Leave Things - Sedimentation (PREMIERE)

Si Tidiane Brusson avait quelque peu surpris son monde dans la suite logique des deux diptyques révélés en 2013 et 2014, respectivement Homeostasis (lire) et Atonement (lire), glissant d'un onirisme dilettante à un tabassage en règle, avec toujours ce soucis des textures fines et d'une structure rythmique gravitationnelle, le jeune homme n'a pas osé l'entourloupe à l'heure de livrer un long format en creusant le sillon du dernier cité, celui-ci figurant même au tracklisting de Sedimentation à paraître ce mardi 8 décembre, toujours sur Fin de Siècle. Obscurcissant les veines oblongues de sa techno minimaliste aux soubassements d'orfèvre, le Parisien sédimentarise littéralement son travail sur une approche glitch d'autant mieux mise en relief que l'ensemble est mixé par le très fameux Paulie Jan dont on connaît la remarquable inspiration (lire). Percutant donc, mais étonnamment sensible et absolument vital s'il s'agit de s'oublier le temps d'un voyage intérieur où l’introspection tient lieu de dancefloor, Leave Things écrit en lettre d'or son blase au beau milieu d'une scène électronique française sur-saturée où il trouve sa place plus qu'aisément par son habile maîtrise de l'espace-temps dans lequel il emprisonne à sa guise l'auditeur, entre caresse spectrale (L'éveil du Cosmos) et brutalité radieuse (Fragm).

Audio

Vidéo

Tracklisting

Leave Things - Sedimentation (Fin de Siècle, 8 décembre 2015)

01. Growth
02. Sedimentation
03. Atonement
04. Waveform
05. L'éveil du Cosmos
06. Atomschutzbunker
07. Tension Circuit
08. Fragm


La main - Nous ne serons plus rien (PREMIERE)

Après l'autoproduit LP Ton Nom sorti en 2012, La main pose son étreinte rassérénée sur les épaules du label Stellar Kinematics pour un second long format aussi affirmatif que synthétique Nous ne serons plus rien, dont la consistance n'a d'égal que son pessimisme, à la fois poétique et paradoxalement vital. Car l'anticipation du pire est déjà une fin en soi, surtout lorsqu'il s'agit de contes macabres aux trémolos classieux trouvant leur parfaite réplique en douze vignettes des pinceaux de Céline Guichard, La main emporte derechef l'adhésion par un geste simple au milieu d'un tombereau de signifiants, en vivifiant avec minimalisme cette synth-pop estampillée hexagone dont on attendait plus grand chose. A paraître le 3 décembre prochain, l'ensemble s'écoute ci-après.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

La main - Nous ne serons plus rien (Stellar Kinematics, 3 décembre 2015)

01. A Lock
02. Nous Ne Serons Plus Rien
03. The White Gates
04. La Bête
05. Until The Dawn
06. Une Promesse
07. Crimson
08. Ne Plus Sourire Aux Morts
09. J'ai Porté Ta Peau
10. La Fuite
11. Sans Détour
12. Une Promesse Non Tenue


Sierra Manhattan - Moonburned Girl (PREMIERE)

PhotoSierraManhattan

Avant de venir traînasser ses guêtres et faire tressaillir les cordes de sa guitare alanguie le 4 décembre prochain à l'Espace B à l'occasion des sept ans d'Atelier Ciseaux (lire), Antoine Aubert, affublé de son alias Sierra Manhattan, divulguera demain, par l'entremise des labels Atelier Ciseaux et AB Records, son second LP après Room By The Trees en 2013. Edité en tirage cassette ultra-limité, cet effort éponyme enregistrant les participations d’Alex Van Pelt (Coming Soon, Mount Analogue), Rémi Richarme et Florian Adrien (Satellite Jockey), se voit ici défloré en exclusivité avec l'hymne estival Moonburned Girl, cramé de soleil et enivrant pourtant l'hiver d'un fort parfum nostalgique. Phosphorant mélodiquement en toute décontraction, le bonhomme cornaque au lointain toute idée noire en saupoudrant d'humour et d'ironie ses lascives invectives lumineuses mais éraillée, profilant une pop DIY à la futilité aussi avérée qu’irremplaçable. En résumé, si la vie est éphémère, l’éphémère est la vie et Sierra Manhattan son mélancolique baladin.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Sierra Manhattan - S/T (Atelier Ciseaux / AB Records, 24 novembre 2015)

