Bitchin Bajas - Planète T

BitchinBajas1

Photo © Alex Marks

Lorsqu'ils ont pris place sur la scène de Petit Bain à l'occasion de leur ultime venue à Paris le 9 octobre dernier, les Bitchin Bajas de Cooper Crain ont envoyé le bateau dans l'espace, noyant le public présent dans une cosmologie charnellement pétrie d'Ondes Martenot, dressant avec panache un pont entre Terry Riley et Klaus Schulze. La redescente fut insupportable, la terre ferme devenant bien trop tangible pour être acceptée telle quelle. L'annonce par Hands in the Dark de la sortie le 4 mai prochain du EP Transporteur des américains, faisant suite presque un an après à leur album éponyme paru en août dernier sur Drag City, s'administre ainsi telle une ineffable dose d'ambient psychédélique de bien meilleure qualité que celle que l'on essaye de nous fourguer sous couvert de festival bardé d'intrus. Saillant de flûte, saxophone et xylophone, Transporteur inhibe les horloges, et fait glisser le temps dans un confortable mantra analogique, où la puissance de la répétition fait oublier tout soupçon rythmique ou mélodique. De la musique vraiment pas comme les autres, dont Planète T, second extrait révélé après Marimba, laisse entrevoir l'évidence chamanique.

Audio

Tracklisting

Bitchin Bajas - Transporteur (Hands in the Dark, 4 mai 2015)

01. Rias Baixas
02. Planète T
03. Marimba
04. No Tabac


Monolithe Noir - Thru Glass (PREMIERE)

Monolith Noir- Holy DivisionsDerrière le patronyme de Monolithe Noir on retrouve Antoine Pasqualini, l'homme à tout faire du groupe folk Arch Woodmann, aujourd'hui en pause indéterminée. Un jeune homme souriant et décontracté, que l'on avait interviewé à l'approche du Mo'Fo' 2011 (lire). Depuis pas mal d'eau a coulée sous les ponts et le Brestois aujourd'hui exilé à Bruxelles a troqué sa gratte et son bonnet pour une moustache et un bon vieux fourbi analogique afin d'envoyer dans nos mirettes la décalque d'imposantes structurations électroniques, oscillant adroitement entre drone assourdissant et techno volubile, laissant, malgré les nombreuses scories expérimentales du projet, toujours la place à l'expression physique et l'envie de bouger son derch. Fini les dodelinements de tête, même si, avec une certaine appétence, on retrouve en filigrane son savoir faire d'antan, notamment à l'heure de dégoiser quelques riffs ponctuant d'inexorables mises en situation. Sorti le 13 avril dernier sur la jeune structure co-fondée par Max Dahlhaus et Jonas Köksal, KODX - déjà responsable d'un EP du premier cité (lire) - , le maxi Holy Divisions, fait suite à une inaugurale cassette auto-produite de Monolithe Noir chiadée en 2014, Holy The Visions, et fait montre à titre conclusif d'un remix du morceau Azp Asap par Sigward, régulier de Beachcoma. Thru Glass est en écoute ci-après.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Monolithe Noir - Holy Divisions (KODX, 13 avril 2015)

