PWIN ▲▲ TEAKS - Le Dome Du Plaisir De Bilitis

Chantre d'une witch house originelle, le label Phantasma Disques et ses objets soignés fêteront comme il se doit l'ultime année de notre humaine condition avec les parutions coup sur coup des albums de MATER SUSPIRIA VISION et surtout PWIN ▲▲ TEAKS, dont on vous laisse visionner ci-dessous le premier extrait en forme d'incroyable ritournelle hypnotique et caverneuse.


Embrasse ta mère pour moi #4

La Garçonne - Super Hero

Parce que  cheveux courts aux idées longues.

His Clancyness - Summer Majestic

Boxeur The Coeur - Our Glowing Days

Parce qu'après Porcelain Raft, l'Italie encore plus pop...

Screen Vinyl Image - Station 4

Brotto - Shout Out Resistance feat. Portable Morla

Ethereal - Eloquent feat. Jess Paper

Parce qu'élégant d'éloquence.

Entrepreneurs & FOE - Saturday (Sparklehorse Cover)

Parce que je me souviens d'un pote ivrogne regardant les étoiles...

Omar Souleyman - Leh Jani pt.2 (When I Heard The News - That You Were Engaged To Another Man)

Parce que Damas le poing levé.


o F F 'Probably Love' Release Party w/ Butterclock & Rikslyd

Œuvrant désormais seul, sans son acolyte GR†LL GR†LL, o F F sort le 16 janvier via le tout nouveau label M=MAXIMAL initié par Kompakt, Probably Love, son premier LP. A cette occasion, Kongfuzi et Hartzine vous donnent rendez-vous à la Mécanique Ondulatoire le 20 janvier prochain pour une soirée en (bonne) compagnie de Butterclock et Rikslyd. L'amour se niche dans les ténèbres, et ne les quitte plus : n'oubliez pas votre talisman.

En souvenir d'un RING partagé par oFF, GR†LL GR†LL et Drawlings (voir), le français nous envoie des limbes close to u, i'm not remixé par Drawlings.

Audio

close to u, i'm not (Drawlings remix) by o F F Love

Vidéo

Infos

o F F Probably Love Release Party w/ Butterclock & Rikslyd
+ dj set Chrijs, F*ke Vuitton & Hz DJ
Event FB

La mécanique Ondulatoire
8 Passage Thiéré
75011 Paris
20h-2h
6€


Le Non_Jazz invite Ensemble Economique, High Wolf, Je Suis Le Petit Chevalier... le 7 janvier à l'Olympic (Paris)

Œuvrant envers et contre tout dans les limbes d'une fascinante musique expérimentale, le Non_Jazz invite à l'Olympic Café ce samedi 7 janvier une véritable pléiade d'artistes aux introspections aussi contemplatives qu'indélébiles. Brian Pyle d'abord, moitié du duo californien Starving Weirdos, et promoteur d'Ensemble Economique, déjà présenté à l'occasion du morceau mis en image To Feel The Night As It Really Is (voir) et extrait d'un album paru en novembre dernier sur . High Wolf ensuite, dont la psychédélia tribale, tropicale et acide s'entiche de beats, de nappes et de guitares obsédantes. A l'égal de son confrère de label Holy Strays (Not Not Fun), le Breton hypnotise oreilles et rétines, ses concerts se doublant d'une imparable dimension visuelle. Je Suis Le Petit Chevalier - projet ambient/psyché de l'artiste visuelle et sonore Félicia Atkinson, déjà aperçu du côté des labels La Station Radar et Hands in the Dark - jettera les bases de cette soirée aux circonvolutions oniriques comptant également sur l'un des trois membres fondateurs des agitateurs du Collectif Tralala, du label Heia Sun & du trio Feu Machin avec Kikiilimikilii - sortant d'ici peu son premier EP via Amdiscs (qu'on ne présente plus). Luciole - film de vingt-quatre minutes d'Elsa Rossler et Mariette Michaud, couplé au son de Jean-Philippe Saulou (U.N.D.O., Bülanz Orgabar...) - sera également diffusé.