A1. Dancing
A2. Blonde Hair feat. Alexander Van Pelt
A3. Earings
A4. Moonburned Girl
B1. Indie You
B2. You Are Real
B3. Sunday Driver
B4. Treat Me Right
B5. An Accident (Me and My Dog cover)
B6. Stay With Me


Sean Pierce - Sutro 12'' (PREMIERE)

Formant ASSS avec ses acolytes d'Oregon Alexander Smith et Sean Sumler, Sean Pierce n'en finit plus cette année d'inonder nos oreilles de ses expérimentations électroniques entre un premier EP en avril sur le label américain Motor, Transit, et une collection plus expérimentale de morceaux sur son propre bandcamp dilapidée en septembre. S'y ajoute depuis le 26 octobre dernier, Sutro, un second format court sur la structure Berlinoise Mannequin, délayant une électronique aussi malsaine que salement décavée. Si certains célèbrent le bonheur extatique par le bais de leurs beats, l'originaire de Portland lui mitraille dans le glauque, baignant sa techno modulaire d'un intense voile patibulaire, celui par le biais duquel l'on se sent proche de la rupture, physique et nauséeuse, coincé que l'on est entre bruits et pulsations. L'enclume rythmique s'abat sourdement sur de la taule rouillée, les synthétiseurs cisaillent de la ferraille au kilomètre, l’œil semble se figer sur les néons crasses, bref, Sean Pierce dresse avec Sutro un panorama aussi froid que nihiliste qu'on aura tôt fait d'écouter ci-après en intégralité.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Sean Pierce - Sutro 12'' (Mannequin, 26 octobre 2015)

01. Immodest Force
02. Hair
03. Memoir
04. Motorcade
05. Sutro
06. Torn Screen

seanpierce


The Dictaphone - Tp Hss / Hazmat

Si The Dictaphone est à la base l'initiative du prolifique Tourangeau Jérémie Morin, auparavant batteur dans les groupes punk locaux Fingertips et Toddi Wellman, le projet est désormais un quatuor avec la participation de Julien Nicolaï échappé de Futuroscope et deux autres ex-Toddi Wellman. Oscillant entre post-punk éraillé et new-wave lo-fi, dégingandant d’admirables mélodies décavées, l'inspiration tourne à plein dans le local qu'ils squattent, se débrouillant seul pour s'auto-enregistrer au milieu de nulle part ou presque : "Il y a un parachute au dessus de nos têtes. Le local se trouve autour de rien, sinon collé à un garagiste, guitariste électrique à ses heures perdues et qui succède à l'ancien garagiste parti sans payer et qui était recherché par des mecs d’Europe de l'est. De l'autre coté, notre voisin est un réparateur de flipper alcoolo, il y a pleins de machines de toutes les couleurs et des lumières blanches à néon dans sa salle. Puis y'a un vieux type barbu du style marin avec une casquette noir sadomaso qui grogne et rode autour du terrain." Un univers idoine pour composer sur le fil diverses cosmicités kraut, garage et surf et hanter successivement des labels tels que Kill Shaman, Tolmie Terrapin Press, Sweet Rot, Cocktail Pueblo, et dès le 2 et 4 novembre prochains les très recommandables Sdz Records (lire) et Totally Wired Records avec respectivement une cassette, Tp Hss, et un LP, Hazmat, à écouter ci-après. Soit une avalanche de morceaux aussi géniaux que bancals à découvrir en live dimanche 1er novembre au Café des Sports de Ménilmontant et dans quelques autres villes d'Europe (Event FB).