01. Azp Asap
02. Thru Glass
03. Hort
04. Night Ride
05. Azp Asap (Sigward Remix)


Tarcar - Eija

I Can’t Give You The Life You WantS'il fallait ériger une statue au Londonien Kiran Sande, ex-membre de FACT Magazine et fondateur en 2010 de Blackest Ever Black, le rythme actuel des sorties du label nous y conduirait les yeux fermés. De l'ultime Cut Hands (lire) au dernier Bremen (lire), en passant par les plus ou moins récents Tropic of Cancer (lire), Dalhous ou Black Rain (lire), difficile de triturer plus adroitement les abîmes de l'âme doté d'une électronique le plus souvent mélancolique et pessimiste. Et le rythme n'est pas prêt de s'étioler avec les annonces quasi concomitantes des prochains Shampoo Boy, Exploring Jezebel - aka Dominick Fernow - et Felix K., en plus d'un album enregistré live du trio expérimental français composé de Jac Berrocal, David Fenech and Vincent Epplay. Dans ce contexte, la parution en juin d'une compilation instiguée de concert avec le célèbre disquaire Mount Analog et dédiée à la topographie réelle ou imaginée de Los Angeles fait figure de cerise sur le gateau. Une belle cerise d'ailleurs, loin de l'inutilité rance le plus souvent dévolue à l'exercice du genre. Dénombrant les participations de Camella Lobo avec Tropic of Cancer et de Veronica Vasicka au sein du projet 500 Stamps partagé avec Donnelle McCarry et Jorge doCouto, en plus de celles de Barnett + Coloccia, d'Exploring Jezebel, de Cut Hands, de Bremen et de quelques autres curiosités tel Infrastructure Zero, récurent d'Hospital Productions, I Can’t Give You The Life You Want, luxueusement édité à cinq cent exemplaires, est fatalement déstiné à être trop vite épuisé. Tarcar, réunion cryptique de Carla dal Forno et Tarquin Manek - qui signe par ailleurs un morceau en solitaire sur ladite compilation - sur l’autel d’une pop élégiaque et expérimentale, donne ici une suite avec le statique mais infiniment beau morceau Eija, à écouter ci-après, à son inaugural Mince Glace EP (lire) paru en décembre 2014.

Audio

Tracklisting

V.A. - I Can’t Give You The Life You Want (Blackest Ever Black & Mount Analog, Juin 2015)

A1. Tropic of Cancer - I Woke Up And The Storm Was Over
A2. Tarquin Manek - Not Missing You
A3. Dalhous - Acceptance Is Reality
A4. 500 Stamps - Relics Of Victory
A5. Infrastructure Zero - Messiah Police
B1. Bremen - Eclipsed
B2. Exploring Jezebel - Burberry Boy
B3. Cut Hands - Festival Of The Dead Ondo
B4. Barnett + Coloccia - Tracker
B5. Tarcar - Eija
B6. Secret Boyfriend - Singleminded


Death and Vanilla - Arcana (PREMIERE)

dandvpress1 Hi Res

Si l'on a jamais manqué l'occasion d'être dithyrambique à l'adresse du trio Suédois de Malmö Death and Vanilla - la dernière fois en date, lors de la réédition augmentée de leur premier EP éponyme (lire), il faut bien reconnaître que le passage sur le label Londonien Fire Records n'a altéré en rien la splendeur du psychédélisme pop d'alcôve entonné par le groupe d'Anders Hansson ayant par le passé trainé ses guêtres sur le Bisontin Hands in the Dark et le Californien Moon Glyph. Leur troisième LP To Where The Wild Things Are à paraître la 4 mai prochain s'inscrit d'ailleurs dans la parfaite continuité des deux précédents sortis en 2012 et 2013, délayant sur un mode majeur cette symphonie de l'ombre et de la promiscuité qu'embrase lascivement la voix de Marleen Nilsson. Aussi troublante que la mélodie sous-jacente n'est infaillible, la balade Arcana se joue ci-après en exclusivité.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Death and Vanilla - To Where The Wild Things Are (Fire Records, 4 mai 2015)

01. Necessary Distortions
02. The Optic Nerve
03. Arcana
04. California Owls
05. Time Travel
06. Follow the Light
07. Shadow and Shape
08. The Hidden Reverse
09. Moogskogen
10. Something Unknown You Need To Know