Vidéos

Infos

Plus d'info => Non_Jazz

EVENT FB
ENSEMBLE ECONOMIQUE (us)
HIGH WOLF (fr)
JE SUIS LE PETIT CHEVALIER (fr)
KIKIILIMIKILII (fr)
LUCIOLE (fr)

OLYMPIC Café (6€, 20h30)
20 rue Léon
75018 Paris
Métro : Château Rouge


Happy New Year & Nite Fields Split

Là, il va falloir s'accrocher et suivre. Happy New Year est le projet d'Eleanor Logan que l'on vous a présenté par deux fois, à l'occasion de la compilation beko_hartzine (lire) - où la Brooklynoise nous gratifia d'une sépulcrale cover d'Iggy Pop, The Endless Sea - mais aussi lors d'une mixtape de toute beauté confectionnée par les quatre mains du label parisien SVN SNS RECORDS (lire). Outre un tel patronyme couplé à une sortie surprise annoncée le... 1er janvier de cette nouvelle année, Eleanor s’envole bientôt parcourir l'Australie - avant l'Europe en avril - et en profite donc pour dévoiler High Sea, via un split partagé avec Nite Fields sur Lost Race Records, morceau d'un premier LP à voir le jour incessamment sous peu via SVN SNS. Une véritable plongée en apnée dans les tumultes inquiets d'Eleanor. Pour la petite histoire, Lost Race est un tout nouveau label derrière lequel on retrouve le dénommé Danny, membre de Nite Fields, groupe interlope - faisant la jonction entre électronique sombre et shoegaze patibulaire - accompagnant du 11 au 15 janvier Happy New Year sur les routes ensoleillées du cinquième continent. L'artwork de ce 7" - limité à cent-cinquante exemplaires et disponible en envoyant un mail à cette adresse - est de l’œuvre de l’artiste australien Charlie Hillhouse.

Vidéo


Vidéo : The KVB - Leaning

A travers ses deux projets concomitants, Die Jungen et The KVB, Klaus Von Barrel a confortablement meublé l'année écoulée, au point de délivrer - à l'occasion de son récent LP Subjection/Subordination, paru via Clan Destine Records - l'une des plus belles chansons du cru 2011, The Burning World (lire).

Il ne faut pas plus d'une tournée européenne - démarrant dans moins de deux semaines et dont deux dates, le 14 janvier à Paris à L'Espace B (event FB, préventes) et le 16 janvier à Bruxelles au DNA (event FB), sont organisées par nos soins - pour que le jeune homme s'empresse d'enfoncer le clou et signifier sa présence en 2012. En témoigne Always Then, nouveau LP - toujours sur Clan Destine Records - dès à présent en pré-order via ce lien. Leaning, mise en image par Klaus lui-même, en est un premier extrait.

En prime et en stream, Captive, également tirée d'Always Then et If That's What You Think, morceau de Die Jungen offert pour les fêtes.

Vidéo

Audio

Tournée

13.01. Lyon - Sonic
14.01. Paris - L'Espace B
16.01. Bruxelles - DNA
17.01. Würzburg - Cairo Studiobühne
18.01. Munich - Hotter
19.01. Dresden - Ostpol
20.01. Budapest - Küss Mich
21.01. Prague - Final Club
22.01. Berlin - Death Disco (King Kong Club)
23.01. Hamburg - Astrastube
24.01. Hannover - Glocksee


Vidéo (première) : House of Wolves - Ageless

Telle une carte postale écornée et lessivée de soleil, ayant emprunté les trajectoires les plus obliques pour arriver au bout de quelques années à destination, cette vidéo d'Ageless d'House Of Wolves, réalisée par Robinson Ferreux, s'avère être le fruit d'un hasard que l'on subodore tout autant fructueux.

A peine rentré d'une tournée européenne - dont une escale sous nos hospices le 17 octobre dernier à Paris (lire) - Rey rencontre Robinson à Santa Barbara lors d'une soirée entre amis. Celui-ci vit entre la Californie et la France et très vite la discussion se cristallise autour d'un projet, né et alimenté par l'envoi de quelques liens et de cette chronique. L'idée réside dans le potentiel cinématographique du LP Fold in the Wind, toujours disponible par ici, et qu'on est loin, très loin de mésestimer. Ageless est ainsi la première pierre d'un édifice pouvant s'avérer vertigineux, tant la grâce d'une fragile mélodie trouve ici sa parfaite réplique à l'aune de ce plan délicatement mobile et nimbé de lumière.

