Noga Erez

Israël, et tel Aviv en particulier, nous a apporté ces dernières années une pelleté de projets musicaux emmenés par des artistes excitants, que ce soient nos chouchous de Red Axes et Moscoman ou bien les brillantes Hila Ruach et Keren Dun. Il y a quelques mois apparaissaient sur la toile, avec le video clip 'Dance While You Shoot', une nouvelle venue : Noga Erez. Derrière ce nom se cache en réalité deux personnes la productrice et compositrice Noga Erez et le producteur Ori Rousso. Noga a fait ses armes en tant que percussionniste du groupe indie The Secret Sea puis a mis les voiles pour se concentrer sur son propre projet musical. Il en ressort une electro-pop puissante et tirée au cordeau avec beats minimalistes acérés où vient se caler la voix hypnotique de Noga. Le second titre 'Pity' sorti il y a tout juste une semaine, est tout aussi tendu que le premier avec beats incisifs et flow insoumis. En l'espace de deux excellents titres, Noga Erez a déjà posé des bases solides d'un premier album qui se veut prometteur. Celui-ci devrait voir le jour au printemps sur le label City Slang. En attendant découvrez un peu plus l'univers de l'Israelienne et ses influences grâce à notre interview et sa mini mixtape.
D'où viens-tu ?
Where do you come from?

J’habite à 30 minutes de Tel Aviv, en Israël.

I live 30 minutes away from Tel Aviv, Israel.

Où vas-tu ?
Where are you headed?

Où je peux jouer ma musique.

Anywhere I can play my music.

Pourquoi la musique ?
Why music?

C’est le meilleur et le plus précis moyen de communication que j’ai trouvé jusqu’ici.

It's the best, most accurate form of communication that I have found so far.

Et si tu n'avais pas fait de musique ?
And if music wasn't your thing?

Je cuisinerais et je pleurerais.

I'd cook and cry.

Une épiphanie personnelle ?
An epiphany of yours?

J’ai toujours su que la musique avait un effet bénéfique sur le corps et sur l’esprit. Un jour je suis allée courir pendant des vacances en Grèce, la première fois que j’allais courir sur une montagne avec beaucoup de dénivelé. À un moment, j’étais si fatiguée, assez loin de l’hôtel et un peu paniquée. Le morceau Berlin de Modeselektor est arrivé dans la playlist et mes pieds, que je pensais presque incapables de me ramener, se sont mis à courir à nouveau.

I always knew music has a great effect on the body and soul. One day I went for a run during a vacation in Greece, the first time I ran on a mountain with lots of inclines. At a certain point I was so tired, a long way from the hotel and kinda panicked as well. The song "Berlin" by Modeselektor shuffled into the playlist and my feet, which I thought were almost unable to take me back, started running again.

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

Rencontrer Mr Ori Rousso, l’autre moitié de Noga Erez.

Meeting Mr. Ori Rousso, the other half of Noga Erez.

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Je suis nulle pour rester en contact avec les gens.

I am terrible at keeping touch with people.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

Oui, bien que douloureuse.

Yes, albeit a painful life.

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

Non, ça me stresse.

No, that just makes me nervous.

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

Mykki Blanco.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

J’espère la mort.

Hopefully death.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

Être plus détendue.

Don't try too hard.

Comment te vois-tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

J’ai déjà du mal à m’imaginer dans une semaine.

I barely see myself a week from now.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique).
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

J’imagine qu’à un certain moment, j’adorerais faire un album acoustique. Ou juste piano et voix. Ou un disque expérimental instrumental. J’aimerais pouvoir tout faire.

I guess at some point I would love to make and acoustic album. or even just piano and vocals. or an instrumental experimental album. I wish I could do it all.

Vidéos

Écoute exclusive

photos © Tonje Thielsen


Antoni Maiovvi

C'est depuis qu'on est retombés sur Psychoplasmics, EP d'Antoni Maiovvi sorti chez Crimes Of The Future il y a déjà deux ans qu'on a eu envie de lui consacrer une petite tranche de nos rendez-vous Out Of The Blue du mercredi. Stasi disco comme on le décrit, aussi branchée dancefloor gore que l'hémoglobine trafiquée des films de séries B, les tracks du Britannique affichent depuis toujours une couleur cinéma, projetées sans crier gare sur le grand écran d'une antre de l'horreur réjouissante à souhait. Un ton particulier, rétro-rigolo, où Antoni Maiovvi tutoie le grand maître John Carpenter tant il livre à chaque nappe électronique un uppercut futuriste aux détails kitsch bougrement efficaces. C'est la stroboscopie appliquée à une science-fiction cheap mais attachante, ficelée aux synthés et livrée au pied du club, la pointe de nostalgie en option.

D’où viens-tu ?
Where do you come from?

Je suis né à Bristol, au sud-ouest du Royaume-Uni. Distinction importante selon moi : je viens de la rive gauche [de la rivière Avon, ndlr], j’ai vécu rive droite une fois et je n’ai pas du tout aimé.

I was born in Bristol in the south west of the United Kingdom. I'm from south of the river which I feel is an important distinction. I lived north of the river once and I didn't like it at all.

Où vas-tu ?
Where are you headed?

Cette année, je vais aller vivre aux Pays-Bas.

I will move to Holland this year.

Pourquoi la musique ?
Why music?

Pour moi, la musique a du sens, elle part de humeur pour prendre la forme d’une série de décisions logiques. Et là, il ne s’agit pas juste d’harmonie, mais de tout ce qui vient de la conception à l’arrangement, de l’atonalité et du bruit. C’est tout cela qui créé du sens pour moi, bien plus de sens que tout le reste dans ma vie et certainement plus de sens que les humains. Si je suis honnête, je pense que j’aime aussi l’aspect de contrôle qu’il y a derrière.

Music makes sense to me, it appears to me as a series of logical decisions based on mood. I'm not talking about just harmony, but everything from design to arrangement, atonality and noise. All of this makes sense to me, a hell of a lot more sense than anything else in my life, and certainly a lot more sense than humans. I think I also get off on the control aspect of it, if I'm honest.

Et si tu n’avais pas fait de musique ?
And if music wasn’t your thing?

J’ai toujours écrit. La musique mise à part, j’ai toujours écrit des histoires, aujourd’hui même, je travaille à un scénario.

I've always written. Aside from songs, I've also written stories and even now I'm working on a screenplay.

Une épiphanie personnelle ?
An epiphany of yours?

Si tu veux le faire, tu dois réellement le faire : tu l’as fait hier, tu le fais aujourd’hui et tu vas le faire demain. Le monde est plein de gens qui tiennent de grands discours mais n’agissent pas. Le talent est la deuxième chose qu’il faut travailler dur. La probabilité que quelqu’un s’y penche est si mince qu’il vaut mieux trouver un moyen d’apprécier ce que tu fais toi-même parce que personne n’est près de s’intéresser à toi ni à ton putain de groupe stupide.

If you want to do it, you actually have to do it, you did it yesterday, you did it today and you're going to do it tomorrow. The world is full of people who talk a good game but do nothing. Talent is second to hard work. The likelihood of anyone ever making it is so slim that you'd better find a way to enjoy what you do, because no one is going to give a fuck about you and your stupid fucking band.

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

Je ne sais pas s’il est déjà arrivé. Personne n’a entendu parler de moi. Ca sonne affreusement modeste à dire, je sais, mais je suis toujours agréablement surpris quand quelqu’un dit qu’il a aimé quelque chose que j’ai fait. L’industrie musicale, dans les grandes largeurs, est formelle : personne sait qui je suis.

I'm not sure it's happened. No one has heard of me. I know it sounds terribly humble for me to say this, but I'm always pleasantly surprised when someone says they liked something I made. The larger music industry insists that no one knows who I am.

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Je ne suis pas sûre de savoir à quoi cette question se réfère exactement mais l’insécurité financière, les relations qui se tendent de plus en plus sont à compter parmi les inconvénients d’une vie d’artiste. Pour la plupart, les personnes normales ne sont pas du tout préparées à n’avoir aucun filet de sécurité. Je me suis énormément déplacé, j’ai changé de maison dix-huit fois en sept ans, mes amies m’ont quitté pour des hommes aux situations plus stables, je me suis retrouvé plus d’une fois techniquement sans abri. Les boissons gratuites, ça semble génial mais, putain, ça cause aussi les pires dépressions. Les gens me manquent, je passe la plupart de mes journées à me sentir isolé et triste.

I'm not sure what this exactly refers to. But the downside of an artistic life is one of financial uncertainty, relationships get over strained, most normal people are completely unprepared for not having a safety net. I have moved around a lot. I've moved house 18 times in 7 years. My lovers have left me for more stable men. I've been technically homeless more than once. Free drinks sound great but damn do they bring on the worst depression. I miss people and spend most of my days feeling isolated and sad.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

J’imagine que cela importe peu.

I guess it doesn't matter.

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

Cela fait dix-huit mois que je ne suis pas monté sur scène, je ne sais pas trop pourquoi. Le dernier show était incroyable et le public a adoré mais personne ne semble vouloir me reprogrammer alors j’ai beaucoup mixé l’année dernière, et ce qu’il se passe alors, c’est que je bois de l’eau pétillante comme un trou et parle avec des gens. Je ne sais pas ce qu’il va se passer.

I haven't done a live show for 18 months, I'm not sure why, the last one I did was really amazing and people really liked it, but no one seemed to ask me again. So I've been Djing a lot for the last year and what usually happens is I drink a bunch of sparkling water and chat with people. I don't really know what's going to happen really.

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

J’adorerais composer la bande originale d’un film de William Friedkin, je l’ai dit de nombreuses fois mais il n’est toujours pas revenu vers moi. C’est sérieux à 100%, je pense que je pourrais faire du bon boulot. De façon générale, j’aimerais faire plus de musique de films. Et je voudrais embaucher Steve Albini pour enregistrer un album de techno à l’Electrical Audio parce que ça serait bien trippant.

I would love to do a score for William Friedkin. I've said this many times but he's still not got back in touch with me. I'm 100% Serious. I think I would do a good job. I would like to do more film scores in general. I would also like to hire Steve Albini to record a techno album at Electrical Audio, because that would be very funny.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

Un oscar.

An oscar.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

C’est la somme de tout ce qu’il t’est arrivé qui fait ce que tu es. Tu seras reconnaissant que rien

Everything that happened to you made you who you are. You will be grateful that nothing was ever handed to you.

Comment te vois-tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

Faire du jardinage.

Gardening.

Comment vois-tu évoluer ta musique ?
How do you see your music evolve?

Je suis trop dissipé pour arriver à en parler.

I'm too fidgety to be able to talk about it.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

Tu vois, adolescent, quand j’essayais de parler de Tangerine Dream, les gens pseudo-cools me disaient que j’avais de très mauvais goûts musicaux. Maintenant, regarde autour de toi. Merde, ouais, hein ? La série Stranger Things a débarqué, diffusant des titres empruntés à Exit et Green Desert [deux albums de Tangerine Dream, respectivement sortis en 1981 et 1986, ndlr], même la musique des types de Survive [qui signent la bande originale de la série, ndlr] fait penser à Tangerine Dream. Le concept du plaisir coupable vient du fait que, quelque part, tu sais que c’est mauvais mais tu kiffes quand même. Je détestais Take That mais avec le temps, j’ai fini par remarquer qu’ils avaient des morceaux qui défoncent, je n’écouterais pas tous les jours non plus mais je peux apprécier parce que j’en sais plus à propos du songwriting maintenant. Cela dit, je pense encore que la carrière solo de Robbie Williams est à chier. Ce que j’explique, c’est que je ne peux pas quantifier ces choses donc voici une liste de films que selon moi les gens devraient voir :

You see, when I was growing up and I tried to talk about Tangerine Dream, I was told by “cool people” that I had awful taste in music. Now look at the world. God damn, yeah, right? Stranger Things happened, they used some cool music from Exit and Green Desert, even the SURVIVE dudes' score was pretty TD. The concept of the guilty pleasure is that somehow you know it's bad but you are getting off on it at the same time. I hated Take That, but with time I see now they had some bangers, I wouldn't listen to it but I can appreciate it because I know more about songwriting now. I still think Robbie Williams' solo stuff is piss poor. What I'm saying is I can't quantify these things so here is a list of movies that I think people should see:

Scanners
Don't Torture A Duckling
Primer
Vampire's Kiss
Barry Lyndon
A Snake Of June
Mona Lisa
Clean, Shaven
The Duke Of Burgundy
The Banshee Chapter

Écoute exclusive


Kadhja Bonet

L'automne dernier, Kadhja Bonet sortait un teaser de son premier album à venir le titre Honeycomb - une pure merveille soul/R&B aux arrangements élégants et à la voix de velours, aérienne et sublime. Il ne nous en fallait pas plus pour tomber in love. Originaire de Californie, Kadhja, bercée à la musique classique par un père chanteur d'opéra, s'est mise à composer sur le tard. Dès ses premières compositions, on retrouve cette ambiance voluptueuse sublimée par des arrangements de cordes et des touches folk délicates. Son premier album, The Visitor, sorti via Fat Possum en collaboration avec Fresh Selects est disponible depuis peu en physique et digital : huit titres que Kadhja a entièrement écrits, composés et produits. Huit titres qui, si l'on devait les labelliser, se rapprocheraient d'un mélange de pop/soul de chambre aux accents folk et psyché. Huit titres qui, au final, vous plonge dans une bulle intemporelle, harmonieuse et irréelle. Pour percer le secret Kadhja, nous lui avons proposé notre petite interview Out Of The Blue, découvrez ci-dessous ses réponses ainsi que son brillant essai sur "le passage à l'âge adulte de l'Amérique". À noter que Kadhja Bonet sera en concert à Paris à la Boule Noire le premier mars prochain - be there !

D'où viens-tu ?
Where do you come from?

Je viens du bord des sourires en coin - un univers parallèle d’où tu te réveilles chaque matin lorsque tu cherches à pêcher un rêve et à en attraper un.

I come from the corners of half smiles - the parallel universe you almost wake up in every morning that you fish for a dream and catch one.

Où vas-tu ?
Where are you headed?

J’espère que je me dirige vers la source d’énergie de ma propre électricité interne, mais je ne le saurai pas tant que je ne l’aurai pas atteinte.

I hope I am headed toward the power source of my internal electricity, but I really won't know unless I reach it.

Pourquoi la musique ?
Why music?

La musique est une chance unique d’apprendre quelque chose de votre subconscient. À chaque fois que tu te lances dans un processus de création, tu touches du bout des doigts un petit bout de la force créatrice universelle.

Music is a chance to learn something from your subconscious. Any time you venture into creation, you touch the tip of a hair from the head of the universal, ultimate creating force.

