Tandis que le gouvernement français tente péniblement de mettre au travail toutes les feignasses profitant des diverses allocations qui leur sont bien trop généreusement accordées, au risque de les démotiver, on ironise, voilà un disque à ne pas mettre entre toutes les mains sous peine de fracasser durablement la productivité horaire et faire perdre encore quelques points de croissance. S’étant déjà accommodés musicalement l’un de l’autre, au point de fusionner dans l’entité Bitchin Bonny Billy Bajas le temps de l’intemporel Pretty Saro ouvrant la compilation Shirley Inspired divulguée en juin 2015 et accompagnant un film en l’honneur de la légende folk Shirley Collins, les Bitchin Bajas de Cooper Crain et le prolifique Will Oldham viennent de sortir conjointement, ce 18 mars 2016, un collaboratif LP via Drag City intitulé Epic Jammers and Fortunate Little Ditties et convoyant tout ce beau monde sur des rivages folk à la cosmicité intemporelle. Issues de sessions improvisées, où chacun des participants donne libre court à ses lubies, ces neufs compositions aux vapeurs country ondoyantes anéantissent toute résistance à une écoute autre que contemplative. Admonestant de sa consubstantielle fragilité la voix éraillée de celui qui usa des patronymes de Palace Brothers ou Bonnie Prince Billy pour débiter à tour de bras ses géniales et superlatives circonvolutions poétiques, tannant au plus profond l’âme américaine, se trouve ici propulsée en pleine caracolade psychédélique expurgée de toute considération rythmique ou mélodique : comme si les mantras répétitifs ici cousus de guitares, de claviers, de clochettes, de flûtes et autres saxophones triturés s’en affranchissaient pour accoucher de leur propre métronomie, quelque part entre l’alanguissement, l’onirique et le sacré. Plongeant l’auditeur dans une sorte d’état dévotionnel, via d’envoûtantes volutes ambient recelant mille bruits, cliquetis et nappes de synthétiseurs, chaque morceau, à l’identité cependant bien délimitée, fonctionne en vase clos, professant sa dose d’amour et d’éternité et s’escrimant à ramener chacun, par des textes et des titres de morceaux programmatiques frisant un bouddhisme très beat, à sa juste place au sein d’un monde idéalement pacifié. De l’antienne You Are Not « Superman » à la sussurée Your Heart is Pure, Your Mind is Clear and Your Soul is Devout, les portes de la méditation introspective sont ici grandes ouvertes pour qui prend le temps de stopper toute activité. La conclusive et lancinante Your Hard Work is About to Pay Off. Keep On Keeping On, invitant à poursuivre ce travail libératoire, se termine abruptement, presque sur une déchirure, poussant alors au choix : celui de remettre la tête de lecture de sa platine au début de l’autre face du disque, ou de reprendre avec promptitude son travail. Un choix éminemment cornélien.

Vidéo

Tracklisting

Bitchin Bajas and Bonnie Prince Billy – Epic Jammers and Fortunate Little Ditties (Drag City, 18 mars 2016)

01. May Life Throw You a Pleasant Curve
02. Nature Makes Us For Ourselves
03. Your Heart is Pure, Your Mind is Clear and Your Soul is Devout
04. Your Whole Family Are Well
05. Despair is Criminal
06. You Are Not « Superman »
07. Show Your Love and Your Love Will Be Returned
08. You Will Soon Discover How Truly Fortunate You Really Are
09. Your Hard Work is About to Pay Off. Keep On Keeping On