Vidéo


Road to Christmas

Parce que Noël, c’est dans deux jours, et que bien entendu, comme beaucoup, tu fais partie de ceux qui oublient que la naissance du Christ se fête chaque année à la même date, il te reste donc 48 heures top chrono pour te traîner dans les magasins, en espérant dénicher la pépite qui fera le bonheur de tous. Et comme on n’a pas trop envie de te voir passer pour un loser, on n’a pu s’empêcher de faire une petite sélection musicale, multicartes, qui devrait te permettre de passer les fêtes peinard. Cette année, c’est toi qui fourre la dinde !

1. R’n’B

The Weeknd - House of Balloons (Not on label)

C’est pour qui ? Ta petite sœur qui te les a brisées toute l’année avec Nicki Minaj et  Lady Gaga.

Qu’est-ce que c’est ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, nous n’aurons jamais autant écouté de R’n’B et de soul music que cette année. La recette ? Un mélange de chant languide, tortueux  et envoûtant s’acoquinant à des mélodies ombrageuses rythmées par une ligne dubstep du plus bel effet. A ce titre, le mini-LP du très jeune Abel Tesfaye est une réussite exemplaire du genre. Un ovni discographique à la fois sirupeux et apocalyptique, abordant sans tabou la drogue, le suicide,  le sexe…

Audio

The Weeknd - High For This by Arnaud Von Simidov

2. Expérimental

The Haxan Cloak - The Haxan Cloak (Aurora Borealis)

C’est pour qui ? Ton cousin nerd à qui l'on ne sait jamais quoi offrir à part un Rubik’s Cube.

Qu’est-ce que c’est ? La musique de Bobby Krilic est plus qu’un simple plaisir contemplatif. Le Londonien dessine, autour d’une poignée de titres, des mélodies à l’orchestration brutale mais à la rythmique minimaliste, qui invitent l’auditeur à se plonger dans un voyage introspectif turbulent et perturbant. On ne ressort pas indemne de l’écoute de ce chef-d’œuvre définitivement brillant.

Audio

3. Punk

Cheveu - 1000 (Born Bad Records)

C’est pour qui ? Ton grand frère de quarante piges, bedonnant, qui ne veut toujours pas lâcher sa crête et son t-shirt moulant des Sex Pistols.

Qu’est-ce que c’est ? Parce qu’être punk, c’est comme le rock, c’est une histoire d’attitude, et qu’en deux albums et quelques hybridations, le trio parisien aura réactualisé avec brio le style musical le plus inutile de toute l’histoire de l’humanité.  Au-delà d’une démarche créative indiscutable, Cheveu assène un rock furieux, bruitiste, urgent. Un petit bijou de rock’n'roll hirsute, barré et schlinguant la binouze éventée. Punk is not dead!

Audio

4. Techno

Planetary Assault Systems – The Messenger (Ostgut-Ton)

C’est pour qui ? Pour Papi qui a toujours du mal à se réconcilier avec l’Allemagne et parce que de toute façon il n’entend rien d’autre sans son sonotone.

Qu’est-ce que c’est ? Figure emblématique de la scène électronique depuis vingt ans, Luke Slater réactive Planetary Assault Systems le temps d’un album racé où la violence s’entrechoque à des parcelles de pure fantasmagorie. Un LP partagé entre colère brute et rêverie enfantine, rappelant la richesse des œuvres les plus noires de Richie Hawtin saupoudrées d’un glaçage dub tout en alternant avec les déflagrations sourdes de décharges techno-indus.

Audio

5. Métal

Pneu - Highway to Health (Head Records)

C’est pour qui ? Pour l’oncle Nestor qui ressemble plus à Cousin Machin, biker dans l’âme mais te ressassant régulièrement de vieux tubes d’Europe.

