Kap Bambino - Rise

Kap Bambino, c'est Groupgris, de son vrai nom Orion Bouvier, le mec au regard perdu à 0:25, et  Khima France alias Caroline Martial, la chanteuse aux yeux bleus qui ne laissera personne indifférent dans cette vidéo... Tiré de Résistance Alpha, leur EP paru il y a une quinzaine de jours, Rise trouve ici une élévation vidéo tout à fait jouissive. Cette bombe post-techno au croisement de la witch house, ce style lancinant et psychotique qui aura marqué 2011 et de l'électro rondouillarde à la Crystal Castle n'a pas de refrain. Les paroles, elles, semblent ne pas avoir de sens, les nappes de synthés s'entrechoquent dans une ambiance  fin du monde, ça sent le souffre à tous les étages. Il ne fallait donc plus qu'un clip inquiétant aux allures mystiques pour finir de nous cuire comme de la glaise.


Vidéo : Neonbirds - Substitutes

Ce lundi 28 novembre sort Ignition's Cold Oxygen's Pale des Parisiens de Neonbirds. Une date à la croisée des chemins pour le duo électro-cold, entre aboutissement de quelque quatre années de labeur () et occasion toute trouvée pour apporter la première pierre vinylistique à leur propre label : Substitute Records. Comme un clin d’œil appuyé, le premier extrait mis en image du groupe par Julien Carlier se nomme lui aussi Substitutes.

Hartzine - ayant récemment invité Batiste et Léon à remixer Lost In A Sea de l'Australien Colours (écouter/ télécharger) - co-organise avec Substitute Records, le 4 janvier prochain à l'International, la release party d'Ignition's Cold Oxygen's Pale. Et si Cry Wolf est d'ores et déjà annoncé à leurs côtés, on vous en retouche quelques mots très bientôt.

Vidéo


Embrasse ta mère pour moi #1

Ghibli - Ross

Parce qu'Edmonton, à part être au Canada, abrite aussi Old Dugly, petit label fourre-tout à piller les yeux fermés...

Motorama -  Empty Bed

Parce que les Russes auront accompagné notre année de leur grâce splénique...

Psychic Dancehall - Skyway

Parce que les faux-semblants seront bientôt démasqués...

Fantasy Island - Avenue

Parce qu'il est parfois nécessaire de retourner sa veste...


The Black Belles - The Black Belles

Jack White a trouvé ses Spice Girls. Après Meg White, Karen Elson et Alison Mosshart, le démiurge de Nashville avait envie de jouer avec de nouvelles marionnettes. Il les a dégotées sous la forme de ces quatre jolies sorcières littéralement ramassées dans les rues de sa ville. Et si, à l'écoute de l'album, on se doute bien que ces adorables créatures n'en ont pas composé une seule note tant absolument tout semble être sorti de l'esprit de leur Dr Frankenstein - le son, la construction, la production, l'esthétique, et jusqu'au phrasé -, cette collection de 11 morceaux garage tendance Elvira n'en reste pas moins aussi agréable à déguster qu'une soupe de potiron.

Audio

Vidéo

Tracklist

The Black Belles - The Black Belles (Third Man Records, 2011)

1. Leave You With A Letter
2. In A Cage
3. Wishing Well
4. Honky Tonk Horror
5. The Wrong Door
6. Breathing Down My Neck
7. The Tease
8. Howl At The Moon
9. Pushing Up Daisies
10. Not Tonight
11. Hey Velda


Purple Sounds #1

Récemment, j'ai proposé à Hartzine de faire une petite colonne sur les sorties hip-hop qui me plaisaient. Un peu sur le modèle du défunt Circuit Electric d'Eva Revox que j'aimais beaucoup, ce ne seront pas vraiment des chroniques mais plutôt une sélection guidée par mes goûts personnels et pas par l'actualité ou la hype du moment (n'étant ni journaliste, ni blogueur, ni quoi que ce soit d'approchant).

J'ai choisi ce nom de « Purple Sounds » après m'être replongé dans DJ Screw et avoir découvert surtout que l'Amérique avait même réussi à marketer cette drogue typique des rappeurs US : le purple drank, qui a donc sa fiche Wikipedia, sa recette à faire à la maison (moment LOL ici) et surtout sa version légale, sorte d'anti-Redbull marketé pour les jeunes adeptes du swag...