Et si tu n'avais pas fait de musique ?
And if music wasn't your thing?

Si la musique n’était pas pour moi, dans ce cas-là je crois que je me serais dirigée vers l’astrophysique, ou devenir moine. Je crois que ces trois routes se dirigent dans la même direction.

And if music wasn't my thing I think I'd either have gone toward astro physics or become a monk. I think all three of those routes head in the same direction.

Une épiphanie personelle ?
An epiphany of yours?

J’ai un jour découvert comment tomber amoureux de tous ceux et ce que je croisais. Cela implique de maintenir un niveau de confiance difficile à conserver en réalité mais aussi une compréhension profonde de la chance que nous avons d’être mortels : nous pouvons connaître des changements à l’infini, découvrir l’amour sous un nombre de formes illimitées, issues de l’évolution de nos particules depuis des milliers d’années.

I once discovered how to fall in love with everyone and everything I came across. It involves a kind of confidence I found impossible to maintain. A self assured knowledge that mortality is a gift we are lucky to have - so that we may experience unlimited change and unlimited forms of love over the many eons our particles have been shifting around.

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

Quand j’ai simplement cessé de m’intéresser à ce que pensait quiconque de ce que je faisais, disais, portais ou créais.

When I completely stopped caring what anyone thought of anything I did, said, wore or made.

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Les gens m’effraient depuis quelques temps, j’en suis devenue presque narcissique et introvertie, à travers ma pratique de la musique, comme s’il s’agissait avant tout d’une passion de se découvrir soi-même.

I have become afraid of people, narcissistic and introverted, through my passion of music, as it is a passion of self discovery.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

Oui bien sûr, tant que tu continues à avoir la même attention et les mêmes principes utilisés dans l’art pour tous les détails de la vie, pour chacun des choix de ton existence. Aussi longtemps que tu continues d’observer et d’apprendre, artistiquement tu ne mourras jamais, en fait, il n’y a pas de mort. Juste une évolution.

Yes, as long as you take the same care and principles you use in art into the small details of your choices and existence. As long as you keep observing and learning, artistically you won't die, actually, there is no death. Only transformation.

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

J’essaie de m’accorder quelques minutes rien qu’à moi, pour m’échauffer et me mettre dans l’ambiance. Boire du thé, aller aux toilettes un millier de fois et essayer de me calmer au maximum.

I try to have a few minutes completely to myself, to warm up and set intentions. Drink tea, go to the bathroom a thousand times and try to calm my nerves.

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

J’aimerais travailler avec le réalisateur de Divines, Houda Benyamina.

I'd like to work with the director of Divines, Uda Benyamina.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

Aucune idée. J’imagine que je le saurais quand j’y serais. :)

I have no idea. I imagine I will know when I get there :)

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

Personne ne sait mieux que toi ce qui compte, en réalité. Ne les écoute pas. Forge-toi tes propres opinions, écoute-toi et ne doute pas de tout ce qui vient dans l’endroit le plus sincère en toi. Comme tous les animaux, nous sommes nés avec une certaine forme de sagesse. Le seul souci, c’est que les adultes vont essayer de prendre chez toi ce qu’eux-mêmes ont déjà oublié. Donc accroche-toi.

Nobody actually knows more than you do about anything that matters. So don't listen to them. Form your own opinions, listen to yourself and don't doubt anything that comes from a sincere place inside you. Just like any other animal we are born with a certain miraculous wisdom. The only problem is adults will try and take from you what they've already forgotten. So hold on tight.

Comment te vois-tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

J’espère avoir des enfants qui me feront redécouvrir la magie qui nous entoure, avoir le temps de planter des légumes ou de fabriquer des pulls moches. J’espère qu’il y aura de l’eau potable pour tout le monde dans trente ans.

I hope I have grown kids that remind me of everything magic, that I have time to plant vegetables and make ugly sweaters. I hope there is clean water for everyone in 30 years.

Comment vois-tu évoluer ta musique ?
How do you see your music evolve?

Si je le savais, je crois que j’en aurais terminé avec ça.

If I knew that I would be done.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

Mon plaisir couple : le chocolat noir. Je ne peux rien faire sans.

Guilty pleasure is dark chocolate. Can't be without it.

Photo : Sinziana Velicescu

Vidéo

Exclusivité : la short list de Kadhja Bonet des trucs super cool pour l'entrée dans l'âge adulte

ON FAIT LA FÊTE POUR CÉLÉBRER LE FAIT QUE L’AMÉRIQUE SOIT MAJEURE
et tu n’es pas invité.
même si cette fête va déterminer ton futur.

Alors que la poussière retombe sur l’une des élections américaines les plus singulières de l’Histoire, certaines questions subsistent concernant l’avenir de notre pays. Cet état de confusion, ce moment de gêne profond, cette haine et cette fièvre aphteuse mal dirigées me rappellent profondément cet horrible sentiment de la post-adolescence, quand on s’aventure en dehors du cocon familial, que l’on cherche aveuglément une once de sécurité émotionnelle, physique ou métaphysique. On se convainc nous-mêmes que les erreurs que nous faisons durant cette période sont faites dans notre intérêt, bien que la plupart du temps on n’y ait pas pensé tant que ça. Le résultat peut être inattendu, embarrassant ou même tragique si on n’y prend pas garde.

Bien sûr, ça n’est pas le premier rodéo de ce genre pour les États-Unis. Ce pays est né d’un génocide et de l’asservissement, a subi de longues générations de discrimination et de violence institutionnalisées, pour finir par désigner un gouvernement dont l’unique but est de minimiser le pouvoir du peuple. Appeler ça une enfance mouvementée serait en sous-estimer la gravité. Mais si le mouvement pour les droits civiques marque l’entrée dans la puberté des Etats-Unis, son entrée dans la recherche d’une liberté et d’une justice pour tous, ce qui suit aujourd’hui n’est que la désillusion d’une entrée dans l’âge adulte, caractérisée par de l’arrogance et un comportement résolument irresponsable. Hey, j’ai une info pour toi, les Etats-Unis : t’as pas fini d’en baver. Tu es toujours un enfant égocentrique et insouciant.

Je pense sincèrement que nous avons le potentiel pour nous hisser au niveau du standard de moralité que nous prétendons avoir, mais nous ne l’atteindrons pas sans passer par les temps difficiles qui arrivent, sans avoir à gérer les conséquences des erreurs et malchances de nos ancêtres. Les défis que nous avons relevés et que nous avons nous-mêmes générés doivent être identifiés et imputés à qui de droit avant la véritable évolution positive. Plus encore, on peut dire que le rétropédalage social que nous constatons aux Etats-Unis ne nous est pas propre mais est la conséquence d’un système international de résurgence de la xénophobie, de l’homophobie et d’une rhétorique anti-femme - un soulèvement dangereux contre le progrès social se profile. L’Humanité ressent la même peur, la même vulnérabilité que Molly Ringwald dans... hé bien tous les films de Molly Ringwald, remplis de désillusions, d’interrogations inutiles, l’empêchant elle-même d’atteindre la grandeur. Cette résistance précaire envers un progrès pacifique, socialement, financièrement et sur l’aspect environnemental, tout cela me rappelle combien nous sommes jeunes en tant qu’espèce vivante, dans l’insécurité de la route que nous empruntons, nous demandant si l’auto-destruction est une route plus sûre que la réussite.

Après s’être rebellés contre les directives imposées par Mère Nature, notre propre survie est en balance. Choisir nos besoins immédiats en dépit de ce dont nous et notre communauté avons réellement besoin sur le long terme, c’est comme si on avait, je ne sais pas, genre seize ans. Et lorsque tout ce paysage se transformera en une effrayante mosaïque, nous allons avoir besoin de laisser tomber l'ambivalence et de faire des choix difficiles, le plus tôt sera le mieux. Nous pouvons nous excuser, modifier notre propre égoïsme, nos manières de faire et revenir plus proche de Mère Nature, ou nous pouvons nous prouver à nous-mêmes que nous sommes capables d’adapter notre vision des choses, pour notre bien et celui de notre communauté, et cesser de jouer avec le feu...

En gardant ça à l’esprit, et pour célébrer les seize ans et demi des Etats-Unis, je voudrais vous inviter à la fête de célébration de cette entrée dans l’âge adulte. On va devoir entrer par la porte de derrière, mais vous y trouverez un large choix de boissons absolument pas du tout attirantes que vous allez devoir boire, au milieu d’un groupe de gens effrayés, gênants, perdus et à moitié fous avec lesquels vous n’avez pas vraiment d’atomes crochus - certains vont même tenter de vous faire sentir que vous êtes bien sûr largement moins bien que ce que vous êtes en réalité. Face à eux et à nos propres attentes démesurées, que l’on s’inflige à nous-mêmes ou qui nous sont socialement imposées, tentons de rester dignes et tenaces avec ce qu’il faut pour traverser cette phase d’adolescence, pour devenir les adultes réfléchis et ouverts que nous sommes censés être.

Je ne dis pas qu’une fois que nous aurons passé cette période difficile nous descendrons faire la fête dans la rue pour toujours, mais je pense que nous serons parés pour affronter les nouveaux défis qui se présenteront, armés d’une maturité sociale et d’une conscience profonde que nous pourrons transmettre à nos enfants. Et comment atteindre un nouveau consensus social et politique ? Hé bien je n’ai pas la réponse malheureusement mais je sais que tout doit commencer et se terminer grâce à l’art.

L’art est utile dans bien des cas. Il peut nous montrer le chemin parcouru tout autant que celui que nous devons encore emprunter. Il peut nous réconforter et atténuer ce sentiment de solitude permanent. Il peut enrichir notre esprit et allumer un feu qui va nous inspirer, nous guider, pour aimer plus encore et réaliser plus de choses. L’art nous connecte les uns aux autres. Il nous rappelle que peu importe nos différences, nous sommes tous profondément identiques, et qu’aider les autres c’est nous aider un peu aussi. Il peut ranimer le désir en nous qui aurait disparu à cause de nos vies de tous les jours, ce désir que nous avons de préserver le bien-être des générations futures, pour la survie de notre espèce, afin de conserver l’équilibre avec les cycles naturels qui nous protègent.

Dans cette période déroutante, je me suis plongée de nouveau dans ma liste de films parfaits pour le passage à l’âge adulte, tout à fait appropriés pour ce genre de situation. Etats-Unis, Humanité - on peut s’en inspirer, non ?

J’ai essayé d’éviter les grosses évidences qui méritent néanmoins vraiment le détour aussi - Le Lauréat, Stand By Me, Il était une fois dans le Bronx, etc. J’ai aussi essayé d’éviter les films englués dans une romance trop mielleuse mais vous trouverez un mélange de genres et d’univers, tous prêts à entrer dans le vôtre. Donc je vous présente, et sans ordre particulier :

Submarine (2010). Ecrit et réalisé par Richard Ayoade.
Incroyablement drôle et intelligent. Une lycéene galloise tente de sauver le mariage de ses parents mais finit par perdre sa virginité.

Theeb (2014). Réalisé par Naji Abu Nowar, écrit par Naji et Bassel Ghandour.
Une superbe photographie, un jeune bédouin risque tout pour suivre son frère aîné dans un voyage sur la route de la Mecque.

Mustang (2015). Réalisé par Deniz Gamze Ergüven, écrit par Deniz et Alice Winocour.
5 jeunes soeurs turques se battent contre le mariage et réaffirment leur profond goût pour l’indépendance.

Drunken Master (1978). Réalisé par Yuen Woo-ping, écrit par Yuen, Ng see-yuen et Lung Hsiao.
Personne ne pouvait s’impliquer comme Jackie Chan dans ce rôle, où on le voit débuter le film comme un sale con immature et prétentieux et, durant son initiation, apprendre la discipline et maîtriser une partie de sa nature féminine pour sauver son père et lui-même.

Boy (2010). Écrit et réalisé par Taika Waititi.
Vraiment séduisant, touchant, absolument drôle. Une dose de sentiments bien équilibrée. Les problèmes d’un père et pas mal de moments très gênants.

The Wiz (1978). Réalisé par Sidney Lumet, adaptation musicale écrite par William F. Brown à partir du classique Le Magicien d’Oz.
Diana Ross, Michael Jackson, Richard Pryor, le casting de ce film est dingue et je pleure à chaque fois que je vois Diana Ross chanter Home.

Le Voyage de Chihiro (2001). Ecrit et réalisé par Hayao Miyazaki.
Le film le plus rentable de l’histoire du Japon - et on comprend pourquoi. Chihiro, enfermée dans le monde des esprits, va devoir apprendre la valeur du courage bien plus tôt que n’importe quel autre enfant.

Fish And Chips (1999). Réalisé par Damien O’Donnell, écrit par Ayub Khan Din.
Une très grande famille bi-culturelle, pakistanaise installée en Angleterre, doit faire face à de nombreux défis imposés par un clash culturel.

Gilbert Grape (1993). Réalisé par Lasse Hallstrom, écrit par Peter Hedges.
Un jeune Johnny Depp se bat pour trouver un équilibre entre ses besoins et ceux de sa famille.

Phoenix Arizona (1998). Réalisé par Chris Eyre, écrit par Sherman Alexie.
Sherman Alexie est un maître. La relation entre les personnages principaux Victor et Thomas va devenir très compliquée et mettre votre coeur à rude épreuve dans leur tentative de récupérer les cendres du père de Victor, décédé.

Divines (2016). Réalisé par Houda Benyamina.
Sûrement le meilleur film que j’ai vu ces dernières années, une excellente alchimie entre les acteurs et un niveau de jeu dingue. Les deux personnages principaux ont un charisme incroyable. Une histoire prenante qui mérite que l’on pleure à cause d’elle.

IT’S AMERICA’S COMING-OF-AGE PARTY
and you're not invited.
even though this party will determine your future.

As the dust settles from one of the most peculiar American elections in history, some questions remain about the direction our future is to take. This state of confusion, of awkward social misunderstandings, of a ubiquitous foot-in-mouth disease and mis-directed angst reminds me viscerally of that awful feeling of prolonged adolescence, when we ventured out of our mother’s nest, and blindly groped for a semblance of emotional, physical or metaphysical security. We convince ourselves that the mis-steps and back-slips we make during this time are in our best interest, although we often haven’t often completed the train of thought. The results can be unfortunate, embarrassing, even tragic without caution.

Now, this is far from America’s first rodeo of course. After all, America was born from genocide and enslavement, endured generations of well rehearsed discrimination, institutionalized violence, and designed a government meant to minimize the power of the people; calling it a rocky childhood would be a vast understatement. But if the civil rights movement marks America’s puberty, it’s first steps toward blossoming into it’s own expectations of freedom and justice, what follows is the delusion of adulthood characterized by arrogant, entitled and irresponsible behavior. News flash America, you haven’t arrived yet. You are still a selfish, reckless child.

