L’électroclash, un vague souvenir dans le paysage musical qui n’aura guère laissé de marque intarissable. Né au début des années 2000, quelque part entre New York et Détroit, ce mouvement avait pour ambition de révolutionner l’électro à grand renfort de new-wave, synth-pop, punk et j’en passe. Un croisement étrange entre cuir et paillette, libéralisme culturel et iconographie du troisième sexe, l’électroclash deviendra d’ailleurs rapidement LA bande son des soirées LGBT.  Mais apparaissant rapidement comme un fourre-tout étriqué pour moults revival eighties en devenir, le style musical se désagrège peu à peu, entraînant avec lui certains de ses principaux fers de lance – quelqu’un a des nouvelles de Felix Da Housecat ou de Fischerspooner ? Et pourtant, s’il y a bien un groupe qui aura su tirer son épingle du jeu durant cette période pas vraiment mémorable de la musique électronique, c’est le duo ADULT. composé de Nicola Kuperus et d’Adam Lee Miller. Hors-norme, hors-cadre, hors-champs, ADULT., depuis le premier album Nausea, n’a jamais vraiment aspiré à entrer dans une case, se renouvelant à chaque essai depuis vingt ans maintenant. La preuve encore avec Detroit House Guests, dernier LP composé uniquement de collaborations et qui fout un sacré pied de nez à ceux qui les pensaient rangés de toutes exubérances.

Il faut dire que The Way Things Fall était peut-être jusqu’ici le disque le plus symbolique du combo, à la fois tendu et péchu mais aussi ouvert à des mélodies parfois plus sages, non moins sournoises, combinant ce que le duo avait fait de mieux jusqu’à présent tout en s’offrant le luxe de plaire à un plus large auditoire. Mais voilà, avec Detroit House Guests, les cartes sont redistribuées et le passé balayé sans être oublié. D’ailleurs, il est plutôt question ici de mettre un sacré coup dans le rétroviseur, tant sur le plan musical qu’à la citation de certains de leurs invités (Douglas McCarthy, Michael Gira). Avec Detroit House Guests, nos deux adeptes de l’électro-punk ont décidé de sortir de leur zone de confort, habitués à composer en couple dans leur studio, ils ont cette fois-ci loué un espace de 4000 m2 dans lequel ils se sont immergés jours et nuits avec leurs « invités » afin de rendre cet album le plus unique possible. Une démarche qui, ma foi, leur aura donné raison, puisqu’une fois de plus la musique d’ADULT. fait mouche et sort l’auditeur des sentiers battus.

À ce titre, les morceaux They’re Just Words (feat. Douglas McCarthy) et We Chase The Sound (feat. Shannon Funchess) sont les plus attendus. Calibrées EBM, les deux tracks s’inscrivent parfaitement dans ce qu’a pu nous offrir l’ADULT. des débuts même si l’on restera plus scotchés par We Are A Mirror, toujours accompagné par McCarthy, pépite synthwave mid-tempo aux accents industriels qui a vite fait de nous vriller la caboche. Et que dire de cette balade électro-tribale, As You Dream, où Micheal Gira nous envoûte littéralement de sa voix caverneuse, ou du claudiquant et mystique Enter The Fray auquel la talentueuse Dorit Chrysler insuffle une bonne dose de malice. Bref, encore une fois, rien à jeter dans ce nouvel opus d’ADULT. qui se dévoile toujours un peu plus au fil des écoutes et qui, comme à l’habitude du groupe, réjouit autant nos esgourdes que nos guiboles. On serait bien tentés de demander leur recette pour qu’à chaque rendez-vous la magie opère. Mais une fois le secret révélé, cela ne perdrait-il pas un peu de son charme ?

Vidéo

Tracklist

ADULT. – Detroit House Guests (Mute, 17 mars 2017)

01. P rts M ss ng feat. Robert Aiki Aubrey Lowe
02. Breathe On feat. Michael Gira
03. Into The Drum feat. Lun*na Menoh
04. We Are A Mirror feat. Douglas J McCarthy
05. Enter The Fray feat. Dorit Chrysler
06. Uncomfortable Positions feat. Lun*na Menoh
07. We Chase The Sound feat. Shannon Funchess
08. They’re Just Words feat. Douglas J McCarthy
09. Inexhaustible feat. Dorit Chrysler
10. Stop (And Start Again) feat. Shannon Funchess
11. This Situation feat. Robert Aiki Aubrey Lowe
12. As You Dream feat. Michael Gira