C’est depuis qu’on est retombés sur Psychoplasmics, EP d’Antoni Maiovvi sorti chez Crimes Of The Future il y a déjà deux ans qu’on a eu envie de lui consacrer une petite tranche de nos rendez-vous Out Of The Blue du mercredi. Stasi disco comme on le décrit, aussi branchée dancefloor gore que l’hémoglobine trafiquée des films de séries B, les tracks du Britannique affichent depuis toujours une couleur cinéma, projetées sans crier gare sur le grand écran d’une antre de l’horreur réjouissante à souhait. Un ton particulier, rétro-rigolo, où Antoni Maiovvi tutoie le grand maître John Carpenter tant il livre à chaque nappe électronique un uppercut futuriste aux détails kitsch bougrement efficaces. C’est la stroboscopie appliquée à une science-fiction cheap mais attachante, ficelée aux synthés et livrée au pied du club, la pointe de nostalgie en option.

D’où viens-tu ?
Where do you come from?

Je suis né à Bristol, au sud-ouest du Royaume-Uni. Distinction importante selon moi : je viens de la rive gauche [de la rivière Avon, ndlr], j’ai vécu rive droite une fois et je n’ai pas du tout aimé.

I was born in Bristol in the south west of the United Kingdom. I’m from south of the river which I feel is an important distinction. I lived north of the river once and I didn’t like it at all.

Où vas-tu ?
Where are you headed?

Cette année, je vais aller vivre aux Pays-Bas.

I will move to Holland this year.

Pourquoi la musique ?
Why music?

Pour moi, la musique a du sens, elle part de humeur pour prendre la forme d’une série de décisions logiques. Et là, il ne s’agit pas juste d’harmonie, mais de tout ce qui vient de la conception à l’arrangement, de l’atonalité et du bruit. C’est tout cela qui créé du sens pour moi, bien plus de sens que tout le reste dans ma vie et certainement plus de sens que les humains. Si je suis honnête, je pense que j’aime aussi l’aspect de contrôle qu’il y a derrière.

Music makes sense to me, it appears to me as a series of logical decisions based on mood. I’m not talking about just harmony, but everything from design to arrangement, atonality and noise. All of this makes sense to me, a hell of a lot more sense than anything else in my life, and certainly a lot more sense than humans. I think I also get off on the control aspect of it, if I’m honest.

Et si tu n’avais pas fait de musique ?
And if music wasn’t your thing?

J’ai toujours écrit. La musique mise à part, j’ai toujours écrit des histoires, aujourd’hui même, je travaille à un scénario.

I’ve always written. Aside from songs, I’ve also written stories and even now I’m working on a screenplay.

Une épiphanie personelle ?
An epiphany of yours?

Si tu veux le faire, tu dois réellement le faire : tu l’as fait hier, tu le fais aujourd’hui et tu vas le faire demain. Le monde est plein de gens qui tiennent de grands discours mais n’agissent pas. Le talent est la deuxième chose qu’il faut travailler dur. La probabilité que quelqu’un s’y penche est si mince qu’il vaut mieux trouver un moyen d’apprécier ce que tu fais toi-même parce que personne n’est près de s’intéresser à toi ni à ton putain de groupe stupide.

If you want to do it, you actually have to do it, you did it yesterday, you did it today and you’re going to do it tomorrow. The world is full of people who talk a good game but do nothing. Talent is second to hard work. The likelihood of anyone ever making it is so slim that you’d better find a way to enjoy what you do, because no one is going to give a fuck about you and your stupid fucking band.

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

Je ne sais pas s’il est déjà arrivé. Personne n’a entendu parler de moi. Ca sonne affreusement modeste à dire, je sais, mais je suis toujours agréablement surpris quand quelqu’un dit qu’il a aimé quelque chose que j’ai fait. L’industrie musicale, dans les grandes largeurs, est formelle : personne sait qui je suis.

I’m not sure it’s happened. No one has heard of me. I know it sounds terribly humble for me to say this, but I’m always pleasantly surprised when someone says they liked something I made. The larger music industry insists that no one knows who I am.

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Je ne suis pas sûre de savoir à quoi cette question se réfère exactement mais l’insécurité financière, les relations qui se tendent de plus en plus sont à compter parmi les inconvénients d’une vie d’artiste. Pour la plupart, les personnes normales ne sont pas du tout préparées à n’avoir aucun filet de sécurité. Je me suis énormément déplacé, j’ai changé de maison dix-huit fois en sept ans, mes amies m’ont quitté pour des hommes aux situations plus stables, je me suis retrouvé plus d’une fois techniquement sans abri. Les boissons gratuites, ça semble génial mais, putain, ça cause aussi les pires dépressions. Les gens me manquent, je passe la plupart de mes journées à me sentir isolé et triste.