I do believe we have the potential to become the moral standard we’ve always been told we are, but that we won’t reach that standard without rising to the struggle that is to follow, without dealing with the syndromes inherited from our ancestors mistakes or misfortunes. The challenges we’ve passed down and created for ourselves demand recognition and ownership before true transformation can occur.

Furthermore, it could be said that the social back pedaling we’e seen in U.S. politics is not unique to us, but a symptom of a global resurgence of xenophobic, homophobic, and female-phobic rhetoric - a rebellious, and dangerous lashing out against the social progress on the horizon. The human body has the same scared, vulnerable and predictable psyche as Molly Ringwald in - well, any Molly Ringwald film - full of cloudy delusions and pointless preoccupations, holding herself back from greatness. The precarious resistance to peaceful progress, socially, fiscally and environmentally reminds me of how relatively fresh we are as a species, unsure of where we can even take ourselves, pondering if our self destruction is a safer route than achievement.

Having rebelled against the eco-guidelines mother nature ordained, our very survival is in jeopardy. Choosing our immediate wants over the long term needs of ourselves and our communities feels very, oh, I don’t know, 16, and as the fan splatters the shit into a terrifying mosaic, we’re going to have to drop the ambivalence and make the hard choices, and sooner rather than later. We can apologize and rectify our selfishness, our inconsiderate oblivious manners and return to mother nature’s straight and narrow, or prove to ourselves that we can make our non-traditional agenda work for ourselves and community, and stop taking gambles on what we can get away with...

So with that in mind, and in celebration of USA reaching it’s 16th and a half birthday - I’d like to invite you to crash America’s Coming-of-Age-Party with me. We will have to enter from the back, but here you will find an array of unappealing beverages that will be difficult to evade, the cherished and trashed household remains of the host’s parents, and an unwelcoming, exceptionally awkward gathering of misguided, insecure tittie-crazed people you really won’t fit in with - some of whom will try as hard as they can to make you feel like you’re much less than you are. As we face them and our self inflicted or socially imposed expectations, let’s approach with the tenacity it took to survive adolescence and become the thoughtful, open-hearted adults we meant to be.

Now I’m not saying that once we push through this era there will be dancing in the streets forever more, but I do think we will be better equipped to face new challenges, having acquired a social maturity and conscience inheritable by our children. And how do we reach a new social and political benchmark? Well, I don’t have all those answers for you, but I do know that it starts, and ends, with art.

Art serves so many purposes. It can show us how far we’ve come, or how much further there is to go. It can comfort us and reduce our chronic sense of loneliness. It can enrich our spirits and spark a contagious radiance in us that inspires us to love harder or achieve more. But at it’s best, it connects us. It reminds us that no matter how different our circumstances, we are all profoundly similar, and that helping each other is helping ourselves. It can remind us of the innate desire in us that has gone unaccounted for in modern living; the desire in us to preserve the well being of the next generation, so that our species can survive and assert it's intention to stay, in balance, with the natural cycles that protect us.

In these bemused times, I find a revisitation of my favorite coming-of-age films particularly appropriate. USA, and Human Body - let’s remember how coming-of-age is done, shall we?

I tried to avoid the usual suspects, but most of those are worth a watch too - The Graduate, Stand by Me, A Bronx Tale, etc. I’ve also tried to exclude coming-of-age films that are too entangled in a romance, but otherwise you will find a diverse meld of other genres and landscapes, all about coming into your own. So, I present to you, and in no particular order:

Submarine (2010). Written and directed by Richard Ayoade.
Incredibly smart and funny. A Welsh high school student attempts to save his parents’ marriage, and lose his virginity.

Theeb (2014). Directed by Naji Abu Nowar, written by Naji and Bassel Ghandour.
Beautifully photographed, a young Beduin boy risks everything to follow his older brother on a journey.

Mustang (2015). Directed by Deniz Gamze Ergüven, written by Deniz and Alice Winocour.
5 Turkish teenage sisters resist marriage, and relish drops of independence.

Drunken Master (1978). Directed by Yuen Woo-ping, written by Yuen, Ng see-yuen and Lung Hsiao.
No one commits like Jackie Chan, who starts this film as an immature, cocky, sexist prick, and, in his own way learns to tap into his discipline and feminine nature to save his father and himself.

Boy (2010). Written and directed by Taika Waititi.
So charming, cringe worthy, touching, hilarious. Well rounded feels. Daddy issues and awkward moments galore.

The Wiz (1978). Directed by Sidney Lumet, musical adaptation written by William F. Brown of from the classic Wizard Of Oz.
Diana Ross, Michael jackson, Richard Pryor, the cast is immense and I cry like a baby every time Ms. Ross sings Home.

Spirited Away (2001). Written and directed by Hayao Miyazaki.
This is the highest grossing Japanese film of all time - and with good reason. Chihiro, trapped in the spirit dimension, has to learn the value of courage sooner than anyone would like to.

East Is East (1999). Directed by Damien O’Donnell, written by Ayub Khan Din.
A big, bi-racial family faces the challenges of growing up with culture clash.

What’s Eating Gilbert Grape (1993). Directed by Lasse Hallstrom, written by Peter Hedges.
young Johnny Depp struggles to balance his own needs with his families.

Smoke Signals (1998). Directed by Chris Eyre, written by Sherman Alexie.
Sherman Alexie is a master. The relationship between main characters Victor and Thomas will break and mend your heart a hundred times as they quest to recover Victor’s father.

Divines (2016). Directed by Uda Benyamina.
Easily the best, most believable acting and chemistry that I've seen in years. The two main characters have infectious charm. Heavy story, but worth the cry.

Audio

Tracklist

Kadhja Bonet - The Visitor (Fat Possum, 27 janvier 2017)

01. Intro - Earth Birth
02. Honeycomb
03. Fairweather Friend
04. The Visitor
05. Gramma Honey
06. Portrait Of Tracy
07. Nobody Other
08. Francisco


Gryphon Rue

Il y a quelque mois, notre Joakim national exilé à NYC nous présentait un nouveau venu dans la famille Tigersushi : Gryphon Rue. Un EP de deux titres, Google Portrait et Beethoven For Relaxation, accompagnés de deux vidéos, nous enfonçait dans l'univers arty et expérimental du jeune producteur américain. Curator actif sur la scène artistique contemporaine new-yorkaise mais aussi auteur-compositeur qui n'en est pas à son premier coup d'essai, Gryphon Rue, sous le pseudonyme de El Tryptophan, et accompagné par une vingtaine de collaborateurs, composait il y a une paire d'années, un premier album folk expérimental du nom de Guilt Vacation. Sorti à l'époque sur le label Wharf Cat Records, figurait déjà sur ce LP une mouture folk de Google Portrait avec la présence notable de Dean Wareham et de chœurs d'enfants plus ou moins dérangeant - donnant un ton expressionniste admirable à l'ensemble. La mise à jour du titre par Joakim offre une version beaucoup plus synthétique et beaucoup plus pop, lui donnant un côté presque sexy sans toutefois lui enlever son côté perturbant et provocateur. Découvrez un peu plus l'univers de Gryphon Rue ci-dessous grâce à notre interview Out Of The Blue et à sa mixtape Parity Mix. Enjoy !

D'où viens-tu ?
Where do you come from?

D'un lieu amical. Je suis né à l'hôpital Saint-Luc de Manhattan et pesais 4,7 kg.

A friendly place. I was born 10 lbs., 6 oz at St. Luke’s hospital in Manhattan.

Où vas-tu ?
Where are you headed?

Je m'introduis telle une petite flamme blanche dans un fluide corporel secret. Je me dirige vers une nouvelle relation intime.

I’m headed like a little white flame into some private secretion. To a new relationship.

Pourquoi la musique ?
Why music?

Parce que la vibration, c'est mon truc.

Because vibration is my thing.

Et si tu n'avais pas fait de musique ?
And if music wasn't your thing?

J'aurais sans nul doute été expert en tours de passe-passe.

No doubt I would end up a sleight-of-hand man.

Une épiphanie personnelle ?
An epiphany of yours?

Hier soir, Emiloo chantait avec son laryngophone et je peaufinais un son sur mon Flanger A/DA de 1979 - j'ai entendu des tranches juteuses de melon occulter les pots sur la boite - c'était un plaisir pour les oreilles mais je l'ai perçu visuellement, telle une enveloppe moirée destinée à des documents fédéraux. Le trajet du signal se faisait sans problème, ce qui était pour le moins étrange vu que la voix d'Emiloo passait à travers une longue chaîne formée d'une succession d'appareils. J'avais des envies de triple dipper.

Last night Emiloo was singing with her throat contact mic and I was tweaking my A/DA 1979 flanger — I heard juicy melon slices eclipse the pots on my box — it was ear candy but I saw it visually, a moiré envelope for federal documents. Everything was working fine in the signal flow, which was pretty strange, because Emiloo’s voice was processed through a long chain of devices. I could triple dipper.

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

J'ai été révélé à la suite d'un combat interminable avec des banquiers.

I broke through after a long struggle with bankers.

Le revers de la médaille ?
Any downside?

J'ai beaucoup de mal à croire que les choses peuvent être abordées de façon littérale. Je trouve la littéralité suspecte car l'abstraction gouverne notre monde. Je m'attire parfois des ennuis avec les suzerains.

I have a hard time believing things can be taken literally. I’m suspicious of literalness, because abstraction reigns supreme. Sometimes I get in trouble with suzerains.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

J'ai vu "deathy death" et "after death" (la période où ont lieu les soldes), mais je n'ai jamais fait l'expérience d'une "artistic death". En France, il y a une death tax (NDLR, des droits de succession). Dieu était une artiste, et certaines de ses créations étaient des tubes, certaines des d-sides, des e-sides - prenez les oreilles qui ne se ferment pas par exemple. Je peux fermer les yeux, pourquoi ne puis-je pas protéger mes oreilles ?

I have seen “deathy death” and “after death” (which is a time when sales are made), but I have never seen artistic death. In France, there is a death tax. God was an artist, some of her creations are “greatest hits”, some are d-sides, e-sides—take for example ears, which don’t close. I can shut my eyes, why can’t I protect my ears?

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

J'accorde ma 12 cordes pour qu'elle épelle "b-e-a-u-t-y-d-r-o-n-e-z".

I tune my 12-string to spell “b-e-a-u-t-y-d-r-o-n-e-z”.

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

Emilie Loulou Weibel-Wray.

Emilie Loulou Weibel-Wray.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

Faire de la méditation dans une retraite silencieuse à côté de Laurie Anderson.

Meditating at a silent retreat next to Laurie Anderson.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

Prends soin de ton haleine.

Pay attention to your breath.

Comment te vois-tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

Une synthèse entre le bêlement d'un petit agneau et des pattes d'oies.

A synthesis of a bleating baby lamb with crows foot eyes.

Comment vois-tu évoluer ta musique ?
How do you see your music evolve?

Enfant, j'aimais le triceratops bleu et ses nageoires. Arthur Russell avait une affiche sur le mur de sa salle de bains avec la légende "dans les rythmes doux des fonds marins d'une barrière de corail, le Chirurgien Bleu montre ses couleurs oniriques".

As a kid I loved the blue triceratops with his fins. Arthur Russell had a poster on his bathroom wall with the caption, “In the gentle undersea rhythms of a coral reef, the Blue Tang displays his dreamy colouration”.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

Quand j'étais au pensionnat, je restais allongé sur le lit en écoutant Darkness On The Edge Of Town, Racing In The Street, Candy's Room, et la compassion dont faisait preuve Bruce (NDLR, Springsteen) fut pour moi une révélation - il donnait une impression de sincérité à travers un nuage ironique de jeunesse, et une dose de masculinité, tel un beau-père aux mains calleuses qui vous apprendrait à manier le levier de vitesse dans sa Subaru remplie de gobelets de café écrasés.

When I was away at boarding school I’d lie in bed listening to Darkness On The Edge Of Town, Racing In The Street, Candy’s Room, and Bruce’s compassion was a revelation to me—he provided a sense of sincerity in an ironic cloud of youth, and a dose of masculinity, like a stepfather with callused hands who teaches you how to drive stick in his Subaru filled with crumpled paper coffee cups.

Photo : Arielle Berman
Traduction : S.L.H.

Écoute exclusive

Parity Mix est une drague de la conscience - un plan séquence de choses que j'ai écouté depuis l'élection : Mutant disco / Musique concrète / Raï / Chinese protest rock / Japanese artrock / American primitivism / Folk revivalism / Gospel / Post-punk / Avant-garde poetry / Arrival soundtrack / Dolly Parton remixes / Italian electronica.

Parity Mix is a consciousness dredge - a shot sequence of things I’ve been listening to since the election: Mutant disco/Musique concrète/Raï/Chinese protest rock/Japanese artrock/American primitivism/Folk revivalism/Gospel/Post-punk/Avant-garde poetry/Arrival soundtrack/Dolly Parton remixes/Italian electronica.

Audio


Elliott Vincent Jones

Si vous nous lisez souvent, vous savez qu’on suit particulièrement la scène musicale de Toronto. On avait entre autres pu avoir un aperçu du bouillonnement de cette ville via le regard de James Mejia, boss du label Hand Drawn Dracula et activiste qui défend bon nombre d’artistes incroyables depuis bientôt une dizaine d’années. Cette fois-ci, on revient vers la ville d’Ontario pour parler de Elliott Vincent Jones et de son projet musique du même nom. Né des cendres du groupe post-punk Ell V Gore, Elliott a lâché les guitares et se tourne désormais vers des compos plus synthétiques, raffinées, légères et ténébreuses à la fois. Signé sur Bad Actors Inc., label dirigé par Ben Cook de Fucked Up, Elliott Vincent Jones a sorti il y a quelques mois un premier excellent EP, Arto Arto. Six titres d'une pop troublante qui lorgne vers les eighties, six titres d'une pop bien suave comme on l'aime et qui devient encore plus gracieuse lorsque Talvi Faustmann de Prince Innocence pose sa voix sur le refrain cotonneux de The Faces On The Floor. Elliott Vincent Jones répond à notre petite interview et comme il est super sympa, il nous fait cadeau d'un titre exclusif. Enjoy !

D'où viens-tu ?
Where do you come from?

Du Canada, où il fait froid et où c'est bien trop sûr.

Canada. It’s cold and too safe.

Où vas-tu ?
Where are you headed?

Des endroits exotiques, des endroits colorés.

Exotic places. Colourful places.

Pourquoi la musique ?
Why music?

Parce que j'ai dit à trop de chefs cuisiniers d'aller se faire foutre.

Because I told too many chefs to fuck off.

Et si tu n'avais pas fait de musique ?
And if music wasn't your thing?

Essayer de devenir le nouveau Marco Pierre White.

