Anna - Orient Fog (PREMIERE)

Photo 1 ANNA

Non content d'avoir mis en exergue via son bandcamp la plus page internet du monde, Martin, serti de son projet Anna, s’apprête à sortir un second long format intitulé WAE pour Women Are Evil le 23 octobre prochain par le biais du label Howlin Banana. Vivotant sur le fil d'un folk-garage aux mélodies glavioteuses, le Tourangeau, pote des parisiens de Volage (lire), renchérit son savoir-faire d'un surplus d'inspiration et de spontanéité conférant à de vieilles gaudrioles bricolées un aspect aussi neuf que rafraîchissant. En témoigne l'introductive Orient Fog qui se mate d'une traite, d'une même franche coudée avec laquelle on videra nos godets à l'International jeudi prochain où le jeune homme se produira dans le cadre d'une dix-neuvième soirée Psychotic Reaction du nom (Event FB) avec Studio 69 et Los VV's en sparring partners. Idéal pour d'ores et déjà débrider sa semaine.

Vidéo (PREMIERE)

Tracklisting

Anna - WAE (Howlin Banana, 23 octobre 2015)

01. Intro
02. Orient Fog
03. The Nest Condition
04. The Sea
05. Sister Inna
06. The Blind And The Lord
07. Mariage
08. Pictures
09. Dirt
10. I'm Not There
11. Talk
12. Spectral Feelings
13. Casio Sa - 20


Pod Blotz - How many times can I die? (PREMIERE)

Suzy Poling enchaîne les cassettes sous l'alias Pod Blotz comme d'autres s'enfilent des pintes un soir de match et si l'on peut parfois regretter de voir l'alcool balayer d'une traite toute idée de pudeur, aucune raison convenable ne viendra obérer la prolixe productivité de la résidente de la Cité des Anges. Après Human Division paru en avril via Nostilevo, quinzième LP d'une carrière débutée en 2002 et éparpillée sur des labels tels que Chocolate Monk, DNT Records ou encore Clan Destine Records, l'artiste Américaine, par ailleurs photographe et plasticienne, vient de dégoiser le 2 septembre dernier le EP Other, aux résonances aussi troubles qu'industrielles, plongeant l'auditeur dans un amas de boucles rythmiques desquelles celui-ci aura toute les peines du monde à s'extraire indemne. Un diamant gris donc, à la sensualité glaciale, dont la vidéo autoproduite de l'extrait How many times can I die? est à découvrir ci-après.

Vidéo (PREMIERE)

Tracklisting

Pod Blotz - Other (Cønjuntø Vacíø, 2 septembre 2015) 

01. Cement Dance
02. How Many Times Can I Die?
03. Other Side Of Night
04. White Circle (live)
05. Necronomicon


Police Des Moeurs - Première Neige (PREMIERE)

Police Des Moeurs, le groupe québécois emmené par un Francis Dugas interviewé l'année passée à l'occasion de leur première tournée européenne (lire), s'apprête à donner une suite discographique à son inaugural long format éponyme paru sur le label Berlinois Mannequin en juillet 2014. Intitulé Ceux Qui Restent, en référence à ceux qui vivent la tempête jusqu'au bout selon les propres mots du Montréalais, ce second LP verra le jour le 30 septembre prochain et sera double puisqu'il comprend en sus plusieurs reprises de Chron Gen, Reagan Youth, The Headcoatees, Trotskids, Antisect, Anti-Cimex, Rudimentari Peni et Ludwig Von 88. Masterisé par la légende Hollandaise Rude 66 et comprenant quelques saillies de basse signées d'un membre de la formation post-punk Dekoder, ledit programme est d'autant plus alléchant que les sonorités délayées se font plus directes, tranchantes, le groupe délaissant quelque peu cette pop rassérénée et synthétique dans laquelle il aimait à lover ses dernières compositions pour dégoiser des banderilles au minimalisme électronique plus que bien senti. En témoigne la mise en images auto-produite de Première Neige à découvrir ci-après en exclusivité.