I’m not sure what this exactly refers to. But the downside of an artistic life is one of financial uncertainty, relationships get over strained, most normal people are completely unprepared for not having a safety net. I have moved around a lot. I’ve moved house 18 times in 7 years. My lovers have left me for more stable men. I’ve been technically homeless more than once. Free drinks sound great but damn do they bring on the worst depression. I miss people and spend most of my days feeling isolated and sad.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

J’imagine que cela importe peu.

I guess it doesn’t matter.

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

Cela fait dix-huit mois que je ne suis pas monté sur scène, je ne sais pas trop pourquoi. Le dernier show était incroyable et le public a adoré mais personne ne semble vouloir me reprogrammer alors j’ai beaucoup mixé l’année dernière, et ce qu’il se passe alors, c’est que je bois de l’eau pétillante comme un trou et parle avec des gens. Je ne sais pas ce qu’il va se passer.

I haven’t done a live show for 18 months, I’m not sure why, the last one I did was really amazing and people really liked it, but no one seemed to ask me again. So I’ve been Djing a lot for the last year and what usually happens is I drink a bunch of sparkling water and chat with people. I don’t really know what’s going to happen really.

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

J’adorerais composer la bande originale d’un film de William Friedkin, je l’ai dit de nombreuses fois mais il n’est toujours pas revenu vers moi. C’est sérieux à 100%, je pense que je pourrais faire du bon boulot. De façon générale, j’aimerais faire plus de musique de films. Et je voudrais embaucher Steve Albini pour enregistrer un album de techno à l’Electrical Audio parce que ça serait bien trippant.

I would love to do a score for William Friedkin. I’ve said this many times but he’s still not got back in touch with me. I’m 100% Serious. I think I would do a good job. I would like to do more film scores in general. I would also like to hire Steve Albini to record a techno album at Electrical Audio, because that would be very funny.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

Un oscar.

An oscar.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

C’est la somme de tout ce qu’il t’est arrivé qui fait ce que tu es. Tu seras reconnaissant que rien

Everything that happened to you made you who you are. You will be grateful that nothing was ever handed to you.

Comment te vois-tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

Faire du jardinage.

Gardening.

Comment vois-tu évoluer ta musique ?
How do you see your music evolve?

Je suis trop dissipé pour arriver à en parler.

I’m too fidgety to be able to talk about it.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

Tu vois, adolescent, quand j’essayais de parler de Tangerine Dream, les gens pseudo-cools me disaient que j’avais de très mauvais goûts musicaux. Maintenant, regarde autour de toi. Merde, ouais, hein ? La série Stranger Things a débarqué, diffusant des titres empruntés à Exit et Green Desert [deux albums de Tangerine Dream, respectivement sortis en 1981 et 1986, ndlr], même la musique des types de Survive [qui signent la bande originale de la série, ndlr] fait penser à Tangerine Dream. Le concept du plaisir coupable vient du fait que, quelque part, tu sais que c’est mauvais mais tu kiffes quand même. Je détestais Take That mais avec le temps, j’ai fini par remarquer qu’ils avaient des morceaux qui défoncent, je n’écouterais pas tous les jours non plus mais je peux apprécier parce que j’en sais plus à propos du songwriting maintenant. Cela dit, je pense encore que la carrière solo de Robbie Williams est à chier. Ce que j’explique, c’est que je ne peux pas quantifier ces choses donc voici une liste de films que selon moi les gens devraient voir :

You see, when I was growing up and I tried to talk about Tangerine Dream, I was told by “cool people” that I had awful taste in music. Now look at the world. God damn, yeah, right? Stranger Things happened, they used some cool music from Exit and Green Desert, even the SURVIVE dudes’ score was pretty TD. The concept of the guilty pleasure is that somehow you know it’s bad but you are getting off on it at the same time. I hated Take That, but with time I see now they had some bangers, I wouldn’t listen to it but I can appreciate it because I know more about songwriting now. I still think Robbie Williams’ solo stuff is piss poor. What I’m saying is I can’t quantify these things so here is a list of movies that I think people should see:

Scanners
Don’t Torture A Duckling
Primer
Vampire’s Kiss
Barry Lyndon
A Snake Of June
Mona Lisa
Clean, Shaven
The Duke Of Burgundy
The Banshee Chapter

Écoute exclusive