Catchers au 7eCiel (portrait)

Lorsqu’en 1994, le grunge est à l’agonie avec la mort de son initiateur, Mute, le premier album des Catchers enregistré en Normandie, sort sur le label londonien Setanta. Cet album apporte, avec ses compositions simples portées par l’harmonie charnelle créée par les voix de Dale Grundle et d’Alice Lemon alors à peine âgés de 18 ans, un véritable courant d’air frais à une britpop qui a du mal à se renouveler. Après un premier passage à Saint-Malo au festival de la Route du Rock et une invitation à une Black Session sur France Inter devenue culte, l’accueil chaleureux du public et de la critique font rentrer Mute dans la catégorie des meilleurs disques de l’année en France.

Alors que Setanta flirte avec le haut des charts avec les hits de Divine Comedy et d’Edwyn Collins, les Catchers sillonnent nos routes, assurant la première partie sur scène de Pulp, qui eux explosent au Royaume-Uni avec Hi ‘N’ Hers. Puis ils s’envolent aux États-Unis pour une tournée à travers tout le pays aux côtés de The Innocence Mission. De retour en Irlande, leur terre d’origine, Dale termine la composition des morceaux de Stooping to Fit, le second et dernier album des Catchers.

En 1998, une nouvelle tournée les amène une seconde fois à Saint-Malo. Mais après avoir donné de nombreux concerts, lassés et délaissés par leur maison de disques, les membres des Catchers décident de se séparer.

Dale démarrera une carrière solo quelques années plus tard dans The Sleeping Years tandis qu’Alice s’éloignera définitivement de la chanson mais pas de la musique. Elle travaille aujourd’hui pour l’industrie musicale.

Quatorze ans plus tard, en août 2011, les voilà réunis pour un concert exceptionnel à l’initiative de Damien, ancien colocataire de Dale, qui organise des concerts privés chaque été sur sa terrasse face au Sacré-Cœur. Un évènement très spécial pour Dale et Alice, un rêve éveillé pour les fans qui ont bien grandi depuis cette Black Session de 1994. De Portstewart, la petite bourgade irlandaise où Dale et Alice ont composé leurs premiers morceaux, à Paris, où a démarré leur ascension, ces retrouvailles ce soir d’été ne pouvaient pas être un concert comme tant d’autres.

Nous en avons donc profité pour filmer cette reformation discrète. Parcourant avec nous leurs souvenirs, sans regret et sans amertume, Dale et Alice interviewés dans la chambre de Damien et Julie reviennent sur la carrière trop courte des Catchers.

Portrait