Bajram Bili – Sky Osc Dealer/Hondartza

Depuis son premier album à grosse tendance psyché analogique, Bajram Bili a beaucoup bidouillé, et surtout du numérique. Affiné serait plus juste à vrai dire, car de morceau en morceau, depuis trois ans, on y a beaucoup gagné, et chaque nouvelle sortie est surprenante par son approche, son style, sa texture. Ce qui ne change pas en revanche, c’est cette folie de la boucle progressive qui marque le travail exigeant d’Adrien Gachet, quelque instrument qu’on lui place entre les mains, et qu’on se prend pleine poire en live, dérouté par la subtilité avec laquelle on est amené à comprendre l’évolution d’un morceau sans la subir.

Ce double titre est aussi double dans sa consistance, courtisant tantôt une aura vintage et électrique, tantôt une influence techno prise au sérieux mais pas surexploitée. Dans Sky Osc Dealer, la disto et les larsens des ouvrages précédents de Gachet deviennent numériques, les effets et boucles complètement justifiés par cette approche krautrock, très perceptible mais pas inédite dans le background musical du jeune Tourangeau, et qu’on retrouvait notamment dans son track XCVI de Sequenced Fog sorti en 2013. Forcément, on pense à beaucoup de références, à Spacemen 3, à Neu!, on fait surtout le parallèle avec Zombie Zombie, plus contemporain et avec qui il a partagé quelques scènes, mais ici l’ambiance musicale n’est pas cinématographique, elle est avant tout un mirage sonore, un reflet sensoriel qu’on guette, les yeux mi-clos, le cortex chatouillé par un son vigoureux mais pas brutal.

Comme dans son premier album, You’re a Ghost in a Tipi, sorti en 2011 chez Another Records, Adrien nous pose un travail sur la lenteur. Le type aime prendre son temps pour nous faire décoller, qu’il s’agisse de riffs psychés ou, là, dans Hondartza, de nappes et boucles tout en progression, se répondant les unes aux autres, le tout sans aucune violence, avec une bonhomie qui réduit forcément un peu la surprise, mais donne envie de se laisser porter par le son, un joint, des caresses, tout ce qui peut faire planer en douceur sans nous décoller le cul du sofa. C’est dansant, mais on danse surtout à l’intérieur. On transe. Ici et là, on devine quelques stems superflus qui viennent compléter un mix qui se suffisait à lui-même, mais qu’on découvre agréablement enrichi, avec une minutie prudente pour éviter de surjouer l’ambiance. Parce que voilà, on peut rester peace même dans le perfectionnisme.

Ted Supercar

Audio

Tracklisting

Bajram Bili – Sky Osc Dealer/Hondartza (Another Record, 2014)

1. Sky Osc Dealer
2. Hondartza