Vidéo (PREMIERE)

Tracklisting

Police Des Moeurs - Ceux Qui Restent (Mannequin Record, 30 septembre 2015)

01. Première neige
02. Le cœur de cette ville bat pour nous
03. Ce pays est un sacrifice
04. Le moi inachevé
05. Les larmes et la pleur
06. Un voyage
07. Ce qui sent la mort, je l’oublie dans ton coeur
08. Je te vois
09. Les années
10. Profondeurs émouvantes
11. L’inquiétante étrangeté
12. Ceux qui restent


Grebenstein & Unn - Balance ragged lines (you're not the only one with a knife) (PREMIERE)

Après la déclaration d'intention, le concrétisation. Déjà ébauchée via une collaboration d’Unn et de Meer préalablement évoquée (lire), les tribulations de l'entité Bordelaise Furor, animée par Charlène Dannancier et Raphael Gaudino (aka Ambre) et conjuguant audio et vidéo dans une même oeuvre, trouvent une suite tout en intensité et densité avec cette invitation récemment adressée à Jan Grebenstein, responsable d'un maxi éponyme en 2014 sur Downwards. Association quasi létale pour qui s'y plonge d'un œil concerné, les troubles pulsations dark-techno engendrées par le morceau Balance ragged lines (you're not the only one with a knife) de l'Allemand sont transmutées avec force et persuasion à l'écran via un polyptyque débitant ses images à mesure que ne croît la tension inhérente à ce remugle de rythmiques lourdes et de saillies oppressantes. Résonnant telle une double invitation, aux représentations live de Grebenstein à Bordeaux le 8 et 9 octobre respectivement à la galerie d'art Espace29 puis au Bootleg, et au Transient Festival le 7 novembre prochain avec Furor au line-up (lire), ladite vidéo se regarde ci-après en exclusivité.

Video (PREMIERE)


The Oscillation - Waste the Day (PREMIERE)

By Antonio Curcetti.4

Photo © Antonio Curcetti

Avec leurs cousins génétiques et transatlantiques de Lumerians, la bande de Demian Castellanos, The Oscillation, que l'on a interviewé à l'occasion de la sortie en 2013 de From Tomorrow sur Hands in the Dark (lire), fait figure de véritable parangon dans le revival psyché-kraut actuel, délayant avec assez de distances ses effluves saturées sous le soleil corrodé d'Albion pour que l'on suive pas à pas son ascension discographique. Et tandis qu'il se murmure avec insistance que leur futur LP à paraître l'année prochaine - on ne sait où - est une véritable bombe à neutrons, les Londoniens ont eu la bonne idée, via leur propre label All Time Low, de déterrer quelques anciennes bandes et de les compiler avec deux trois morceaux parus ici ou là - dont le formidable Travel Expop Series #2 du label précité bisontin (lire). Entre balades telluriques (Endless Oblivion) et redescentes un brin trippée (The Mirror Pool), se niche de véritables joyaux à la langueur hypnotique dont le très nébuleux Waste the Day mise en images, avec une attention floristique toute particulière, par le vidéaste expérimental Julian Hand et que l'on ressent telle la dernière exhalation d'un été brûlant.

Vidéo (PREMIERE)

Tracklisting

The Oscillation - Beyond The Mirror: Rare And Unreleased Tracks (All Time Low, 13 septembre 2015)

01. Braindrainer (taken from "Fall" e.p 2012)
02. Waste The Day (b/w No Place To Go single 2012)
03. Kissing The Sun (Hands In The Dark "Travel Expop Series #2" 2013)
04. The Mirror Pool (previously unreleased)
05. Endless Oblivion (previously unreleased)
06. Crystalline Tears (previously unreleased)
07. Insect Attention (Hands In The Dark "Travel Expop Series #2" 2013)
08. The Detour (previously unreleased)