Trying to become the next Marco Pierre White.

Une épiphanie personelle ?
An epiphany of yours?

Voir James Brown en concert à Toronto quand j'avais 14 ans.

Seeing James Brown live when I was 14 in Toronto.

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

À 15 ans... j'étais invité à improviser sur scène avec le Sun Ra Arkestra sous la direction de Marshall Allen à Montréal. Mon groupe noise arty de l'époque jouait dans le même festival, plus haut dans la rue.

15 years old.. I was invited to improvise on stage with the Sun Ra Arkesta under the direction of Marshall Allen in Montreal. My arty noise band at the time was playing the same festival up the street.

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Je ne laisse rien me déprimer, sauf un mauvais repas.

I don’t let anything get me down. Unless a bad meal.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

Bien sûr. J'attends le repos avec impatience.

Of course. I long for the unwind.

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

Du kombucha ou de la tisane, un repas léger, des étirements, Michael Jackson, lire les avis Yelp des restaurants de la ville dans laquelle je joue.

Kombucha or Herbal Tea. Light Meal. Stretch. Michael Jackson. Reading Yelp restaurant reviews of whatever city i’m performing in.

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

Hiroshi Yoshimura. Je suis obsédé par ses compositions depuis un moment et même s'il n'est plus parmi nous, j'aime encore fantasmer à l'idée que ça serait ma collaboration de rêve numéro un. Il m'a ouvert des portes dont je n'imaginais pas l'existence.

Hiroshi Yoshimura. I’ve been obsessed with this compositions for a while now and though he is not alive anymore I still like to fantasize about that being my number one dream collab. He's opened doors for me that I never knew could even open.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

Faire un concert et cuisiner un repas pour le public.

Performing a show and cooking a meal for the entire audience.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

L'alcool est une perte de temps, tes parents t'aiment et la musique ne doit pas forcément être si sombre.

Alcohol is a waste of time, your parents love you and music doesn’t have to be so dark.

Comment te vois-tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

Détendu. Petit appartement, beaucoup de lumière, le même thé, de plus petits repas, un gros chien, beaucoup d'eau, beaucoup de marche, pas besoin de trop parler.

Relaxed. Low key apartment. Lots of light. Same Tea. Smaller Meals. A big dog. Lots of water. Lots of walking. No need for talking much.

Comment vois-tu évoluer ta musique ?
How do you see your music evolve?

De la même manière qu'évolue ma peau. Elle vieillit et sèche parfois et de nouveaux motifs et de nouvelles formes apparaissent mais il faut vivre avec et rester frais et essayer d'hydrater ce bébé tous les jours.

The same way my skin evolves. Gets old and sometimes dry and new patterns and shapes take form but you gotta live with it and stay fresh and try to moisten that baby up every day.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

Cuisiner des plats libanais. Beyrouth est l'un de mes endroits préférés au monde et j'en suis tombé amoureux. J'ai envie d'en apprendre plus sur leur cuisine et de m'approprier ce lieu le plus possible.

Cooking lebanese dishes. Beirut is one of my favorite places in the world and I fell in love with the place and I strive to learn more about their food and make it at home as much as I can.

Traduction : Alex

Écoute exclusive

C'est une chanson très personnelle et je suis content qu'elle existe. Je ne pensais pas qu'elle avait sa place sur mon nouvel album et je ne pense pas qu'elle soit représentative de la direction musicale que je prends MAIS je savais que je voulais la mettre en ligne à un moment donné pour que les gens puissent l'écouter. C'est la première chanson d'amour que j'ai écrite qui traite de choses personnelles. C'est à propos de choses que j'ai réalisées plus tard sur les relations et ce sentiment de ne pas savoir ce que l'on manque avant que ça ne soit parti. Mon ami Ben Cook m'a aidé sur toutes les harmonies et les chœurs. Elle a un bon groove swing et je trouve que la fin sonne comme les Backstreet Boys donc je suis content.

This is a super personal song to me and I’m glad it's just out there. I didn’t think it would fit on my upcoming full length and I don't think it's a good representation of which direction I'm headed in musically BUT I knew I wanted to drop it online at some point for people to hear. It’s my first love song I’ve written, that's actually about personal things in my life. It’s about things that I’ve later realized about relationships and that feeling of not knowing how much you've missed something until it's gone. My friend Ben Cook helped out on all the harmonies and backing vocals. It's got a nice swing groove to it and I think the ending sounds like the Backstreet Boys so I’m pretty happy about it.

Audio

Tracklist

Elliott Vincent Jones - Arto Arto (Bad Actors Inc., 10 juin 2016)

01. Acapulco
02. The Faces On The Floor feat. Talvi Faustmann
03. Dawawine

À noter que le jeune Canadien sera de passage à Paris pour un premier concert le 27 février prochain, à l'Espace B, aux côtés d'un autre groupe qu'on aime aussi beaucoup : Tonstartssbandht. Plus d'infos sur l'event FB.


Myrrias

Il y a quelque semaines nous vous parlions de Jeff Zeigler, producteur prolifique basé à Philadelphie. Cette fois-ci nous retournons dans "la ville de l'amour fraternel" pour donner un coup de projecteur sur Myrrias, super-groupe de filles menée par Mikele Edwards (Arc In Round), April Harkansan (Downtown Club), Emily Robb (Louie Louie, Lantern) et Casey Bell (Break It Up). Il y a tout juste un mois, elles sortaient leur second LP, Spectra, sur le tout jeune label de Zeigler, Soft Dystopia. Huit titres dream pop où s'étendent des nappes shoegaze et des motifs psychédéliques. Sophistiquées à souhait, ardentes et sombres à la fois, les chansons menées par la voix hypnotique de Mikele invitent à une séduisante dérive enivrante. Découvrez Spectra en streaming et une mixtape exclusive concoctée par le groupe. Enjoy !

D'où viens-tu ?
Where do you come from?

Des montagnes de Pennsylvanie, actuellement je suis à Philadelphie.

The mountains of Pennsylvania, currently in Philadelphia, PA.

Où vas-tu ?
Where are you headed?

Quelque part au Nord et où il fait froid, probablement dans le Maine, mais je déménagerais en Suède si je le pouvais.

Somewhere North and cold, probably Maine but I’d move to Sweden if I could.

Pourquoi la musique ?
Why music?

C'est la seule chose que je puisse faire pour rester saine d'esprit.

It’s the one thing I can do to restore sanity in my life.

Et si tu n'avais pas fait de musique ?
And if music wasn't your thing?

Je peux simplement espérer que quelque chose d'autre ferait du bien à ma santé mentale. Peut-être la physique, c'était presque ma spécialité à la fac.

I could only hope that something else would keep me sane! Maybe something like physics – I almost majored in that in college.

Une épiphanie personnelle ?
An epiphany of yours?

Une fois que je me suis rendue compte que tout cela n'avait pas réellement d'importance, j'ai pu profiter de la vie.

Once I realized none of it really matters, I could actually enjoy life.

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

Croire en moi et ne pas rendre ma musique trop compliquée.

Trusting myself and not overcomplicating my music.

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Je ne pense pas que mes groupes précédents auraient existé si je n'avais pas compliqué les choses plus que nécessaire. Par conséquent, je n'en serais pas là aujourd'hui.

I don’t think any of my previous bands would have existed without making things more complicated than they needed to be. And therefore, I wouldn’t be where I am today.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

Je ne crois pas en la mort artistique, à moins que la personne ne décide d'arrêter de créer. On peut toujours trouver un moyen d'être artistique, à n'importe quel âge ou moment de sa vie.

I don’t believe there’s artistic death unless the individual chooses to stop creating. You can always find a way to be artistic at any age or time in your life.

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

Un moment de silence, en général dans des toilettes.

A moment of silence, usually in a bathroom stall.

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

Je ferais un groupe avec Nico, Trish Keenan de Broadcast et Laetitia Sadier de Stereolab.

I’d form a group with Nico, Trish Keenan from Broadcast and Laetitia Sadier from Stereolab.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

Gagner ma vie avec ma musique est toujours un rêve. Si je pouvais atteindre ce but sans sacrifier mon intégrité, je serais extrêmement satisfaite.

Making a living with music is still a dream for me. If I could ever get to that point without sacrificing my integrity, I’d be extremely content.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

Continuer à aller de l'avant.

Keep moving forward.

Comment te vois-tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

J'ai hâte d'avoir les cheveux blancs et une coupe en carré plongeant. Je vivrais probablement dans le Maine avec mon mari et ferais de la musique ambiante à base de field recordings et de synthés faits maison.

I can’t wait to go fully grey and have a bob haircut. And I’ll probably live in Maine with my husband and make ambient music with field recordings and home made synths.

Comment vois-tu évoluer ta musique ?
How do you see your music evolve?

Étant donné que je m'apprête à faire venir au monde un bébé, je vais probablement me concentrer sur l'écriture et l'enregistrement et moins sur le live. Peut-être que je vais finir par faire de la musique gothique pour enfants.

As I’m about to bring a little babe into the world, I’ll probably focus more on writing and recording and less on performing live. Maybe I’ll get into writing gothic children’s music.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

J'aime le vin et le camping et j'ai hâte de ne plus être enceinte pour apprécier ces choses à nouveau !

I love wine and camping and can’t wait to not be pregnant and enjoy these things again!

Photo : Kyle Costill

Écoute exclusive

Audio

Tracklist

Myrrias - Spectra (Soft Dystopia, 02 décembre 2016)

01. Unlock My Eyes
02. All Alone
03. PEAK
04. Pattern
05. Marias
06. Focus
07. Hues
08. 60/40
09. Introspectrum


Noyades

Noyades est un trio de Lyon qui, avec le prompt sens du naturel de ceux qui s’amènent, ouvrent une bière, rigolent un bon coup puis repartent, a déposé ses gros souliers sur la longiligne autoroute du hard et ne cesse depuis cet état de fait d’aligner les concerts façon boule d’hydrogène. Le groupe possède ce solide mental qui leur donne pour objectif de jouer partout, dans toutes les circonstances et – surtout – dans toutes les positions possibles, vous les avez peut-être vus par chez vous : en live, Noyades – avec d’autres groupes de la même bouteille comme Cosmic Dead ou Hey Colossus - dispense cette efficace parole qui redonne un peu de fulgurance et de passion à un genre qui s’éteignait quelque peu dans les molles affres de l’indifférence. On a soumis les trois garçons à une Out Of The Blue, en attendant leur concert le samedi 04 février prochain au Petit Bain pour leur sortie de résidence.

D'où viens-tu ?

Jessy (batterie) : On va dire qu’on vient de Lyon, c’est en tout cas notre point de ralliement principal, le siège de notre club, le FC Noyades…

Où vas-tu ?

Pour l’instant, dans des salles en Suisse où il fait -19°C, mais on va essayer de jouer un peu plus au soleil dans les mois à venir. Notre but réel est bien sûr de conquérir le monde et d’instaurer l’Acid Hard au programme scolaire de toutes les écoles… C’est là qu’on va vraiment.

Pourquoi la musique ?

Je crois qu’on est tous trop fainéants pour faire dix heures dans une mine et qu’on a trop d’éthique pour être contrôleurs TCL (Transports en Commun Lyonnais), puis franchement, être avec ses potes pour créer un truc cool, rencontrer plein de gens, voir plein d’endroits trop bien, faire la fête en buvant de la gnôle… Il faut le dire, c’est une occupation super cool !

Et si tu n'avais pas fait de musique ?

Mon dieu… Je pense qu’on vendrait du cuivre, ou bien qu’on serait en permanence au PMU City de la place des Terreaux (fameuse et grande place centrale à Lyon) pour essayer de devenir riches… C’est une question qui nous angoisse, on ne peut pas trop en parler.

Une épiphanie personnelle ?

Cyril (guitare) : Pour ma part, il y en a eu plusieurs. Récupérer une cassette de Rohff à 8 ans, la discographie complète d’AC/DC en 64kb/s à 11 ans, et tomber la même semaine sur un live de Sunn O))), un autre de Fushitsusha et Merzbow sur YouTube à 14 ans. Peut-être que ça peut expliquer certaines choses.

Une révélation artistique ?

Dernièrement, la discographie complète de Ringo Shiina et Tokyo Jihen. Ça me rend complètement fou, et sourd aussi. La production des albums est souvent plus radicale qu’un disque de grindcore, niveau aigus qui arrachent la tête. J’ai récupéré tout ce qui avait été enregistré depuis le début de sa carrière, même les démos qu’elle a envoyé à EMI avant d’être signée.

Le revers de la médaille ?

Je me mets à bosser du jazz.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?

Pour le moment j’ai l’impression que les Steel Panther se portent plutôt bien, mais il faudrait leur poser la question…

Un rituel de scène ?

Vince (basse) : Je m’y colle parce que je crois que je suis celui qui est le plus chargé à ce niveau, ah ah ! Je pourrais te dire que j’écoute Hatebreed en faisant des pompes avant de boire une bonne grosse rasade de brûleur de graisse comme Mamadou Sakho. Mais la vérité c’est qu’avant de monter sur scène, je m’enferme dans les toilettes et je fais le truc le moins punk rock du monde : des échauffements du corps entier, de la tête au pied, muscle par muscle, que j’ai appris quand je prenais des cours de direction de chœur en licence de musicologie. C’est le truc le moins crust du monde mais ma mutuelle couvre que deux consultations d'ostéo par an. Pendant les premières années, Cyril convulsait régulièrement sur scène mais il a un peu faibli ces dernières semaines, je vais lui casser les couilles pour qu’il recommence. J’aimais bien, ça faisait peur aux gens. Quant à moi, je poursuis ma quête du grand écart facial 100% à la Jean-Claude Van Damme dans Blood Sport (version VHS, la meilleure).

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?

Hors musique, je crois que je vais accomplir ce que je rêvais de faire depuis des années : je vais bosser pour Villette Sonique en 2017. Et en musique : un producteur impitoyable, qui te casse les couilles à l’extrême tant que ton disque est pas genre parfait au putain de millimètre. Apparemment, Bob Rock se traîne cette réputation, et en plus il a délocalisé son studio à Hawaï.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?

UNE TOURNÉE EN PREMIÈRE PARTIE DE MÖTLEY CRÜE AU JAPON EN 1987.

Et la vraie réponse : jouer avec Noyades au Japon, à Taïwan, au Brésil, à Montevideo en Uruguay, au Chili, en Argentine, en Nouvelle-Zélande, faire une tournée infinie en Australie et, inch’Allah, un jour aller jouer en Égypte chez nos potes de PanSTARRS, un super groupe de cold wave du Caire. Ah et une tournée de stades US avec Guns N Roses au complet en 2018.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?

