En plein contexte météorologique scélérat, Bourgeois Earth vient de Sydney tiédir nos oreilles engourdies d’une pop flâneuse comme un dimanche de mai avec Where Is The Sun?, premier extrait de son album Tomato, Tomatö à paraître prochainement chez Dinosaur City. L’esthétique résonne à l’anglaise (pizzicato/clavecin) mais contourne les pièges du genre par une approche DIY bricolée façon one man band, et les arrangements un peu trop classieux des cordes sont équilibrés par un fond cheap d’accords et rythmique minimalistes au synthé de brocante.

La pop de Nicholas Griffith flirte avec le lo-fi en évitant tout à la fois un parti pris crade et une prise au sérieux discréditante, et c’est traduit par une vidéo du même acabit, bidouillée de ses propres mains à partir de rushes capturés chez lui à Sydney ou chez ses parents. Faussement arty et agréablement potache, elle met en scène Griffith lui-même dans la peau d’un crooner de karaoké se caricaturant devant les haies et clôtures qui serviront de fond vert à son montage, dans lequel il n’hésite pas à balancer du flare sur des poubelles et à déboulonner tous les clichés bucoliques des clips de ces trente dernières années. Réjouissant. À ne pas louper, le solo de mélodica.

Vidéo (PREMIERE)