ASAP Rocky

Parfaite transition puisque je commencerai cette colonne avec celui qui est un peu partout en ce moment à savoir ASAP Rocky, un jeune New-Yorkais qui s'est fait connaître avec son Purple Swag, excellemment produit par Clams Casino. Un rap codéiné donc, qui repose sur des voix pitchées et des sons planants finalement pas si loin de Boards of Canada. Le chef de file du crew ASAP (dont je reparlerai sûrement) est LE gros espoir du rap US (il vient de signer un deal de 3 millions de dollars après avoir été une grosse sensation du festival CMJ). Espérons qu'il ne se perdra pas chez les majors car il dégage un vrai truc, renouvelle clairement le hip-hop new-yorkais et représente une nouvelle génération de jeunes rappeurs nourris à Ableton Live et aux samples shoegaze qui pourrait tranquillement mettre à la porte les pachas de l'industrie.

Une nouvelle mixtape vient de sortir, Live, Love, ASAP, avec des prod' de Clams Casino (comme le Bass ci-dessous) et Tybeats (aussi du crew ASAP). Et bien sûr le clip immanquable (avec sa petite touche Aphex Twin à grillz).

Squadda B

Dans une veine qui, elle, reste plus undergound, un disque que j'ai beaucoup aimé est celui de Squadda B, issu de l'excellent duo Main Attrakionz (originaire d'Oakland), dont peu de monde a parlé. Doté du meilleur titre de l'année, I Smoke Because I Don't Care About Death, 14 titres à peine masterisés mais qui dégagent pourtant une atmosphère assez inédite. On y retrouve encore Clams Casino (décidément un peu partout) mais les deux titres qui m'ont vraiment plu sont produits par Squadda B lui même. On n'est pas loin des productions vaporeuses qui font le bonheur des copieurs d'Animal Collective. On dirait presque du Cocteau Twins à la sauce hip-hop avec un petit feeling désespéré vraiment intense (2012). It's All Love est vraiment différent avec son côté Scott-Heron, produit par Fizzy Womack (qui lui a déjà bossé avec le Wu-Tang et amène un côté plus 90's).

Danny Brown

Dans une veine plus mainstream, j'ai vraiment aimé le disque de Danny Brown, que j'avais vu à Austin sur la scène Fader. Un rappeur qui vaut mieux que l'image qu'il dégage (un lust très BB Brunes swag dur à comprendre et qui visiblement lui a coûté un deal avec G-UNIT, 50 Cent détestant ses jeans slim). Pris en charge par A-TRAK et Fool's Gold qui a sorti son disque XXX avec une pochette très fluo, Danny Brown se distingue par son flow nasillard, assez étonnant. Les instrus sont minimales mais vraiment habitées. Moment fort sur Lie4 et feeling indus sur Die Like A Rockstar à ne pas manquer.

Le disque est dispo gratuitement ici.

Azealia Banks

Petit plaisir coupable avec le 212 d'Azealia Banks, dont pas mal de gens parlent en ce moment. L'instru un poil trop 2009 pour être honnête (post-DJ Mujava comme on a pu l'entendre mille fois) est complètement sauvée par le flow de la jeune Américaine partagé entre gouaille southern hip-hop et gorge profonde soul. Jetez une oreille à Runnin', sa collaboration avec Lunice, petit génie de la MPC montréalais et qui flirte plus avec un hip-hop minimal et synthétique. Il faut espérer que la petite Banks évitera de devenir la prochaine Kid Sister pour garder cette fraîcheur indéniable.

hasHBrown

Je finirai sur un dernier titre qui m'a bien plu, Death Penalty de hasHBrown, qui lorgne clairement vers Lupe Fiasco ou Wale mais avec une vraie personnalité et qui tranquillement met une petite fessée à Watch The Throne dont je me suis lassé au bout de trois écoutes. Son disque sort ces jours-ci...


Fake Tape Series Vol.1

Hello TEEN PORN Kitty c'est John Holmes.

Tu trouveras ci-joint la BANDE-son de mon dernier film maison.

BONNE écoute

XoXo

(Ces quelques mots sont susceptibles d'améliorer sensiblement notre référencement. Merci de votre compréhension.)