Qu’est-ce que c’est ? Une pure et intense démonstration de math-rock dépassant de loin les espoirs que nous avions mis dans le duo, qui se surpasse un peu plus au fil des titres, faisant monter la tension crescendo jusqu’à l’apothéose finale. Une orgie bruitiste mais orchestrale qui n’a d’égale que la nervosité déployée tout au long des neuf tracks qui composent ce monstre de métal, et réservant bien des moments épiques.

Audio

6. Chanson française

Daniel Darc – La Taille de mon Âme (Sony Music)

C’est pour qui ? Pour Mamie, parce que cette année tu ne te taperas pas l’intégrale de Léo Ferré.

Qu’est-ce que c’est ? Parce que lui aussi prend beaucoup de cachets et a déjà un pied dans la tombe, son album fait figure de cadeau idéal. Mais c’est surtout parce que l’on reste scotché à ce murmure écorché, soufflant quelques vers coincés entre le paradis et l’enfer. Si l’on pense bien entendu à Gainsbourg et à Bashung, l’ex-Taxi Girl se traîne une auréole post-punk qu’il porte comme sa croix, osant au gré d’une amertume incertaine se livrer autour d’un nouveau cru d’une beauté aussi maladive que résolument lumineuse. Une autobiographie saisissante, caressant des mélodies incertaines du bout d'une lâme de rasoir.

Audio

7. Dubstep

Kryptic Minds – Can’t Sleep (Black Box)

C’est pour qui ? Pour ton beau-frère rasta parti vivre en Jamaïque.

Qu’est-ce que c’est ? Issu de la scène drum’n’bass, le duo Kryptic Minds ralentit la cadence, submergeant sa musique de nappes envoûtantes et de beats lourds. Quelque part entre l’ambient et la minimale, les musiciens insufflent à leurs compos une bonne dose d’infra-basses et font trembler les fondations mêmes d’un genre qui n’attend qu’à être révolutionné. Un album qui s’élève naturellement au-dessus des clichés et possède un sombre degré de fascination.

Audio

8. Folk

Chelsea Wolfe - Apokalypsis (Pendu Sound Recordings)

C’est pour qui ? Pour ton père qui n’arrive toujours pas à gratouiller Jeux Interdits sans faire de fausse note.

Qu’est-ce que c’est ? On ne va pas se leurrer, le fond de la musique folk a toujours été de transmettre un message, qu’il soit personnel, social ou politique. La Californienne prend à contre-pied les clichés pour envelopper l’auditeur d’un halo oppressant. Apokalypsis est une œuvre aussi captivante que cauchemardesque, dont le moindre pincement de guitare procure des frissons le long de toute l’épine dorsale. Une sorte de B.O. fantomatique qui continue de nous hanter bien après le générique.

Audio

9. Hip-hop

MellowHype – Blackened White (Fat Possum)

C’est pour qui ? Pour ton voisin qui n’a que deux disques : Lunatic de Booba et Fat Come Back d’Alliance Ethnik.

Qu’est-ce que c’est ? Il est clair que si cette année, Tyler, The Creator, ASAP Rocky ou encore Shabazz Palaces se taillent la part du lion catégorie hip-hop, les outsiders ne devraient pas être en reste. C’est le cas du duo Mellow Hype, roulant sous la houlette d'Odd Future et composé de Hodgy Beats et Left Brain, qui voit son second LP réédité en format physique.  Une ressortie des plus justifiées puisque cet album est tout simplement la pierre angulaire de l’écurie OFWGKTA, mais aussi leur travail le plus abouti à ce jour. Le flow imparable et habité d’Hodgy Beats n’ayant rien à envier à son impayable comparse de Sandwitches.

Audio

10. Rock

Thee Oh Sees - Carrion crawler / The Dream (In the Red)

C’est pour qui ? Pour ta mère qui mouillait sa petite culotte en écoutant Jimi Hendrix.

Qu’est-ce que c’est ? L’insatiable John Dwyer réveille Thee Oh Sees à peine quelques mois après nous avoir pondu le très délirant bien que mou du genou Castlemania et nous assène un brûlot électrique et assassin aussi inoubliable qu’épuisant. Entre space-Kraut et garage-psychab’, Dwyer nous pond les combinaisons les plus folles et se rapproche une fois de plus de l’album parfait.