Vallens - Dark Tunnel

Vallens - Dark Tunnel

La très glamour Canadienne Robyn Phillips dévoile un peu plus son projet Vallens qu'elle porte sur ses frêles épaules avec l'aide additionnelle de Josh Korody que l'on retrouve dans Beliefs (lire) et Wish (lire). Dégoisant un shoegaze à la patine éthérée et au charme langoureux, quoique distant, la résidente de Toronto ne cache pas sa fascination pour l'oeuvre filmique de David Lynch, la vidéo de la très mélancolique Dark Tunnel, à découvrir ci-après et réalisée par Adam Seward, y faisant d'ailleurs implicitement référence. Fomentant un long format avec Jeff Berner de Psychic TV dans le studio Galuminimfoil de Brooklyn, à paraître via le canal historique Hand Drawn Dracula (lire) au printemps 2016, Vallens s'invite à nos oreilles tel un énième remugle nébuleux et hypnotique émanant d'Ontario. Mais pas des moindres.

Vidéo


Xarah Dion - Sillage et Caprice (PREMIERE)

Photo 1 - Crédit Paula Pena Navarro

Photo © Paula Pena Navarro

Aperçue en catimini en mai dernier aux environs de Paris, Lyon, Strasbourg ou Lille - nos amis de HanHan n'ayant alors pas loupé l'occasion de l'interviewer - la Montréalaise Xarah Dion possède néanmoins un CV alléchant pour tout ceux s'intéressant de près ou de loin à l'effervescence musicale nourrie au sirop d'érable. Moitié des Momies de Palerme - avec Marie Davidson (lire) - et partie prenante de l'orchestre de Sam Shalabi, Land Of Kush, chacun des deux projets se retrouvant sur le mythique Constellation Records, Xarah Dion a fondé il y a tout juste dix ans La Brique, squat transformé en studio et salle de concert, aujourd'hui fermé, hébergeant quelques labels dont Arbutus Records (lire) et ayant participé à l'éclosion d'une nuée de formations aussi disparates que Tonstartssbandht, Femminielli, Dirty Beaches, Jef Barbara, Bataille Solaire ou Tops. Impressionnée par Xeno & Oaklander et travaillant désormais sur son projet personnel avec l'aide de Xavier Paradis d'Automelodi (lire), Xarah Dion a sorti l'année dernière sur son propre label Zodiaque Musique un fort bel EP dénommé Le Mal Nécessaire et comportant en son sein d'impeccables ogives synth-pop dont la troublante L'Asphalte Chaude. Dans la continuité d'une telle réminiscence cold-wave, celle qui s’attelle d'ores et déjà aux suites discographiques de sa verve solitaire offre un avant-goût de celles-ci avec l'hypnotique et sensuel morceau Sillage et Caprice mis en images par Paula Mera (aka Paularoid) et édité par X-IMG. De quoi espérer que quelques dates dans l'hexagone tombent d'ici là pour la jeune femme ouvrant en novembre pour les respectables Godspeed You! Black Emperor.

Vidéo (PREMIERE)

Audio

Tournée

05.11.15 swe Stockholm – Debaser Medis
06.11.15 swe Oslo – Rockefeeler
08.11.15 pol Warsaw – Progresja
11.11.15 ger Berlin – Huxley's
12.11.15 ch Zürich – Rote Fabrik
13.11.15 ita Turin / Venaria Reale – Teatro della Concordia
14.11.15 ita Marghera / Venezia – Rivolta
15.11.15 ita Roma – Atlantico
17.11.15 tu Istanbul – Zorlu Center PSM