Jessy : Question difficile… En fait, on fait partie de la dynastie des Kurganes (les méchants dans Highlander). C’était donc en -1000 av. J.C., une époque compliquée pour nous. On vivait dans ce qui s’appelle aujourd’hui la Russie, où la vie était très dure. Quand on avait 12 ans on traînait avec un groupe de bandits qui dévalisaient les caravanes sur les routes qui mènent de la mer Méditerranée à l’Inde, c’était pas cool. Si on avait su, on ne le referait pas. Plus sérieusement, c’est difficile à dire, je pensais à peut-être m’intéresser à la musique plus tôt, mais franchement on a tous commencé l’instrument tard et je crois que c’est très bien comme ça.

Comment te vois-tu dans trente ans ?

Vince : J’suis le mec le plus vieux du groupe, dans trente ans on sera en 2047, j’aurais 61 ans. Personnellement, j’espère palper un max d’alloc' pour passer ma vie en thalasso avec minimum hammam, douche suédoise, sauna, bains chauds, le truc avec les concombres sur la tronche et massages aux huiles essentielles remboursés à l’infini par la Sécu qui aura été restaurée par le président José Bové en 2043, élu en 2042 après les cinq mandats de François Fillon.

Comment vois-tu évoluer ta musique ?

En tant que Noyades, nous espérons surtout ne jamais tomber dans le jazz rock, ou le prog, du moins au niveau du style : avoir un catogan avec basse 7 cordes fretless sans tête, une batterie à 360 degrés avec double grosse caisse et gong et guitare double neck. Si on arrive à échapper à ça, on sera heureux. Pour le reste, difficile à dire… Certainement déménager dans les montagnes en Azerbaïdjan pour tout apprendre du shred et des configurations de boîtes à rythme. On va s’en payer une bonne tranche dans la playlist, tiens.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)

Pas vraiment… Plaisirs coupables, à part la Maximator, les gaufres au miel et le Hard FM, rien de spécial à signaler!

Quelle est votre actualité ?

Nous bossons sur un projet incroyable de split pour célébrer la fin du studio Davout où nous avons enregistré Go Fast. C’est un endroit mythique depuis les années 1960. Il y a eu Stockhausen, Boulez, Prince, France Gall, Zazie, les Talking Heads, Ozzy Osborne, Fela Kuti, Compay Segundo qui ont enregistré des disques de diamant là-bas, et des milliard d'autres. Le studio A est tellement grand que tu peux enregistrer les plus gros orchestres de l'histoire, genre Mahler et Wagner et leurs symphonies à 120 musiciens. On va faire un 4 way split là-bas, dix à douze minutes max de zik par groupe et après on le sort en LP via les labels qui seront intéressés. Les dernières heures d'un studio mythique laissé aux mains de groupes DIY/indé qui vont venir faire leurs conneries de musique cheloue là où les Rolling Stones ont enregistré. Et à coté de ça, continuer à tourner à mort, avec des groupes comme Satan, Korto, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Autisti, etc. Ah et aussi la sortie de Go Fast sur le label suisse Hummus Records. On ira célébrer ça en Suisse pour deux super dates à Lausanne et La Chaux de Fond avec Autisti et Closet Disco Queen.

Écoute exclusive

Vince :

Limp Wrist - Cheap Art

Souvenir de mes années crust.

NOFX - It’s My Job To Keep Punk Rock Elite

Souvenir de mes années skate où je faisais pas de skate.

Pneu - Oiseau-Aigle

Souvenir de mes années Pneu avec, au début du morceau, un break de batterie volé sciemment à Raised Fist selon JB (batteur de Pneu).

Jessy :

Ramones - Pet Sematary

Grégory - LSD et Système D

TRUST - Antisocial

Cyril :

Cammelia ft. Nanahira - ニワカ三年オタ八年、インターネッツはforever (長文スマソLong ver.)

Tokyo Jihen – サービス

Rəhman Məmmədli – Cütcü

Audio

Tracklist

Noyades - Go Fast (22 octobre 2016)
01. Réplique
02. Machhapuchhare
03. Bear Rider
04. No Other Grave Than The Sea
05. Sidi Abderrahman
06. Mevlana
07. Reflects

A noter également que Noyades sera au Petit Bain le samedi 4 février prochain en compagnie de Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Cocaïne Piss et Villejuif Underground, pour leur sortie de résidence. On vous recommande très fortement cette date : plus d’informations par ici et les préventes peuvent s’acquérir .


Wave Temples

Not Not Fun Records et Hartzine, ça matche plutôt bien (lire). C'est donc naturellement qu'on s'est tournés vers l'une de leurs dernières sorties pour refermer la saison 2016 d'Out Of The Blue, Wave Temples, qui dessine les contours de drôles de cartes sonores imaginaires à sonder les yeux fermés, allongé dans un hamac. Les field recordings architecturés avec transparence et les expérimentations sous plantes exotiques qui composent cette cassette intitulée Isle Enchanted sortie il y a quelques jours à peine nagent dans les eaux pas si limpides et bien hallucinées de sa Floride natale. À moins qu'il ne s'agisse d'une île mystérieuse, perdue dans les limbes d'un océan Pacifique source des fantasmes inassouvis de cet explorateur enregistreur des fonds marins... plongée dans les profonds méandres de son processus créatif.

D’où viens-tu ?
Where do you come from?

Je suis originaire de Floride mais je suis assez persuadé de venir d'ailleurs, je passe pas mal de temps dans ma tête.

I hail from Florida but Im pretty sure I come from somewhere else. I spend a good deal of time in my head.

Où vas-tu ?
Where are you headed?

À ce stade de ma vie, je me sens être une sorte de star vivant des moments de parfaite coïncidence dans une mer d’incohérence autrement chaotique.

At this point in my life I feel like I am kinda star charting moments of perfect coincidence in a sea of otherwise chaotic randomness.

Pourquoi la musique ?
Why music?

Bonne question. Il fut un temps où je connaissais la réponse, ah ah ! La musique peut être un moyen d’expression très unique. Parler d’un "langage universel" fait plutôt cliché de nos jours mais ça me semble vraiment être une sorte de langage vestigial, ou peut-être une combinaison de genres venue de la quatrième dimension qui réussirait à exprimer des choses qui ne pourraient être communiquées d’aucune autre façon.

Thats a good question. I used to know the answer to that haha... music can be a very unique form of expression. To say a “universal language” is probably a little cliche today but it does seem to me like some vestigial language or maybe a 4th dimensional connection of sorts... that can express things that can’t really be communicated in any other way.

Et si tu n’avais pas fait de musique ?
And if music wasn’t your thing?

Je doute qu’une telle réalité puisse exister ; j’ai eu des périodes où j’ai essayé de ne pas écouter de musique mais cela a souvent été des moments de tristesse et de frustration. Je m’intéresse aussi à la photographie, aux techniques de cinéma, à la narration et à la réalisation mais j’estime que ce sont d’autres formes de musique.

I’m not sure such a reality exists... I’ve gone through periods where I tried not to listen to music but it was often sad and frustrating times. I also like photography, cinematography, storytelling, and filmmaking ... but it’s all kind of music to me.

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

Un jour, j’ai dû me demander pourquoi je faisais tout cela. Parce que booster mon ego ne m’intéressait plus et que je n’ai jamais trouvé gratifiant de placer un personnage ou une célébrité au-dessus de tout ce qui peut être réel ou vrai. Les êtres humains sont fondamentalement imparfaits, à un certain niveau ça en devient même de la connerie, mais il reste des endroits sacrés, au moins dans un état d’esprit si ce n’est plus dans un état matériel. Loin de moi l’idée de ne pas percevoir toutes ces réalités comme un besoin du monde d’aujourd’hui, je pense juste qu’il n’est pas bon pour moi de concentrer mon énergie dans ces directions. Si tu crois que la musique est sacrée, qu’elle peut transcender le monde dans lequel nous vivons, où est-ce que tu peux bien aller à partir de là ?

At some point I had to question why I do any of this... because I’ve lost interest in ego aggrandizing and it never felt rewarding to me to put persona or celebrity over all the possibilities of what can still be real or true. Humans are inherently flawed and at some level it’s all bullshit, but there are still sacred places left. If not in material form than at least a state of mind. Not that I don’t accept all theses realities as a necessity of our world today.... it just didn’t seem right that I focus my energies in those directions. If you believe music is sacred and can transcend the normal world we live in... where do you possibly go from there...

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Bien sûr, plein. Le plus brutal étant ce flirt total avec la folie. L’isolation aussi.

Sure, lots. At it’s rawest, a total flirtation with madness; isolation.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

Dernièrement, je suis tombé sur une citation que j’ai beaucoup aimée : « accepte les dons de l’heure avec joie et renonces-y avec stoïcisme ».

A quote I came across recently that I like a lot is “Accept the gifts of the hour joyfully and relinquish them stoically”.

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

J’improvise presque tout ce que je fais, j’ai tendance à écrire et expérimenter à travers le live. Une fois que les sets sont prêts pour l’enregistrement, j’efface souvent tout et je recommence, ça m’empêche de faire les choses de manière mécanique ou ennuyeuse et m’aide à réfléchir aux endroits (réels ou imaginés) qui m’inspirent. Cela me rappelle pourquoi je fais ça. Cela dit, cette année, m’envoyer des shots de vodka tropicale avant de monter sur scène et durant les lives a été un rituel très efficace, ah ah !

Almost everything I do is improvisational and I tend to write and experiment through live shows. Once the set gets laid down to tape I often scrap everything and start over. It helps keep it from getting mechanical or boring. It helps to think of places (real or imagined) that inspire me; Just to remember why I’m doing this... but with that said... pounding tropical vodka shots has also been an effective pre- and during-show ritual this year haha

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

C’est difficile à dire, je respecte le travail de beaucoup d’artistes et je m’inspire de nombreuses choses mais je suis de plutôt de nature solitaire.

Not sure... I respect the work of lots of people and many things have inspired me but I am kind of a loner by nature.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

À ce stade, je dirais que sortir un vinyle serait le climax de Wave Temples. C’est une question difficile… ce pourrait être un live enregistré à Malte, aux îles Bimini ou au sommet d’un pyramide maya, qui sait ? Des sentiers parfois étranges et mystérieux me rattrapent.

At this point I think a 12” inch record would be the climax of wave temples... but it’s hard to say... it could be a live recording in Malta... Bimini... or atop a Mayan pyramid maybe... who knows?! I find myself caught up in a sometimes strange and mysterious path.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

Sûrement de toujours écouter son intuition et de faire confiance en la voie naturelle des choses, de ne pas céder à la destruction. Là je me remets justement d’un de ces moments, j’avais l’impression que la vie n’aurait pas pu se passer autrement, donc c’est difficile à dire avec certitude.

I guess... always listen to your intuition and have more faith in the ways of things... not to be so easily seduced by the destroyer... but I am also recovering from one of those moments where it seems like life couldn’t have gone any other way so it’s hard to say for sure.

Comment te vois tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

Mort, probablement.

Probably dead.

Comment vois-tu évoluer ta musique ?
How do you see your music evolve?

En fait, j’ai vraiment atteint un moment décisif là, je suis comme un enfant face à une toute nouvelle phase de la vie. Je me débats constamment avec mon envie de me retirer… je pouvais voir la musique devenir encore plus une échappatoire.

I’m really at a crossroads right now actually. Infantile to a whole new phase of life... but I do constantly wrestle with the urge to withdraw... I could see music becoming even more of a personal escape.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

Hum, je suis devenu pas mal hédoniste ces sept dernières années, ah ah ! Je préfère m’abandonner au plaisir plutôt que penser à la culpabilité.
Comme trésor caché à proprement parler, ma femme et moi venons d’acheter une propriété à l’abandon. Un bungalow au design post-Memphis et à l’atmosphère Key West que nous avons surnommé Hawaiki - « maison » pour nous. C’est un trésor caché et plutôt modeste, tout compte fait. À part devenir de plus en plus fan de plantes exotiques et d’architecture, cet endroit m’a offert l’occasion de me fixer pas mal d’objectifs à un moment où je flottais paresseusement sur les rives d’une prochaine aventure.

Hmmm.... I’ve become kind of a hedonist these past 7 years haha... not a big fan of guilt, but I’m all for pleasure.
As far as hidden treasure, my wife and I recently purchased a rundown bungalow estate designed in a post-memphis style key west vibe that we have dubbed Hawaiki - to us meaning “home”... It’s fairly hidden and quite a modest treasure considering. Aside from getting more and more into exotic plants and architecture, this place has provided a great deal of purpose while floating idle on the shores of the next adventure.

Écoute exclusive

Audio

Tracklist

Wave Temples - Isle Enchanted (Not Not Fun Records, 16 décembre 2016)

01. Isle Enchanted - Part I
02. Isle Enchanted - Part II


Hoan

Il y a des emails promo qu'on reçoit et qui vont direct dans la corbeille, et il y en a d'autres qui nous procurent du bonheur à coup sûr - c'est le cas notamment des newsletters d'Atelier Ciseaux, label DIY dont on vous a parlé plein de fois ici (lire) et qui a sorti une pelleté de bons disques ces dernières années : Tops, Vesuvio Solo, Francis Lung, Police des Mœurs et on en passe... Cette fois-ci, Rémi le grand manitou du label et fan inconditionnel de la poutine au chorizo, nous a envoyé une lettre d'info concernant Hoan, groupe montréalais anciennement connu sous le nom de Kurvi Tasch, qui a sorti il y a quelques mois un EP auto-produit : Modern Phase. On ne sait pas grand-chose de ce groupe, la légende urbaine dit qu'ils ont accouché de cet excellent EP en passant leurs journées au Poisson Noir, célèbre lieu collectif de création DIY montréalaise ; ce qui est sûr, c'est que les sept titres de Modern Phase s'écoutent en boucle. Oscillant entre tonalités post-punk obscures, riffs accrocheurs et textures sonores pop lumineuses, le quatuor nous offre un album d'une langueur douce et tenace à la fois. En attendant qu'ils donnent suite à Modern Phase, nous avons soumis Hoan à notre petite interview, et ils nous ont fait cadeau d'une mixtape exclusive, enjoy !

D'où venez-vous ?
Where do you come from?

On vient principalement des quartiers Mile End et Mile Ex de Montréal et de leurs alentours, avec quelques liens à Ottawa et Rabat.

We are mostly from in and around the Mile End and Mile Ex neighbourhoods of Montreal, with some fleeting ties to Ottawa & Rabat.

Où allez-vous ?
Where are you headed?

On cherche à passer le plus de temps sur la route, en particulier en Europe de l’Ouest et Centrale, et aux États-Unis, on espère tourner dans des endroits moins fréquentés par les groupes canadiens comme l’Amérique du Sud et l’Europe de l’Est.