Audio


Dope Mountain Fuck by Crash Symbols

Il y a un peu plus d'un mois, c'était Halloween et l'occasion pour le label Crash Symbols de dévoiler une troisième compilation, Dope Halloween Fuck (lire) faisant suite aux deux précédentes Dope Montain Fuck et Dope Valley Fuck. Un an et demi après la création du label et une vingtaine de cassettes écoulées plus loin - dont la remarquable Sponge (lire) de Digital Leather - Jheri Evans, Dwight et Liz Pavlovic célèbrent de la meilleure des manières leur activisme forcené - intimement lié au blog Get Off the Coast - avec un volume 2 à l'inaugurale Dope Mountain Fuck. Aussi éclectique que démesurée, entre beat hip-hop et synthétiseurs décharnés, cette ambitieuse compilation fait office tant de pari sur l'avenir du label que de clin d’œil rétrospectif vis-à-vis d'une année bien chargée.

On y dénombre des inédits de Main Attrakionz, Oxykitten, Ghibli, Changemod, Gahza, Ricky Eat Acid, Deniro Farrar et  en plus de remixes d'Emily Reo & Ryan Hemsworth. Pour la télécharger, c'est par ici que cela se passe.

01. L.W.H. - Lolo Bolo
02. Oxykitten - 50 Times Higher Than Any Normal Man
03. Haleek Maul - Teufel
04. Ryan Hemsworth - Unkempt Hair
05. Cheap Talk - Hearts Entwined
06. Joseph Nanner - Ephemera FM
07. Pepepiano - Reverie
08. Main Attrakionz - Brock Lesnar (Prod. by Joe Wax)
09. Brown Bread - Ah (Emily Reo Remix)
10. Gahza - First Impression of Ego
11. Kam3L3iN - Nuit Blanche
12. Ghibli - Kate
13. Some Ember - Deep Ocean
14. Video Thrills - Little League Mega Pros
15. Deniro Farrar - Amaco (prod. by Clams Casino)
16. Changemod - Alarm
17. Hugh J. Noble - Light of Future Passions (Adam Lipman Cover)
18. Adam Lipman - Choice
19. Ricky Eat Acid - Spoooooky
20. Julian Wass - Sun Worship
21. Neon Pulse - For Those Who Never Outgrow The Wonder
22. Nitemoves - Nitemoves Theme
23. Pariah Carey - Rhizome
24. FAVORS - Ghost in the DELL
25. Waka Flocka Flame - Hard In The Paint (Ryan Hemsworth Remix)


Embrasse ta mère pour moi #3

Poetique Electronique - Synchronized Motion

Parce que l'harmonie et le rythme selon Aristote.

Darkside - A1

Parce que plus près de toi mon dieu, nu sous son jeans.

Sean Nicholas Savage - My Chances

Parce que l'amour au ralenti sur ma platine.

Campfires - Chasing Planets

Parce que malheureusement notre.

Versis x Dibia$e - Fly Me t'The Moon

Parce que je suis aussi un peu noir.

Ferrari Jackson - Coconut Milk

Parce que quatre mots art-pop suffisent.


Digital Leather - Sponge

"En lieu et place de Jésus dans mon cœur, j'ai Jay Reatard." Les mots sont de Shawn Foree pour Hear Nebraska et résolument, à eux seuls, le désappointement de celui qui, depuis la date fatidique du 13 janvier 2010 et l'overdose de Jay Reatard, a perdu non seulement un ami mais aussi un manager, celui de son groupe à l'accent weird punk prononcé, Digital Leather. Consécutivement à une période de deuil, principalement passée à errer du côté de Berlin, Shawn Foree - après le LP Warm Brother sur Fat Possum en 2009 et un mini LP, Infinite Sun, sur Volar Records en juillet 2011 - s'apprête à sortir dès janvier 2012 et ce, par l'intermédiaire de l'excellent label Crash Symbols, une cassette huit titres sobrement intitulée Sponge. Patchwork d'inédits, de covers et de chansons enregistrées pour un 7" sur Ghost Highway Recordings, Sponge est aussi léger qu’enthousiasmant, tant par sa spontanéité lo-fi que par sa gouaille nasillarde. L'intéressé ne dit pas autre chose à son sujet : "L'album est graveleux et lo-fi mais reste intense." Sponge est disponible par ici, digitalement libre d'obole.