Weird Candle - Science (PREMIERE)

insert_new_bSi l'on a découvert les Canadiens de Weird Candle via la compilation Hot Heroes éditée par le label de Vancouver Mint Records, et le morceau Year Of The Dog bien tapé, le duo formé par Kilroy Katerwol et Caleb Blag sortira son premier LP sur Weyrd Son Records, à qui l'on doit déjà pas mal de réussites (lire). Récent pourvoyeur en début d'année du sombre et efficace album Modern Failures d'All Your Sisters - en concert à Paris le 15 mai à l'Espace B (Event FB) - , la structure belge égrainera Regeneration dans un très bel écrin vinyle le 22 mai prochain. Télescopage réussi entre synth-punk de cave et EBM aux sonorités industrielles biens tourbées, Weird Candle est une implacable machine contre l'ennui, prête à dépoussiérer n'importe quel recoin de bouges décadents à la manière des américains de Pure Ground - sans prisonnier. Science est en écoute ci-après.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Weird Candle - Regeneration (Weyrd Son Records, 22 mai 2015)

A1. Introduction to Regeneration
A2. Real Life
A3. Year Of The Dog
A4. Nature VS Nurture
A5. Psychic Controller
B1. Science
B2. Cheap Motel
B3. Silver Cord
B4. Computerman
B5. Night Freak
B6. Regeneration


Terror Bird / Micro Cheval - Split 12"

C'est bien justement au lendemain de la journée internationale pour les droits des femmes que le label parisien Svn Sns Rcrds agite les internets avec l'annonce et le preview ci-après du tout premier split 12" 100% féminin de sa discographie, réunissant sur les deux faces d'un même objet vinyle deux voix aussi incomparables qu'iconoclastes dans les circuits de l'ombre. Et si l'une entonnée par la fantasque Nikki Never n'avait pas fait résonner l'admirable timbre hanté de son projet Terror Bird depuis la cassette Clubs Tape EP parue l'année passée (lire), l'autre portée à bout de clavier par Laurène Exposito n'a de cesse, depuis la sortie de l'inaugural EP (lire) de Micro Cheval, d'impressionner et conquérir les cœurs, même les plus ardus en affaire. Chacune dans un registre qui lui est propre implémente de quatre missives la beauté de son art, la première effeuillant un synth-glam brinquebalant, mais toujours sournoisement emballant, la seconde allant jusqu'à franchir un cap, laissant loin derrière l'influence majeure Solid Space, pour pointer sa frimousse non loin des références synth-pop les plus éternelles. S'échinant parallèlement sur son propre label handmade Waving Hands Records (lire), nul doute que la néo-rennaise n'en restera pas là. En attendant, si le disque est à commander via ce lien, les morceaux And Every Yesterday de Terror Bird et Face It de Micro Cheval sont à découvrir ci-après, en exclusivité.

Audio

Tracklisting

Terror Bird / Micro Cheval - Split 12" (Svn Sns Records, 7 avril 2015)

A. TERROR BIRD
A1. Beauty's illusion, Truth is Blind
A2. And Every Yesterday
A3. A Little Rivalry
A4. I Promise You Will Forget

B. MICRO CHEVAL
A1. Face It
A2. Never Goodbye
A3. I Wonder
A4. Fun


Neugeborene Nachtmusik - Schaf Auge Rabe (PREMIERE)

10505208_821636651189171_433523505381309615_oNeugeborene Nachtmusik est le projet du Hollandais Maurice Hermes, ancienne tête pensante du duo electro-indus Milligram Retreat qu'il formait jusqu'à très récemment avec Renée van Trier. Vivotant seul depuis dans les limbes d'une techno-noise flirtant sans détour avec un black metal qu'on devine aisément être son premier cheval de bataille - non loin donc de l'esthétique du Suédois Thomas Martin Ekelund et de son label Beläten (lire) - , notre homme sortira son premier LP éponyme fin avril sur l'Enfant Terrible de Martijn van Gessel (lire). Prenant lentement au corps dans un halo de saturations et se fondant avec une sourde violence dans la grisaille urbaine, ledit album, composé de six longues bravades, témoigne d'une diversité qui n'a d'égale que la force corrosive de son exécution. Ainsi, après la très ambient Last Day Of Winter en ouverture, surgit l'agressif mantra Schaf Auge Rabe, en écoute ci-après.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Neugeborene Nachtmusik - S/T (Enfant Terrible, Avril 2015)