Télécharger/Download

1. Warm Thighs - Illu (202extra)
2. MICHΔEL MYERZ - Nightmare From The 90s
3. The Drum - Euthanasia
4. R. Kelly - I Wish (JSHIH Rework)
5. Danny Brown - Radio Song
6. ASAP Rocky - Wassup
7. Clams Casino - Drowning
8. How to Dress Well - Suicide Dream 2 (Elite Gymnastics Baptism)
9. Bermuda Bonnie - Say Something
10. Nguzunguzu - Rec Loose (Samo Sound Boy Remix)
11. Born Gold - Lawn Knives


Still Dust Mixtape

Dénigrant les critères bariolés empoisonnant une techno devenue de plus en plus fadasse, de nombreux artistes se réfugient non sans nostalgie dans les affres moites et chaotiques de sonorités aussi indomptables qu’industrielles. Le terme a beau être effrayant, il reste de rigueur. La hardtek fait son grand retour sur les dancefloors, déversant un souffle d’anarchie, des usines désaffectées de Berlin-est aux clubs les plus prisés du Royaume-Uni. Et si seule la France semble encore s’encroûter dans le maniérisme coloré d’une tech-house qui n’a plus rien à apporter à nos clubbers  endimanchés, le reste du monde semble trembler sous les secousses telluriques de beats râpeux et acérés.  Loin de l’esprit qui inspira l’amendement Mariani, nos artistes s’éloignent des clichés primitifs pour se livrer à un art à la fois brut et primaire, titillant les sphincters et injectant une bonne dose d’endorphine à un public trop habitué à des mélodies linéaires s’approchant de l’onde rectiligne d’un encéphalogramme plat.

Still Dust Mixtape

1. Planetary Assault System - Bell Blocker
2. Perc - bcg (Milton Bradley Critical Level Mix)
3. The Black Dog - Dissident Bleep
4. Sawf - Pelekiss
5. Tommy Four Seven - Snout (Chris Liebing Remix)
6. Skudge - Melodrama (Aubreys_Dark_Mix)
7. Traversable Wormhole - Transducer
8. Northern Structures - 9 To 5
9. Perc - My Head Is Slowly Exploding (Ancient Methods Remix)
10. Regis - Aftertaste Of Guilt
11. Xhin - Teeth (Surgeon Remix)
12. Planetary Assault System - Rip The Cut
13. British Murder Boys - Don't Give Way To Fear Part 2
14. Ancient Methods - Untitled
15. Re:Group - Antichance


Night Lights Mixtape

Tu avais notre nuit dans les yeux, humide et odorante. Nos épaules qui se frôlent, nos mains qui s'évitent. Et peu avant que tu ne te fardes d'un linceul de lumière éblouissant, je m'étais englouti dans cette rue sombre et déserte, où la brume des sentiments se confond à la poisse du quotidien.


01. David Lynch - Ghost Of Love
02. U.S. Girl - Island Songs
03. Horrible Present - Blank Out
04. Tropic of Cancer - A Color
05. Little Girls - Salt Swimmers
06. Total Control - Retiree
07. The Soft Moon - Repetition
08. Spastic Joy - Lebensborn
09. The KVB - 8 Hours
10. Balaclavas - Find Out For Yourself


Moonface - Organ Music Not Vibraphone Like I’d Hope

En voilà un titre qui a le mérite d’interloquer, un peu dans le genre : « Bon, j’avais envie que ça sonne comme de la merde mais finalement c’est pas si mal… ». Pari osé du tâcheron Spencer Krug qui a la manie de sauter d’un projet à l’autre (Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake…) sans réellement se soucier du résultat final. Se référer aux très décevants Expo 86, Dragonslayer ou encore Paul’s Tomb: A triomph pour en avoir la confirmation. Pourtant, en délaissant sa guitare pour un bon vieux clavier Bontempi, le musicien semble retrouver l’inspiration qui manquait aux derniers opus de ses diverses formations. D’ailleurs, c’est cloisonné chez lui que notre homme pond son premier essai solo. Une galette qui joue à fond la carte pop, loin des prétentions expé habituelles de Krug, préférant se nourrir d’un habillage parfois kitchissime qu’il met au profit de caracoles aussi lunaires que viscérales. Return To The Violence Of The Ocean Floor pose d’ailleurs tout de suite l’ambiance. Assis sur une rythmique synthétique aussi vintage que subtilement obsédante, Spencer pose sa voix de crooner lycanthrope, rivalisant sans peine avec un Bryan Ferry qui hululerait sur fond de music-box ensorcelée. Tout au long de cet album aussi compact que merveilleusement digeste, le tempo s’accélère, collant des frissons dans la nuque de l’auditeur à l’écoute du virevoltant Shit-Hawk In The Snow. Collision d’un amas de boucles furieuses et illuminées sur lesquelles Moonface déverse toute sa folie. Ce petit bijou home-made de Spencer Krug pourrait bien devenir la pierre angulaire de sa discographie tant le multi-instrumentiste y brille d’une sincérité retrouvée et s’affranchit avec ingéniosité des carcans d’un indie-rock fainéant pour embrasser les méandres d’une pop lo-fi aussi poisseuse qu’hypnotique.