Audio

Tracklisting

The Dictaphone - Hazmat (Totally Wired Records, 4 novembre 2015)

01. Junk Bonds
02. If
03. Wrist Job
04. Demonology
05. Hazmat
06. Ex-Cop
07. Remove The Need
08. Stalker
09. Short Breaks
10. The Lack In Each

The Dictaphone - Tp Hss (Sdz Records / Crudités, 2 novembre 2015)

01. You must be fun at parties
02. Exit timelines
03. Nurse
04. Hog
05. Porch monkey
06. Tape hiss
07. Equal time boombox agreement
08. They shoot horses dont they
09. Night moves
10. Pagans

THE DICTAPHONE 2


Blondi's Salvation - Ventoline (PREMIERE)

Blondi

Pour ceux qui pensaient la scène garage hexagonale en radicale perte de créativité ou d'imagination, le label Howlin Banana Records prouve coup sur coup qu'il n'en est rien. Et si la nonchalance bravache d'Anna en à remuer plus d'un (lire), la verve psyché-folk des Nantais de Blondi's Salvation vitupère lui, avec cet air de ne pas y toucher, la grisaille ambiante qui semble nous maltraiter jusque dans nos assiettes. Putain de cancer. S'époumonant avec une certaine délicatesse qui dénote dans la jungle urbaine nimbée de fuzz et de distorsions, Blondi's Salvation fait même montre d'un violon au détour des onze morceaux de Wisdom Whisper, à voir le jour le 13 novembre prochain, et dont l'éraillée Ventoline, à écouter ci-après, fait office de premier extrait.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Blondi's Salvation - Wisdom Whisper (Howlin Banana Records, 13 novembre 2015)

01. Ventoline
02. Human Hymn
03. Mirror
04. Two Headed Dragon
05. Interlude Today
06. Pleasure Claws
07. Give Me More
08. Sticky Norms
09. My Curse
10. Interlude Tomorrow
11. Decadence


Kid Francescoli - Mr Know It All Bolivard Remix (PREMIERE)

Kid Francescoli

Depuis maintenant plus de cinq ans, le label Alter K, maison-mère de notre Bernard Fèvre national (lire), compile à tout va ce que la pop à consonances marginales et originales compte de représentants, qu'ils soient étrangers ou Français, Parisiens ou Marseillais. Il en va de Kid Francescoli, par ailleurs musicien au sein d'Oh! Tiger Mountain (lire), qui vient signer sa présence au sein de la huitième collection estampillée Seriously, Eric? d'un rafraîchissant remix du morceau Mr Know It All - extrait de With Julia, dernier album en date du provençal - par l’exotique Simon Bolivard. Illuminant de sa langueur électronique une compilation disponible dès le 30 octobre prochain, notamment via Colette, et au sein de laquelle on peut retrouver pêle-mêle Fool's Gold, Black Devil Disco Club ou encore Martin Mey et Husbands, Kid Francescoli se produira comme fait exprès au Pan Piper à Paris ce mercredi 21 octobre (Event FB). Histoire de se mettre dans le bain, somme toute estival, de ce Seriously, Eric? #8 une release party est organisée par le label le 6 novembre au Motel (Event FB).

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

V.A. - Seriously, Eric? #8 (Alter K / La Baleine / Idol, 30 octobre 2015)

01. Husbands - Dream
02. Mozambo & Basic Tape - Bright Side (Feat. Julia Church)
03. Kid Francescoli - Mr Know It All (Bolivard Remix)
04. Fool's Gold - I'm In Love (Poolside Remix)
05. Vaudou Game - Pas Contente (Feat. Roger Damawuzan)
06. Casablanca Drivers - La Ola
07. Scratch Bandits Crew - Do It Do It (Feat. Gavlyn, Oh Blimey)
08. Charles X - Fork In The Road
09. Møme - Aloha (Feat. Merryn Jeann)
10. Black Devil - H Friend (Sparrows Remix)
11. Violet Swells - Into The Ether
12. Victorine - Désunis De L'Univers (Plaisir De France Remix)
13. My Dear - Standing In This Dream
14. InShape - Body Language (Feat. Raveena Aurora)
15. Ménage À Trois - Bobby's Prism
16. Martin Mey - Running Child (French 79 Remix)

Kid Francescoli tournée

21 octobre - Pan Piper - Paris
22 octobre - La Fourmi - Limoges
03 décembre - L’Épicerie Moderne - Feyzin
09 décembre - La Lune des Pirates - Amiens
10 décembre - Le Vivat - Armentières