A1. Last Day Of Winter
A2. Schaf Auge Rabe
A3. Kino Sputnik
B1. Horse
B2. Mola Mola
B3. Sacrifice


Blackmail - Sphinx EP (PREMIERE)

Blackmail  Lebruman 2015

Il y a deux ans, presque jour pour jour, Hartzine s’en allait filmer les membres du groupe Blackmail, réfugiés dans une suite de l’Hôtel W Paris-Opéra reconvertie en studio à l’occasion de l’enregistrement de leur premier album, Bones — sorti chez Yuk-Fü Records en 2012 pour la version digitale, et chez Malditos l’année d’après pour la version vinyle (voir). Un album brut et bilieux, issu de la rencontre de Stéphane Bodin (Married Monk, Bosco, Prototypes), Sylvain Levene (This Is Pop, Beatmark) et François Marché (Bosco, Prototypes) aux productions hybrides, influencées aussi bien par les cultures punk et post-punk que par les structures répétitives propres aux musiques électroniques. Une dizaine de titres à l’estomac qui avaient réussi le tour de force de délayer une atmosphère résolument rock dans des paquets de boucles sombres et grasses, empruntés à la techno telle qu’on sait la faire chez Panzerkreuz et Berceuse Héroïque.

De ce Bones, on retiendra surtout le monumental A Miracle, America, titre emblématique, déjà présent sur l’EP She’s Crafty, sorti en 2011 chez Yuk-Fü Records, qui résume sans doute le mieux les ambitions stylistiques du trio. Une voix lancinante engluée dans les delays, des boucles épaisses, un tempo assez lent, de gros filtres et une imagerie bien déglingue pour produire un son brut comme on l’aime.

Deux ans plus tard, le nom de Blackmail réapparaît enfin dans notre ligne de mire. Le 9 mars prochain, Dur au mal, leur nouvel album, sortira, une fois n’est pas coutume, chez les flaming boy-scouts de Yuk-Fü Records. Dur au mal, tough dirait l’Anglais, un titre évocateur qui soulagera tous ceux qui craignaient un quelconque relâchement de hargne chez les trublions de l’urbanité crasseuse. Dur au mal, titre éponyme qui ouvre ce nouvel album sans s’embarrasser de mise en bouche. Première surprise, l’abandon de l'anglais au profit exclusif du français. Un français réduit à une expression quasi faciale, la syntaxe en limaille, débarrassé des exigences grammaticales et narratives, qui forge son univers à l’aide de morceaux de phrases jetées comme des volées de cailloux à l’auditeur. « J’incube… J’incube… Dur au mal… Dur au mal… J’incube… J’incube… Des virgules, des virgules, des virgules… Dur au mal… Ils hurlent… Ils hurlent… Dur au mal… J’incube… Des virgules, des virgules… Dur au mal… Musique de hangar… Vapeurs d’alcool… Flaques d’huile… Ils hurlent… ». Le tout porté par des gimmicks simples et efficaces. Pas besoin d’en dire plus. Ça marche. On se laisse prendre au jeu et on commence à secouer à la tête en se prenant pour des caïds en plastique façon Mad Max. Et c’est bien là que réside le tour de force de cet album : avoir réussi avec brio l’exercice périlleux de composer huit tracks brutaux dont l’énergie réelle est préservée par une autodérision constante. Un second degré salvateur qui, à la façon des meilleurs films de R. Rodriguez, transmue l’outrance en esthétique et multiplie par dix notre capital sympathie à l’égard de l’album. Huit titres trop sombres pour se prendre au sérieux. Huit titres costauds pour une fresque grand-guignol rock’n’tech urbaine, qui déploie ses notes et ses prêches décousues quelque part entre l’univers de Sin City et les réminiscences d’une soirée passée à déambuler dans les rues de la capitale. Souvent rapprochée d’Alan Vega, de Suicides et de The KVB, la musique de Blackmail prolonge peut-être encore plus directement l’expérience techno-rock initié par les Canadiens de Sunns en 2010 avec leur album Zeroes QC