Audio

Vidéo

http://www.youtube.com/watch?v=VQbpsO5ceIs

Tracklist

Moonface – Organ Music Not Vibraphone Like I’d hope (Jagjaguwar, 2011)

1. A Return To The Violence Of The Ocean Floor
2. Whale Song (Song Instead Of A Kiss)
3. Fast Peter
4. Shit Hawk In The Snow
5. Loose Heart = Loose Plan


Mixtape : Hartzine plays Beko DSL

Compiler un peu plus de cent en tout juste dix est une prouesse hors norme lorsque l'on suit avec intérêt le rythme de sorties digitales du label digital Beko, tous les dimanches soirs vers onze heures et quelques. Des choix à la hache, une orientation parmi d'autres possibles, voilà ce que transcrivent ces dix morceaux piochés chez des artistes pas totalement inconnus dans nos colonnes. Une mixtape en forme de déclaration d'amour - suite à un bekotage en règle - mais aussi en gage d'intention, pour la suite.

Hartzine plays Beko DSL


(T/DL)

01. 2muchachos - I'm Not Afraid Of Cold Air
02. Ela Orleans - Light at Dawn
03. Holy stray - Phrenesia
04. To The Happy Few - Kirkebrann
05. The KVB - No Lights
06. Rape Faction - Future Brain
07. Wizard Oz - Fly Eye
08. Death And Vanilla - Ghosts In The Machine
09. Chevalier Avant Garde - Sixteen Candels
10. Two Bicycles - Window #3


Bill Baird - We'll Meet Again Someday or We Won't & Burn Burn Burn Burn

Voix et guitare envahissent la pièce de leur prégnante sincérité. La lumière soudain se fait plus élégante. Entre chien et loup, le lieu ainsi tamisé se pare d'ombres troublantes. Bill Baird est rentré sournoisement par la fenêtre de ma vie un soir d'un été désormais passé et en est ressorti par la porte, une main amicale posée sur sa talentueuse épaule. L'automne venu, c'est à la faveur d'une vidéo signée David Phillips que le Texan s'est repointé.


SBRG November Mixtape

S'envolant pour une tournée asiatique avec SayCet, Phoene Seberg nous livre depuis l'aéroport une mixtape dimensionnant le mois de novembre à ce qu'il est véritablement, un carrefour onirique où l'amertume du climat se confond à la douce nostalgie des corps.


Dope Halloween Fuck by Crash Symbols

Mon intérêt pour Halloween est sans doute inversement proportionnel à celui que je porte au label Crash Symbols, bientôt à l'honneur dans nos colonnes. Alors quand le jour de l'un correspond à la date de sortie de la nouvelle compilation dudit label - faisant suite aux deux excellentes et précédentes Dope Montain Fuck et Dope Valley Fuck - et que celle-ci est l'occasion de voir de quoi l'avenir sera fait sur cette micro structure cousine du blog Get Off The Coast - avec notamment des inédits de The New LinesBone Quida IdaDaniel Sex Jr.Nomadic Firsboy crush (Sean Posila de High Pop) ou encore The Electric Nature/Pop Culture Shaman samplant Twin Peaks - on range notre rengaine anti-tout dans le même placard que notre café Max Havelaar et on l'on ne se fait pas prier pour monter le son. Dope Halloween Fuck est à télécharger par ici et reste écoutable en stream par .