Dadras - Rubaiyat II (FULL STREAM)

Le New-Yorkais Dadras n'était pas l'un des ghost writer d'A$AP Rocky pour rien : la cadence, il l'a tient et bien. Pour preuve, six mois seulement après la parution de son Rubaiyat I paru en mars dernier via Human Pitch, celui qui collabore également avec la fashion week de New York vient de dévoiler le 9 octobre dernier, toujours par le biais de la même structure instiguée par Brandon Sanchez, le second volet de son patchwork expérimental, oscillant entre l'house trippée et l'abstract vicié, aux coutures formellement soignée. Et ce qui n'aurait pu être qu'une bravade de plus, renvoyant à une masse inconsidérée et considérable de productions d'un même tonneau, dénote très vite le temps d'une écoute immersive, chaque élément étant disposé à l’exacte place qu'il doit occuper. En somme, une certaine idée de la perfection révélant dans sa conception ô combien les aspérités humaines s'avèrent importantes dans un style communément aseptisé. Mention spéciale à l'impeccable morceau d'ouverture, Earth Don't Stop Here.

Audio (FULL STREAM)

Tracklisting

Dadras - Rubaiyat II (Human Pitch, 9 octobre 2015)

01. Earth Don't Stop Here
02. Hollywood
03. Kept On Living
04. Architeuthis
05. Faust
06. Whirlpool
07. Pyarelali
08. Surf Rat
09. Ghost Ship
10. Ouroboro

Dadras - Rubaiyat II


Orange Red - Ocean (PREMIERE)

Jonas Orange Red

L'amour entre la France et les pays nordiques ne se résume pas qu'à un seul homme ou même un vieux fantasme d'hommes politiques avides de flexisécurité sur le marché de l'emploi. Non, il y a aussi ces adorateurs quasi inconditionnels d'une pop bien souvent administrée par les prédicateurs maisons, de Service (lire) à Labrador Records. Il n'y a qu'à voir l'émoi provoqué par la mise en ligne d'un seul morceau de The Radio Dept (lire) pour comprendre à quel point, le romantisme synthétique venu du Nord, par ailleurs profondément émerveillé par la scène britonne pré-Technique (1989) de New Order, s'immisce dans nos viscères tel un cadre ultime de la rêverie mélancolique. C'est ainsi que les bretons de Beko Disques, histoire d'amarrer le pavillon scandinave à bon port, ont récemment lancé une division, Scandinavian Crush, portant plus que bien sa dénomination. Et que dire de cette première salve lancée avec le Suédois Jonas Love Williamsson qui dégoise via son projet Orange Red l'un des plus beaux essais estampillés pop nordique de l'année avec l'EP Ocean à paraître en cassette le 19 octobre prochain. Entre légèreté des arrangements et linéarité mélodique sans pareille, le songwriting du jeune éphèbe blond vise juste assez haut pour ne pas endommager le cœur tout en dardant l'esprit d'une irréfutable emprise à laquelle on s'adonne voluptueusement. Le morceau-titre du EP, dont l'artwork est signé Jean-Baptiste Stephan, s'écoute ci-après en exclusivité.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Orange Red - Ocean EP (Scandinavian Crush, 19 octobre 2015)

01. Crush
02. Sunshine
03. Ocean
04. River
05. Leviathan


Girlie - SP007 (PREMIERE)

Après avoir été présenté en décembre 2014 dans nos pages via le EP des Allemands de Zelf (lire), le label Berlinois Späti Palace continue d'esquisser paisiblement son iconoclaste discographie, le cul confortablement assis entre deux chaises. Via une joyeuse bande de newcomers répondant au doux nom de Girlie, les lunettes intensément braquées vers les nineties et les poches remplies de sucreries pop-punk acidulées, la structure met une nouvelle fois sur le devant de la scène d’infatigables troublions à la jeunesse insolente et aux références parlant plus à leurs aînés qu'à leurs immédiats camarades. Il en va ainsi de cet EP que l'on conseillera à tout inconditionnel des Get Up Kids (Error 404 Pt. II, No Comfort), Sebadoh ou encore Sonic Youth, période Sister (GY).