En attendant de les (re)voir sur scène, le vendredi 13 mars au Garage MU, aux côtés de Deficit Budgétaire, Gyrls et Iueke (Event FB), on ne peut que vous recommander chaudement l’écoute de ce nouvel album annoncé pour le 9 mars prochain, qui nous conforte dans l’idée que Blackmail fait désormais partie des groupes français sur lesquels il va falloir compter. L'EP Sphinx, dévoilé aujourd'hui, est à écouter ci-après en intégralité.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Blackmail - Sphinx EP (Yuk-Fü Records, 23 février 2015)

01. Sphinx
02. IGH

Blackmail - Dur au Mal (Yuk-Fü Records, 09 Mars 2015)

01. Dur au Mal
02. Bois de Vincennes$
03. Elle est Cool
04. Sphinx
05. Mes Amis
06. Panenka
07. Weekend Facile
08. Destockage Massif

DurAuMal_Cover_hi


Tees - Everyone (PREMIERE)

HAV_2134Oscillant dans ses compositions entre dream-pop et electro-house, et contractant leur savoir-faire mélodique en dream-house amniotique, le duo Australien Tees signe, depuis leur rencontre en 2013 autour d'une passion commune pour des groupes comme A Guy Called Gerald et Saint Etienne et après

l'inaugural diptyque paru l'été dernier Playground / Live It Up, un troisième single, intitulé Everyone, égrainé aujourd'hui via Beko Disques. Originaires de Sydney, Lizzy Tillman and Sean Duarte - qui ont par ailleurs eu le bon goût de remixer le Guilty of Being Rad des rennais de Splash Wave - annoncent par ce biais, radieux et emprunt d'un passé dénié d'une once de mélancolie, un premier EP à voir le jour cette année.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Tees - Everyone (Beko Disques, 16 février 2015) 01. Everyone


Black Zone Myth Chant - He Evil

Après le 7" Ilot signé de sa patte et la cassette disco-boogie Quartier Choc de son collègue Zaltan, Philippe Hallais aka Low Jack sort le 25 février prochain sur Editions Gravats qu'il co-dirige de concert avec Jean Carval, le second LP de Black Zone Myth Chant, side-project d'High Wolf, intitulé Mane Thecel Phares. Faisant suite au cultissime Straight Cassette, réédité l'année passée par Laitdbac Records (lire), et entrechoquant voodoo music et chopped & screwed sur fond d'électronique hantée, ledit LP plonge l'auditeur dans une transe immersive et extatique dont on ne se remettra pas de si tôt. Premier extrait en écoute ci-après, He Evil.

Audio

Tracklisting

Black Zone Myth Chant - Mane Thecel Phares (Editions Gravats, 25 février 2015)

01. Belshazzar
02. In The Arms Of The Parcae
03. Orbit Slut
04. Two Stars, No Cross
05. He Evil
06. First Contact
07. Pass Over Into Nothing
08. If God Is Not Here


Trioskyzophony 1.0 - Improvisations 1 & 2 (PREMIERE)

Trioskyzophony

Véritable vétéran de la scène rap française, actif depuis plus de 20ans, D' de Kabal aura souvent évolué en marges d'un genre exploré à sa façon : toujours avec beaucoup d'émotions et d'engagement, testant ses limites sur le fond comme sur la forme, dans une recherche de sens jamais véritablement terminée. A la frontière du slam et d'autres exercices stylistiques où le texte joue un rôle central évident, il rencontre Blade MC (Diaspora Rockers) et Raphael Otchakowski (ex-batteur du groupe black metal Plebeian Grandstand) avec qui il monte Trioskyzophony 1.0.

