Antoine Kogut

Antoine Kogut. Ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose, et pourtant. Il est l’homme derrière de nombreux projets musicaux, le dernier en date étant Syracuse, dont le LP Liquid Silver Dream, sorti sur le label Antinote, révélait une musique pop-électro aqueuse baignée de claviers analogiques hypnotiques et de boîtes à rythmes sexy. Cette fois-ci, Antoine revient en solo avec un premier album qui sortira chez le label de Gilb’r, Versatile. Sphere Of Existence est un voyage composé de sept escales où se mêlent chansons au crooning sexy, pop rêveuse et ambiance cosmique. Découvrez les réponses d’Antoine à notre interview Out Of The Blue et regardez le vidéoclip de Sphere Of Existence. L’album sort le 29 septembre et se précommande sur le site de Versatile.

D’où viens-tu ?

Mes ancêtres viennent d’Italie et d’Allemagne (côté maternel), d’Egypte et Pologne (côté paternel). Un beau mix ! J’ai poussé mon premier cri à la maternité des Lilas dans le 93, célèbre depuis les années 1960 pour ses techniques d’accouchement alternatives et qui a vu naître des générations d’artistes et de saltimbanques. Ma mère est passionnée de théâtre, mon père de musique. J’ai été au lycée chez les Oratoriens. Bien que non-baptisé, ça ne m’empêche pas d’être intéressé par la chose spirituelle.

J’ai étudié le saxophone au conservatoire du dix-huitième arrondissement, duquel j’ai été renvoyé après mon diplôme de deuxième cycle (petit problèmes avec les cours de solfège). J’ai eu mon premier sampleur à treize ans, et j’ai chopé la maladie du collectionneur de disques et suis devenu digger. J’ai alors commencé à jouer avec divers groupes de punk, jazz, puis de musique électronique. J’ai un temps accompagné Adrien Durand dans son projet Les Aeroplanes/Bon Voyage Organisation, puis j’ai fondé mon groupe, Syracuse. Le big band disco de sept musiciens s’est transformé en duo, mis en pause aujourd’hui. J’ai aussi participé à la conception et à l’interprétation de la musique d’une pièce de théâtre avec Marcial Di Fonzo Bo et me suis  lancé dans l’illustration sonore, notamment en collaborant avec le réalisateur Ugo Bienvenu (réalisateur du premier clip de mon nouveau disque) avec lequel nous avons travaillé pour les rencontres photographiques d’Arles, ainsi que la marque de vêtement Edwin. Voilà, rapidement exposé, mon background…

Où vas-tu ?

L’idée la plus motivante dans la vie est d’avoir un but inatteignable car ce sont les routes qu’on emprunte qui importent. Comme le chante Gérard Manset : « Y’a une route. Tu la longes ou tu la coupes. (…) Y’a une route. C’est mieux que rien. Sous tes semelles c’est dur et ça tient ».

Pourquoi la musique ?

C’est l’art qui se rapproche le plus de l’émotion pure. Les théories divergent à ce sujet mais, a priori, il n’y a pas besoin d’apprentissage pour comprendre le rythme ou l’harmonie. En ce sens, je me rapproche de la théorie pythagoricienne de l’harmonie des sphères qui explique que les règles mathématiques de l’harmonie musicale peuvent tout à fait interpréter le monde dans son entièreté.

Et si tu n’avais pas fait de musique ?

J’aurai sans doute été jardinier, pour la relation au temps (rythme des saisons, météorologie, etc.) et à l’espace (vital d’une plante, de sa croissance, etc.) que donne ce métier. Ou cuisinier pour l’aspect méticuleux et organisé de ce métier. Cuisiner un plat ou produire une chanson, le processus est assez similaire. Une bonne idée, de bons produits, de bons instruments, beaucoup de préparation, une certaine science du timing…

Une épiphanie personnelle ?

Avoir joué dix soirs de suite à guichets fermés sur la scène du théâtre de Chaillot, la musique (que j’ai aussi co-composée) de « Dans la République du bonheur » de Martin Crimp, mis en scène par Marcial Di Fonzo Bo. Et le concert de Syracuse aux Siestes Électroniques à Toulouse, en plein orage, était aussi pas mal rempli d’électricité et d’émotions.

Une révélation artistique ?

« Koyaanisqatsi », film de Godfrey Reggio, ou « My Favorite Things » de Coltrane. Je pense que si l’on est humain, on ne peut être insensible à ces œuvres majeures du XXe siècle.

Le revers de la médaille ?

Comme musicien, on entraîne énormément sa sensibilité afin de créer des émotions. Cette nature « à fleur de peau » peut jouer des tours dans notre société.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?

Le plus souvent, ce sont les œuvres qui survivent à la mort de leur créateur. La durée de vie matérielle d’un disque vinyle est de cent-cinquante ans, mes disques pourront donc être dans les bacs longtemps après ma disparition.

Un rituel de scène ?

Il faut chasser les superstitions donc non, pas de rituel. C’est la foi qui est importante, pas le dogme.

Avec qui aimerais-tu travailler ?

J’aimerais beaucoup faire la musique d’un film de Brian de Palma avec Pino Donagio.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?

Comme je l’expliquais plus haut, je souhaite ne jamais l’atteindre car ce sont les chemins empruntés qui sont importants, pas le sommet de la montagne.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?

C’est marrant, ça me fait penser à une scène de « La Danza de la Realidad », de Jodorovski. Le personnage de lui enfant est dans une grande détresse émotionnelle et d’un coin du plan, lui, adulte et réalisateur du film de son enfance, arrive doucement, habillé en costard noir, pose la main sur son épaule et lui/se dit de ne pas s’inquiéter, que tout va bien se passer. Je pense que je ferais quelque chose comme ça.

Comment te vois-tu dans trente ans ?

J’espère juste ne plus habiter à Paris, mais au bord de la mer. Avec la montée des eaux, qui sait ? Peut-être que ça sera possible à Paris…

Comment vois-tu évoluer ta musique ?

J’espère qu’elle continuera d’évoluer, que je continuerai de progresser techniquement, émotionnellement et humainement.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ?

Les friands légumes-cheddar de Sue Quinn.

Photo : Rebekka Beuner

Vidéo