Audio (FULL STREM PREMIERE)

Tracklisting

Girlie - SP007 (Späti Palace, 2 octobre 2015)

01. Error 404 Pt. II
02. No Comfort
03. GY
04. Reverse


Machinegewehr - The Unforgiven (PREMIERE)

11953003_1117967791565835_2965862559059950313_n

Unforgiven est un titre extraordinaire d’elctrotech d'une tristesse presque insupportable, idéal pour danser avec les larmes aux yeux. C'est en ces termes non usurpés que le trident d'Electronic Emergencies décrivait à l'occasion d'une récente interview (lire) ce qui sera le 28 septembre prochain leur cinquième sortie. Natif de Rotterdam, le multi-casquettes Silas Schletterer, par ailleurs peintre et illustrateur, sortira via l'alias faussement militariste Machinegewehr le EP Unforgiven, qui, entre minimalisme mélodique et sinusoïde rythmique, tisse la toile d'une disco noire et entêtante, parcimonieusement hantée de la voix grave de celui s'est fendu en 2014 deux maxis sur Bordello A Parigi.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Machinegewehr - The Unforgiven 12" (Electronic Emergencies, 28 septebre 2015)

01. The Unforgiven
02. You are
03. The Geist Line feat. Gees Voorhees
04. Shield


Coldgeist / Modern Eleven - Ce qui est en Bas (PREMIERE)

Déjà présenté par le biais du maxi A Court Of Initiation qu'il partageait avec Côme sur son propre label Ritual Process (lire), le producteur Rennais exilé à Berlin Coldgeist accouche déjà d'une suite à son LP solitaire Ce qui est en haut paru en février dernier. Point de terre du milieu pour lui, avec un long format logiquement baptisé Ce qui est en Bas, cet adepte d'une techno mentale, trouvant ses racines dans l'ambient découlant de la vague industrielle anglo-saxonne, englue l’atmosphère et tout ce qui gravite en son sein d'une électronique aussi plombante qu'absorbante, où l'on se pâme à contempler chaque bribe entremêlée et texturée à l'extrême. Se proposant d’embarquer l'auditeur dans un voyage introspectif sans fin, sorte de continuum d'entre-lacs vibratoires où l'on peine à distinguer les matériaux sonores, Coldgeist triture de ses machines ce à quoi pourrait ressembler un univers où les règles physiques seraient abolie. Futuriste pour certains, post-apocalyptique pour d'autres, une chose reste sûre : Ce qui est en Bas fascine par son épure sans concession, à mi-chemin des exégèses édictée par Sandwell District et ses disciples, et de celles toujours plus essentielles d'In Aeternam Vale. On écoute en exclusivité l'intégralité ci-après.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Coldgeist / Modern Eleven - Ce qui est en Bas LP (Bandcamp, 15 septembre 2015)

01. Autumn
02. Au Crépuscule
03. A Black Thunder
04. First Sight
05. Night Finds You
06. Kalahari
07. Ondelette
08. A Day in Petra


The Garment District - The Feral Surfers (PREMIERE)

Jennifer Baron_Photo by Greg Langel

Photo © Greg Langel

Avec le long format Melody Elder, sorti en 2011 via Night People et idoine occasion à une interview fleuve (lire), l'ex-The Ladybug Transistor Jennifer Baron arrimait son projet The Garment District à une place de choix sous le soleil éclatant d'une pop sépia et expérimentale, aux effluves délicatement psychées. Reprenant du service dès 2014 avec If You Take Your Magic Slow (lire), la résidente de Pittsburgh vient de sortir tout juste un an après la sortie de ce dernier, le 20 juillet, un LP exclusivement instrumental via Kendra Steiner Editions, Luminous Toxin, qui résonnent en écho de son 7" Nature Nurture édité via La Station Radar et comportant un remix signé Sonic Boom (lire). Temporalité dilatée, langueur mélodique et nuage synthétique sont plus que jamais au programme de ce disque, dressé en véritable bande sonore d'une mélancolie doucereuse, celle dans laquelle on se complaît aisément les dimanches soirs par temps de pluie. Et, d'entre toutes, la lente digression The Feral Surfers fait plus qu'accrocher les cœurs. On l'écoute ci-après, en exclusivité et en entier.