Audio


01. Thrill Is Gone
02. The Fortress

Tracklisting

Digital Leather - Sponge (Crash Symbols, 2012)
01. Mind Eraser
02. Thrill Is Gone
03. Deliver
04. Sponge
05. Little Epic
06. Flood of Red Ooze
07. Sound of Confusion
08. Chakras
09. The Fortress


Fake Tape Series #2

Hey grandma,

Tu trouveras ci-joint une mixtape antirhumatismale  pour position doggystyle.

BONNE écoute

XoXo

(Ces quelques mots sont susceptibles d’améliorer sensiblement notre référencement. Merci de votre compréhension.)

Télécharger/Download

1. Two Blue Apes - Blues for a King
2. Stevo - Can I
3. Slim Twig - Crack Of The Whip
4. Yalls - Vapid Glitch Vow
5. Knxwledge - BestFrends
6. Factor - Good Old Smokey (My Kanine) (feat. Myka 9)
7. Freddie Gibbs & Madlib - Thuggin'
8. Billy Comfort - Wonder of We (Feat. Steffaloo)
9. Casual Ocean - Coasting
10. Ryan Hemsworth - Deku
11. Butterclock - Hustling (Feat. oOoOO)
12. Wale - Slight Work (feat. Big Sean)
13. Black Milk & Danny Brown - Black & Brown


The Garment District - Nature-Nurture

Avec Nature Nature, et après Only Air et The Parlance, Jennifer Baron, résidant à Pittsburgh, égraine pour la troisième fois un extrait mis en image de son récent album, Melody Elder, paru sous le patronyme de The Garment District via Night People. La vidéo de Nature-Nurture est une collaboration avec le cinéaste expérimental Keith Tassick, qui a collecté et retravaillé plus de sept cents images du journal télévisé nocturne prises par Jennifer - et exposées par ici via un blog dédié - selon un ordre aléatoire épousant les pulsions d'une musique essentiellement centrée sur des synthétiseurs et autres claviers analogiques. De quoi faire patienter le quidam sans déflorer une future interview, sertie d’une mixtape en cours de préparation, de celle qui jouait jusqu'en 2007 avec The Ladybug Transistor, mythique dépositaire d'une indie-pop lumineuse et cuivrée.

Vidéos


Misty Roses - Puce Woman

Misty Roses me rappelle Winslow Leach, le compositeur de talent qui se fait voler sa musique par Swan, le directeur de Death Records, dans Phantom of the Paradise, le film de Brian de Palma. Il porte ses chansons mélodieuses avec la naïveté  et la beauté de ce pauvre Winslow, et on se laisse emporter par la magie d'une musique à l'inspiration définitivement tournée vers un cinéma kitsch mais qui ne ment pas. Puce Woman, son nouveau single sorti sur Exotic Pilon mélange ce goût d'un songwriting nostalgique à une électronique léchée, gavée de de sons psychédéliques. On découvre aujourd'hui le clip réalisé par Esther Harris pour ce Puce Woman hypnotique, et sur le site Free Music Archive vous pourrez télécharger librement 5 morceaux de son passage à la radio WFMU où, comme Winslow, il interprète seul au piano Puce Woman mais aussi Echo's Answers, une superbe cover de Broadcast.

Vidéo

Audio


Embrasse ta mère pour moi #2

 

Zomby - Trapdoor

Parce que rien n'est moins sûr que de sortir de cette pièce vivant.

Ferals - Frozen

Parce que parler français n'est pas une mince affaire.

ScHoolboy Q - My Hatin' Joint

Parce qu'après tout, le vide.

Leno Lovecraft - Princess (Yan Wagner remix)

Parce que je vous attendais hier soir.