We’re looking to spend as much time on the road as possible, especially in Western/Central Europe and the US, plus hopefully some places toured less by Canadian bands like South America and Eastern Europe.

Pourquoi la musique ?
Why music?

Nous trouvons le plus grand épanouissement dans la vie en créant de nouveaux sons et des arrangements de sons qui peuvent évoquer chez nous et ceux qui nous écoutent quelque chose de viscéral.

We find the most fulfillment in life through creating new sounds and arrangements of sounds that can evoke something visceral in us and those who we share our music with.

Et si tu n'avais pas fait de musique ?
And if music wasn't your thing?

Ouss serait en Californie, Mike serait en train de créer des groupes communautaires, Alex serait un brillant entrepreneur dans une entreprise sociale, et Thibault inventerait une technologie qui serait le parent le plus proche de la musique, sans être de la musique.

Ouss would be in California, Mike would be creating community groups, Alex would be a successful entrepreneur in some social enterprise, and Thibault would be inventing technology that would be the closest cousin to music while not being music.

Une épiphanie personnelle ?
An epiphany of yours?

Une épiphanie serait d’avoir compris que faire de la bonne musique demande en réalité une tonne de boulot dont de l’entraînement, apprendre tous les secrets de son instrument et étudier comment les autres groupes fabriquent leurs sons et assemblent leurs morceaux. On ne peut pas être un énième groupe de rock indé, nous devons être au premier plan de la création musicale et de la compétence.

An epiphany of ours is that making good music actually takes a ton of hard work including practice, learning every aspect of your instrument, and studying how other bands make sounds and put songs together. We can't just be another indie rock band, we have to be at the forefront of musical creation and skill.

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

Elle se prépare depuis un moment mais on se rapproche sans aucun doute de quelque chose de grand, de bizarre et de nouveau.

Has been brewing for a bit, but we’re definitely approaching something great, weird and new.

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Avoir des boulots médiocres afin d’économiser assez d’argent pour payer le loyer de nos salles de répétitions nous laisse peu d’argent pour améliorer notre matériel et pas énormément de temps pour créer de la musique, mais on commence à s’échapper de ça avec un nouveau manager et un bon tourneur (Ouss !).

Working mediocre jobs to get enough money to pay jamspace rent leaves us with little money for improving our gear and not tons of time for creating music, but we’re starting to escape that with a new manager and a good booking agent (Ouss!).

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

Ça ne semble pas probable. Je ne pense pas que la musique nous quitte un jour.

Doesn’t seem probable. I don’t think the music will ever leave us.

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

Ouss : Me concernant, j’aime fumer une cigarette, peut-être deux ou trois, et traîner aux alentours de la salle seul ou avec les autres. J’aime mettre de côté le contexte du “je joue un concert” pendant un moment juste pour me le prendre en pleine figure aussitôt que je monte sur scène.
Mike : Pour moi, j’aime faire des exercices de voix légèrement irritants dans un coin ou dans les toilettes avant d’y aller. L’eau est indispensable aussi (dans des mugs, pas dans des bouteilles).

Ouss : For myself, I like to have a cigarette, maybe two or three, and wander around outside of the venue by myself or with the guys. I like putting aside the "I’m playing a show" context for a bit just to find it as a slap on the face as soon as I hit the stage.
Mike : For me, I like to do slightly obnoxious vocal warm-ups in a corner or while in the washroom before going on. Water is a must too (in mugs not in bottles).

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

Il y a beaucoup de personnes avec qui j’aimerais travailler et ça ne cesse de changer. Bien que je dirais que depuis que j’ai vu le concert de Holy Fuck au festival Pop Montreal je me suis mis à beaucoup réfléchir à leur manière de travailler les tonalités et comment ils créent leur musique. J’imagine que j’adorerais traîner avec eux et faire de la musique au bout d’un moment.

There are lots of people I would love to work with and it keeps changing every now and then. Although I would say since I’ve seen the Holy Fuck show at Pop Montreal I have started wondering a lot about how they work their tones and how they make their music happen. I guess I would love to hang out with them and make some music at some point.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

Ne pas devoir m’inquiéter de comment payer mon loyer, mes courses, etc. Et simplement faire la musique que j’ai envie de faire sans que quelqu’un me dise “hey, on voudrait que tu fasses un album qui ressemble à celui que tu as sorti il y a quelques mois, les ventes étaient bonnes”.

Not having to worry about paying my rent, groceries, etc. And just be making the music I feel like I should be making with no one around to tell me: "Hey we want you to make an album that’s similar to the one you put out few months ago, the sales were good".

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

Travaille ton chant et fais la musique que tu aimes en plus de jouer dans des groupes ou en cours.

Practice your singing and do the music that you love on top of music in band and in lessons.

Comment te vois tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

Mike : J’espère vivant, à créer de la bonne musique avec nos musiciens préférés, que tous nos bénéfices servent à créer un monde meilleur et ne pas passer ma vie bourré.
Ouss : J’ai promis à un ami que je l’embaucherai comme cuisinier si jamais j’ai une maison en Espagne. Donc j’espère avoir une maison en Espagne.

Mike : Hopefully alive, creating great music with our favourite musicians, having all our profits go towards bettering the world, and not living a life too lush.
Ouss : I promised a friend I’d hire him as a cook if I ever get to have a house in Spain. So hopefully I’ll have a house in Spain.

Comment vois-tu évoluer ta musique ?
How do you see your music evolve?

En expérimentant, j’ai l’impression que nous incorporerons toutes les sortes d’instrumentations et de formes de composition, j’espère qu’on déploiera les frontières de la musique tout en faisant quelque chose de proche des gens et d’irrésistible.

Through experimentation, I feel that we’ll incorporate all kinds of instrumentation and compositional forms and hopefully extend the boundaries of music while making something relatable and irresistible.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

Mike : Justin Bieber
Ouss : Anime

Photo : Nada Temerinski
Traduction : Marie-Eva

Écoute exclusive

Gang Of Four - Not Great Men

Un groupe révolutionnaire de la fin des années 1970, on n’entend plus de groupes punk avec autant de groove.

Revolutionary band from teh late 70's, you don't get to hear punk bands groove this much.

Parquet Courts - Stoned And Starving

J’ai eu l’occasion de passer quelques jours à Ridgewood Queens chez un ami il y a deux mois, un endroit formidable pour écouter ce morceau.

Got to spend few days in Ridgewood Queens at a friend's place a couple of months ago, great place to listen to this song.

Eddie Current Suppression Ring - We'll Be Turned On

J’ai eu une copine australienne une fois, elle m’a fait écouter ça.

Had an Australian girlfiend once, she made me listen to this.

New Order - Thieves Like Us

On a été dans un groupe de reprise pour Halloween une fois qui s’appelait Noodle Order et on a joué ce morceau.

We were in a Halloween cover band once called Noodle Order and did this song.

The Beatles - Don't let Me Down

J’essaie de comprendre comment il est possible de créer cette chanson depuis des années.

I've been trying to understand how you can come up with this song for years.

Berimbau - Astrud Gilberto

Mon père l’écoutait tout le temps. C’est resté. C’est aussi incroyablement bon.

My dad used to listen to her all the time, it stucks. Also it's insanely good.

Air - Playground Love

Le sonorité de saxophone la plus incroyable.

Most amazing sax tone.

Broadcast - Corporeal

Je n’ai pas pu résister, même si tout le monde nous compare à eux. RIP. Trish Keenan

I couldn't resist, even tho everyone say we have something of them. RIP. Trish Keenan.

The Luyas - Buck's (2 hours) Late

Superbe musique de notre quartier, je les ai vus jouer il y a un mois et ils m’ont impressionné.

Great music from the Neighborhood, saw them play a month ago and they blew my mind.

Holy Fuck - Red Lights

HOLY FUCK (BORDEL DE MERDE)

Deerhunter - Helicopter

Je voulais finir avec un classique, le voici !

I wanted to finish with a classic, here you go!

Tracklist

Hoan - Modern Phase (09 septembre 2016)

01. Échange Numéro 2
02. Technocrats
03. Ways To Love
04. Modern Phase
05. Inside Touch
06. Turbotime
07. Poise


Valley Exit

Derrière Valley Exit, se cache Jeff Zeigler. Homme de l'ombre qui au sein de son studio Uniform Recording a produit et réalisé un bon nombre d'albums de la scène rock indé de ces dix dernières années - au hasard, on peut citer entre autres Steve Gunn, Purling Hiss, The War on Drugs, Kurt Vile, Nothing, Sunny Day in Glasgow. Associé à Mary Lattimore, il était passé sur le devant de la scène avec un excellent premier album sorti en 2014 chez Thrill Jockey et plus récemment une soundtrack originale qu'ils ont composé pour le film Le Révélateur de Philippe Garrel - on vous en parlé d'ailleurs ici. Cette fois-ci Jeff Zeigler revient sur le devant de la scène tout seul avec son nouveau projet Valley Exit : guitares cristallines, nappes synthétiques, boucles enivrantes ; le philadelphien nous donne rendez-vous avec des expérimentations soniques aux teintes pop. Pour célébrer la sortie imminente d'un premier album (dont on vous reparlera très prochainement) on a décidé de soumettre Zeigler à notre interview, en cadeau une track exclue manière de vous mettre l'eau à la bouche. Enjoy !

D'où viens-tu ?
Where do you come from?

Philadelphie en Pennsylvanie, aussi connu sous le nom de "New York en mieux".

Philadelphia, Pennsylvania, USA aka “the better New York”

Où vas-tu ?
Where are you headed?

Au studio pour composer d’autres morceaux pour les marginaux ou, de manière plus réaliste, travailler sur le disque de quelqu'un d'autre, ou promener mon chien.

Back into the studio to make more songs for the maladjusted or, more realistically, working on someone else’s record or walking my dog.

Pourquoi la musique ?
Why music?

La musique tient une place essentielle dans ma vie depuis que je suis enfant, et même si je n'imaginais pas que ça deviendrait mon principal centre d'intérêt, j’y suis devenu accroc pour de bon lorsque j'ai commencé à enregistrer et à jouer.

Music has been a defining part of my life since I was a child, and while I never expected it to become the primary focus in a lot of ways, once I started recording and playing music I was hooked for good.

Et si tu n'avais pas fait de musique ?
And if music wasn't your thing?

Difficile à dire. Vivre dans un endroit isolé avec des chiens ? Etre chef cuisinier ? Ou peut-être une combinaison des deux : passer mon temps à chercher la meilleure recette de bouffe pour chien.

Hard to say. Live in some remote area with a bunch of dogs? a chef? Or maybe combine the two and spend my time dialing in the perfect dog food recipe?

Une épiphanie personnelle ?
An epiphany of yours?

La musique est probablement à son meilleur lorsqu'elle n'est pas entravée par des préoccupations liées au succès commercial.

Music’s probably at its best when it’s not hampered by concerns about commercial success. 

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

J'ai réalisé que je préférais savoir me débrouiller avec plusieurs instruments plutôt que d’avoir une très bonne technique sur un seul.

I realized I prefer being okay at a bunch of instruments to being highly technically proficient at any specific one.

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Ça fait un peu de moi un dilettante musical.

It sort of makes me a musical dilettante.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

Je ne suis pas certain de savoir à quoi ressemblerait une mort artistique. C'est un peu une sorte de travail de longue haleine, un chemin vallonné avec des pics, des creux et beaucoup de plat. L'échec est donc plutôt relatif et c’est une partie naturelle du processus : les disparitions et les renaissances ponctuent le chemin vers une véritable mort clinique (c'est gai).

I’m not sure I know what artistic death would be? It’s kind of just one long slog with peaks and valleys and a lot of flat terrain, so failure is pretty much relative and a natural part of the process, with a bunch of deaths and rebirths along the way to your actual physical demise. (cheery)

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

Un shot ! De préférence du whiskey ou de tequila.

A shot! preferably whiskey or tequila.

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

J'adorerais remonter le temps et faire la musique des films de Cronenberg dans les années 80, genre Scanners.

I'd love to go back in time and score some 80's Cronenberg movies, maybe Scanners or something.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

De remplacer Jeff Healey en tant que groupe résident au Double Deuce dans le film Road House.

To replace Jeff Healey as the house band at the Double Deuce in the movie Road House.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

De moins se soucier de ce que les gens pensent et de ce que je ferai de mon avenir, et de ne pas tout sur-analyser.

Worry less about what people think and about where you'll be in the future and not analyze the shit out of everything.

Comment te vois tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

Je me vois vivre dans un grand espace industriel ou dans les bois, faire quelque chose d'artistique, passer le temps avec des chiens et continuer à faire de la musique d’une manière ou d’une autre. Je serai très vieux à ce moment là !

Living in a large warehouse space or in the woods, making art of some sort, hanging with a few dogs and probably still working on music in some capacity. I will be pretty old at that point!

Comment vois-tu évoluer ta musique ?
How do you see your music evolve?

Je ne sais pas vraiment, et c’est plutôt stimulant. Je me suis vraiment lassé d'écrire des chansons pendant un moment et je me suis concentré sur l’improvisation, seul ou avec Mary Lattimore. J'ai toujours essayé d'incorporer les deux d'une manière qui ne soit pas nécessairement "jammy" et/ou contenant une multitude de notes ou d'idées musicales, mais plutôt qui évolue lentement et organiquement.

I don’t really know, which is kind of exciting. I got really tired of trying to write songs for awhile and concentrated on mostly improvised music, either by myself or with Mary Lattimore. I’ve always been trying to incorporate the two in a way that’s not necessarily “jammy” and/or containing a multitude of notes or musical ideas, but instead evolving slowly and organically.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

Faire le DJ avec un iPhone, peut-être ? Et aussi, de manger du popcorn dans le noir en écoutant du Miami Sound Machine.

DJing with an iPhone? Also, sometimes I eat popcorn in the dark while listening to Miami Sound Machine.

Écoute exclusive


Die Wilde Jagd

On a découvert Die Wilde Jagd grâce à leur remix de La visite d'Etienne Jaumet sorti chez Versatile l'année dernière. Inconnu au bataillon, ce duo de Düsseldorf est composé de Ralf Beck, producteur qui a travaillé notamment avec Karl Bartos, Propaganda, Kreidler ou encore Black Devil Disco et Sebastian Lee Philipp, compositeur et membre du groupe electro pop Noblesse Oblige. Après une rencontre au Salon des Amateurs - lieu connu outre-Rhin sous le nom de Hacienda postpunk - les deux Allemands n'ont cessé de triturer claviers analogiques dans le studio de Ralf pour finalement mettre un nom sur leurs expérimentations musicales néo krautrock : Die Wilde Jagd ou la chasse fantastique en français. Après avoir sorti un premier excellent album l'année passée sur le label Bureau B, Jennifer Cardini a choisi d'ouvrir une des compilations annuelles de son label Correspondant avec un titre des Allemands.  Sebastian a répondu à notre petite interview et nous a préparé une mixtape exclusive, enjoy !

