blakoutbeach

Après Tears of Valedictorian, dernier Frog Eyes en dent de scie, et en attendant le successeur du remarquable Beast Moans de  Swan Lake (rappelez-vous All Fires)  le prolifique Carey Mercer – plus belle voix grave d’outre atlantique – revient en solo sous le nom de Blackout Beach avec un album qui, rien que par son titre, nous apprend déjà que son auteur n’a pas délaisser ses sujets favoris.

En écoute cette semaine, Cloud of Evil, morceau crépusculaire, tapissé d’ombre par une batterie minimaliste, tendu par une guitare rompue à l’aigu et  hanté par une voix d’outre tombe faisant écho aux paroles agitées du canadien. En gros, une chanson à ne pas écouter dans le noir.

AUDIO

BLACKOUT BEACH – Cloud Of Evil


BLACKOUT BEACH – Skin of Evil (Soft Abuse, 2009)
Achetez l’album

01. Cloud of Evil
02. Biloxi, In a Grove, Cleans Out His Eyes
03. Three Men Drown in the River
04. William, the Crowd, It’s William
05. The Roman
06. Woe to the Minds of Soft Men
07. The Whistle
08. Nineteen, One God, One Dull Star
09. Sophia, Donna, I Was Down the River Waiting
10. Astoria, Menthol Lite, Hilltop, Wave of Evil, 1982