Pour ce nouveau projet porté par les défricheurs Toulousains de BLWBCK que l'on ne présente plus, si la voix de chacun des protagonistes demeure l'élément central, la construction de thèmes explicites n'a plus vraiment court. Trois MCs adeptes de beatbox en tout genre équipés en tout et pour tout de quelques loopers vont donner naissance à une autre forme d'expression vocale loin des poncifs du genre. Souvent résumé à quelques gimmicks clownesques sans intérêt, le beatbox trouve ici une véritable finalité dans la construction d'un panorama à la frontière de l'expérimental, l'ambient et les inspirations ritualistes évidentes.

En deux improvisations de 15 minutes chacune, Trioskyozophony propose plusieurs explorations d'un monde imaginaire où le rythme porte presque tout. Les trois voix semblent proposer une infinité de combinaisons qui rend la transe virtuellement interminable pour celui qui ne craint pas de se laisser embarquer. L'auditeur se retrouve au milieu d'une cérémonie occulte, entouré de faux tambours, de bruits étranges, entre la voix, le bruit, l'absence de repères et l'envie de se laisser porter au loin, suivant les voix qui disparaissent dans les vapeurs de fumée s'élevant dans la nuit noire.

Prémices d'un nouveau projet travaillé aussi pour le live, Trioskyzophony surprend et déroute. Son approche singulière balaye l'envie d'ignorer avec force tout ce qui peut porter le nom de "beatbox" et autorise l'auditeur exigeant à se confronter à cette musique sans sons, créative et inspirante comme peu le sont. Et puisque l'on sait que cette première tape chez BLWBCK n'est qu'une introduction qui devrait ouvrir la voie à d'autres enregistrements, inutile de préciser que l'on s'attend justement à de nouveaux développements inattendus du côté du trio.

Audio (PREMIERE)

Vidéo

https://vimeo.com/100708242

Tracklisting

Trioskyzophony 1.0 - Improvisations 1 & 2 (BLWBCK, 2 mars 2015)

01. Improvisations 1
02. Improvisations 2


K-X-P - Space Precious Time

copyright Vilhelm Sjostrom 2015 www.mustavalkoinen.fiJusqu'à la fin d'année dernière, la discographie des Finlandais de K-X-P, brassant disco, electronica et kraut dans un même fracas apocalyptique, était d'un laconisme sans équivoque : un premier album éponyme et cinglant sur Smalltown Supersound en 2010 et un second, sobrement intitulé II, en 2012 sur l'anglais Melodic et précédé de quelques mois par le maxi Easy. Avant la récente parution le 14 novembre dernier sur Öm, le propre label du groupe, de l'EP The History Of Techno - sorte d'hommage appuyé à une proto-techno en gestation, de l'album Discophrenia du compositeur et bricoleur Suédois Ralph Lundsten au fondamental E2-E4 du guitariste Allemand Manuel Göttschings - , les pignoleurs de Discogs n'avaient donc rien eu de concret à se mettre sous la dent. Le 30 mars prochain, la donne évoluera radicalement puisque le groupe emmené par le chanteur, claviériste et producteur Timo Kaukolampi sortira la première partie de son troisième LP, logiquement baptisé III part.1, obscurcissant par ce philtre magnétique les veines de son electro-kraut chamanique, drapé de synthétiseurs primitifs et parcouru de lignes rythmiques à faire pâlir les darons de la motorik. La détonante et rugueuse envolée Space Precious Time, premier extrait dudit album à voir le jour une nouvelle fois via Öm et Svart, est en écoute ci-après.