Barnett + Coloccia - Rose Eye

Barnett + Coloccia

Faith Coloccia - échappée de Mamiffer qu'elle avoine avec son musicien de mari Aaron Turner, par ailleurs membre d'Isis - et Alex Barnett ont sorti ensemble avec le LP Weld le 15 juin dernier via l'inévitable Blackest Ever Black l'un des plus beaux disques qu'il nous sera donner d'écouter en plein cœur des nuits chaudes de l'été. Seconde collaboration sous le limpide et mathématique patronyme Barnett + Coloccia, après un premier coup d'essai en 2013 avec un Retrieval à la tonalité nettement plus drone, Weld s'entiche de nos oreilles avec une splendeur spectrale aux multiples résonances tourbillonnantes et aux milles cliquetis feutrés. Véritable oeuvre s'effilant en apesanteur et s'accommodant des silences, sans quoi la musique n'est rien, Weld recèle de trésors power-ambient qu'on ne saurait départager entre A.M. Horizon et Agate Cross. Et si l'on a récemment tracklisté Truth Teller (écouter), la vidéo de Rose Eye réalisée par Alex Barnett lui-même ne sous-tend pas d'autres images que cette caresse noctambule, effleurant du bout des doigts la beauté d'un corps dénudé dans l'obscurité.

Vidéo

Tracklisting

Barnett + Coloccia - Weld (Blackest Ever Black, 15 juin 2015)

A1. Truth Teller
A2. Dreamsnake
A3. Healer
A4. Blight
B1. A.M. Horizon
B2. Rose Eye
B3. Agate Cross
B4. Ash Grove


Pedro Magina - Valentina

pedro magina 2

Producteur électronique et explorateur des synthétiseurs modulaires devant l'éternel, le neo-Barcelonais Pedro Magina vient de donner une suite à son coup d'essai psyché-abstract Nineteen Hundred And Eighty Five paru en 2011 via Not Not Fun. Sobrement intitulé 11 et enregistré par le portugais d'origine dans un studio de la capitale de la Catalogne au moment où Panda Bear et des mecs de Tropa Macaca et Gala Drop y traînaient (lire), ce nouvel LP se trouve co-édité depuis le 23 juin dernier par les labels Crash Symbols et Maison Cannibale - récente division de Ruralfaune. Tout aussi hypnotique et magnétique que son prédécesseur, 11 creuse un même sillon ambient trippé en instiguant cependant quelque chose de nouveau dans les digressions propres au manitou Magina, à savoir, l'utilisation des voix dans le corps de ses pérégrinations synthétiques à la lisière d'un New Age solaire. Ne se rattachant à rien de concret, et donc usant d'une liberté folle dans l’agacement de ses lignes de chant, Pedro Magina réussit le tour de force de donner une consistance pop à un écrin expérimental fichtrement bien rendu à l'image, s'agissant de la saillie Valentina, par les sinusoïdes signées Logan Owlbeemoth aka Tachyons+ - moitié d'OS Ovni.

Vidéo

Tracklisting

Pedro Magina - 11 (Crash Symbols / Maison Cannibale, 23 juin 2015)

1. Exception
2. Balance
3. Ponta Do Sol
4. Hold My Hand Now
5. Mother & Son
6. Valentina
7. House Swim
8. On Our Way Back Home


Evan Caminiti - Arc

Evan Caminit

Moitié du duo expérimental Barn Owl - dont on avait fait une belle restitution de leur live en novembre 2011 au Café de la Danse (voir) - Evan Caminiti a très tôt pris des liberté en solitaire, transgressant le drone émanant des guitares qu'il partage avec Jon Porras par le biais d'une multitude d'embardées discographiques ambient, où l'électronique se fait bruissement, et ce via de multiples labels fleurons du genre tels Digitalis Recordings, Immune, Handmade Birds ou Dust Editions. A l'heure où son travail semble maturer vers une certaine idée de la perfection en matière de psychédélisme ouaté et ascensionnel, le ténébreux chevelu vient d'aligner le 15 juin dernier son ultime Meridian via la maison-mère Thrill Jockey - qui a édité cinq albums de Barn Owl - dressant une sorte de monument dévotionnel à l'homme et aux machines qu'il contrôle, entre clusters et synthétiseurs. Portant au pinacle une telle interactivité créatrice, la vidéo réalisée par l'artiste Montréalaise Sabrina Ratte use d'un LZX analogique pour triturer des dégradations visuelles aux effets pour le moins hypnotiques.