D'où viens-tu ?
Where do you come from?

Je reviens juste du supermarché où j’ai rapporté des bouteilles vides. En Allemagne, on a un système de consigne sur les bouteilles, ce qui signifie que l’on paie un dépôt sur les bouteilles en verre et en plastique quand on les achète. Ce versement vous est restitué quand on rapporte les bouteilles vides. Ça peut aller jusqu’à 25 centimes par bouteille donc ça vaut vraiment le coup.

I just came back from returning some empty bottles to the local supermarket. In Germany we have a bottle deposit system, which means you pay a deposit on glass and plastic bottles when buying them. This deposit is returned to you when you bring back the empty bottles. It can be up to 25 cents per bottle, so it’s definitely worth it.

Où vas-tu ?
Where are you headed?

Toujours en train d’essayer de me créer une âme (A. Jodorowsky)

Always trying to create myself a soul. (A. Jodorowsky)

Pourquoi la musique ?
Why music?

Le hasard / le destin.

Chance / fate.

Et si tu n'avais pas fait de musique ?
And if music wasn't your thing?

Alors j’aurais fait quelque chose d’autre. Je fais beaucoup d’autres choses en plus de la musique.

Then something else would be. Many things are my things beside music.

Une épiphanie personnelle ?
An epiphany of yours?

Ne jamais être un connard, autant que possible.

Never be an arsehole, whenever possible.


Une révélation artistique ?

Your artistic breakthrough?

Révélation est un grand mot. Je suis fier de quelques trucs que j’ai créés et auxquels j’ai participé, c’est déjà pas mal pour moi.

Breakthrough is a big word. I’m proud of a few things I’ve created and been involved in, that’s already a lot for me.

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Pas vraiment, je me sens très privilégié.

Not really, I feel very privileged.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

Je le pense, oui.

I think so, yes.

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

Très peu remarquable, je crains. D’ordinaire, mon batteur et moi-même buvons de la bière et de la vodka. Parfois je me masse le poignet avec un baume relaxant parce que j’ai tendance à avoir des crampes pendant les concerts à force de répéter la même note à la guitare pendant plusieurs minutes.

Very unspectacular, I’m afraid. My drummer and I usually drink beer and vodka. Sometimes I massage a pain relief balm into my wrist because I tend to get cramps during concerts when playing the same note on the guitar repeatedly for several minutes.

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

À peu près n’importe qui de sympa et qui m’inspire.

Pretty much anyone who is nice and inspires me.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

Avoir des animaux comme membres de mon groupe en concert. Des singes et des éléphants.

Having animals as part of my Live band. Monkeys and elephants.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

Ça m’angoisse un peu.

This freaks me out a bit.

Comment te vois tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

Ça m’angoisse vraiment. Question suivante.

That really freaked me out. Next question.

Comment vois-tu évoluer ta musique ?
How do you see your music evolve?

Je ne peux pas dire. Chaque morceau est un nouveau défi. J’adorerais passer plus de temps à jouer plutôt que sur la technique, la production et le mixage de la musique… mais d’une manière ou d’une autre ça finit toujours par être l’inverse.

I can’t say. Every song is a new challenge. I would love to spend more time on playing rather than engineering, producing and mixing the music…but somehow it always ends up being the other way around.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

L’euro-dance des années 1990. Je ne peux pas m’en empêcher.

Euro dance music from the 90s. I can’t help it.

Photo : Chrisa Ralli
Traduction : Marie-Eva

Écoute exclusive

Audio

Vidéo


Spécial Transmusicales : No Zu

Les Rencontres Trans Musicales de Rennes fêteront leur 38ème édition du 30 Novembre au 4 décembre prochains. On vous en a parlé précisément ici, et parmi l'armée de groupes qui mettront la capitale bretonne à feu et à sang d'ici peu, nous en avons choisis trois qui pourraient bien marquer le festival de leur empreinte, et qui ont accepté non seulement de se prêter à l'exercice d e notre interview Out Of The Blue, mais aussi de nous gratifier de mixtapes exclusives, histoire de se mettre dans l'ambiance.

NO ZU, Vendredi 2 décembre Parc Expo Hall 9, 2h00

NO ZU c'est la révélation de Ocean's Apart, la compilation de Dan Whitford (Cut Copy) sorti il y a déjà deux ans qui nous présentait le meilleur de la scène dance de Melbourne. Avec le titre Raw Vis Vision  NO ZU nous envoyait en pleine gueule leur musique singulière et bien dance floor, un genre de post punk plein de groove blindée de percus et autre sax. Décrivant eux-même leur style de "heat beat", les australiens ont déjà sorti une poignée d'EP, signée des collabs avec notamment Salvatore Principato (Liquid Liquid) et ont donnée naissance cette année à leur excellent deuxième album Afterlife. On a demandé à Nicolaas OOgjes, leader du groupe, de se soumettre à notre petite interview Out Of The Blue.

D'où viens-tu ?
Where do you come from?

Australie/Gondwana, ou plus particulièrement, le Heat Beat Hades (la chaleur infernale) qui opère en dessous. Je suppose que tu pourrais dire que nous avons été formé par la lave il y a des millions d'années. Nous sommes assez anciens et vraiment... chauds. 

Australia/Gondwanaland, or more specifically, the Heat Beat Hades that operates underneath it. I suppose you could say that we were formed by lava millions of years ago. We’re quite ancient and we’re definitely… hot.

Où vas-tu ?
Where are you headed?

Vers une éternité immuable. Avant cela, cependant, nous allons traverser les océans pour danser avec les excentriquessordides et les trublions de ce monde et poursuivre le mirage rythmique qui est NO ZU.

Into an eternity of forever-ness. Before that though, we are headed across the seas to dance with the sordid weirdos and larrikins of the world and to chase a rhythmic mirage that is NO ZU.

Pourquoi la musique ?
Why music?

Exactement. Je vais prendre ça comme une déclaration. Tout art est le même et c'est pourquoi il nous est tout aussi important d'exprimer ZU au travers de l'art et d'esthétiques visuelles. C'est du pareil au même. Nous le considérons comme un tout, un 'ZU-nivers' qui incorpore de nombreuses obsessions et une vision déformée. Il s'avère que nous sommes accros à la connexion physique avec les gens métaphysiquement dans un terre de limbes et un monde physique ténébreux. Je peux vous le dire sérieusement, j'en suis accro.

Exactly. I’ll take that as a statement. Any art is the same and that’s why expressing ZU through art and visual aesthetics is just as important to us. It’s all the same. We view it as a whole ‘ZU-niverse’ that incorporates many obsessions and a warped outlook. It turns out that we’re addicted to physically connecting with people metaphysically in a limbo land and wonky physical world. I can tell you earnestly, I am addicted to it.

Et si tu n'avais pas fait de la musique ?
And if music wasn't your thing?

Espérons quelque chose qui aide le monde. Ma mère est directrice d'Animals Australia, la plus grande et meilleure organisation des droits des animaux ici - donc fondamentalement ça a déterminé que mon but dans la vie  ne serait juste le rêve australien avec un "bon boulot", une grande maison avec jardin et une belle voiture. Un jour j'espère faire quelque chose de vraiment valable comme ma mère. D'un point de vue créatif, si la musique n'était pas mon truc, j'aurais plus de temps pour faire de l'art visuel,mon premier vrai amour, autre que ma femme bien sur.

Hopefully, something that directly helps the world. My mother is the director of Animals Australia, the biggest and best animal rights organisation here – so that basically determined that my main aim would never be just for the Australian dream of a ‘good job’, big house with a big backyard, reality TV watching and a nice car. One day I hope to do something of real worth like her. Creatively, if music wasn’t my thing, I would have more time to do visual art which was my first real love, other than my wife of course.

Une épiphanie personnelle ?
An epiphany of yours?

Quand j'ai réalisé que la seule façon de faire de la musique était d'embrasser chaque impulsion idiosyncratique et bizarre que vous avez en vous et qui vous ressemble complètement. Ne jamais regarder dehors et essayer d'imiter - ou si tu le fais, crois en toi mange le, digère le et vomit le en quelque chose de nouveau. Laisse le éclater hors de ton corps comme cette espèce d'alien dans The Thing. N'intellectualise pas, ressens le.

When I realised the only way to make music was to embrace every idiosyncratic and weird impulse that you have that completely feels like yourself. Don’t ever look outside and try to emulate – or if you do, trust yourself to eat it up, digest it and vomit it back into something new. Let it burst out of your body like that alien species from The Thing. Don’t intellectualise and just feel.

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

Comme ci-dessus AKA le commencement de NO ZU. D'un point de vu sonore, la rupture a été de trouver ma longue fascination pour les mutations de groove et de rythmes avec des hallucinations qui flottant librement par dessus. Aussi embrasser mes énormes limitations et restrictions pour mieux les sonder. Je ne suis pas vraiment musicien.

As above AKA the beginning of NO ZU. Sonically speaking, the break-through was finding my life long fascination with mutating groove and rhythm with completely free hallucinations floating over the top. Also embracing my huge limitations and restrictions and delving deep and swimming amongst them. I’m really no musician.

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Écoute, je viens d'écrire quelques notes et j'ai ensuite décidé de les effacer. Nous sommes privilégiés de pouvoir faire ça. Je n'ai rien à redire. Je suis heureux que les ZU et moi avons cette qualité délirante en nous pour poursuivre nos rêves de Heat Beat malgré qu'il y ait des chemins de vie beaucoup plus surs que celui là.

Look, I just wrote down a few things and then decided to delete them. We’re privileged to be able to do this. I have no complaints. I’m happy that the ZU’s and I have this delusional quality within us to persue our dreams of Heat Beat despite there being many more safe lifestyle paths out there.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

Je ne crois pas en la mort artistique. C'est peut être naïf, mais je pense qu'il y a plus de décès de carrières par des gens ambitieux peu sincères qu'il y a de mort artistique. Si j'arrête NO ZU un jour, je vais être certain de transférer cette énergie dans la construction d'un "environnement artistique" dans le bush fait de bubblegum, de couvercles de bières et de sculptures bizarres pour y vivre jusqu'à ma mort.

I don’t believe in an artistic death. That may be naïve, but I think that there’s more career deaths and fatigue by ambitious disingenuous people than there are artistic deaths. If I stop NO ZU one day, I’ll be sure to transfer that energy into building an ‘art environment’ in the bush made of bubblegum, beer lids and bizarro sculptures to live in until my death.

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

Une vrai excitation se construit quand vous avez sept à (très occasionnellement) douze personnes toutes habillées comme dans un rêve humide d'une discothèque de l'époque de la OZ-ploitation avec espérons-le quelques mecs assez sauvage qui nous attendent. Nous nous assurons de boire plein de milk shakes protéinés, de bander nos muscles et d'appliquer de l'auto-bronzant.

A real excitement does build when you have seven to (very occasionally) twelve people all dressed like an OZ-ploitation dated-nightclub wet-dream with, hopefully, some wild people waiting for you. We ensure that we all drink planty of ‘protein shakes’, pump our biceps and apply fake tan to eachother.

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique)?
Who would you work with (musically or not)?

En musique, on a eu la chance de travailler avec des gens de notre période préférée de l'histoire musicale comme Sal Principato de Liquid Liquid, A Certain ratio et Jonny Sender de Konk et en plus de jouer avec ESG et James Chance... c'est juste fou. J'imagine que ça me laisse les gens de l'art visuel... J'adorerais travailler avec un designer pour nous faire des tenues spécifiques Heat Beat qui nous aideraient à nous exprimer ainsi que le côté obscur et sordide de notre pays.

Musically, we’ve been so lucky to work with some people from our favourite period of musical history including Sal Principato of Liquid Liquid, A Certain Ratio and Jonny Sender from Konk and to play with ESG and James Chance on top of this… it’s just crazy. I guess that leaves visual people… I would love to work with a designer that could make us Heat Beat specific outfits that help us express our’s and our country’s dark underbelly.

Quel serait le climax de votre carrière ?
What would be the climax of your career?

Je ne pense pas aux choses de cette façon. Il n'y a pas de festival ou de lieux où je rêve de jouer et qui serait le summum de toutes choses. Il n'y a pas d'objectif final. A bien des égards nous avons apprécié des expériences bien au delà de nos attentes. Je veux juste me sentir artistiquement accompli et sentir que chaque spectacle et chaque enregistrement est meilleur que le dernier et que ça nous envoie encore plus loin vers des territoires inattendus. Je rêve d'être capable de pouvoir faire ça pour encore très longtemps. Comme je l'ai dis plus tôt, je suis complètement accro au NO ZU.

I don’t think of things in this way. There’s no festival or place I dream of playing as the pinnacle of all things. There’s no end goal. In many ways we have enjoyed experiences far, far beyond my expectations. I just want to feel artistically fulfilled and feel that each show and record is better than the last and mutates us further into more unexpected territories.  I dream of being able to do this for a long to time to come. As I said earlier… I’m thoroughly addicted to NO ZU.

Retour à l'enfance - quel conseil te donnerais-tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

Hey champion, ne t'en fait pas autant. Cesse de t'inquiéter de ce que les autres pensent. Passe plus de temps à avancer avec ce que tu as dans les tripes plutôt que de douter de tes intérêts et de tes pulsions créatrices.

Hey champ, don’t sweat it so much. Hey muscles, stop worrying about what other people think. Hey cobba, spend more time going with your gut feeling than doubting your interests and creative impulses.

Comment te vois-tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

Espérons comme un homme âgé conscient, construisant un environnement artistique AKA un danger d'incendie pour les habitants et toujours passionné par la vie. Espérons-le en étant utile et aidant pour les autres, essayant d'être une influence positive pour le monde.

Hopefully as a mindful older man, building his art environment AKA a fire hazard to the locals, and still being passionate about life. Hopefully trying earnestly to be helpful to others if not trying to be a positive influence on the world.

Comment vois-tu ta musique évoluer ?
How do you see your music evolve?

Je pense que NO ZU a toujours eu pour trajectoire de devenir de plus en plus audacieux. Dès notre première sortie et dès nos premiers shows, le modèle semble être de continuer à réagir à la musique austère présente autour de nous et de nous pousser nous-même vers des territoires inexploités. Explorer nos obsessions les plus obscures et sordides au sein de rythmes qui ne feront que s'élargir  et continuer à culminer comme une drogue. En même temps nous avons ce besoin insatiable, cette dépendance, de briser la barrière entre l'artiste et le public qui nous maintient en forme... donc attendez vous à ce que les lives deviennent de plus en plus sauvage. Ceci étant dit, je pense que vous serez témoin plus d'une dé-évolution.