Audio (PREMIERE)

tracklisting

The Garment District - Luminous Toxin (Kendra Steiner Editions, 20 juillet 2015)

01. 1 East 91st Street
02. The Feral Surfers
03. Espy Waltz
04. Echolalia
05. Goldvein
06. Meeting of The Dark Sky Association
07. Rancho Los Feliz
08. Women Who Keep the Lights


Orphan Swords - Astaroth (PREMIERE)

orphan_swords

Photo © Inkeri Harri

Après un quatrième volet en février dernier (lire), le label Clan Destine clôturera la série Dark Acid avec une cinquième compilation prévue pour le mois de septembre et d'ores et déjà en pre-order. Au tracklisting, on retrouve Shady P, toujours aussi dur sur l'homme (lire), Joel Dunn aka Marshall Applewhite, autoproclamé anti-drug of EDM et haut dignitaire du sludge dans sa ville natale Détroit, ou encore The Friend membre, de la même façon que les deux premiers cités, du collectif How To Kill. Clôturant les débats, le duo Belge Orphan Swords, instigateur du label Idiosyncratics et responsable de deux albums sur Desire Records, dont le dernier License To Desire‎ est sorti en mars de cette année, ne fait pas de prisonnier : le morceau Asraroth, en écoute ci-après, perfore littéralement les tympans avec des rythmiques à la balistique ultra lourde. Âme sensible s'abstenir.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

V.A. - Dark Acid V (Clan Destine Records, septembre 2015)

A1. Shady P - X is Whole
A2. Marshall Applewhite - Prostate
B1. Gregor Garnutsi - Access Granted
B2. The Friend - How R U
B3. Orphan Swords - Astaroth


Earthly - Backflip C.D.M. Remix (PREMIERE)

IMG_6016Pour schématiser à l'extrême, l'électronique venant Outre-Atlantique procède en règle générale des bastions que sont Detroit, Chicago et New-York, et ce, depuis la déferlante techno du tout début des années quatre-vingt dix. Or si l'on y regarde de plus près, une multitude de scènes pullulent dans un environnement musical dédouané de la prégnance des cultures électroniques, concourant ainsi à la fraicheur et la naïveté géniales des artistes s'y essayant. On pense forcément à ce qu'a pu devenir le label Angelin Not Not Fun et sa branche dancefloor 100% Silk (lire), mais aussi par extension à celui d'Atlanta Harsh Riddim dont Ryan Parks, son instigateur, nous a récemment présenté la richesse (lire) notamment en termes de porosité entre les genres. Il en va de même pour Noumenal Loom, jeune structure émanant d'Alabama, et présentant à son compteur une vingtaine de références cassettes parmi lesquelles on retiendra PHORK, Caroline Says, Holly Waxwing, Giant Claw ou le duo Earthly, qui le 24 juillet dernier a sorti un inaugural LP, Days, où l'art du sampling façon Black Dice est poussé à son paroxysme. Première parution sur format vinyle du label, l'album conçu par la doublette Edaan Brook et Brint Hansen recèle d'une variété étonnante et d'une densité assourdissante, compressant ses idées entre electronica, ambient et psyché-pop. Déjà adoubé par sa figure testamentaire, Eric Copeland ayant retouché l'introductif morceau RBG, leur improbable palette stylistique est non sans résonances Européennes puisque deux des dignitaires du label portugais Principe, Dj Maboku et Dj Lilocox aka C.D.M. dont on a chroniqué en avril leur ultime Malucos De Raiz (lire) oscillant de la jungle au kuduro en passant par la house, a émis une relecture du gracile Backflip - faisant vivre envers et contre tout les quelques effluves estivales désormais derrière nous. On l'écoute ci-après en exclusivité.

Audio (PREMIERE)

Audio

Tracklisting

Earthly - Days (Noumenal Loom, 24 juillet 2015)

01. RGB
02. Ice Cream
03. Glaze
04. Honison Climber
05. Games
06. Babby Bobby
07. Backflip
08. Secret Squirrel
09. Pure In Between
10. Daemon
11. Shell Spell
12. Wink