Blanche Blanche Blanche – Wink With Both Eyes / Papas Proof

Blanche Blanche Blanche est l’une des créatures dégingandées sorties tout droit du cerveau de Zach Phillips, génial stakhanoviste à l’imagination sans limite, d’OSR Tapes – son label – à Nals Goring, Sord, GDC et plus récemment Motion, ses autres casquettes patronymiques. Épaulé de Sarah Smith dans son déchaînement discographique estampillé 2012 – pas moins de six parutions à se mettre sous la dent cette année -, la paire n’a de cesse d’évoquer par le biais de ses comptines ultra lo-fi, au synthétisme pop décharné, un juste milieu inimaginable et inénarrable, entre Young Marble GiantsJohn Maus et The Space Lady. La preuve par deux albums divulgués quasi conjointement sur les labels Night People et La Station Radar – respectivement Wink With Both Eyes et Papas Proof – enregistrés tout deux en 2011 et dénombrant à eux seuls pas moins de vingt-huit morceaux à l’esthétisme bancal et alambiqué, mais néanmoins nervuré jusqu’à l’extrême bidouillage. Ainsi, si la voix de Sarah s’éprend tour à tour des intonations mal assurées d’Alison Statton ou de celles spectrales et obnubilantes de Suzy Soundz (Wink With Both Eyes), l’instrumentation oscille quant à elle entre l’épure chère au mythique trio de Cardiff, notamment cette parcimonieuse guitare résonnant tel un doux radicalisme à l’aridité poétique (Mercantile Rugs, The Fake), et l’abondance de sons émanant d’un dédale de claviers vitupérant d’indescriptibles gimmicks dans la nasse électro-cheap des années quatre-vingt (Fireworks). Trois références prégnantes donc, mais loin de recouvrir exhaustivement l’intrépide inspiration du duo ne s’embarrassant d’aucun carcan. En témoignent les cyclothymiques The Game et Body Talk, piochées dans chacun des deux albums et faisant montre d’un concis et méthodique empilement de strates mélodiques. Le seul bémol au regard d’une telle logorrhée compulsive – entre radicalité, profusion et construction labyrinthique – est qu’il s’avère quasi-impossible de tenir la cadence sur l’entièreté d’un album sans éprouver un vertigineux sentiment d’égarement. Peut-être pour cela aussi que Papa Proof s’avère plus cohérent et moins déroutant que Wink With Both Eyes, et ce, même si ces dernières qualités sont loin d’être les buts avoués d’un groupe ayant sorti en avril dernier une cassette regroupant vingt-quatre edits. Il fut un temps où dénicher ne serait-ce qu’une chanson de Blanche Blanche Blanche relevait de la gageure. Alors tout compte fait, inutile de bouder son plaisir – quitte à faire une cure d’aspirine.

Audio

Vidéos

Tracklist

Blanche Blanche Blanche – Papas Proof (La Station Radar, 2012)
01. The Game
02. The North Cave
03. Chain Of Relief
04. My Plane Is Falling
05. In The Ring
06. Me Quentin
07. Papas Proof
08. Vermont Reservation
09. Do Or Die
10. Green Light
11. Lightweight
12. 24 Hours To Midnight

Blanche Blanche Blanche – Wink With Both Eyes (Night People, 2012)

01. Results
02. Fireworks
03. Runny Day
04. Wink With Both Eyes
05. The River
06. Jason’s List
07. Mercantile Rugs
08. That’s Siberia
09. The Fake
10. Ana’s Life
11. Body Talk
12. With Or Without You
13. She’s Adopted
14. aAppetite
15. Duke On The Beach
16. 4amous 4