Vidéo

Tracklisting

Evan Caminiti - Meridian (Thrill Jockey, 16 juin 2015)

01. Overtaken
02. Curtains
03. Collapse
04. Arc
05. Steam
06. Wire
07. Excelsior
08. Signal
09. Mercury


77tm - P.I.G (PREMIERE)

Les polono-danois de 77tm donnent une suite à leur 12" Spam paru en juin 2014 (lire) avec le EP à la dénomination polysémique P.I.G - le cochon, donc, et l'acronyme pour Post-Industrial Geometry - à voir le jour le 10 juillet sur prochain, toujours sur le Mecanica Rercords d'un César Moscoso de retour aux commandes (lire). Le morceau titre P.I.G - par le biais d'une vidéo réalisée par Aga Wilk, moitié féminine du duo - illustre sur un fauteuil cette double appréhension du monde que propose le groupe, l'esthétique électronique minimale old-school, conjuguant vocalises scandées et synthétiseurs analogiques, se superposant à cette allégorie visuelle et cruelle occasionnée par l'apparition mi-homme mi-porcin en plein morceau, semblant de dieux égyptiens décadents. Des lignes droites et de la viande cisaillant un maxi se clôturant par une reprise de Dupont, pionnier du hip-hop électronique de la côte Ouest américaine, Lest's Rock.

Vidéo (PREMIERE)

Tracklisting

77tm - P.I.G (Mecanica, 10 juillet 2015)

01. P.I.G.
02. Hollywood
03. Under
04. Deep Inside
05. Power Computer Machine
06. Let's Rock (Dupont cover)


Lord Skywave - Marceline (PREMIERE)

LS

Il y a treize ans, Simon Lord avec James Ellis Ford, Alex MacNaghten et James Anthony Shaw sortaient via leur formation Simian We Are Your Friends, album dont le morceau-titre a été plongé dans lumière ad nauseam par le remix fait de Justice - duo french touch 2.0 qui, dix plombes plus tard, laissent toujours pantois les scientifiques en blouse blanche de l'audimat, toujours incapables d'en expliquer la popularité. Formé au début des années quatre-vingt dix, le groupe splitte dès 2005 et voit Ford et Shaw récupérer ce qu'il y avait à récupérer sous l'entité Simian Mobile Disco toujours en activité. De son côté Simon Lord garde depuis son altruisme electro-expérimental et, après avec fricoté avec The Wiseguys et le big beat UK, mène avec Theo Keating le projet The Black Ghosts responsable de deux LP, dont When Animals Stare en 2011. Le 25 mai dernier, sous le patronyme Lord Skywave il glisse son second LP en solitaire View From Other Side, et ce, sur le tout jeune label Ekkhho d'un Ricardo Tobar que l'on a l'habitude de côtoyer dans nos colonnes (lire). Synthétisant voix et machines, réverbérations et hypnotisme, Lord Skywave donne la suite idéale à son premier effort Cardamon Copy paru en 2014, tissant une pop onirique et impressionniste, à l'image de la vidéo du single Marceline à découvrir ci-après, dans un sombre brouillard de beats discrets et de distorsions confondantes.

Vidéo (PREMIERE)

Tracklisting

Lord Skywave - View From Other Side (Ekkhho, 25 mai 2015)

01. Black Cat
02. Marceline
03. The Conductor
04. Opportunity Tulip
05. Swimming In A Shell
06. False Star
07. Won
08. Slide
09. Peo
10. Wake Up Cat


Mount Analogue - 引篭り (PREMIERE)

Alexander Van Pelt et Ben Lupus de Mount Analogue tombent enfin le masque Nô nippon à l'occasion de la mise en images réalisée par Victoria Hespel du morceau conclusif de leur EP Yama divulgué en novembre dernier via les labels Ab Records et Kidderminster et dont on vous avait touché quelques mots (lire). Déjouant les plans qu'on leur avait asséné - une bande-son en super 8 d'un film s'inspirant de l’épidémie des clown-tueurs - , les deux compères offrent par le biais d'Hikikomori une saillie visuelle ludico-cosmique, à la croisée du jeu vidéo et du montage télé à la hache, s'agrémentant avec une perfection certaine à leur logorrhée instrumentale qu'on se plait à situer entre Fuck Buttons et Splash Wave. Rien de moins.

