité et dancefloor. En deux mots plus que flatteurs, Antoine Remize, de son vrai nom, tisse dans ses mixes une humid disco si appréciable à l'aune d'un hiver sans fin. Celui qui sera à l'affiche d'une soirée organisée par le précité label le 6 avril prochain - en compagnie de Ricardo Tobar, Edgar Stalker, Kevin Jonson, Lips et Cosi Fan Tütte (concours) - offre une mixtape délicieusement concupiscente, fascinate caresse auditive à écouter et télécharger ci-après.

Mixtape

01. Bon Voyage - Ahk
02. The Beatkes - Because (Gaetan Campagne edit)
03. Rodion - Estate
04. Ike Reiko - Koi No Dorei
05. Melody's Echo Chamber - Bisou Magique
06. Run DMT - Romantic
07. Fuxa - Our Lips are Sealed
08. Delia Derbyshire - Dreams
09. Andy Stott - Numb
10. Serge Gainsbourg - Je Suis Venu te Dire que Je M'en Vais (Gesaffelstein edit)


Mixtape : Low Sea - Saudade

Si l'on était tombé sous le charme mutin du duo faussement irlandais Low Sea lors de leur passage à L'International parisien, et qu'on avait succombé aux délices synthétiques de leur projet parallèle Tablets (lire), c'est le cœur léger que l'on découvrait le 21 janvier dernier Remote Viewing, premier single d'un album du même nom à paraître en mars 2013 via Dell'Orso Records. Histoire de ne pas être en reste durant ce laps de temps, le couple adresse la missive mixée révélée ci-après, délivrant en son sein un extrait dudit second effort. À écouter et télécharger.

Mixtape

01. Carol - So Low
02. Chevalier Avant Garde - Young
03. Low - Tonight
04. Julee Cruise - Floating
05. Solid Gold - Who You Gonna Run To?
06. Class Actress - Hangin' On
07. Deux - Everybody's Night
08. Jef Barbara - Wild Boys
09. Low Sea - Starlight
10. Solid Space - 10th Planet
11. Durutti Column - Spent Time
12. Moderne - Vers L'Est
13. Double - Captain Of Her Heart

Vidéos


Stéphane Margolis - ASVOFF Party

Dans le cadre de A Shaded View on Fashion Film (ASVOFF) de Diane Pernet - festival de films, documentaires et performances s'étant tenu du 9 au 11 novembre au Centre Pompidou à Paris -, Stéphane Margolis a élaboré trois mixes diffusés dans l'ambiance feutrée du Silencio. Celui qui fut préalablement mentionné dans nos pages à l'occasion de Take It (lire) égraine ici une vision toute particulière de l'esthétique des années quatre-vingt, entre expérimentations post-punk et froideur new-wave, avec comme mise en bouche, une sélection essentiellement piochée dans la discographie de Chris & Cosey. Et pas la moins bonne.

Mixtape

HAZEY DAZE (ASVOFF PARTY part I) by Stephane Margolis on Mixcloud

01. Chris & Cosey - Hazey Daze
02. Chris & Cosey - Hypnotika (Extended)
03. Throbbing Gristle - Hot On The Heels Of Love
04. Chris & Cosey - Driving Blind
05. Chris & Cosey - Jink Jive
06. Chris & Cosey - Deep Velvet
07. Chris & Cosey - 47 Sound
08. Chris & Cosey - Lost Bliss

YOUR TURN TO RUN (ASVOFF PARTY part II) by Stephane Margolis on Mixcloud

01. Malaria - Your Turn To Run
02. Tetras - Moonlite Bush
03. Mercier Descloux - Wawa Lizzy
04. James White & The Blacks - Almost Black
05. Certain General - Back Downtown
06. The Dance - Looking For The Wolrd
07. Thick Pigeon - Babcock and Wilcox
08. Land Of Giants - Cannibal Dolls
09. DAF - Liebe Auf den Ersten Blick
10. DAF - El Que
11. Soft Cell - Memorabilia (Long Version)

EVERYBODY S NIGHT (ASVOFF PARTY part III) by Stephane Margolis on Mixcloud

01. Deux - Everybody's Night
02. 1000 Ohm - Berlin 33
03. Plastics - Robot (7 Mix)
04. Orchestral Manoeuvres In The Dark - Bunker Soldiers
05. The Flying Lizards - Steam Away
06. Shoc Corridor - Almost In Walking Distance
07. Quando Quango - Atom Rock
08. Shriekback - Clear Trails
09. UnknownmiX - The Siren
10. Casco presents Bwh - Stop (Original mix)
11. Robert Görl - Wind In Hair
12. ? - ?
13. 3rd Man - Oral Pleasure
14. The Danse Society - A-Clock
15. The Danse Society - M-Somewhere