I think NO ZU has always been on a trajectory to get bolder and bolder. From the first recorded output and shows to this day the pattern seems to be to continue being reactionary to stale and safe music around us and to push our weird selves into uncharted territory. Exploring our darkest and most sordid obsessions within the rhythms will only heighten and continue to peak like a drug. At the same time, we have that unsatiable need (addiction) to breaking down the performer/audience barrier that keeps us healthy and in-check… so expect the parties to just get wilder. All that said, I think what you’ll witness will be more of a de-evolution.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

Regarder des émissions de faits divers ou des documentaires déprimants. C'est si addictif pour moi. Maintenant je ne pense pas être une personne malade ou que j'héberge des pensées sombres, mais j'ai une obsession pour la mort (nos albums s'appellent Life et Afterlife). Dernièrement j'ai beaucoup écouté The Cramps et leurs inspirations, et les nombreuses références des thèmes d'horreur absurde m'ont mené à regarder beaucoup de films d'horreur. Est ce que l'horreur et l'absurdité de voir Trump élu a quelque chose à voir avec ça ? Il y a beaucoup de politiques obscures, anciennes et nouvelles, depuis la colonisation qui me compose aussi peut-être ? Heureusement, je peux canaliser tout cela dans le free-for-all de NO ZU et les rennais pourront se joindre à nous dans une fête impie où nous pourrons nous exorciser avec la sueur et l'amour.

Watching true crime shows or depressing documentaries. Mate, it’s so addictive for me. Now, I really don’t think I’m a sick person or that I harbour any dark thoughts for my fellow humans, but I do have an obsession with death (yep… records called Life and Afterlife may have given that away). Lately, I’ve been listening to a lot of The Cramps and their inspirations, and the absurdist horror themes within has lead me to watching a lot of horror movies. Has the horror and absurdity of Trump being elected got anything to do with this? There’s plenty of dark politics new and old, since colonialisation that compounds it for me too maybe? Lucky I can channel it all into the free-for-all of NO ZU and the people of Rennes can join us in an unholy party where we can exorcise ourselves with sweat and love.

Photo : Nadeemy Betros

Mixtape exclusive


Spécial Transmusicales : Tsushimamire

Les Rencontres Trans Musicales de Rennes fêteront leur 38ème édition du 30 Novembre au 4 décembre prochains. On vous en a parlé précisément ici, et parmi l'armée de groupes qui mettront la capitale bretonne à feu et à sang d'ici peu, nous en avons choisis trois qui pourraient bien marquer le festival de leur empreinte, et qui ont accepté non seulement de se prêter à l'exercice d e notre interview Out Of The Blue, mais aussi de nous gratifier de mixtapes exclusives, histoire de se mettre dans l'ambiance.

TSUSHIMAMIRE, Mercredi 30 Novembre Ubu 00h00
 
Le trio féminin Tsushimamire  est ultra connu au Japon, son pays d'origine. Avec leurs chansons qui bouffent à pas mal de râteliers, du punk au jazz en passant par le surf ou le ska, et des textes, pour ce qu'on en sait, assez délirants, nos nouvelles amies du soleil levant arrivent souvent à nous réjouir, et c'est déjà beaucoup. Et sur scène, pas question de s'ennuyer: en participant au "Burlesque Tour" des Suicide Girls aux États-Unis, Tsushimamire a été à bonne école. Au tour de Mari, chanteuse et guitariste du groupe, de répondre à nos questions.

D'ou viens-tu ?
Where do you come from?

De Tokyo, au Japon !

Tokyo, Japan!

Où vas-tu ?
Where are you headed?

Partout. Je veux être impressionnée et je veux faire en sorte que n'importe qui se sente impressionné par moi.

Everywhere. I want to be impressed and I want to make someone feel impressed.

Pourquoi la musique ?
Why music?

J'adore chanter. Nous avons créé TsuShiMaMiRe en 1999, notre musique et notre groove m’a toujours impressionné. Je sentais que c’était notre destin de le faire. Donc j’ai choisi la musique.

I love sing. TsuShiMaMiRe formed in 1999. I really impressed our music and our groove. And I felt destiny. So, I choose music.

Et si tu n'avais pas fait de musique ?
And if music wasn't your thing?

Mmm...Aucune idée. Peut-être serais-je devenue comédienne ?

Mmm...No idea. Maybe I’ll be a comedian?!

Une épiphanie personnelle ?
An epiphany of yours?

Tomber amoureuse et rencontrer l'amour. Sinon, faire de la bicyclette me donne beaucoup d'idées.

Fall in Love and Cross in Love. And riding a bicycle gave me a lot of ideas.

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

J'ai crowdsurfé pendant la chanson "My Brain Is A Shortcake" et je me suis sentie libre, comme si je pouvais voler.

I did crowd surf during the song “My brain is shortcake" And I feel more free. And I feel I can fly.

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Je suis vraiment une fille désordonnée.

I’m really messy girl…

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

Non, aucune vie après ça, mais je suis vraiment douée pour travailler à mort en studio

No,No life… But I’m good at soul-destroying labor in the factory…

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

Aller aux toilettes !

Go to Restroom!


Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

Oh, je passe vraiment ma vie avec Tsushimamire... Cinq jours par semaine : trois jours de studio et deux jours de concerts. C'est bien suffisant !

Oh, my life is almost with TsuShiMaMiRe… Five days a week…Three days studio, two days shows...It’s enough!!!!

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

C’est maintenant, mon climax. Sinon la tournée la plus intéressante de notre carrière fut sûrement le « Suicide Girls Burlesque Tour » en 2005 et 2006 aux États-Unis. Des concerts déments. Chaque jour, on assistait à des shows vraiment « Burlesque » dans les salles où nous allions.

Now is the climax. And I think it’s the most interesting tour in our career, That was “Suicide Girls Burlesque Tour” 2005 and 2006 in U.S. It was really crazy shows. Everyday, we saw Burlesque show in the venue.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

Apprendre l'Anglais est la meilleure chose pour ton futur !

Learning English is the most important thing for your future!!!


Comment te vois tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

Garder une vie saine, c’est la chose la plus importante pour TsuShiMaMiRe. On veut continuer jusqu’à 80 ans. Le morceau Speedy Wonder parle d’ailleurs de ça.

Healthy life is the most important thing for TsuShiMaMiRe. We have to keep on rockin’ until 80 years. I sing about that in Speedy Wonder.

Comment vois-tu évoluer ta musique ?
How do you see your music evolve?

On veut la simplifier tout en la rendant plus puissante.

It will be more simple. And it will have more power.


Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)

Your guilty pleasure or hidden treasure ? (musically or not)

Je suis une fan d’animaux en peluche ! J’ai le pingouin en peluche le plus mignon qui soit, ramené de notre tournée aux États-Unis en octobre dernier. Du coup je viens avec lui aux Trans Musicales cette année ! 

I am a mania of Stuffed Animals. I got a cutest Stuffed Penguin from our U.S. tour in Oct. And now, I always think about Trans Musicales with my Penguin!!!!

Mixtape exclusive


Spécial Transmusicales : Kondi Band

Les Rencontres Trans Musicales de Rennes fêteront leur 38ème édition du 30 Novembre au 4 décembre prochains. On vous en a parlé précisément ici, et parmi l'armée de groupes qui mettront la capitale bretonne à feu et à sang d'ici peu, nous en avons choisis trois qui pourraient bien marquer le festival de leur empreinte, et qui ont accepté non seulement de se prêter à l'exercice d e notre interview Out Of The Blue, mais aussi de nous gratifier de mixtapes exclusives, histoire de se mettre dans l'ambiance.

KONDI BAND, Mercredi 30 Novembre Ubu 22h40

Loin de la simple curiosité exotique qui fait tant vibrer des hordes de blanchots en mal de caution tiers-mondiste, le duo formé par Chief Boima et Sorie Kondi, maître du kondi (piano à pouces) balance une sauce afro-electro inédite et pleine de sueur, qui replace avec brio la Sierra Leone sur la carte des musiques actuelles. Sorie répond à nos questions.

D'où viens-tu ?
Where do you come from?

De Sierra Leone et des États-Unis. Certains membres du groupe sont originaires de Londres, aussi.
We are from Sierra Leone and USA (with Sierra Leonean roots). Band members are coming from London as well.

Ou vas-tu ?
Where are you headed?

Partout, on l’espère.

Hopefully everywhere

Pourquoi la musique ?
Why music?

Elle fait partie du tissu culturel en Sierra Leone, et on ressent que l’on a une manière très personnelle de contribuer à ça, alors pourquoi pas ?

It’s part of our cultural fabric as Sierra Leoneans, and we feel like we have a unique perspective to contribute to the world, so why not?

Et si tu n'avais pas fait de musique ?
And if music wasn't your thing?

En ce qui concerne Sorie, c’est un artisan, il sait comment fabriquer du savon ou tisser. Boima, il est écrivain et professeur, mais l’agriculture l’intéresse aussi.

For Sorie… he’s a craftsman… he knows how to make soap and he does weaving. For Boima, he is a writer and teacher, but maybe also farming?
Une épiphanie personnelle ?
An epiphany of yours?

Le monde est injuste.

The world is unfair.

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

Quand on s’est rencontré à New-York, où on a pu jouer quelques concerts et enregistrer notre premier album.

When we were able to meet in New York, play some shows, and record the first album.

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Le manque de temps et d’argent.

Lack of time and money.

Y a-t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

Non ça n’existe pas.

There’s no such thing.

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

Une bière

One beer


Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

Robert Glasper

Robert Glasper

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

Créer une école Kondi à Freetown, et encourager les Sierra-Leoniens à mieux s’approprier leur propre culture.

Creating a Kondi school in Freetown, and helping to encourage Sierra Leoneans to embrace their own culture.


Retour à l'enfance, quel conseil te donnes-tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

Ne jamais s’arrêter.
Don’t stop

Comment te vois-tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

Détendu.
Relaxed

Comment vois-tu évoluer ta musique ?
How do you see your music evolve?

Travailler avec plus de musiciens, créer un plus gros son avec un groupe élargi.

Hopefully being able to work with more musicians, creating a bigger sound and band.

Un plaisir coupable ou un trésor caché (musique ou hors musique) ?
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

Une bière.
One beer.

Photo : Alexis Maryon

Mixtape Exclusive


Alppine

Alppine, mené par Diego Delgado et Alberto Bermejo est un projet expérimental musical et visuel où s'entrecroisent electronica, noise et rock. Ils ont déjà plusieurs EPs à leur actif, dont Arde El Mar aux sonorités shoegaze et où vient s'ajouter la voix de Marta Capdevila au chant. À l'occasion d'un live puissant et envoûtant qu'ils ont donné au Freedonia, lieu underground de Barcelone, nous avons décidé de les soumettre à notre interview Out Of The Blue. Leur dernier EP, Tizanis, est sorti un peu avant l'été.

D'où venez-vous ?
De donde venís?

Barcelone et Madrid.

Barcelona y Madrid.

Où allez-vous ?
A donde vais ?

Barcelone.

La ciudad condal.

Pourquoi la musique ?
Porque la musica?

Nous nous sommes rencontrés et, en moins d’une minute, nous parlions des disques que nous aimions jouer dans les nineties. Au bout de quelques mois, nous improvisions sur des machines chez Diego. Le premier titre que nous avons composé s’appelait Sunny Tunnel, ça nous a plu, c’était en 2012.

Nos conocimos y en un minuto estábamos hablando de los temas que nos gustaba pinchar en los 90, al cabo de pocos meses estábamos improvisando con maquinitas en la casa de Diego. Lo primero que hicimos solo empezar a tocar se llama Sunny Tunnel. Nos quedamos entusiamados, eso fue en el 2012.

Et si vous n'aviez pas fait de musique ?
Y si no hubiera hecho de la música?

Nous venons tous les deux du monde de l’image donc au final notre projet n’est pas que musical, il est ouvert à d’autres disciplines artistiques, et l’image tient beaucoup de place et de poids dans nos lives.

Los dos venimos del mundo de la imagen por lo que al final no es solo musica. El proyecto esta abierto a otras disciplinas artística, la imagen puede tener mucho peso en nuestro directo.

Une épiphanie personnelle ?
Una epifanía personal?

Ah ! Ah ! Tu ne nous croiras pas mais nous avions une track que nous n’avons jamais enregistré qui s’appellait A Quart Of Epiphany. On rigolait de l’idée que quelqu’un puisse avoir ne serait-ce qu’une petite épiphanie...

Jaja no te lo creeras pero teníamos un tema que nunca grabamos y que se llamaba A Quart Of Epiphany nos reiamos con la idea de alguien podiese tener una poquito de epifania, o sea - lo veo pero solo un poco... una stupidez vamos.

Une révélation artistique ?
Una revelacion artistica?

Au début, nous étions esclave du MIDI. Plus maintenant et c’est beaucoup plus fun.

Al principio eramos esclavos de MIDI, ahora ya no, es mucha mas divertido.

Le revers de la médaille ?
Cualquier inconveniente?

Pas trop de live, mais je suppose que ça a à voir avec la loi de l’offre et de la demande. Ou alors nous sommes un mauvais groupe, à toi de voir.

Pocos directos, supongo que tiene que ver con la ley de la oferta y la demanda o que somos un mal rollo de banda, lo cual nos pone.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Hay vida después de la muerte artística?

Nous ne comprenons pas le concept de mort artistique.

No entendemos el concepto, muerte artistica.

Un rituel de scène ?
Un ritual antes de monatr en el escenario?

Une bière et des étirements.

Una cerveza y estiramos la espalda, en vano.

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Con quién le gustaría trabajar (música y no musical)?

Thurston Moore, Brian Eno. Y a-t-il quelque chose de plus original ?

Thurston Moore, Brian Eno. ¿Hay algo mas original?

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
Cuál sería el punto culminante de su carrera artística?

Apparaitre dans un épisode des Simpson.

Salir en los Simpson.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Vuelta a la infancia, ¿qué consejo le das a ti mismo?

Joue, joue, joue. Crée, crée.

Toca toca toca. Crea crea.

Comment te vois tu dans trente ans ?
Cómo se ve usted dentro de treinta años?

Avoir encore plus de plaisir. (la magie de la musique)

Pasándolo mejor todavia. (la magia de la música)

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)
Un placer culpable o un tesoro escondido? (Música y no musical)

Nous décidons de la setlist des concert dans un restaurant japonais où nous avons l'habitude d'aller, c’est pas très rock’n’roll, ça va nous coûter quelques fans...

Hacemos el set list de los conciertos en un Japones, si lo se, es muy poco Rock´n Roll y esto nos va a costar algún fan... es lo que hay.

Écoute exclusive

Audio

Tracklist

Alppine - Tizanis (20 mai 2016)
01. 60 Lies
02. Tizanis
03. Places