Mount Analogue sera en concert le 16 juin à Paris au Divan du Monde avec Zombie Zombie (Event FB).

Vidéo (PREMIERE)

Tracklisting

Mount Analogue - Yama (Ab Records / Kidderminster, 10 novembre 2014)

1. Yama
2. Spécimen Transparent
3. Hikkikomori


Psychic Reality - Bambini Art (PREMIERE)

Psychic Reality

L'aventure Pocahaunted terminée, Bethany Cosentino était déjà partie, lançant son projet Best Coast sur des chemins ultra-balisés tandis qu'Amanda et Britt Brown se concentrèrent quasi exclusivement à leurs labels Not Not Fun (lire) et 100% Silk - sans oublier leurs projets respectifs LA Vampires pour l'une et Robedoor pour l'autre (lire). Aux claviers du groupe, Leyna Noel instigua de son côté Psychic Reality avec un premier LP sorti en 2011 via Not Not Fun, le camé Vibrant New Age. Quatre années à donner des cours de Pilates plus tard, quelques allers-retours en Jamaïque et pas mal de contrariétés personnelles et intimes, la résidente de Brooklyn vient de faire paraître via Intercoastal Artists le 5 mai dernier Chassis, un singulier album de synth-pop réverbéré, lo-fi à souhait, mais vibrant de personnalité. Assumant les collusions stylistiques entre balearic et hypnagogic pop, Psychic Reality s'apparente à l'un des hommages les plus gracieux à cet été qui se fait désirer, entre chaleur moite et caresses ensoleillées. Prenant le contre-pied du reste de l'album, dont la vidéo signée Nathan Corbin est à découvrir ci-après, Bambini Art crépite avec intensité aux entournures de l'étrange et des tempos trafiqués.

Vidéo (PREMIERE)

Audio

Tracklisting

Psychic Reality - Chassis (Intercoastal Artists, 5 mai 2015)

1. Life Is Long
2. 90 Regina
3. Island
4. Sueño
5. Bambini Art
6. Wet on Wet
7. Harness
8. Wipe Out & Call
9. Index of First Lines


Alto Clark - Pay dumbass (PREMIERE)

Alto Clark ©Monsieurtok_2

Photos © Monsieurtok

Jusqu'à présent, il était convenu de dire à l'endroit du néo-bruxellois Alto Clark qu'il jouissait de deux facettes dans sa science musicale, electro-pop de jour par le biais de son duo avec Camille Bouvot-Duval au sein de De La Montagne, et breakbeat la nuit avec ses sets aux textures colorées, qu'il expédie depuis 2006 un peu partout sur le globe avec une certaine récurrence à Paris et Bruxelles, et ses edits jusque-là regroupés sur deux albums relativement datés puisque le premier Neverland date de 2011 et le suivant A lovely man with a devil inside de 2013. Mais avec le EP And call it a day à paraître le 26 juin prochain via le collectif label hédoniste Parisien Fils de Venus, on sent poindre une troisième nuance à son approche du son, qui, si elle reste tout aussi saccadée et heurtée, s'avère à la fois plus froide et deep que précédemment, avec une certaine étrangeté se glissant entre les kicks. En témoigne le morceau Pay dumbass, dont la mise en image réalisée par Fabien Mth est à mirer ci-après, en exclusivité.

Vidéo (PREMIERE)

Tracklisting

Alto Clark - And call it a day (Fils de Venus, 26 juin 2015)

01. Deep down I watch the sea
02. How good is that
03. The right spot
04. Pay dumbass