1. Karma Vision - Teeter Totter
2. Bone Quida Ida - The Witches
3. boy crush - Lizzy Locke
4. Field Dress - Easy Shade (Shadow Mix)
5. The New Lines - The Phylactery of a Spring Street Malcontent
6. Nomadic Firs - In The Morning
7. Red Hook - Lavender Punch
8. Colored Girls - The Third Policeman
9. Rabbit Punch - Watch The Elbow
10. Daniel Sex Jr. - Prowl
11. Goat Lightning - I Am Blue
12. The Electric Nature with Pop Culture Shaman - Shut Yr Eyes and You'll Burst Into Flames


Apple Brains - Get Fruity (Slovenly Recordings)

En cette période de vacances scolaires, certains d'entre vous doivent sans doute faire face à la lourde responsabilité d'occuper un ou plusieurs nains hystériques et désoeuvrés. En traînant sur Hartzine, vous faites preuve d'un goût certain - on n'en doute pas - que vous aimeriez probablement transmettre à vos chérubins. Si la musique pour enfant traditionnelle vous donne envie de vous arracher les tympans avec une fourchette rouillée, la solution se trouve peut-être du côté de l'excellent label Slovenly Recordings. Alors qu'on errait sur leur bandcamp pour préparer l'interview de J.C. Satàn (en ligne samedi), notre oeil a été attiré par une drôle de pochette colorée. Quelques clics plus tard, on écoutait, en faisant des sauts dans le bureau, l'album Get Fruity, un recueil de comptines lo-fi complètement débiles consacrées aux fruits et légumes. Sans aucun second degré, Apple Brains y fait l'apologie des pommes (Apple x3), des tomates (Tomatoes Are So Wonderful They Make Me Want To Cry) et de l'eau de source (Water The Loveliest Beverage) le long de 12 titres tout à fait réjouissants. Musicalement, Franck Zappa ou les Flaming Lips ne sont parfois pas très loin. Derrière ce projet qui a déjà fait le tour des écoles primaires de Los Angeles se cachent le végétarien convaincu Jonathan Richman, Mr. David et le mystérieux Bonzo Dog Doo-Dah Band - qui, rassurez tout de suite votre indie cred, est notamment composé de membres de Witch, le side-project du Dinosaur Jr J. Mascis. Y a-t-il meilleure façon de convaincre votre rejeton de manger des courgettes ? Et si, comme moi, vous n'avez pas encore été victimes du miracle de la vie, ça passe très bien entre deux épisodes de Beavis and Butt-Head. Mais ne suivez pas l'exemple de ces deux crétins : évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé.

Audio


Acute Records, maison de rééditions post-punk

On pourrait répertorier Acute Records comme un de ces labels de rééditions parmi tant d'autres, qui plus est d'une ville ( NY) et d'un style dont on a à peu près tout dit. Qu'est-ce qui peut alors différencier l'entreprise de Dan Selzer et Todd Hyman ?

Dans un premier temps, sûrement leur goût pour des artworks marqueurs des esthétiques défendues : portrait frondeur pour The Method Actors (voir ci-dessus), clichés filtrés pour The Lines, collages amateurs pour The Prefects...

L'écoute des albums nous fait dire ensuite qu'il est vain et inutile de chercher à dire du mal du travail de compilation de Dan et Todd. Ayant construit son catalogue autour de quelques valeurs sûres (Metal Urbain, Glenn Branca, Ike Yards), Acute étonne par ses extractions plus confidentielles tenant la comparaison avec les milliers d'experts de l'archivage web post-punk. A ce titre, The Method Actors et The Lines semblent être les premières foulées de ce chemin de traverse emprunté par le label ; Disco Zombies, les dernières en date.

Dan nous a envoyé une mixtape ponctuée par quelques titres inédits à venir.

Mixtape

1. Seefeel - Faults
2. Locust - I Become Overwhelmed
3. Design for Living - Red Ribbon Day
4. It's Immagerial - A Gigantic Raft (in the Philippines)
5. The Raincoats - Balloon
6. Family Fodder - Silence
7. Disco Inferno - New Clothes for the New World
8. Pram - Dancing on a Star
9. Broadcast - DDL
10. AA - Society Stinks
11. Home & Garden - (please) Fix My Horn (my brakes don't work)
12. The Lines - Raffle
13. Broadcast - Microtronics Thirteen
14. Din A Testbild - Die Siebziger
15. Camberwell Now - Speculative Fiction
16. Broadcast - Microtronics Fifteen
17. Conrad Schnitzler & Gregor Schnitzler - The Shark Eats Ice
18. Positive Noise - Ghosts
19. Broadcast - Still Feels Like Tears
20. The Trypes - (From the) Morning Glories
21. Robert Wyatt - A Sunday in Madrid