Audio

Tracklisting

K-X-P - III Part 1 (Öm / Svart, 30 mars 2015)

01. Psychic Hibernation
02. Space Precious Time
03. RA
04. Obsolete And Beyond
05. Siren's Dawn
06. Descend To Eternal

KXP_III_part1_PROMO_Cover_240x120mm.indd


Chocolat - Burn Out

ChocolatAvec une pochette digne d'une réédition angolaise et d'un blase à la consonance culinaire plus qu'assumée, les Canadiens de Chocolat sortent en France leur premier LP Tss Tss via Born Bad le 2 février prochain après avoir dilapidé celui-ci de l'autre côté de l'Atlantique via le bien nommé Grosse Boîte. Le quintet emmené par un Jimmy Hunt si proche si loin des étoiles - le genre de mec à avoir accompagné Cœur de Pirate pour finalement sortir en solitaire un album électro-folk, Maladie d’amour, pour finalement s'entourer de ses potes et revenir à un son plus spontané - dégoise un prog-rock des familles, aux rudiments convenus mais baigné dans une urgence salvatrice. Toujours sur le fil, à deux doigts de se vautrer et flirtant sans ciller avec le précipice, Chocolat s'en remet à l'amitié et à l'aisance nonchalante de ses commanditaires pour sonner juste-faux et s’emmancher paisiblement sur les rivages d'une claudication bienheureuse. Preuve, s'il en fallait-une, le morceau d’ouverture Burn Out est ci-après en écoute.

Audio

Tracklisting

Chocolat - Tss Tss (Born Bad, 2 février)

1. Burn Out
2. Méfiez-vous du Boogaloo
3. Tss Tss
4. Mèche
5. Interlude
6. Fantôme
7. Apocalypse
8. Gobekli Tepe

Chocolat - Tss Tss


Driftmachine - Rungler Statik

10264237_1565874533627605_1826343166414364422_oAprès le très bel album Nocturnes sorti en juin 2014 dont on avait fait nos choux gras (lire), le duo Berlinois Driftmachine revient avec une cassette sur Umor Rex aussi fascinante qu’intrigante. Réunion d’Andreas Gerth de Tied & Tickled Trio et de Florian Zimmer de Saroos, Lali Puna et Contriva sur l'autel d'un hypno-dub instrumental et organique à l'aura noctambule, les deux compères dessinent avec le patibulaire Eis Heauton les chemins d'une immersion auditive aux frontières de la nuit et du rêve. Il n'y a pas vraiment de sens, d'échappatoire, ni de balises, mais qu'importe, assis seul sur le coin de son lit, on ne cherche rien d'autre que cette répétition orchestrale et magistrale de cliquetis introspectifs : la profondeur dans l'utilisation des machines analogiques est un langage en soi.

Audio

Tracklisting

Driftmachine - Eis Heauton (Umor Rex, 30 janvier 2015)

1. Rungler Statik
2. Das trunkene Schiff
3. Sunlit Reverie
4. Eis Heauton


Cool Sounds - Healing Crystals

unnamed (2)Après Melbourne Fashion, les australiens de Cool Sounds sortent le 9 janvier un second un LP en six mois sur Beko Disques avec la rafraîchissante bravade Healing Crystals à écouter en intégralité ci-après, entre maelström raffiné de graciles guitares, inclusion loin de jurer dans l'ensemble d'un saxophone duveteux et une désinvolture dans le chant qui ne pourra que ravir les inconditionnels de Pavement. S'encanaillant sur les rivages d'une pop idoinement ciselée pour un été florissant de l'autre côté de l’hémisphère et incorporant une pelleté de backing vocals émanant de mecs s'égosillant au sein une multitude de formations locales tels Harmony, Zone Out, Totally Mild, The Ocean Party ou Ciggie Witch, la bande emmenée par Nick Kearton enfonce l'idée selon laquelle la pop kangourou se porte à merveille - comme en témoigne le concert à Paris des Nite Fiels le 22 févier prochain (Event FB). Et ce n'est pas la structure brestoise qui dira le contraire, elle qui fut responsable dans un passé proche de disques de Day Ravies, Nathan Roche, Parading ou Wizard Oz.

Audio

Tracklisting

Cool Sounds - Healing Crystals (Beko Disques, 9 janvier 2015)

01. Scare Tactics
02. Headset
03. Night Line
04. Death Boys
05. Ghost Boys
06. Wifi
07. Big League Chew
08. Pizzas